AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203118393
300 pages
Casterman (25/01/2017)
3.96/5   42 notes
Résumé :
Suite à l'appel qui a rassemblé des cinéastes, des acteurs, des écrivains, etc., les auteures sont allées à la rencontre des réfugiés parqués dans le bidonville de Calais et des bénévoles qui leur viennent en aide. Elles témoignent de la détresse des hommes, des femmes et des enfants qui cohabitent là-bas, mais aussi de leurs espoirs d'une vie meilleure.
Que lire après Les nouvelles de la jungle (de Calais)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 42 notes
5
4 avis
4
9 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
"Les accords du Touquet" signés en 2003, entre la Grande Bretagne et la France ont joué un tour pendable, à cette dernière...


Permettre aux 2 états de réaliser des contrôles sur le sol du voisin, c'est autoriser les britanniques à refouler les Migrants jugés indésirables et laisser la France se débrouiller seule.


Il y a une malédiction sur Calais (souvenez vous des Bourgeois de Calais), une Entité ou un Monstre qui se repait des malheurs des migrants... Sarkozy annonce qu'il va fermer Sangatte, en 2003. Et, prend tout le monde de court,( ONG et migrants) en septembre 2002...
Plus de Sangatte!


Les migrants s'installent où ils peuvent, dans des canalisations géantes ou des bunkers, alors la police remplissent de gravats leurs pauvres abris.
On jette les couvertures dans les flaques d'eau, on pisse dessus ( Sarkozy était ministre de l'intérieur!)
On embarque les migrants en bus, pour les abandonner sans chaussures, à 40 kilomètres de la ville...
Alors, des citoyens aident les migrants, sans savoir qu'ils risquent la prison.
( L'affaire Monique Pouille, bénévole à "Terre d'errance" interpellée à 7h45, pour avoir laissé des migrants recharger leurs portables, chez elle)
Cellule jusqu'à 12h30 et 3h d'interrogatoire, comme pour du grand banditisme....


Les migrants squattent une forêt, dans une Z.I classée Séveso. Et pour y dormir, doivent payer des mafias. Heureusement, les "No Borders" les aident à trouver des squats en ville.
En 2008, La maire Natacha Bouchart( UMP) incite ses administrés, à faire preuve de civilité, en dénonçant les squatteurs...


Moi, je dénonce le Gouvernement qui ne fait rien et préfère s'attaquer aux "No Borders" ou aux citoyens qui tendent la pain aux migrants... Lisez ce livre qui explique par des images simples et explicites la situation à Calais...
Car en 2015, Bouchart "inaugure" a "New Jungle" entre une bretelle d'autoroute, une usine chimique et des marécages...
Commenter  J’apprécie          646
Yasmine Bouagga est sociologue, Lisa Mandel illustratrice.
Elles ont collaboré à plusieurs reprises pour la collection 'Sociorama', qui présente des sujets de société en BD.
Elles se sont rendues dans la jungle de Calais de février à octobre 2016, et témoignent dans cet album du quotidien des migrants et de ceux qui leur viennent en aide.

Même si le sujet ne prête pas à la rigolade, les auteurs parviennent à garder un recul et un humour qui évitent de tomber dans le pathos, tout en instruisant le lecteur puisqu'il s'agit d'une véritable enquête de terrain.
On apprend ainsi beaucoup sur les conditions de (sur)vie dans les différents camps (Calais, Grande-Synthe, Chocques...) - l'économie parallèle qui se met en place, les 'guerres de clan' selon les origines, le triste sort des mineurs sans parents sur place, la prostitution comme moyen de se protéger de pire encore...
On comprend pourquoi certains réfugiés préfèrent attendre à Calais plutôt que d'accepter de partir dans des CAO (centres d'accueil et d'orientation) dans d'autres régions, s'ils ont des proches déjà installés en Grande-Bretagne, par exemple.
On prend conscience du formidable travail des associations (on distingue celle mandatée par l'Etat, et les assos indépendantes), on voit comment sont répartis nourriture, produits de première nécessité, vêtements...
Et j'en oublie, parce que ma lecture date de deux mois.

A lire ! Il est rassurant d'apprendre qu'on peut aider par l'entremise d'associations sérieuses et efficaces, si on trouve inadmissibles l'inertie et les mesures répressives de l'Etat...
_____

♪♫ Mon Pays, Claudio Capeo, 2016
https://www.youtube.com/watch?v=z7WHMgi_OWM
Commenter  J’apprécie          471
La collection Sociorama, associant sociologie et BD est une collection imaginée par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga : cette collection présente des thèses en BD et dont les deux derniers titres sont Les nouvelles de la Jungle et Prézizidentielle.

Différents chapitres de cette enquête ont préalablement été publiés dans les pages du Monde.fr .
Une enquête de terrain pour découvrir l'accueil réservé aux réfugiés en France, pays des droits de l'Homme...

Lisa (la dessinatrice) et Yasmine (la sociologue) se sont rendues dans la "jungle" de Calais durant un an. Elles témoignent avec humour - et sans misérabilisme - du travail quotidie des associations pour soulager la détresse de ces milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui fuient la guerre.


Cette passionnante et étonnante BD donne à voir la question des réfugiés, des politiques migratoires et des frontières avec humour et acuité et de multiples anecdotes souriantes et cocasses,

On apprend plein de choses dans Les nouvelles de la jungle, notamment sur le formidable travail des associations qui tentent d'améliorer le quotidien de milliers de gens qui fuient la guerre ...Assurément, une BD à ne pas manquer!!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          160
Le sujet de la Jungle de Calais est épineux, et, comme souligné dans le livre, un sujet controversé qui amène bien trop souvent des débats houleux entre famille et amis. Qui saurait dire ce qui est bien ou mal dans le sac de noeud que concentre cette jungle de migrants ? Eh bien justement, c'est tout l'objectif de ce livre qui tente de démêler tout ce qui se joue autour de cette fameuse jungle de Calais. Une jungle qui cristallise beaucoup de sujets toujours d'actualités, et pas seulement le conflit des migrants.

Lisa Mandel a fait un super boulot dans cet album, retranscrivant un peu d'elle mais surtout beaucoup de ce qu'elle voit dans la zone de conflit. Calais, ville déserté par l'industrie et touchée par la crise migratoire devenue en quelques mois le centre de toutes les attentions. Allant voir d'autres jungles, parlant avec toutes les personnes qu'elle peut rencontrer, des migrants au flics, des officiels aux bénévoles, elle brasse tout les avis divergents autour d'un fait qu'on ne peut plus enlever. Et au final, j'ai même réussi à trouver une sorte de consensus autour de la jungle : la question de l'état inactif (presque tout le monde est d'accord pour dire que c'est l'état le premier responsable de cette situation en la laissant pourrir ainsi). Et j'ajouterais qu'il y a de belles remarques sur la convergence de luttes, la remise en question du capitalisme qui a causé de tels ravages, l'implication des frontières et des questions de droit humain, de solidarité et de lois (ah, le fameux délit de solidarité ...). En dressant un portrait le plus fidèle possible, on finit par se rendre compte que les soucis ne viennent peut-être pas des migrants, des bénévoles, des flics ou des associations, mais d'un système généralisé qui peut conduire des milliers de gens à fuir leurs pays, à les laisser vivre dans des conditions indécentes dans l'un des pays les plus riche du monde et qui finit par faire disparaitre la poussière sous le tapis d'un coup de baguette magique, sans rien résoudre. Et, comme dans les différentes crises que l'on traverse en ce moment, la solution vient peut-être de nos têtes et non d'ailleurs ... Une BD qui incite à réfléchir chacun de nos votes, puisque chacun à du pouvoir : de la commune à l'état en passant par les collectivités. Chacun a sa façon de pouvoir agir dans une telle crise, et c'est à nous de choisir quelle voie l'on veut prendre. Parce que faire disparaitre les migrants est impossible, et les ignorer ne changera pas les faits. Même si c'est la politique la plus choisie, dirait-on.

Lisa Mandel a un trait bien lisible, et que je trouve très adapté à ce genre de BD, c'est rigolo et dynamique, bien représentatif aussi. le texte n'est pas trop abondant, mais il faut quand même prévoir de lire ce livre à tête reposé, histoire de bien profiter de l'ensemble. Et peut-être une bonne balade ensuite, pour digérer tout ça ...
C'est une lecture qui m'a marquée, parce qu'encore une fois je me rends compte que tout ceci est avec nos impôts, c'est-à-dire notre argent. A moi, à vous. Et que quand on paye pour détruire des maisons de gens venus chercher une vie moins dure que celle qu'ils connaissent ... C'est notre responsabilité qui est engagée. La votre, la mienne. Et que quand je vois la longue liste de ce que nous devons au reste du monde par nos politiques et nos actions, cautionnés par un peuple inactif, ça me titille un peu trop pour ne plus m'y intéresser. La jungle de Calais, c'est la cristallisation d'enjeu européen, mondiaux sur fond de crise migratoire, sociale, politique, financière, culturelle. Un beau brassage, qui me permet encore une fois de me dire que cette société, je n'ai vraiment pas l'impression qu'elle marche.
Commenter  J’apprécie          10
Lisa Mandel auteure de BD, s'est associée à Yasmine Bouagga, sociologue et chercheure au CNRS, afin de mener une enquête dans la Jungle de Calais entre février 2016 et sa destruction en octobre 2016.
L'avantage de la BD, en tout cas telle que l'a produite Lisa Mandel, c'est qu'elle permet d'ajouter un aspect léger et décalé à un sujet qui en temps normal

J'ai aimé le style qui allie information et autodérision. J'ai beaucoup apprécié cette manière de me faire rire avec une sujet pourtant grave et sérieux (car oui, certaines scènes m'ont franchement fait hurler de rire).
L'auteure égratigne un peu tout le monde : Etat, forces de l'ordre et collectivités locales en tête de liste. Mais même certaines associations en prennent également pour leur grade.

Une manière intelligente et ludique de s'interroger sur un sujet de société, toujours actuel aujourd'hui même si la Jungle a été détruite en 2016, tout en passant un excellent moment.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
• lundi 23 mai 2016
Nous avons rencontré Tom, un moine bouddhiste anglais, volontaire sur le camp avec sa femme, Chissika.
- Avant j'étais travailleur social. Maintenant je suis prof de théâtre et moine zen. On vient du Kent.
Lorsqu'ils sont dans la jungle, ils vivent dans une caravane.
- On a commencé à venir à l'été 2015. On a passé un week-end avec des dons recueillis autour de nous et à notre retour on a ouvert une page Facebook 'Kent for Calais'. On a été surpris par l'ampleur de la solidarité, on a reçu des tonnes de choses et beaucoup d'argent. Du coup on a loué des camions. Avec Sylvain, de l'Auberge des Migrants, on a loué un entrepôt de 3 000 m2. On y trie les dons, prépare des paquets. On trouve parfois n'importe quoi. On a dû réfléchir à la manière de faire les distributions, interdire les distributions sauvages de particuliers. Même les files d'attente sont très critiquées car humiliantes pour les réfugiés et sources de conflits (t'as grillé la file / fuck you !). En plus les plus faibles et vulnérables ne viennent jamais aux distributions (les femmes, notamment).
[...]
Trois représentants de communauté (ou community leaders) :
- Laissez-nous faire les points de distribution par communauté.
- On distribuera équitablement les dons.
- On fera en sorte qu'ils ne finissent pas au souk de la nuit... [marché noir où les prix explosent en raison de la pénurie]
Mais les assos n'aiment pas trop recourir aux community leaders, parce que ça leur donne des positions de pouvoir assez contestées. Certaines continuent donc de faire des files.
(p. 233-235)
Commenter  J’apprécie          110
Tout le monde se pose la question de la prostitution. En fait, on ne sait pas grand-chose, les femmes se livrent peu...
On sait qu'il y en a.
Il y a celles qui n'ont pas trouvé d'autre solution pour gagner de l'argent.
Celles qui se font exploiter par un tiers... Il y a certainement des réseaux mais nous avons surtout entendu parler de cas isolés...
Celles qui se mettent sous 'protection' d'un homme. Ça peut parfois mener à des relations durables.
Mais la prostitution ne concerne pas que les femmes. Les hommes et les mineurs sont aussi concernés.
Pour les gamins seuls dans la jungle, se prostituer peut être un moyen d'acheter une protection, rembourser une dette. Ils sont aussi victimes d'exploitation et de violences...
Les mineurs ne bénéficient d'aucune protection car le centre 'femmes et enfants' leur est interdit.
(p. 125-126)
Commenter  J’apprécie          130
Le Centre de Sangatte est détruit le 31 décembre 2002.
Dans la foulée, en 2003, Sarkozy signe les accords du Touquet, qui renforcent les accords du tunnel sous la Manche.
La frontière anglaise n'est plus à Douvres mais à Calais.
Les contrôles sont renforcés.
[...] sauf que bien sûr les migrants continuent d'affluer.
Du coup ils s'installent où ils peuvent.
Dans les bunkers autour du centre.
Dans des canalisations géantes près des chantiers.
Les bunkers sont remplis de gravats par la police.
[...]
Les policiers jettent les couvertures dans des flaques d'eau.
Abandonnent les gens à 40 km de la ville sans chaussures.
Plus tard ils gazeront les tentes.
- Ils ont pissé sur ta couverture ? J'ai du mal à le croire !
Mais les témoignages se recoupent et les NO BORDERS, groupe radical anti-frontières, filmeront plus tard ce genre de scène de violence policière...
(p. 21-23)
Commenter  J’apprécie          120
1994 : ouverture du tunnel sous la Manche.
98-99 : la guerre du Kosovo provoque l'exil de milliers de gens.
Entre 100 et 200 Kosovars débarquent à Calais. La nuit, ils tentent de passer en Angleterre en se glissant dans des camions ou dans le tunnel.
Et la journée, ils sont à la rue.
[les autorités françaises :]
'Bon ben on va ouvrir des hangars pour vous abriter.
Et puis on va les refermer.
Puis les réouvrir.'
[des migrants :]
'Ouverture ! Fermeture ! Venez, on va s'installer au parc St-Pierre, au moins il restera ouvert celui-là.'
Le parc St-Pierre est situé en plein centre-ville.
L'Abbé Pierre est révolté.
- Je suis révolté ! Mon message ? Il n'y en a qu'un, je crois, qui est un cri ! Partagez, donnez, tendez la main aux autres, gardez toujours un carreau cassé dans vos univers bien feutrés.
(p. 11-13)
Commenter  J’apprécie          130
- Jeudi 3 mars 2016.
La jungle est démantelée par petits bouts, environ 1 hectare par jour. Et comme elle fait 20 hectares, je te laisse calculer.
Bernard Cazeneuve a promis : 'On fera ça sans violence, PAS de bulldozers.'
Du coup il y a des pelleteuses à la place.
[ dialogue fictif avec Cazeneuve : ]
- Nan mais c'est comme si tu faisais détruire le camp par des diplodocus, plutôt que par des tyrannosaures, tu vois. C'est à la cool.
- T'es tellement super mon Bernie.
- En plus c'est trop pratique parce qu'on n'a pas besoin de respecter la trêve hivernale, comme c'est des squatteurs. Normalement, on peut pas sortir une personne de chez lui mais là ON PEUT, surtout avec l'état d'urgence. L'état d'urgence, c'est vraiment LA LIBERTE.

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, le régime de l'ETAT D'URGENCE est instauré.
Destiné à lutter contre le terrorisme, il est aussi bien pratique pour lutter contre les migrants, qu'il s'agisse de rétablir les contrôles aux frontières, ou de démanteler le campement.

(p. 79-80)
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Lisa Mandel (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lisa Mandel
Comment rendre compte de la réalité de la psychiatrie en France aujourd'hui ? C'est à ce problème de santé publique, largement minimisé, que se sont attaquées – avec le dessin pour l'une, l'écriture pour l'autre – l'autrice BD Lisa Mandel et l'écrivaine Joy Sorman. Si Lisa Mandel est connue pour sa récente web-série et BD Une année exemplaire ou pour La Famille Malfa, une série de strips parus dans le Monde qui posent un regard drôle et grinçant sur la notion de famille, elle s'intéresse depuis plus d'une dizaine d'années au monde de la psychiatrie. Avec HP1. L'asile d'aliénés (2009) et HP2. Crazy Seventies (2013), et sans compter un prochain volume autoédité qui clôturera cette trilogie, Lisa Mandel a puisé dans les souvenirs et les témoignages de sa mère et son beau-père, infirmiers dans un hôpital psychiatrique de Marseille, ainsi que de leurs collègues, pour dresser une grande fresque sur les maladies mentales qui s'étend de 1978 à 1982.
Joy Sorman, qui n'aime rien tant que s'immerger dans des mondes différents avant d'écrire (une gare pour Paris gare du Nord, des abattoirs pour Comme une bête, un fabricant de lits pour Lit national…) a partagé le quotidien des soignants et des patients d'une unité de soin psychiatrique tous les mercredis pendant un an avec l'autorisation de circuler librement dans le pavillon 4B qui comprend douze lits et une chambre d'isolement. Dans À la folie, elle nous plonge dans l'ambiance des hôpitaux psychiatriques, décrit les patients qu'elle croise et avec qui elle échange, détaille les traitements chimiques, le tout avec une écriture d'une précision chirurgicale et un sens de l'observation hors-norme, mêlant sensible et intelligible.
D'un même élan, des liens se tissent entre les dessins de l'une et la narration de l'autre, dressant l'inventaire d'un système hospitalier épuisé qui se déshumanise tout en posant la question fondamentale : qu'est-ce que la folie ? Rencontre avec deux autrices engagées qui n'ont pas peur de sonder les parts sombres de notre société. ___
À lire Joy Sorman, À la folie, Flammarion, 2021. Lisa Mandel, HP. 1 – L'asile d'aliénés ; HP. 2 – Crazy Seventies, L'Association, 2009 et 2014.
___ Une rencontre avec  Lisa Mandel (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/lisa-mandel/) et Joy Sorman (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/joy-sorman/) animée par Yann Nicol (https://ohlesbeauxjours.fr/programme/les-invites/yann-nicol/) et enregistrée en public le 17 juillet 2021 au conservatoire Piere Barbizet à Marseille, lors de la 5e édition du festival Oh les beaux jours !. (https://ohlesbeauxjours.fr/) 
___ Un podcast produit par Des livres comme des idées (http://deslivrescommedesidees.com/). Montage : Clément Lemariey Voix : Benoît Paqueteau Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 (https://ohlesbeauxjours.fr/evenement/the-unreal-story-of-lou-reed-by-fred-neche-french79/) 2022 © Oh les beaux jours ! (https://ohlesbeauxjours.fr/).
+ Lire la suite
autres livres classés : migrantsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (78) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4888 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..