AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782723491211
64 pages
Éditeur : Glénat (28/11/2018)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Blessé, fiévreux et en exil après son affrontement contre Ranuccio, le Caravage quitte Rome pour trouver refuge auprès d’une troupe de saltimbanques. Le peintre profite de sa convalescence pour se lier avec la belle et farouche Ipazia, qui lui servira d’inspiration future. Alors que leur caravane fait halte à Naples, le Caravage se rend compte qu’il est à la fois célèbre et recherché à travers toute l’Italie. Entre les proches de Ranuccio qui cherchent vengeance et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  25 février 2019
Ma lecture du 1er tome remontant à plus de 2 ans, je craignais de ne pas parvenir à reprendre mes marques. Mais en quelques cases, j'ai repris pied et ai été embarquée dans ce second volet. Il a bien fait de prendre son temps Milo, le résultat est superbe.
Comme on pouvait s'y attendre, le dessin est magnifique. Manara atteint ici des sommets. le trait est fin, la colorisation subtile. J'ai été particulièrement épatée par l'expressivité des visages, des regards. Mais si on a raison de louer la beauté visuelle de l'oeuvre, il ne faut pas pour autant oublier le scénario qui est lui aussi une franche réussite.
Comme je le disais, j'ai très vite retrouvé mes marques. En fait, je pense que ce tome pourrait presque se lire sans avoir lu le premier. Bien sûr le lecteur y perdrait mais ce serait possible. Son incarnation du Caravage est particulièrement réussie. Ce type de personnage, un génie torturé et arrogant, suscite habituellement une admiration teintée d'agacement. Manara parvient à rendre son personnage émouvant, le lecteur ne peut que ressentir de l'empathie envers cet homme qui tente de lutter contre ses démons intérieurs et qui ne trouve la paix que lorsqu'il peint.
Avec ce diptyque, Manara a livré une oeuvre très belle qui prouvera à ceux qui en doutaient encore que son talent ne se limite pas à dessiner de belles femmes nues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
diablotin0
  23 février 2019
La seconde partie de « le Caravage » de Milo Manara est un très bel album. Les dessins sont d'une grande finesse . Les ambiances sont bien rendues, les dessins sont pleins de détails. Chaque planche est une petite merveille. Les personnages sont beaux, expressifs, sensuels, c'est du Manara ! C'est un vrai régal pour les yeux. Quelques toiles sont reproduites et mettent en valeur le talent de ce peintre génie. Les ambiances sont bien rendues, les couleurs renforcent l'atmosphère !
L'histoire quant à elle, reste fidèle à ce que j'ai pu lire dans divers ouvrages sur ce peintre et principalement dans « la course à l'abime » de Dominique Fernandes.
C'est une BD que je regrette d'avoir empruntée à la médiathèque car j'aimerais savoir qu'elle est auprès de moi et que je peux la feuilleter lorsque j'ai envie de m'imprégner de beauté.
Commenter  J’apprécie          398
dancingbrave
  25 février 2020
A cause des aléas des emprunts à la médiathèque, trois mois se seront écoulés entre mes lectures des deux volumes constituant cette belle édition.
Trois mois d'attente qui attisèrent l'envie et donc le risque d'être déçu.
Et ce fut le cas. Oh pas beaucoup, juste un peu.
Il faut dire que l'auteur avait placé très haut sont premier opus.
Dans celui-ci tout est aussi superbe : les expressions des personnages, les cadrages, les couleurs « caravagesques ».
C'est juste l'enchainement de l'histoire que j'ai trouvé un peu morcelé, heurté.
un peu moins riche.
Mais ce n'est pas grave.
L'ensemble des deux volumes constitue vraiment un bel ouvrage instructif et plaisant.
Commenter  J’apprécie          302
umezzu
  26 juin 2019
Avec cette BD Manara conjugue biographie historique, aventures de cape et d'épée, et hommage à la peinture.
Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit le Caravage, fut l‘un des plus brillants peintres de la fin du XVIéme. Son talent a été reconnu par ses contemporains. Mais son caractère l'a conduit dans les pires difficultés. Condamné à mort à Rome par la papauté (voir tome 1), le voici contraint de fuir : Naples accueille son talent. Mais le Caravage rêve d'obtenir sa grâce. Il pense que les chevaliers de l'ordre de Malte, les Hospitaliers, pourraient faciliter son retour en grâce. Et c'est effectivement ce qui se passe dans un premier temps : ses toiles font leur effet, il devient lui aussi chevalier - hospitalier. Mais l'épée n'est jamais loin du pinceau avec le Caravage.
Inutile de préciser que les dessins de Manara sont superbes, les reconstitutions d'oeuvres éclatent. du point de vue graphique, cette BD, est une totale réussite. La biographie du Caravage, même si elle est romancée, est un grand roman d'aventure. Voilà un être irascible, pas rebuté par l'épée, emporté par l'art comme par son caractère, fuyant à travers l'Europe… un personnage d'exception, dont il est logique qu'il bénéficie d'une présentation de cette qualité.
Une belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
celestineh
  23 janvier 2019
Quel bel ouvrage que ce Caravage en deux tomes !
On y apprend que le peintre était impulsif, bagarreur et qu'il a eu une vie bien mouvementée. Après s'être implanté à Rome et y avoir connu la célébrité, il doit fuir à Naples tel un paria après avoir tué un homme. de Naples, il ira ensuite rejoindre les Chevaliers de l'Ordre de Malte auprès desquels il ne rencontrera que des déconvenues. Il mourra jeune et tristement.
L'auteur, grand admirateur du peintre, offre un récit bien documenté.
Les dessins et les reproductions des tableaux du Caravage sont splendides. Feuilleter cette bd est un véritable plaisir. On a envie en la refermant d'aller flâner dans les musées afin d'admirer les oeuvres de ce maître italien. On a aussi envie de se procurer d'autres livres de Manara et pourquoi pas ses bds érotiques (jamais testées !).
Commenter  J’apprécie          232

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Florian07Florian07   05 décembre 2018
- Tu sais que tu que tu peux avoir confiance en moi, tu me connais...
- Oui, je te connais. Et j'ai tout de même confiance.
Commenter  J’apprécie          30
zazimuthzazimuth   20 mai 2019
- Tout le monde me hait, Mario ! Moi compris !
Il y a un démon en moi, il m'entraîne vers les ténèbres dès que je touche la lumière du doigt... (p.44)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   20 mai 2019
- Pourquoi couvrent-elles leur visage ? Sont-elles défigurées ?
- Non, non. Elles sont nombreuses à se parer ainsi. Question de religion, je suppose.
- La religion... la nôtre aussi est étrange : tous frères, alors qu'il y a des esclaves... (p.27)
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Milo Manara (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milo Manara
Lamia Ziadé Bye Bye Babylone Beyrouth 1975 -1979 éditions P.O.L : où Lamia Ziadé tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Bye Bye Babylone" et où il est question notamment de la guerre au Liban entre 1975 et 1979, de l'enfance et de la guerre des hôtels, des milices et des barbes à papa, des chrétiens et des musulmans, à l'occasion de sa parution aux éditions P.O.L, à Paris le 28 octobre 2019. "Dans ce livre, il y a des chewing-gums et des kalachnikovs. Il y a des bonbons, des chocolats, des barbes à papa, des bombes, des obus, des missiles et des grenades, des armes en tous genres. Il y a des Smacks, du Bonjus, et des roquettes de 140 mm. Il y a moi et mon petit frère, il y a des miliciens et des miliciennes, des phalangistes, des palestino-progressistes, des nassériens, des tigres, des fidayins, des moudjahidins et des mourabitouns. Il y a des leaders politiques. Des lugubres, des cruels, des cyniques, des monstres, ils planent sur la ville. Il y a des keffiehs, des treillis, des lunettes de soleil, des croix et des turbans, des chemises hawaiiennes et des sahariennes. Il y a les néons de Hamra et le hamburger du Holiday Inn, la bataille des hôtels et le massacre des camps, l?incendie des souks et le pillage de la rue des Banques. Il y a des enlèvements, des explosions, des assassinats, des rafales de mitraillette, et des cigarettes. Des Gitanes, des Marlboro, des Dunhill, des Viceroy, des Winston, et surtout des Kent. Des cendriers, des allumettes, des briquets Cartier en or, de la fumée, beaucoup de fumée, et du feu. Il y a des cartes à jouer, des dessins animés, des bandes dessinées, des jeux de société, des Matchbox, des bulles de savon, une panoplie d?Indienne et ma collection d?éclats d?obus. Il y a le magasin de mon grand-père et le foulard en soie de ma grand-mère, la Nivea de ma nounou et le Petzi de Walid. Il y a des cinémas en feu, le Roxy, le Radio City, le Dunia, l?Empire, le Rivoli, et des hôtels en flammes, le Palm Beach, le Vendôme, le Saint-Georges, le Phoenicia, l?Alcazar. Il y a la ligne de démarcation et la corniche de Manara. Dans ce livre il y a Beyrouth, en feu, en flammes, en étincelles, en explosions, dans le noir absolu, il y a Beyrouth qui brille."
+ Lire la suite
autres livres classés : malteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La bande dessinée de Manara

Milo Manara est un auteur de bande dessinée :

Argentin
Italien
Espagnol
Brésilien

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Milo ManaraCréer un quiz sur ce livre

.. ..