AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Patrick Manchette (Autre) Gébé (Autre)
EAN : 9782374981758
480 pages
Éditeur : Wombat (28/05/2020)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
De 1979 à 1981, parallèlement à ses activités d'auteur de romans noirs, de scénariste et de chroniqueur de polar, l'auteur tient pour "Charlie Hebdo" la chronique cinéma. Une édition intégrale de ses chroniques, moisson ludique et vivifiante de jugements iconoclastes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pecosa
  30 juin 2020
« Naguère, le cinéma était fait par les riches, pour les pauvres. A présent, il est toujours fait par les riches, mais comme les pauvres restent devant leur télé, le cinéma est fait pour les cadres. »
Ça démarre fort, ces Yeux de la momie, chroniques hebdomadaires de cinéma parues dans Charlie Hebdo de 1979 à 1982. Et ça se lit dare-dare, avec beaucoup de plaisir.
Manchette a le sens du verbe et de la phrase qui fait mouche. Et il a une grande culture cinématographique, aime tous les cinémas, parle de nouveautés, de classiques qui ressortent sur les écrans, de fanzines, de magazines, de romans, avoue qu'il n'a pas revu certains films depuis longtemps.
Mais ce qui frappe, c'est sa grande liberté de ton, son je-m'en-foutisme de bon aloi, il assume ses propos, argumente ses critiques, et relaye parfois les quelques courriers de lecteurs fulminants qui lui sont adressés au journal. Et oui, c'était le temps du courrier des lecteurs et non des procureurs 2.0 rendant des verdicts sans argumenter ni confronter les points de vue.
Manchette s'intéresse à tout, aime Hitchcock, Gene Tierney, Ida Lupino, s'emmerde devant les films néoréalistes, déteste Godard…
Du coup, on a envie de revoir des tas de films, on note les titres de ceux que l'on ne connait, on se marre quand il lamine avec talent des auteurs (Semprun), ou des oeuvres que l'on aime (Le Tigre du Bengale et le Tombeau hindou), et on admire ses analyses (Hawks, Hitchcock par exemple, bigrement intéressant).
Petit florilège, pour les nostalgiques des critiques qui ne riment ni avec copinage, ni avec publicité:
« Au temps où Costa-Gavras et Jorge Semprun, et Montand, ont entrepris de critiquer le stalinisme dans L'Aveu, ils ont choisi de porter à l'écran le témoignage d'un homme d'appareil maltraité par ses collègues, le témoignage d'un stalinien, le témoignage d'un menteur." (L'Aveu)
« A part ce que l'on savait déjà (Brooke Shields est mignonne, Nestor Almendros est un bon directeur de la photo), c'est bougrement vide et emmerdant, quelque part entre Walt Disney, Connaissance du monde et Paic Citron. » (Le Lagon bleu)
« Un lecteur, Alain Cangina de Cestas, s'insurge vivement (je veux dire qu'il me traite de con) parce que j'ai suggéré que Marguerite Duras ne sait pas écrire. Il tient qu'elle « a fait avancer la littérature comme personne ». Je suis en réalité, d'accord avec ce lecteur, et aussi avec le Roi Blanc de la Traversée du miroir; qui notait: « Il n'y a rien comme manger du houblon quand on s'évanouit. » Ce lecteur pense que je n'aime pas Hiroshima mon amour, j'étais au contraire impressionné de constater que c'est un film considérable, alors que son texte, sur le papier, est presque aussi ridicule que du Paul Eluard (ce qu'il y a de bien avec les grossières provocations, c'est qu'elles sont grossières). »
De plus, Les Yeux de la momie est doté d'une préface signée Gébé et surtout d'un Index de films et de noms cités.
Je remercie mes Editions du Wombat et Babelio pour l'envoi de cet ouvrage reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          476
greg320i
  05 juillet 2020
Mais avant tout , merci à Babelio, merci le gentil éditeur pour l'envoi et encore merci beaucoup Masse Critique .
Au premier abord de ce qui pourra nous être montrer, j'en crie aussitôt:
De l'intrigue, de l'intrigue bon sang !
On veut du lourd, du suspense, des énigmes digne de Sherlock, des révélations chocs et surtout de l'effroi à faire heu, froid dans le dos ..
Bref, des réponses à nos interrogations les plus profondes sur le cinéma.
Du style : Où vont les cris des victimes qui partent au paradis , comment découvre-t-on un meurtrier avant même que le crime soit commis ,, etc,etc.
Bon. Ok, l'amateurisme dans le digne septième art c'est pas terrible,je vous l'avoue. S'cuse me signor, pardon por favor, ,
J'en pers mon latin et préfère donc laisser le terrain aux pros, au vrais de vrais.
J'ai donc nommé le brillant Jean-Patrick Manchette. L'homme à la cigarette pour les intimes (Mulder, sort de ce corps ! ), ou l'hominidé qui fut reconnu comme le père ( le pèèèRe?? Ô Vador, sort..) spirituel du mouvement dit "néo-polar"
Rien que ça mon p'tit gars, ouaip !
Je n'aurais donc pas grand choses à tergiverser sur les qualités innées du bonhomme; ni à m'égarer sur la véritable signification du mot "Manchette"
(Bernard Pivot me hante ! hann..)
.Nom féminin.
1.Poignet à revers d'une chemise (Boutons de manchettes)
2.Au cinéma, les manchettes sont les zones situées de part et d'autre de la partie centrale du film où sont inscrites les informations des images et de la piste sonore , ,
-Le livre, parle du livre !
-Ah oui , les yeux de la momie ..
"Les z'yeux,ô les z'yeuux !,,," comme direz Philémon Siclone dans un album de Tintin ayant un peu trop fumer du cigare . . . (lui aussi)
Plus sérieusement , son contenu est à l'image de sa couverture, vous immolant d'un savoir rare de connaisseur en la matière , vous coupant le souffle net de son insolente prise de position sur à peu près tout, sans jamais en oublier rien.
Bref, un artiste comme je les aime, un vieux de la veille (lu d'une traite hier), une vieille peau à qui je tire mon chapeau .
Moi qui me prenais pour un expert Hitchcockien , j'en rabat avec respect mon caquet .
Et préfère du coup lire avec un plaisir certain la re-rencontre de mes films préférés , vu et surtout revu sous la plume d'un analyste qui en a sous..
le coude ;)
Ecrit par habitude du métier, volontairement poussé par l'envie de nous donner l'envie d'avoir envie ... ( le spectre de Johnny ?) , notre bon Jipé la Manchette est un grand homme plein de facettes, facile à lire , rempli d'anecdote savoureuse au souvenir gourmand..
En croquer un bout , sera déjà un péché doux de cinéphile .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PecosaPecosa   01 juillet 2020
Dans des conditions moins brutales, on peut revoir aussi Spellbound (La Maison du docteur Edwardes) qui est ressorti. C'est un Hitchcock mineur. Un Hitchcock mineur vaut mieux qu'à peu près tout. N'importe quel Hitchcock peut être vu et revu indéfiniment, on découvre de nouveaux trucs à chaque fois. Par exemple, il faut vraiment connaître par coeur Les Oiseaux pour ne pas regarder Suzanne Pleshette (une bien jolie personne) quand elle raconte à Tippi Hedren (une bien belle personne) ses amours malheureuses. Mais si vous connaissez Les Oiseaux par coeur, vous pourrez prendre le temps de regarder, derrière Suzanne Pleshette, la pile de disques, qui est floue (faible profondeur de champ). Et, en vous brutalisant un peu le cristallin, vous constaterez que le disque du dessus est Tristan et Isolde. Voilà donc un mec (Alfred) qui pousse la maitrise de l'image jusqu'à mettre du sens dans ce qui, dans l'image, a toutes chances de demeurer inaperçu. Voilà un auteur. Les auteurs existent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          205
PecosaPecosa   29 juin 2020
Pandora ressort. C'est un de ces films dont on dit qu'ils sont mythiques. C'est, comme on dit aussi, l'oeuvre d'un fou, Albert Lewin, esthète oscarwildien et réalisateur de quelques films seulement, dont Le Portrait de Dorian Gray et Bel Ami. Dans chacun de ses films confluent l'esthétisme décadent et la pire frivolité hollywoodienne. Quelques-uns ne voient donc ici que du bran, quelque chose comme les jardins californiens de W.R. Hearts, de la merde dans une urne d'or clinquant; et d'autres : "Des bas en soie, la chose aussi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PecosaPecosa   27 juin 2020
Pas d'ortolans pour la Cloducque, de Pierre Siniac, n'est pas un film, mais un livre qui vient de paraître aux Editions des Autres. Lugubre, déguelasse, hilarant. Si vous ne connaissez pas encore les bouquins de Siniac, surtout la série d'aventures de Luj Inferman et la Cloducque, vous perdez quelque chose. Au lieu d'aller au cinéma comme des veaux, apprenez à lire et procurez-vous dare-dare ce bouquin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
PecosaPecosa   28 juin 2020
Certains soutiennent qu'on ne peut pas critiquer bien ce qu'on n'aime pas. Ça non plus, il ne faut pas s'en étonner dans un temps où ce que l'on appelle une bonne critique, c'est bonnement une apologie.
Commenter  J’apprécie          275

Videos de Jean-Patrick Manchette (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Patrick Manchette
Gilles Magniont présente "les Lettres du mauvais temps : correspondance 1977-1995" de Jean-Patrick Manchette aux éditions La Table ronde.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2406445/jean-patrick-manchette-lettres-du-mauvais-temps-correspondance-1977-1995
Note de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : charlie hebdoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Un coup de Manchette

"Le terrorisme gauchiste et le terrorisme étatique, quoique leurs mobiles soient incomparables, sont les deux mâchoires du même piège à cons" affirme avec sagacité un personnage de ce roman au titre nihiliste....

Jamais sans mon AK 47
Nada
Non, rien de rien
Nevers est contre tout

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Patrick ManchetteCréer un quiz sur ce livre