AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748523873
Éditeur : Syros (12/01/2017)

Note moyenne : 2.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Regency. Une cité où l'on ne vit que la nuit, sous l'œil acéré des faucons anges gardiens. Un groupe d'adolescents animé de rêves irréductibles, donc menacé. Des phrases insolites apparues sur les murs, qu'il faut mémoriser avant qu'elles ne s'effacent... pour entrevoir peut-être la possibilité d'un monde meilleur. Un monde où nul n'aurait en tout cas songé à inventer les scarrels.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
argali
  01 septembre 2017
Dans un monde non localisé, à une époque indéfinie, Luc et Jona vivent dans un quartier pauvre. le bien le plus précieux est le maïs ; personne n'en a jamais goûté, c'est un produit de luxe, très rare. On y croise souvent des Anges -des faucons chargés de la sécurité- et des scarrels.
Chaque nuit, les jeunes se retrouvent à Regency, une ville fantôme où il pleut en permanence et dont le centre est un pénitencier désaffecté où règne Zuchran et sa famille. Luc, le narrateur, Jona dont il est secrètement amoureux et Abel, son meilleur ami un peu simple, s'y rendent pour retrouver Steve, Tommy, le chef de la bande, Karen, une Perle née dans le pénitencier et qui ne l'a jamais quitté et Tina, sa poupée NoToy, qui parle et vit comme une vraie petite fille.
Regency est repliée sur elle-même et la liberté que les jeunes croient vivre là n'est qu'un leurre. Un jour, de mystérieuses phrases apparaissent sur les murs. Elles ressemblent à des mises en garde ou des appels à la lutte mais personne ne semble les voir ou les prendre au sérieux. Excepté Tommy.
Il m'est très difficile de parler de ce roman. Dès le départ, on sait qu'on entre dans un univers onirique et qu'il s'agit d'une critique de notre société mais Marcus Malte brouille les cartes, crée un mystère permanent, parle en métaphore et ne permet pas au lecteur de trouver facilement des repères dans ce récit. Longtemps, on avance à l'aveugle dans le récit. L'univers qu'il décrit est malsain, dérangeant, la violence est sans cesse latente, il ne se dévoile que très lentement et pourtant il nous happe.
J'ai pris le temps de la découverte car ce n'est vraiment pas un récit qui s'offre sans résistance. Il est composé de trois parties qui apportent leur part de mystère et font voler en éclat ce qu'on avait cru comprendre. Les personnages sont ambigus et leur personnalité mouvante. Quant aux apparences, elles sont trompeuses d'un bout à l'autre.

L'écriture de Marcus Malte est particulière, vive, poétique et rude. Ce livre est paru chez Syros, donc en jeunesse, mais il n'est pas à la portée de tous. Certaines références sont même inaccessibles aux moins de trente ans (Tutti rikiki maousse costo),
Ce roman angoissant est pourtant d'une grande force et très intelligemment construit, Il jette un regard personnel et sans concession sur notre société et pose de bonnes questions. le sujet est traité de façon implacable, froide, sans espoir. Je crains, hélas, que sa complexité et son style ne le mettent pas à la portée de tous les ados.
Et je ne parle même pas de la chute.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ramettes
  08 septembre 2017
J'ai bien aimé la première partie de l'histoire, un moins après… quand à la fin j'en ai encore des frissons car je ne m'y attendais pas … C'est une bonne chose une fin qui surprend ! oui mais non bon les choix de l'auteur ne peuvent pas plaire à tous les lecteurs… Je suis curieuse de savoir qui a aimé et qui n'a pas aimé…
C'est un roman qui m'a plu dans un premier temps car il y est question d'eau et de lumière deux sujets qui ne me laissent pas indifférente, d'autant qu'ici c'est plutôt l'aspect négatif qui est prédominant.
Ce qui attire tout de suite l'attention c'est la présence de la couleur et le bleu est prédominant puis les dérivés. Cela donne une luminosité particulière à l'atmosphère qui se dégage de l'histoire. Par exemple la bave de scarrel est bleue mais selon le taux d'humidité elle va passer par le violet pour finalement virer au rose sale. Comme vous le voyez l'eau modifie l'aspect d'une matière qui a son importance.
Les phases de la lune passent par des couleurs : blanche, bleue, violette, rouge…
Les routes (RC) sont hyper illuminées alors que tout au tour tout est noir, obscure.
La peau d'Abel est noire alors que son âme est lumineuse. Luc ce prénom est sensé représenter la lumière et pourtant il y a une grand part d'ombre.
Je ne vais pas vous détailler ici tous ses aspects qui attirent mon imaginaire.
Ce qui contraste c'est la grande place de la couleur alors que la trame de l'histoire est très sombre.
Ce qui m'a plu dans un premier temps c'est le côté « rébellion » de la jeune génération contre cette société totalitaire et contre obscurantisme. le peu d'adultes que l'on voit sont assez dégradés, « dégénérés » ils ne représentent pas l'espoir et l'ouverture.
On va suivre le chemin initiatique de Luc vers l'âge adulte. Il a quinze ans, il est amoureux et avec ses amis il aspire à une autre vie. Il va devoir couper les ponts avec sa famille, la rejeter pour accomplir « son destin ».
La violence c'est son quotidien, elle est omniprésente ne serais-ce que par la surveillance et le menace que représentent les « anges ».
La bande dont il fait partie rassemble des amis tous différents avec chacun ses particularités. Marcus Malte joue avec ses singularités. Ils sont plus ou moins attachants. On va les voir s'entraider et parfois s'affronter. Luc essais d'être protecteur malgré ses faiblesses et ses problèmes.
On va les voir se fédérer autour d'une idée et tout faire pour changer le monde… La fin n'est pas celle que j'espérai … un peu trop cruelle et réaliste à mon goût.
Ce que j'aime dans ce genre littéraire (anticipation, dystopie, voyage initiatique…) c'est de voir le héros changer et découvrir les différentes facettes des gens confrontés aux changements et aux épreuves… C'est bien le cas ici… illusions et désillusions.
Marcus a su éveiller l'intérêt de ses personnages et des lecteurs avec des phrases énigmatiques et éphémères qui apparaissent sur différents murs, j'ai bien apprécié d'avoir plusieurs façons d'aborder leur interprétation.
Dans tout roman de formation on voit le jeune héros faire de bonnes et de mauvaises rencontres à lui de faire la part des choses. Il va ensuite devoir faire ses propres choix et se détacher des leaders.
C'est un roman qui traite de la manipulation des masses et de l'endoctrinement. Les bons manipulateurs savent s'entourer des bonnes personnes qui sauront profiter de la bonne foi de certains pour les conduire là où ils le veulent. La religion est très présente dans cette société. Même la politique est basée sur ces méthodes d'endoctrinement. C'est parfois dérangeant.
C'est un roman qui aborde aussi la thématique du rêve. Lorsque le protagoniste nous parle de ses rêves cela crée des digressions qui montrent qu'il réfléchit beaucoup. On voit aussi qu'il prend ses distances avec les rêves des autres. S'agit-il de vrais rêves ou de rêves pour partager un moment ensemble…
Ce qui m'a mise mal à l'aise, c'est par exemple le sujet des perles… mais je n'en dirais pas plus.
« Scarrel » est un roman qui ne peu laisser le lecteur indifférent quitte à le choquer… mais ce n'est pas juste pour choquer il y a un propos. C'est peut-être juste moi qui suis trop sensible...
J'ai très envie de connaître d'autres points de vue. Je suis assez mitigée je ne peux pas dire si j'ai aimé ou pas, en tout cas je l'ai dévoré.
Lien : http://ramettes.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cible95
  27 juillet 2017
Il s'agit d'une réédition (première édition : 2008).
Regency. Une cité où l'on ne vit que la nuit, sous l'oeil acéré des faucons anges gardiens. Un groupe d'adolescentes animé de rêves irréductibles, donc menacé. Des phrases insolites apparues sur les murs, qu'il faut mémoriser avant qu'elles ne s'effacent. Parce qu'elles disent peut-être la possibilité d'un monde meilleur. Un monde où nul n'aurait en tout cas songé à créer les scarrels.
Un roman décevant malgré son résumé plutôt intéressant. La lecture est rendue difficile par le nombre de personnages cités sans plus d'information, des phrases parfois non cohérentes, un monde totalement nouveau mais très difficile à saisir. de plus, les paroles sont parfois crues et vulgaires sans vraiment de raison. Nous suivons Luc le personnage principal. Nous rencontrons les individus qu'il fréquente, ses parents, et un tas d'autres personnages bizarres et parfois inutiles. Malgré le sujet de la liberté et du conditionnement que l'auteur souhaitait évoquer, le ton de l'histoire et la multitude de rencontres farfelues nous perdent. Un texte flou, qui ne nous captive pas, mais au contraire, nous perd. Une fin selon moi sans intérêt (massacre final, pas réellement d'avancée dans l'histoire).
Non. Ado adulte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
loudu76
  28 mai 2017
J'ai vraiment adoré ce livre !
L'auteur a une écriture fluide et a de l'imagination.
Le début de l'histoire se déroule dans beaucoup de mystère et de suspens. On ne sait pas vraiment quel est ce nouveau monde et ce qu'il y règne.
J'ai vraiment commencer à trouver ça bien vers les pages 60/70. Ca nous explique plus le principe du livre.
Au milieu du livre, j'ai été tout simplement fascinée et je ne pouvais plus arrêter de lire.
Par contre, la fin m'a un peu surprise et j'avais quelques larmes aux yeux.
C'est une dystopie super, je ne regrette vraiment pas d'avoir lu Scarrels et je vous le conseille.
Bonne lecture !
Lou
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Marcus Malte (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcus Malte
Marcus Malte pour "Le garçon" - Prix Femina.
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Echelle de Glasgow

Comment s'appelle l'adolescent dans le coma ?

Camille alias Kamo
Michaël alias Mika
Bastien alias Baba
Martin alias Tintin

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle de Glasgow de Marcus MalteCréer un quiz sur ce livre