AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782277331056
143 pages
Éditeur : J'ai Lu (10/10/1988)
3.67/5   53 notes
Résumé :
Qui n'a jamais rêvé d'être invisible? Avec Manara, l'invisible a une odeur de caramel... et de sexe. L'auteur du Déclic se joue avec maestria de nos fantasmes.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
LVI
  22 mars 2012
Pourvu qu'elle l'ait douce !

Maurilio, dit Milo, Manara, né en Septembre 45, a découvert la BD en 67 alors qu'il travailla comme assistant d'un sculpteur espagnol fan de ‘Barbarella'. A partir de 69, il se mit à dessiner à son tour et dès 74 il adapta ‘Le Décameron'. Mais sa première BD vraiment ambitieuse n'est parue qu'en 76 (‘Le singe'). En 78, il publia ‘L'homme des neiges' et ‘Giuseppe Bergman'. Et il faudra attendre 83/84 pour que paraisse en Italie d'abord (dans la revue ‘Playmen'), en France ensuite (pré-publié par ‘L'écho des savanes', puis en album par Albin-Michel) ce classique de la bande dessinée érotique qu'est ‘Le déclic'. En 86 parut ‘Le parfum de l'invisible' et en 88 ‘Candide caméra'. le deuxième volet du ‘Déclic' sortit en 91, suivi d'un troisième opus en 94 et même d'une ultime (?) suite en 2001. Entre-temps et au travers de ces BD et d'autres, Milo Manara était devenu le nouveau Pape de l'érotisme dessiné.

Un professeur de physique, éperdument amoureux de son amour d'enfance, devenue une célèbre danseuse-étoile, réussit à mettre au point une sorte de pommade qui rend invisible et qui n'a qu'un inconvénient : elle sent le caramel, ce qui permet de le localiser.

Ayant approché Miel (qui fait une apparition dans ‘Le déclic 2'), la belle secrétaire blonde, aux seins pulpeux et à la croupe épanouie, de Béatrice, l'objet de toutes les attentions de notre homme invisible, mais pas insensible ; celui-ci découvre d'une part que sa belle est surtout une mauvaise personne qui ne mérite en rien qu'il se consacre ainsi à elle et qui n'en a d'ailleurs strictement rien à faire, et d'autre part qu'il existe d'autres femmes et que celles-ci ont bien des charmes qui, maintenant qu'il est invisible, lui sont brusquement tout à fait accessibles…

Le trait continue d'être moebiusien et Fellini n'est jamais bien loin (les décors du théâtre), les poses de ces dames sont évidemment suggestives (c'est en quelque sorte un minimum), mais ce ‘Parfum de l'invisible' n'est pas très éloigné du ‘Déclic' : l'héroïne est à nouveau une victime et comme son partenaire invisible ne se montre guère, les planches du ‘Parfum' ressemble quand même beaucoup à celles du ‘Déclic'. ‘Fazit' : les albums érotiques de Manara se suivent et se ressemblent (en l'occurrence parfois un peu trop)…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pachy
  29 juillet 2016
Qui n'a jamais rêvé dans son enfance de devenir l'homme invisible. Pouvoir voir sans être vu, c'est ce qui va motiver un professeur de chimie à mettre au point une pommade qui rend invisible. Ce baume n'a pas de durée d'efficacité déclarée mais perd tout son pouvoir au contact d'une matière liquide telle que l'eau. Une particularité d'importance il diffuse une odeur de caramel.
Un seul but l'anime : regarder vivre celle qu'il aime secrètement depuis son enfance : Béatrice, une danseuse étoile.
Miel, la secrétaire de cette dernière va découvrir le secret du professeur et va se charger de lui faire découvrir les plaisirs du sexe, qu'il ignorait jusque là car son amour pour Béatrice, il le veut platonique.
Les situations et les quiproquos vont s'enchaîner. Miel se retrouvera, en public, dans des situations plus qu'impudiques.
Que l'on se plonge dans les albums du « parfum de l'invisible » ou du « déclic », on sait que l'on est pas dans un album de Martine (ou bien une parodie x)
Mais bon Manara vaut toujours le détour, même dans ce genre érotique + ; si ce n'est pour le scénario qui ne va pas non plus très loin, l'univers graphique est de bone, de très bonne qulité.
Préférez la version noir et blanc que l'on doit encore trouver au détour d'un site internet marchand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rulhe
  26 décembre 2017
une bonne bd érotique.
on rigole beaucoup au déboires de miel la pulpeuse secrétaire, de Béatrice. vu qu'elle seule sait qu'un homme invisible
les observe.les femmes sont belles, les dessins
magnifiques. divertissant.👍
Commenter  J’apprécie          70
Erik_
  04 septembre 2021
C'est quand même une lecture un peu fade. Non pas qu'il ne se passe pas grand chose, mais surtout qu'on ne retient rien de vraiment intéressant.
Manara joue en l'espèce avec le fantasme de l'homme invisible. Que feriez-vous si vous aviez la possibilité d'être totalement invisible ? Braquer une banque ni vu ni connu ? Non, bien sûr. On préfère mâter une danseuse ringarde dans un grand hôtel : c'est plus passionnant !
J'ai lu l'intégrale. le second tome n'a pratiquement plus rien à voir avec le premier. On ne reconnaît même pas les traits de ce professeur de physique ayant mis au point la pommade de l'invisibilité.
A mettre au crédit de l'auteur : on ne tombe jamais dans la vulgarité et la pornographie. Cela reste de l'art avec toujours un excellent crayonné surtout pour dessiner les femmes. Cependant, je dois bien avouer que c'est un bien piètre scénariste.
Commenter  J’apprécie          20
UnKaPart
  20 décembre 2019
Deux volumes au compteur pour ce Parfum de l'invisible. le premier, capiteux, met en scène un chercheur qui a découvert le secret de l'invisibilité (ou plutôt qui l'a pompé sur H. G. Wells). le gazier en profite pour se faire plaisir (tu m'étonnes…). Comme on ne peut pas le voir, c'est Miel – personnage récurrent de l'oeuvre de Manara – qui occupe le premier rôle “visible” pour enchaîner péripéties rocambolesques et galipettes.
Lien : https://unkapart.fr/critique..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rulherulhe   26 décembre 2017
des chercheurs qui cherchent, on en trouve. mais des chercheurs qui trouvent
on en chercher.
Commenter  J’apprécie          80
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   18 mars 2013
- Regardez-moi ça ! Cette salope est en train de mimer parfaitement une pipe!
Commenter  J’apprécie          44
Erik_Erik_   04 septembre 2021
Promettez-moi de ne plus crier !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Milo Manara (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milo Manara
Lamia Ziadé Bye Bye Babylone Beyrouth 1975 -1979 éditions P.O.L : où Lamia Ziadé tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Bye Bye Babylone" et où il est question notamment de la guerre au Liban entre 1975 et 1979, de l'enfance et de la guerre des hôtels, des milices et des barbes à papa, des chrétiens et des musulmans, à l'occasion de sa parution aux éditions P.O.L, à Paris le 28 octobre 2019. "Dans ce livre, il y a des chewing-gums et des kalachnikovs. Il y a des bonbons, des chocolats, des barbes à papa, des bombes, des obus, des missiles et des grenades, des armes en tous genres. Il y a des Smacks, du Bonjus, et des roquettes de 140 mm. Il y a moi et mon petit frère, il y a des miliciens et des miliciennes, des phalangistes, des palestino-progressistes, des nassériens, des tigres, des fidayins, des moudjahidins et des mourabitouns. Il y a des leaders politiques. Des lugubres, des cruels, des cyniques, des monstres, ils planent sur la ville. Il y a des keffiehs, des treillis, des lunettes de soleil, des croix et des turbans, des chemises hawaiiennes et des sahariennes. Il y a les néons de Hamra et le hamburger du Holiday Inn, la bataille des hôtels et le massacre des camps, l?incendie des souks et le pillage de la rue des Banques. Il y a des enlèvements, des explosions, des assassinats, des rafales de mitraillette, et des cigarettes. Des Gitanes, des Marlboro, des Dunhill, des Viceroy, des Winston, et surtout des Kent. Des cendriers, des allumettes, des briquets Cartier en or, de la fumée, beaucoup de fumée, et du feu. Il y a des cartes à jouer, des dessins animés, des bandes dessinées, des jeux de société, des Matchbox, des bulles de savon, une panoplie d?Indienne et ma collection d?éclats d?obus. Il y a le magasin de mon grand-père et le foulard en soie de ma grand-mère, la Nivea de ma nounou et le Petzi de Walid. Il y a des cinémas en feu, le Roxy, le Radio City, le Dunia, l?Empire, le Rivoli, et des hôtels en flammes, le Palm Beach, le Vendôme, le Saint-Georges, le Phoenicia, l?Alcazar. Il y a la ligne de démarcation et la corniche de Manara. Dans ce livre il y a Beyrouth, en feu, en flammes, en étincelles, en explosions, dans le noir absolu, il y a Beyrouth qui brille."
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La bande dessinée de Manara

Milo Manara est un auteur de bande dessinée :

Argentin
Italien
Espagnol
Brésilien

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Milo ManaraCréer un quiz sur ce livre