AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B009YO3VPO
Éditeur : Éditions Sharon Kena (25/09/2012)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Tome 1 : Le Lapin Blanc Section paranormale des forces de l'ordre de Lauriennas.
Suite à un étrange e-mail, Alice Royale, enquêtrice fraîchement libérée du Centre des Êtres Clonés, se rend dans une discothèque où Humains et Vampires se côtoient. Sa nature l'a dotée de facultés psi lui permettant l'immunité contre les attaques psychiques des créatures aux dents longues. Mais à peine a-t-elle accepté la mission qu'une autre se présente à elle... et son partena... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
pititecali
  10 janvier 2013
Mon avis: 4/5, un vrai régal, très ...spécial !
Décidément, j'ai plutôt beaucoup de chance dans mes lectures en ce moment !! :)
Quand Sharon Kena a dévoilé la couverture de la nouvelle saga de sa maison d'édition Alice Royale, mon coeur s'est presque arrêté. J'ai su tout de suite que, peut importerait le contenu ou la qualité de livre, je voulais ABSOLUMENT l'avoir dans ma bibliothèque. J'ai été jusqu'à contacter l'illustrateur pour le féliciter de ce magnifique travail. Car voilà une couverture plus qu'entièrement à mon goût. Mon dieu que je l'aime, je ne m'en lasse pas de la regarder !
Bref, quelques semaines plus tard, évidemment (non je ne suis pas une grosse capricieuse qui cède à ses moindres pulsions) (enfin, presque pas), ce nouveau roman de l'auteure adorable Céline Mancellon, (qui faisait il y a quelques temps l'objet d'un coup de projo du dimanche dans le Calidoscope, que revoici) a intégré ma PAL après une petite razzia dans la boutique Sharon Kena. J'ai longuement caressé cette couverture, dont je suis toujours éperdument amoureuse. Aussi, je n'ai pas attendu trop longtemps pour le glisser dans ma PAL urgente, tant il m'appelait avec insistance. Surtout après avoir lu des avis plus que variés sur ce premier tome, que les unes ont littéralement adoré, quand les autres l'ont vraiment peu apprécié. Pas tellement d'entre deux en fait. Et après lecture, je n'en suis pas très étonnée. C'est le premier roman de cette auteure dont j'ai donc découvert la plume, et que je vais suivre avec attention désormais.
En effet, voilà une saga qui démarre sur un premier tome passablement "barré" (ce qui est pour moi un super bon point :D ) et une écriture un peu atypique. Écriture qui m'a personnellement plus que convaincue, franche, naturelle, directe, rythmée, mais je conçois qu'elle puisse dérouter certain(e)s.
Rien que la "catégorie" du livre est floue. J'ai choisi de le mettre en "bit-lit", à la manière dont il est classé chez Sharon Kena, mais sérieusement, j'ai pas mal hésité avec "inclassable". Car Alice Royale, ce n'est pas "juste" une histoire de vampires, très loin de là même !
En premier lieu, c'est une enquête policière, type série TV, je dirais, à épisodes. Je pense qu'il va y avoir un fil conducteur tout au long de la saga, l'histoire générale, mais probablement que chaque tome poursuivra une enquête indépendante. Quoique, vu la fin de celui-ci, je n'en suis pas aussi sure. Néanmoins, ça m'a fait penser à une série tv policière.
Policière genre Derrick ? Ah mais que nenni, point du tout !
Policière genre "qu'est-ce qu'elle a fumé l'auteure pour partir dans un délire pareil ?!" En effet, Alice Royale, c'est aussi (et surtout, pour moi) un truc complètement déjanté. Une histoire loufoque, tordante, j'ai vraiment ri à plusieurs reprises, je me suis vraiment éclatée durant cette lecture. Une sorte de lâcher prise général, une connivence entre l'auteure et son lecteur, une complicité, comme si tout n'était que clins d'oeil, et délire. J'ai totalement adhéré.
Le seul vrai gros défaut de ce livre, et on ne peut pas l'imputer à Céline, c'est qu'il n'a pas pu bénéficier d'une vraie bonne correction. Question de budget je suppose, mais c'est tellement dommage qu'un petit bijou pareil paraisse avec tant de fautes, de conjugaison notamment. Pas au point de me pourrir la lecture, mais suffisamment pour perdre carrément un point de ma note. Eh oui, sans ça, Alice Royale, elle avait 5/5, tant j'ai été convaincue par ce roman.
L'univers crée par Céline : Il n'est pas forcément très compliqué, mais il tient bien debout. Des créatures surnaturelles dans tous les coins (vampires, démons, chasseurs, sorciers, autre dimension démoniaque), une section de la police qui leur est consacrée, la section paranormale, des humains naturels, et des humains clonés, plus parfaits dans tous les sens du terme, mais avec une "connaissance relationnelle" proche de celle d'un poulpe, qui crée des scènes et des quiproquos vraiment tordants, beaucoup beaucoup d'humour, un tout petit soupçon d'érotisme... Céline a réussi le pari de nous entrainer dans un monde à la fois proche et éloigné du nôtre, sans aucune précision géographique, avec extrêmement peu de descriptions, d'éléments de localisation, sans que ça nous gêne en aucune manière, et sans que cela paraisse bizarre. Incroyable !
Les références à Alice au pays des merveilles sont bien plus subtiles que ce que je ne l'aurais pensé au premier abord, du fait du titre, du sous-titre et de la couverture. Partez dans l'esprit qu'il ne s'agit absolument pas d'une nouvelle version du conte. Plutôt un gigantesque clin d'oeil. Quelques références, les titres des chapitres, le nom de l'héroïne évidemment, et des traits de caractère des personnages, nous renvoient à l'histoire de Lewis Caroll, mais ça s'arrête là. Et j'ai apprécié tout du long cette ambiance et cette limite un peu floue, ce clin d'oeil à un livre que l'auteure doit avoir particulièrement à coeur, et que j'aime énormément.

Les personnages imaginés par Céline : Alors là, elle a fait fort. Je dois dire que je les ai absolument tous ADORES ! Ils sont bourrés de défauts, souvent énervants, terriblement atypiques et honteusement attachants. Évidemment, le perso principal c'est Alice, Mademoiselle Royale, qui m'a énormément fait penser à Tempérance Brenan de la série TV Bones (série et personnage que j'adore, ça tombe bien !). Assez froide et dénuée d'émotion, ce qui est dû à sa "nature" bien plus qu'à son caractère. Son statut de clone (je ne spoile pas là, c'est dit dans le résumé ;) ) fait d'elle un personnage très intelligent, avec un flair à tout épreuve, épaulé par des pouvoirs psychiques plutôt pratiques, mais sans aucune éducation sentimentale et relationnelle. Tout pour elle doit être "logique", "scientifique", le reste, elle ne l'a pas appris et toute son éducation est donc à faire. Ce qui engendre des situations franchement drôles avec ses partenaires masculins dans l'histoire. Entre ses incompréhensions et ses sarcasmes, je dois dire que je brule d'amour pour ce personnage !
Quant aux "mâles", justement parlons-en. Comment l'auteure peut-elle réussir l'exploit de nous rendre ses persos masculins absolument irrésistibles, en partant de caractères de merde comme les leurs ?? Je n'ai toujours pas la réponse à cette question. Mais entre les jumeaux vampires Corus et Julius Mephistom, bourrés du charme sauvage vampirique, bestial et plein de testostérone, l'inspecteur de police Russel Villard, désagréable au possible, rageux, râleur, impoli, rustre et brusque, et pourtant attachant, et au charme et à la personnalité ravageurs, ou le Hunter Beleth, chasseur démoniaque ténébreux et sûr de lui, dont on ferait assez facilement son petit 16h, franchement, y a du monde pour apprendre à vivre la vraie vie à notre petite Alice ! Et ils sont tous bien faits (tant au niveau du caractère et de la personnalité, qu'au niveau physique, bien entendu), bien construits, bien convaincants. Je félicite l'auteure de ce tour de force en l'applaudissement à deux mains !

Le style de Céline : C'est là que c'est peut-être plus compliqué pour les lecteurs. Personnellement j'ai trouvé que son style portait parfaitement cette histoire loufoque, car il est aussi décalé qu'elle. Céline a un rythme haletant pour écrire, qui nous entraine facilement et à toute vitesse dans ce roman, qui se trouve être très court, mais très complet. Elle maîtrise parfaitement le sarcasme et la dérision, aussi bien que ses personnages, et distille savamment l'humour autant dans la narration que dans les dialogues.
Céline, elle est "carrément barrée", et son style le reflète formidablement. Je dis "OUI" à 100% j'ai complètement adhéré ! Je regrette juste vraiment que la correction n'ait pas été plus sérieuse, car cela dessert ce super roman, très original. Mais bon, comme vous le voyez, ça n'empêche pas vraiment de le lire avec enthousiasme ! :D
Et en plus, Céline, c'est une vilaine pas belle qui nous laisse sur une touche finale (déjà que le roman est très court alors qu'on en voudrait beaucoup plus) vraiment terrible, on finit (bien trop vite) le livre et la dernière ligne en s'exclamant "Argggllle !" et en se rendant compte que le tome 2 n'est pas encore sorti, et qu'il va nous falloir attendre pour sauter dessus !! TERRIBLE !! C'est l'HORREUR, et je suis juste TERRIBLEMENT FÂCHÉE contre elle à l'heure où je vous parle (c'est pas pour du vrai ^^, quoique, un petit peu quand même)

En bref, sincèrement, si vous aimez rire et ne pas vous prendre au sérieux, si vous aimez dévorer un roman plus vite qu'une pizza, tellement on y entre facilement, si votre sens de l'humour a plusieurs millions de degrés et que vous aimez les personnages originaux et les histoires surtout pas fleur bleue mais plutôt délurées, jetez-vous sur ce livre, il vaut vraiment, sincèrement, le détour :)

Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lisamclivres
  14 novembre 2012
3,5/5
Comment une lectrice qui n'est pas (plus devrais-je dire) fan de bit-lit peut en venir à lire Alice Royale me direz-vous? Et bien c'est qu'elle est tout simplement fan de Céline Mancellon !!! C'est un bon argument non?
C'est un vrai défi que je me suis lancé à moi-même... moi qui me suis lassée de la bit lit depuis quelques années pour ne plus y trouver mon bonheur mais qui n'en reste pas moins un genre que j'ai beaucoup affectionné de part ses héros fantastiques et surnaturels je ne savais pas trop si j'allais adhérer à cette histoire.
J'avais été conquise pas certains écrits de l'auteure et je m'étais dit, pourquoi ne pas tenter sa bit lit et peut être me réconcilier avec ce genre? Je vous sens pressés de connaître la réponse!! Vous ne l'aurez pas tout de suite, laissez moi d'abord vous planter le décor de cette histoire...
Alice Royale c'est une jeune femme pas comme le autres. Classique pour une héroïne n'est ce pas? Eh bien non pas tant que ça! Alice n'est pas humaine! Vampire? non... Garou? non plus... Sorcière ? pas du tout! Alors quoi? Eh bien Alice est une F.C.... Femme Clonée!
Eh oui nous vivons dans un monde où les humains côtoient des êtres fantastiques (normal dans la bit lit) mais aussi des êtres clonés . Des hommes et des femmes reproduits à l'identique des humains mais avec des particularités qui les rendent supérieurs, au niveau physique ou psychique. Alice elle, elle a un réel don de précognition et l'utilise dans son métier, enquêtrice à la section paranormale des forces de l'ordre de Lauriennas. La classe hein? eh ben non pas vraiment... ce service n'est pas vraiment débordé ni apprécié ... Jusqu'au jour où elle reçoit un étrange mail lui demandant de se rendre dans un endroit qui s'appelle le Lapin Blanc. Habituée aux jeux de mots avec son prénom et le célèbre roman de Lewis Caroll elle hésite à s'y rendre mais emportée par la curiosité elle y va. À partir de ce moment là sa vie va prendre un coup de fouet! Et pour une F.C. dont les 25 premières années se sont passées au C.E.C (centre des études clonées) avec un apprentissage comment dire... très succinct sur le monde des humains, ça ressemble à un réel bouleversement!
Voilà pour une mise en bouche sur l'histoire, je n'en dirai pas plus, d'ailleurs l'intrigue en elle même ne m'a pas captivée je l'avoue! Les histoires entre démons, vampires, humains et autres, ce n'est plus vraiment ma tasse de thé, je l'ai déjà dit.
Ceux que aiment la bit lit seront par contre heureux je pense.
Non, moi ce sont les personnages que j'ai "kiffer" comme on dit!!
Alice est merveilleuse!! Une héroïne comme j'en ai rarement vu! D'une naïveté à vous faire tomber de votre chaise mais seulement causée par son inexpérience des "us et coutumes" des humains. Elle est du fraîcheur d'une candeur qui fait du bien! Rien n'est calculé avec elle! Les choses lui sortent de la bouche sans aucune arrière pensée ou préméditation, et je vous assure que cela va occasionner des situations très très cocasses! Côté clonage, sa "création" a connu quelques ratés car elle a la particularité d'avoir les yeux vairons et de souffrir de narcolepsie.
Bon alors, oui je vous vois venir... et les beaux mâles alphas ils sont où ?? j'y viens, j'y viens!
Bien sur Céline Mancellon n'allait pas créer une héroïne de ce genre pour la laisser cumuler les gaffes sans que quelques spécimens masculins en fassent les frais! Et ces hommes, l'auteure en a fait des personnages qui ne vous laissent pas indifférent. Pour faire simple (si je puis dire) nous avons Russel, le flic humain qui déteste les clones et doit collaborer avec Alice, Julius le vampire mêlé à une sombre histoire qui va donner lieu à une enquête et Beleth le Hunter démon venu encadrer l'enquête depuis le monde des démons... Bon je ne vais pas vous le cacher, ces trois là vont tous se rapprocher, chacun à sa façon, d'Alice. La pauvrette qui 2 jours avant n'avait aucune notion sur les relations hommes/femmes va être assaillie de propositions quelque peu...indécentes. Et là où l'auteure m'a eu, c'est qu'à la fin mon coeur de lectrice romanesque n'a pas pu choisir son héros! Et donc qu'est ce qu'il se passe dans ces cas là? eh bien on a envie de lire la suite pardi !!! Bravo Céline Mancellon, chapeau bas, finement joué!
Ce que j'adore aussi chez cette auteure, c'est que les dialogues ne sont jamais là pour combler ou faire joli, ils ont tous un véritable sens et alors c'est jubilatoire! Les personnages ont toujours beaucoup d'esprit, de la répartie et j'adore lire les dialogues de "drague", on passe du rire aux papillons dans le ventre.
On s'attache vraiment très vite aux personnages et surtout à Alice et quand on lit la fin de ce tome.... on sent toute la perversité, tout le sadisme de l'auteure!! À bon escient je vous rassure! On VEUT savoir la suite!!
Pour résumé, j'ai bien aimé, plus le côté relations entre les personnages que l'intrigue elle même il faut dire. Mais le chemin que prend l'intrigue à la fin du tome me plait plus que la façon dont elle démarre donc je pense que le tome 2 comblera ce manque pour moi. J'ajoute également que j'ai eu un peu de mal au début avec le style du récit, à la première personne avec un côté "je vous raconte ma vie" mais après quelques pages on s'y habitue et ça passe.
Alice vaut vraiment la peine d'être découverte, c'est un personnage attachant et drôle et on a envie de suivre ses aventures et surtout bon sang de bois de savoir vers qui son coeur va tendre!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Myiuki
  07 novembre 2012
Attention ovni ! Ce roman, je ne peux le qualifier autrement. C'est vraiment un livre hors normes, totalement décalé par rapport à la bit-lit traditionnelle et c'est tant mieux ! On sort des sentiers battus - mais pas trop quand même - et on plonge dans un univers tout nouveau, plein de mystère et d'humour, de quoi vous garantir un très bon moment de lecture. La couverture vous attire ? Moi, elle m'a fait craquer et je peux vous dire que le contenu est à la hauteur. En bref, vous allez passer un super moment avec Alice ...
Au pays des merveilles ? Non, pas forcément, même s'il est clair qu'il y a une petite inspiration à chercher de ce côté-là, notamment dans les en-têtes de chapitre. Non, Alice n'a pas pour meilleur ami un lapin un peu spécial et n'est pas poursuivi par la méchante reine des cartes, enfin, pas pour l'instant du moins. Notre héroïne hors du commun n'est rien d'autre qu'un clone. Eh oui, vous avez bien lu, un clone. Bon alors là, je dois dire que j'ai été séduite par cette idée. L'auteur fait cohabiter dans son roman des humains, des clones et des créatures surnaturelles, de quoi satisfaire les goûts de tout le monde. J'ai trouvé ça hyper original de mettre en avant ce personnage de clone, ou F.C. (femme clonée), c'est une approche innovante dans le monde de la bit-lit et, pour ce que j'en ai lu jusqu'à présent, inédite. L'avantage principal de ce personnage, c'est qu'un clone, à la base, est une "machine", ici, pas du tout, enfin, pas totalement. Même si Alice a toutes les caractéristiques de base du clone, force physique, dons particuliers (ici, psychiques), physique passe-partout, elle en a surtout les "inconvénients" si on peut dire ça comme ça. En fait, on découvre vite qu'Alice est une clone rebelle qui s'ignore. Au lieu d'être aussi insipide que ses camarades clones, elle utilise le sarcasme à outrance (c'est d'ailleurs toujours drôle et amène à des situations plutôt cocasse), elle s'habille de façon "osée" (voir sa collection de pyjama), elle refuse de porter des lentilles malgré ses yeux vairon (les lunettes, passe encore ...), et surtout, elle aime se sentir intégrer auprès des humains.
Ce qui nous amène à son gros défaut. En tant que F.C., Alice a été conditionnée pendant 25 longues années dans un centre spécialisé avant de partir vivre sa vie sur le terrain, du coup, même si elle connaît tout ce qu'il y a savoir sur la race humaine et tout ce qui va avec, il lui manque les cours d'éducation sentimentale. Pas la peine d'aller plus loin pour comprendre qu'Alice va devoir apprendre par ses propres moyens ce que veut dire éprouver de l'amitié, de l'amour ou encore du désir. Et c'est l'une des parties les plus drôles du texte. Voir cette naïve et timide jeune femme mettre tous les hommes qui l'entoure dans des situations pas possible, ça vous fait immanquablement rire ou du moins sourire. J'ai adoré la voir attiser l'attirance de ces messieurs sans même qu'elle s'en rende compte, c'est cocasse. Ce qui m'a un peu plus gênée dans l'affaire, c'est qu'on a l'impression qu'elle se trimballe un harem et qu'aucun homme ne lui résiste ... Il y en a trois, vraiment majeurs je dirais, dans le roman et tous, sans exception, tombent à ses pieds ... avec plus ou moins de succès. Ouais, je ne sais pas, d'un côté c'est amusant parce qu'on se demande lequel va bien pouvoir l'emporter, les paris sont ouverts et le lecteur a forcément un favori dans le lot, soit l'inspecteur Villard, l'ours mal léché, soit Julius, le vampire un peu trop sûr de lu, soit Beleth, le roi démon, ténébreux et dangereux. Je ne vous dirai pas pour lequel j'ai craqué personnellement, parce que je suis encore en train de débattre avec moi-même à l'heure qu'il est. D'un autre côté, j'ai trouvé ça un peu trop rapide, un peu trop facile, notamment pour Russel qui dit au début qu'il n'aime pas les clones et qui craque pour Alice deux pages plus loin. A voir.
Ce qui m'a plu aussi dans ce roman, c'est l'enquête menée par Alice et l'inspecteur Villard. Finalement, je l'ai trouvé bien ficelée, il y a des rebondissements, des questions, des révélations, des indices, c'est bien tourné et de fait, ça paraît tout à fait cohérent, on suit la progression de l'enquête avec intérêt tout en formulant nos propres hypothèses. Et je dois avouer que la conclusion de l'affaire m'a bluffée, je ne l'avais pas vu venir celle-là. J'adore être surprise quand le nom du tueur est dévoilé et là, je l'ai été, alors merci à l'auteur ! Vraiment, j'ai trouvé que l'évolution de la vie sentimentale d'Alice se calait parfaitement avec l'avancée de son enquête, ces deux niveaux de lecture s'entremêlent très bien, et ajoutent du piment à l'un et à l'autre, c'est très bien équilibré. le lecteur se retrouve embarqué au sein de la section des affaires paranormales de la police dans le cadre d'une disparition, celle d'un démon, et d'un homicide, celui d'un vampire qu'on a vidé de son sang et dont on a arraché le coeur. Pas très joyeux tout ça, même plutôt sombre. de voir le personnage d'Alice évoluer au milieu de tout ça amène beaucoup de légèreté au texte sans enlever à son côté énigmatique pour autant. C'est la première affaire d'Alice également, ce qui fait qu'on la voit essayer de se débattre avec le fil de ses pensées, ses hypothèses, ses conclusions, c'est intéressant également de voir comment ils en arrivent à démasquer le coupable. Même si j'aurais sans doute voulu que ça dure plus longtemps ... En tout cas, j'ai trouvé qu'il y avait de l'action, que ça avançait d'une manière logique et que les ficelles employées par l'auteur pour nous tromper sur le coupable étaient plutôt bien trouvées. C'est une enquête que j'ai pris plaisir à suivre.
Je pense aussi que la réussite de ce roman tient avant tout à son personnage principal, mais pas que. Tous les personnages présentés par l'auteur ont quelque chose qui fait qu'on s'y attache tout de suite, ils sont bien définis dès le départ, et on prend plaisir à les suivre tout au long du roman. L'auteur a un style d'écriture que j'ai beaucoup apprécié, fluide, simple, beaucoup de phrases courtes, un rythme rapide, mais surtout, surtout, elle manie à merveille le sarcasme et l'ironie au travers de son personnage, Alice. C'est un véritable florilège d'humour ce roman, on n'en perd pas une miette et on a qu'une envie, vite arriver à la page suivante pour voir ce qu'Alice va nous concocter. Devenir humaine pour une F.C. est plus délicat qu'il n'y paraît et c'est fascinant de la voir tenter tant bien mal de devenir ce qu'elle n'était pas destinée à être au départ. Je pense que ce personnage, servit par une écriture entraînante, prenante, happe le lecteur dans cette histoire sans même qu'il s'en rende compte. Une fois qu'on a commencé ce roman, on a pas envie de le lâcher et surtout, après une fin comme celle-ci, on a qu'une envie, vite connaître la suite ! Je ne sais pas qu'elle est la recette magique de l'auteur pour avoir réussit le pari de m'envoûter ainsi avec son roman, mais une chose est sûre, j'en redemande ! J'ai adoré me plonger dans cet univers qui manipule les mythologies des nocturnes et des clones pour en faire quelque chose d'innovant, d'inventif et d'original. Ce fut un petit délice cette lecture et je me suis vite attachée aux différents personnages, même si, pour cause du "je" narrateur, ma préférence va à Alice, et j'ai hâte de les retrouver pour de nouvelles aventures.
Pour conclure, je dirais que c'est un roman certes simple en apparence, mais plus complexe qu'il n'y paraît en profondeur. Son style, son originalité, ses personnages attachants, son récit sous forme d'enquête policière intriguant, lui donne tous les atouts pour vous donner envie de le lire et franchement, si vous le faites, vous ne le regretterez pas. Alice Royale vous promet un très bon moment de lecture !
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yuukikoala
  29 avril 2014
Je dois avouer, qu'au début, je ne savais pas vraiment trop à quoi m'attendre. D'autant plus, que je ne suis pas tellement friande de la bit-lit généralement, mais le côté enquête ici m'intéressait énormément (d'autant plus que j'aime bien les enquêtes surnaturelles, je trouve que c'est sympa aussi.).Attirée par la couverture (un peu quand même, ce lapin ne donne-il pas envie de lire ce livre hein ?) et le sujet, j'ai donc essayé avec ce premier petit tome, (si petit... pourquoi donc est-il si court ?) et, je dois avouer, qu'il était très bien et que je ne suis pas déçue. Se basant un peu sur des tournures implicites d'Alice au Pays des Merveilles, le nom des chapitres était aussi mystérieux que des paroles du Chat de Cheshire, mais j'ai tout de suite aimé. En fait, j'ai accroché dès le début du livre finalement. Dès la première page, la façon dont s'était écrit, le ton sarcastique d'Alice et même juste, l'étrange e-mail, m'intriguait vraiment. J'ai donc poursuivi mon chemin pour y découvrir plusieurs personnages. Et surtout, une chose auquel je ne m'attendais pas du tout : Des Clonés. Les clonés, sont des humains clonés (non pas possible !) qui possèdent certaines aptitudes physiques ou psychiques, et qui sont parfaitement formés pour ne pas sortir de la masse (et être à la fois parfait, et fade.). Alice, en fait partie. Clairvoyante, médium et tout le tralala, sa vision extrasensorielle (et ses deux yeux vairons qui me donne envie de la dessiner) lui ont donc donné le moyen de devenir enquêtrice dans une section spéciale : Celle du paranormal. Et c'est là qu'on apprend que les créatures surnaturelles côtoient notre monde. Bienvenue messieurs les vampires charmeurs et démons rempli de luxures. Suite à cette introduction à l'univers (qui continue tout de même tout le long du livre, normal, c'est un premier tome, il faut bien placer toutes les bases), on découvre le meurtre. Puis les suspects. Puis surtout, le premier type du harem qui entourera Alice tout le long de sa trépidante investigation : L'inspecteur Villard, l'ours mal léché au caractère plus mauvais que le temps gris que je vois depuis ma fenêtre. Mais comme tout temps gris, il y a des rayons de soleil, et j'ai vraiment apprécié ce personnage. Sa façon de parler, d'être réticent à tout ce qui est surnaturel, et comment il est content des fois. D'ailleurs, j'ai aussi adoré Alice, parce qu'elle est vraiment "innocente" sur certains points, et à de nombreuses reprises j'en ai bien ri. Mais, elle reste assez sarcastique, et je placerais d'ailleurs un peu plus tard, un minuscule extrait pour le prouver. L'enquête continue, et on découvre (enfin on le voit dès le départ mais bon), le deuxième type du harem de Mademoiselle Alice : Julius. Déjà j'ai craqué pour son prénom, ensuite, sa façon de parler (oui encore, mais chaque personnage dans ce livre à une façon toute particulière de parler, et je sais pas, j'ai adoré !). Après, je suis mitigée, comme je préfère Villard, bah Julius passe en second, et il m'a un peu paru lourd des fois. Tout comme le troisième type du harem qui vient plus tard : Beleth. D'ailleurs, lui, je lui ai pas trouvé grand chose pour l'aimer, et comme j'ai tendance à difficilement aimer les harems parce qu'à chaque fois j'ai peur que la fille finisse pas avec celui que je préfère, ben deux types ça va, mais au bout du troisième j'ai un peu soupiré d'exaspération, et rit aussi, parce que ça fait vraiment l'effet "harem", d'autant plus que j'ai la vague impression qu'il va augmenter. L'écriture est sympathique, faut dire que généralement, moi, quand la première personne du singulier est bien géré, j'aime beaucoup. Il y a juste des passages où c'est assez embrouillant et où j'ai eut quelques problèmes pour comprendre ce qui ce passait (ou bien j'étais trop fatiguée pour réfléchir). Mais, cette écriture est assez addictive, et c'est sympa donc. L'univers est cool aussi, assez particulier quand même, et bien réfléchi. Et les vampires sont pas tout mignonrondoudou mais juste très racoleurs et dragueurs. Et au niveau de l'enquête, ça va, comme c'est un petit livre, on a pas non plus une super enquête de la mort qui tue, mais tout de même bien trouvé, parce que je me doutais pas du coupable (enfin si mais non pas complètement), pas du mobile, et que même si j'ai eut une impression de facilité ça allait quand même (je suis tellement exigeante pour les enquêtes...) Finalement, j'ai vraiment aimé ce livre, d'autant plus qu'il est très addictif j'ai trouvé, et qu'il me tarde d'avoir la suite, car il reste pleins de mystères à résoudre et que ça me donne envie de savoir moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Parthenia
  08 septembre 2015
C'est le premier livre de bit-lit que je lis, mais le deuxième de Céline Mancellon, après Pomme d'Eden. J'avais bien aimé l'humour et la légèreté de l'auteure alliés à des thèmes intéressants, même si j'avais déploré quelque facilité narrative et un certain manque de profondeur. Alors, verdict pour celui-ci ? Eh bien, j'y retrouve les mêmes qualités et les mêmes défauts que dans son autre roman...
Mais commençons par le commencement !
Alice Royale est une jeune clonée, "détectée au C.E.C (Centre des Êtres Clonés) comme médium sensitive, clairvoyante avec un don de précognition !" (page 6), - rien que ça - et dont la seule raison de vivre est de servir la société des humains du mieux qu'elle peut ! Nous apprendrons d'ailleurs plus loin avec une stupéfaction révoltée que les clones sont stérilisés (ce qui donne au récit un petit côté dystopique plutôt intéressant). Les Clonés sont donc rigoureusement encadrés, éduqués par un tuteur dont la personnalité les influence (ainsi, Alice a écopé d'une tutrice très stricte, qui lui donne son goût pour les tailleurs et les chignons sévères...)
Bref, Alice, employée comme enquêtrice à la section paranormale - et décriée - des forces de l'ordre de Lauriennas, partage son bureau avec Meredith Hanson, une spécialiste humaine des vampires, et Bertrand Tompart, spécialiste tout aussi humain des métamorphes.
Un jour, elle reçoit un e-mail étrange l'invitant à suivre le Lapin Blanc... Il s'agit en fait d'une invitation à se rendre à une discothèque tenue par deux vampires, les sulfureux et sexy jumeaux Corus et Julius Mephistom, qui ont donné le nom de Lapin Blanc à leur boîte de nuit gothique. Les deux propriétaires s'inquiètent de la disparition de leur associé, un démon appelé Sorath.
Quelques heures plus tard, Alice est tirée du lit par l'inspecteur Russell Villard qui l'entraîne sur une scène de crime où gît le cadavre d'une vampire fraîchement transformée, désormais vidée de son sang et à laquelle on a arraché le coeur ! Or, il s'avère que le corps a été retrouvé à proximité du Lapin Blanc. Ces deux affaires sont-elles liées ?
C'est ce qu'Alice va s'appliquer à démontrer, malgré l'hostilité de son nouveau partenaire Russell Villard qui ne cache pas son dégoût pour les Clonés et malgré les avances insistantes de Julius Mephistom, excité par le défi que constitue l'immunisation de la jeune femme contre le pouvoir psychique des vampires !
Et pour corser le tout, elle est obligée de faire appel aux services du démon Beleth, un Hunter particulièrement puissant possédant pas moins de quatre-vingt-cinq légions de démons, roi en sa dimension, et qui tombe également sous son charme....
J'ai beaucoup aimé l'univers décrit par Céline Mancellon : les vampires se régénèrent "dans l'acte sexuel ou dans l'absorption de sang" (page 13), les démons, sexy en diable dans leurs longs manteaux de cuir, chevauchent d'énormes motos noires (métaphore sexuelle ?^^), je regrette juste que cet univers et ses personnages ne soient pas davantage décrits ni les détails développés, ce qui nous donne parfois l'impression de survoler l'histoire.
J'ai trouvé l'héroïne très attachante : elle se montre d'une franchise parfois déroutante, mais fait preuve d'une telle inexpérience en matière sentimentale que certaines de ses réactions apparaissent totalement décalées, donnant une dimension cocasse au récit.
Et Beleth, franchement, quel démon au charme dévastateur !!! Difficile, à l'instar de l'héroïne, de rester insensible à son sex-appeal !
Concernant, les références à l'oeuvre de Lewis Carroll, n'ayant pas lu le livre, je ne pourrais vous éclairer sur ce point, à part pour le prénom de l'héroïne ainsi que le nom de la discothèque, et les titres des chapitres qui reprennent des références à certaines scènes d'Alice au pays des merveilles...
Pour conclure, une lecture agréable, parfaite pour cette période estivale, mais dont le potentiel a été un peu gâché à mes yeux par le manque de détails. J'aurais aimé que l'auteure fouille davantage son univers et la psychologie des personnages pour leur donner plus d'épaisseur et de profondeur, si bien qu'en ayant lu ce livre il y a 3 semaines, je dois avouer que j'avais oublié le cliffhanger de fin en écrivant ce billet.
De plus, attention aux fautes de conjugaison : je suis tombée sur une qui m'a particulièrement fait saigner les yeux !

Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
wentworth23wentworth23   03 avril 2013
On dit de moi que je suis une rebelle. Et ce, simplement parce que j'ai demandé de NÉGOCIER car je refusais de porter des lentilles cornéenne afin de cacher ma différence. Je m'appelle Alice Royale et je suis la F.C. numéro 628! Mais je suis également une jeune enquêtrice fraîchement sortie du C.E.C..Aujourd'hui, j'ai reçu un courriel anonyme disant : "Suis Lapin Blanc". J'ai deux choix, soit c'est une mauvaise blague en lien avec mon nom et le fameux livre ou on me demande de me rendre à la discothèque branché "Le Lapin Blanc", où l'on peut rencontrer humains et vampires. J'ai opté pour la deuxième option! Après ma visite, j'ai donc accepté le contrat. "

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
wentworth23wentworth23   03 avril 2013
Etait-ce une mauvaise blague?
J'avais reçu ce petit mot dans ma boite mail ce matin.
"Suis le Lapin Blanc"
Oui... mais encore?
On me demandait, à moi, Alice Royale, de suivre un dénommé Lapin Blanc.
Deux choix s'offraient :
Le premier, à priori le plus logique : la plaisanterie douteuse faisant référence à la fois à mon prénom et au fameux livre mondialement connu.
Le second, toujours dans la plaisanterie facile, m'indiquait de me rendre à une discothèque qui portait - notez la fabuleuse coïncidence - le nom de "Lapin Blanc".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
wentworth23wentworth23   03 avril 2013
Nos gènes ont été sélectionnés afin de correspondre aux criètes classiques de beauté.
Nous ne devons pas mettre mal à l'aise avec une plastique exceptionnelle, sans pour autant ressembler à des créatures de Frankenstein. Nous ne devons inspirer ni envie ni peur chez les humains "naturels".
Donc oui nous sommes beaux... mais pas trop.
Commenter  J’apprécie          10
EMELOUEMELOU   27 mars 2013
Beleth leva les sourcils.
– Serait-ce une proposition ? dit-il, faussement interrogateur.
– Non. C’est juste un rappel des bonnes manières.
– Ne jouons pas sur les mots, il est de notoriété publique que les hommes n’ayant pas de relations intimes avec les femmes se doivent de préserver la pudeur de ces dernières.
Commenter  J’apprécie          10
RhiaRhia   29 juin 2015
– Vous êtes la section paranormale et je suis celui dont dépend ce département. Une communication simple et rapide sans intermédiaire est nécessaire…
Ça se tenait.
– … et puis je suis d’avance tout émoustillé par nos longues conversations téléphoniques. Il existe d’innombrables choses réalisables au téléphone.
Ça se tenait beaucoup moins.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Céline Mancellon (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Céline Mancellon
« Vous n'éteindrez plus jamais la lumière. »
PARANORMAL HUNTERS : Promenons-nous dans les bois… - Épisode 3 / Une histoire en deux parties https://bit.ly/2QQK96Q
Le témoignage terrifiant de randonneurs au sujet d'un animal gigantesque dans le parc naturel du Vercors entraine les Paranormal Hunters dans une nouvelle aventure.
Will Kemper est le fondateur de l'organisation Paranormal Hunters. Avec l'aide de Lola Martinez, la médium, d'Anton Loubert, le scientifique et de Luc Schmidt, l'assistant loufoque, ils filment des manifestations inexplicables pour les faire découvrir au plus grand nombre mais aussi pour aider les personnes faisant face à des phénomènes inexpliqués.
Les histoires de Paranormal Hunters retracent plusieurs bandes sonores originales enregistrées par les membres de l'organisation pendant leurs interventions.
Êtes-vous prêts à entendre ce qu'ils ont vécu ?
Par Céline Mancellon, l'auteure des séries best-sellers Bad Romance et Temps de lune parues aux éditions Milady et MxM Bookmark.
+ Lire la suite
autres livres classés : bit litVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1806 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre

.. ..