AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Alix Senator tome 2 sur 14
EAN : 9782203066373
50 pages
Casterman (11/09/2013)
3.85/5   97 notes
Résumé :
Alexandrie, an 12 avant Jésus-Christ. Accompagné de ses fils Titus et Khephren, Alix Gracchus, désormais sénateur romain, parvient à Alexandrie, où il est en mission pour le compte de son ami et protecteur, le puissant empereur Auguste.

Suite aux événements tragiques survenus dans La Trahison des rapaces, Alix doit retrouver la trace du général Quintus Rufus, qu'Auguste soupçonne d'être responsable des meurtres d'Agrippa et de Lépide. Revenir ainsi e... >Voir plus
Que lire après Alix Senator, tome 2 : Le dernier pharaonVoir plus
Alix Senator, tome 1 : Les aigles de sang par Demarez

Alix Senator

Thierry Demarez

3.64★ (1317)

14 tomes

L'Expédition, tome 1 : Le Lion de Nubie par Marazano

L'Expédition

Richard Marazano

3.32★ (204)

3 tomes

Lefranc, tome 1 : La grande menace par Martin

Lefranc

Jacques Martin

3.50★ (3411)

33 tomes

Alix, tome 1 : Alix l'intrépide par Breda

Alix

Mathieu Breda

3.44★ (7189)

41 tomes

Les Ombres du Styx, tome 1 : Le maître de l'éternité par Dethan

Les Ombres du Styx

Isabelle Dethan

3.48★ (101)

3 tomes

Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 97 notes
5
4 avis
4
14 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ce tome fait suite à Alix Senator, tome 1 : Les aigles de sang (2012) qu'il faut avoir lu avant. Il est paru en 2013, écrit par Valérie Mangin, dessiné et mis en couleurs par Thierry Démarez, sous la direction artistique de Denis Bajram qui a également réalisé le logo et la maquette de la série.

En 12 avant JC, Auguste fait face à l'assemblée du sénat dont le porte-parole lui reproche d'avoir missionné le sénateur Alix Graccus pour un voyage en Égypte, alors qu'eux ont l'interdiction d'y aller. Auguste répond avec rouerie qu'il faut qu'ils choisissent entre trouver inadmissible qu'Alix soit au sénat, ou qu'il soit en Égypte. Sur le navire, Alix Graccus, Titus et Khephren voient le phare d'Alexandrie se profiler à l'horizon alors qu'ils évoquent les motifs de leur mission, et le fait qu'Alix aurait préféré ne pas emmener les 2 jeunes gens, même si lui-même parcourait déjà le monde à leur âge. Dans le dans la demeure d'Auguste au Palatin, Livie (son épouse) est en train de se faire dire l'avenir par une vieille femme qui lit dans les entrailles d'un oiseau. Auguste arrive en pleine séance, et exige le départ de la diseuse de bonne aventure séance tenante. Après son départ, les époux évoquent la mission d'Alix Graccus, ainsi que le comportement et les motivations de Quintus Rufus.

Débarqués à Alexandrie, Alix, Khephren et Titus sont interpellés par Heb, fils de Djoser, envoyé par le préfet Barbarus pour les accueillir. Ils sont observés de loin par Anteb, le dresseur de faucon balafré du général Rufus. le soir-même, les voyageurs se régalent au cours du festin organisé par le préfet. Khephren éprouve des difficultés à détacher ses yeux des jeunes femmes qui apportent les mets et les servent sur leur couche. Néanmoins, il prend la mouche quand Barbarus évoque le bon vieux temps de Marc Antoine, car cela n'évoque pour lui que la mort de son père Enak et de sa mère, une servante de Cléopâtre. Au petit matin, Khephren et Titus dorment dans leur appartement, Heb ayant veillé sur eux en dormant sur une chaise. Alix dit au revoir à Ptathmose le maître de la grande bibliothèque qui était également présent au banquet. Alors qu'ils sont encore dans la cour de la demeure du préfet, Alix et son serviteur sont attaqués par une nuée de faucons. Ils arrivent à les chasser avec les torches encore allumées. le préfet Barbarus prend acte de cette attaque inadmissible et décrète que, pour leur sécurité, ses invités doivent regagner Rome le plus rapidement possible. Khephren réussit à le convaincre de lui accorder le temps d'aller se recueillir sur la tombe de son père, mais ils seront escortés par la garde personnelle du préfet.

C'est tout naturellement que le lecteur revient pour le deuxième tome, afin de découvrir la suite de l'intrigue du premier. Alix et ses deux jeunes compagnons doivent retrouver le général Rufus qui a fomenté un complot pour renverser Caius Octavius, couronné Auguste. La scénariste débarque donc son trio de personnages dans un nouvel environnement, de l'autre côté de la mer Méditerranée, les mettant en présence d'autres individus. le lecteur comprend qu'Alix, Khephren et Titus se retrouvent au milieu d'un complot à l'objectif peu clair, avec des personnes en face d'eux qui leur en disent le moins possible, et qui font tout pour détourner leur attention. En outre, elle montre clairement que le général Rufus a laissé un homme à Alexandrie (Anteb) pour pouvoir être informé de l'arrivée de ses poursuivants, et anticiper les actions à mettre en oeuvre. le moteur du récit réside donc dans cette enquête sur le complot, sous forme de tâtonnement, pour s'extraire des tentatives de manipulation des uns et des autres, et pour accomplir leur mission. du coup, tout le monde devient un suspect, à commencer par les nouveaux personnages. Il apparaît vite que le guide providentiel (Heb) cache son allégeance réelle.

Le lecteur avait refermé le premier tome, un peu décontenancé par le déroulement naturaliste de l'intrigue, s'abstenant de tirer parti du potentiel de dramatisation des situations. Il retrouve la même forme narrative dans ce deuxième tome. La scénariste propose une trame linéaire, plaçant le lecteur aux côtés d'Alix qui apparaît dans toutes les pages sauf 3. Ce parti pris a pour effet paradoxal de diminuer le niveau d'empathie généré par les personnages. Alix Graccus reste un héros assez générique dans son comportement, moins enclin à l'action que dans sa série initiale du fait de son âge plus important, comprenant mieux les tenants et les aboutissants des situations du fait d'une capacité de prise de recul accrue, mais finalement assez peu impliqué émotionnellement, au-delà de réactions très basiques comme son inquiétude pour les 2 adolescents, son courage face aux situations de danger, ou sa colère face aux menteurs et aux assassins. le lecteur peut ressentir comme une forme de détachement émotionnel par rapport aux événements du fait des réactions très mesurées des personnages, par exemple quand ils en apprennent plus sur le sort d'Enak. Cette sensation se retrouve également dans la dernière partie du récit quand le général Quintus Maximus Rufus et quelques autres personnages se lancent dans un grand déballage explicatif. Tout autant que dans le premier tome, le personnage principal se contente souvent de réagir aux circonstances, sans être en mesure d'anticiper grand-chose, avec une capacité très limitée pour influer sur le déroulement des événements.

Dans le même temps, le lecteur se retrouve happé dans la Rome antique dès la première page, par le truchement des dessins minutieux et descriptifs de Thierry Démarez. À l'instar du premier tome, l'artiste s'investit totalement dans la reconstitution historique pour offrir un plaisir touristique intense au lecteur. Dès la première page, le lecteur a droit à une magnifique vue de dessus du quartier de la Curie, lui permettant de sa faire une idée (ou d'admirer) l'urbanisme de la ville. Parmi les vues d'ensemble, il observe la magnifique terrasse du préfet Barbarus alors que la nuit achève de tomber en enviant Alix de pouvoir profiter d'un festin dans un cadre aussi somptueux. Au fur et à mesure de sa lecture, il prend conscience qu'il ralentit le rythme pour pouvoir contempler l'alignement de colonnes égyptiennes, la vue d'ensemble de la ville depuis le phare d'Alexandrie (page 17), la vue du ciel du complexe formant la bibliothèque d'Alexandrie (page 21), la vue du Nil avec un jeune homme sur une petite embarcation en roseau (page 30), l'allée bordée de statues de créatures mythologiques (page 33), et bien sûr la découverte de la mère des pyramides (pages 34 & 35).

La qualité des dessins n'est pas circonscrite aux vues d'ensemble. le lecteur éprouve le même plaisir à satisfaire sa curiosité en regardant l'intérieur de la Curie, les appartements privés de Lidie, la salle de réception officielle du préfet Barbarus (avec ses magnifiques décorations murales, la cabine d'Alix, Khephren et Titus sur le navire, etc. le lecteur tombe donc complètement sous le charme de la reconstitution historique, éprouvant un grand plaisir à se dire qu'il peut se projeter dans cette reconstitution en toute confiance. Cela a pour effet secondaire de quasiment faire passer les personnages au second plan. Thierry Démarez utilise la même approche graphique pour la représentation des personnages, à savoir descriptive et réaliste sans chercher à les faire ressortir par rapport à leur environnement. Ses personnages s'apparentent donc à des acteurs avec une morphologie normale, adoptant un jeu naturaliste, sans exagération dans les postures ou dans les mouvements. Il n'y a finalement que la position de pouvoir qui bénéficie d'une mise en scène, pour que le commun des mortels soit impressionné par les attributs du pouvoir d'Auguste ou de Barbarus. du fait de ce parti pris dans la mise en scène, les personnages apparaissent comme totalement intégrés dans leur environnement, au point que l'environnement prime régulièrement sur eux ou sur l'action. le lecteur prend conscience qu'il goûte autant les moments spectaculaires que le déroulement de l'intrigue et ses révélations, attendant avec plus d'impatience les nouveaux sites que les rebondissements.

Effectivement, Valérie Mangin a construit une histoire qui permet à Thierry Démarez de déployer toutes ses capacités pour assurer le spectacle de la reconstitution historique et des paysages à couper le souffle. En outre en fonction de ses connaissances ou s'il va visiter le site dédié à la série, le lecteur peut se faire une idée de la qualité du travail de reconstitution et du travail de recherche réalisé, que ce soit pour la forme de la Curie, l'interdiction faite aux sénateurs d'aller en Égypte, la réalité historique de l'existence du préfet Publius Rubrius Barbarus, l'alignement des pyramides sur le plateau de Gizeh, l'existence de pyramides à degré ou du zoo de la bibliothèque d'Alexandrie. L'auteure intègre donc parfaitement son intrigue dans les connaissances historiques disponibles sur l'époque, pour proposer une aventure où les personnages jouent à arme égale avec leur environnement. Au fil des pérégrinations d'Alix Graccus et de ses compagnons dans ce tome, elle met en scène l'exercice du pouvoir, par Auguste soucieux de conserver sa suprématie militaire, par le préfet Barbarus qui profite de son éloignement du siège du pouvoir, par le général Quintus Maximus Rufus qui dispose d'un atout dissimulé. Les tribulations des personnages deviennent alors assujetties à l'exercice de ces autorités, à leur machination pour la conserver ou pour l'acquérir. Finalement cet enjeu écrase les autres présents au sein de l'intrigue, y compris le sort d'Enak.

Au sortir de ce tome, le ressenti du lecteur dépend fortement de son horizon d'attente. S'il est venu pour une aventure avec une forme classique pour un héros mâle, il risque d'éprouver une forme de frustration devant la description trop factuelle de hauts faits montrés de manière très prosaïque. S'il est venu pour une intrigue sous forme de thriller, il risque d'être déstabilisé par une narration qui ne dramatise pas les révélations, qui ne surjoue pas la dimension psychologique ou émotionnelle de leur impact sur les protagonistes. S'il est venu pour une reconstitution historique de qualité, il est possible qu'il soit décontenancé par une mise en scène très prosaïque qui ne met pas en avant chaque élément d'époque en avant, se privant d'un effet pédagogique, mais évitant par là-même une forme d'autocongratulation. Au fil des pages, il est saisi par la beauté de plusieurs paysages naturels et de constructions humaines. Il prend conscience qu'il s'est totalement immergé dans l'environnement de la Rome Antique et qu'il bénéficie d'un tourisme de très haute qualité en s'attachant aux pas d'Alix Graccus. En outre, le déroulement de l'intrigue intègre naturellement chaque endroit comme découlant organiquement du récit, et le complot s'avère bien construit. 5 étoiles pour un récit qui demande pour certains lecteurs un effort d'adaptation à une forme qui s'écarte des conventions narratives en vigueur pour ce genre.
Commenter  J’apprécie          70
An 12 av. J.-C.
Rome.

Cela barde au Sénat ! La cause ? Un sénateur reproche à Octave d'interdire aux sénateurs de se rendre en Egypte. Octave ne craindrait-il pas qu'un membre de cette illustre assemblée n'en profite pour lever une armée et ne s'empare de cette riche province ? Pourtant, Octave vient d'autoriser Alix à s'y rendre, lui qui, à la naissance, n'était qu'un Gaulois !

Pendant ce temps, le bateau d'Alix arrive à Alexandrie. Il est accompagné de son fils et de Khephren, le fils d'Enak, ancien compagnon d'Alix trop tôt arraché à l'affection des siens. La mission dont Octave a chargé Alix est ultraconfidentielle, mais les deux ados sauront-ils tenir leur langue ?

Quant à ce gouverneur, ce préfet, ce Barbarus qui a quasi les pouvoirs d'un roi, comment a-t-il pu tomber dans une telle déchéance, lui qu'Alix connut en d'autres temps à ses côtés à la bataille d'Actium en fier soldat ? Il est gras et conscient de sa déchéance. Son plus cher désir est d'être rappelé à Rome. Malgré leur passé commun, il n'est pas du tout sûr qu'il soit disposé à aider Alix à accomplir sa mission…

Critique :

La scénariste, Valérie Mangin nous propose ici des trahisons à répétition au point que même Alix ne sait plus à qui se fier vu que les cartes sont brouillées. Il y est un peu question de la mort de Cléopâtre et beaucoup d'un bâtiment mythique, la Mère des Pyramides, bâtiment qui daterait de bien avant que la civilisation égyptienne ne prenne son essor…

Le lecteur va assister au retour d'un revenant… Mais, chuuut ! Inutile d'attirer les fantômes.

Thierry Démarez a accompli un travail de fou pour donner vie aux décors qui illustrent cette aventure et qui sont de toute beauté.
Commenter  J’apprécie          262
Toujours en 12 avant JC, à Rome, les sénateurs reprochent à Auguste de ne pas leur permettre d'aller en Égypte alors qu'il vient d'y envoyer Alix Graccus, un nouveau romain à qui on reproche ses origines gauloises.

Le dernier pharaon, titre de ce tome 2 annonce le thème. L'essentiel de l'histoire du héros créé par Jacques Martin, poursuivie par Valérie Mangin (scènario) et Thierry Démarez (dessin et couleur) va se passer, là-bas, en Égypte.
Le phare d'Alexandrie est en vue ! Alix, sénateur romain, est bien arrivé. Il est accompagné par Titus et surtout Khephren qui revoit le pays où il est né. Ceci rattache à Enak, son père, vieil ami d'Alix, dont le fils veut venger la mort.
Pendant ce temps, à Rome, Livie, épouse d'Auguste, consulte les oracles et son mari craint pour son pouvoir. Il redoute que César soit toujours en vie, qu'il se cache en Égypte, alors qu'il a été assassiné dans le Sénat…
À Alexandrie, on parle grec, pas latin. le Préfet Barbarus donne un banquet en l'honneur de ses invités. Il présente Ptathmose, le maître de la grande bibliothèque, à Alix pendant que Khephren est captivé par les seins nus des servantes…
Petit à petit, on en apprend plus sur les événements passés mais ce ne sont pas des vacances pour nos héros car Barbarus est clair : « Tu n'aurais jamais dû revenir en Égypte, Alix. Cette terre détruit tous ceux qui y demeurent : regarde le décadent que je suis devenu ! »
Alors, suivons Alix, Titus et surtout Khephren qui veut aller sur la tombe de son père, dans la nécropole. Les événements se succèdent, la mort menace souvent. On retrouve la conjuration des rapaces, avec des faucons cette fois, et le dessinateur nous gratifie de splendides planches au pays des pharaons.

Ce tome 2 se termine avec un retour à Rome riche en menaces…


Lien : http://notre-jardin-des-livr..
Commenter  J’apprécie          160
Mon premier Alix Senator. Une belle découverte, avec des belles planches et des endroits tout à fait merveilleux, qui font penser aux endroits légendaires des films Indiana Jones ou du dessin animé Les mystérieuses cités d'or. Pour les intrigues historiques, il faut lire consciencieusement, ce que je ne suis pas sûr d'avoir fait.
En tous cas, de quoi faire aimer aux plus jeunes la lecture... des BD !
Commenter  J’apprécie          155
Alix est donc parti en Egypte afin de déjouer le complot monté par Rufus qui avait assassiné Césarion et Enak.
Mais arrivé sur la terre des pharaons, Alix se rends compte que l'ampleur de la conspiration est grande et ses enjeux sont plus importants et inattendus qu'il ne l'avait escompté.
Le tome terminé, nous en savons plus mais l'histoire est loin d'être terminée.
J'ai pris le pli et je me suis laissée conduire dans ce tome qui recèle quelques surprises (ma fois assez prévisibles).
La part 'aventure' de ce tome est plus présente que dans le tome précédent et renoue un peu plus avec la série originale.
Je ne suis, par contre, toujours pas séduite par le dessin, ni par la mise en couleurs.
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Avant le premier pharaon, des géants, savants et raffinés, auraient vécu ici : nos dieux auraient leurs rois. Leurs cités étaient les reflets terrestres des plus grandes étoiles et la carte de leur empire, le miroir de celle du ciel. On dit que ce peuple a construit des pyramides à degré partout sur la Terre. C'est leur roi Horus qui bâtit celles d'Égypte.
Commenter  J’apprécie          40
Tu n’aurais jamais dû revenir en Égypte, Alix. Cette terre détruit tous ceux qui y demeurent : regarde le décadent que je suis devenu !
Commenter  J’apprécie          120
Avant le premier pharaon, des géants savants et raffinés auraient vécu ici : ceux que nous appelons nos dieux auraient été leurs rois.
Leurs cités étaient les reflets terrestres des plus grandes étoiles et la carte de leur empire, le miroir de celle du ciel.
Commenter  J’apprécie          40
Auguste, tu nous as interdit, à nous les sénateurs de Rome, de nous rendre en Égypte ! Tu as sans doute peur que l'un d'entre nous ne s'empare de cette province ! Qu'il n'utilise ses richesses pour lever une armée et rallumer la guerre civile ! Pourtant, tu viens d'autoriser cet Alix Graccus, ce nouveau romain, à aller à Alexandrie. Est-il donc le seul membre de cette assemblée à qui tu fais confiance ?!
Commenter  J’apprécie          10
- Tout cela ne s'arrêtera que quand l'un de nous deux sera mort !
- Tu as raison, Sénateur ! Je vais t'aider à le chercher : tes ennemis sont mes ennemis à présent !
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Valérie Mangin (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Mangin
Alix 42  Alix Senator 14
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (199) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages du livre Alix Senator

Qui est le personnage principal de l'histoire ?

Alix
Héraklion
Enak
Kachta

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Alix Senator, tome 13 : L'antre du Minotaure de Valérie ManginCréer un quiz sur ce livre

{* *}