AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Alix Senator, tome 3 : La conjuration des rapaces (13)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Alfaric
  26 novembre 2014
Décidément la qualité est toujours au rendez-vous pour ce revival new look du héros aux cheveux blonds du très regretté Jacques Martin. Les deux premiers tomes se suffisaient presque à eux-mêmes, j'avais un peu peur pour ce retour à Rome… Et j'ai finalement j'ai peut-être davantage apprécié celui-ci que les deux autres. ^^

Alix est donc de retour dans la ville éternelle mais le torchon brûle avec Auguste qui lui reproche d'avoir laissé Enak et Césarion en vie. La tension monte entre le Princeps et le clan Alix sur fond des complots et des intrigues qui tournent autour de la conjuration des rapaces.
Mais on va au-delà du classique soap nobiliaire version antique, car entre les discours haineux et xénophobes des jeunes patriciens, vilipendant Gaulois et Égyptiens, et les discours réactionnaires des vieux patriciens, qui se veulent les seuls vrais romains et les seuls vrai républicains, on sentirait presque des piques contre les thèses néo-cons des zemmouriens.
Et au final derrière les beaux discours, chacun joue double-jeu pour défendre ses intérêts ou ses privilèges… bref ses petites parcelles de pouvoir. le dindon de la farce est le pauvre Césarion qui s'oppose à son cousin Octave, dupe des uns et des autres alors qu'il ne veut que prendre possession du légitime héritage de son père César, et rétablir la mémoire de sa défunte mère accusée de tous les maux Cléopâtre.
Le suspens est bien maintenu jusqu'à cette réunion de la curie ou fatalement quelqu'un devra trahir et où fatalement quelqu'un devra mourir… L'enchaînement des révélations et des retournements de situation était particulièrement bien fichu ! niveau tension dramatique c'était du HBO ou presque…

Et puis au-là des intrigues et des complots de cette cabale masquée, il y a aussi un chouette relationship drama avec les tribulations de la famille impériale, les retrouvailles pleines de non-dit entre Alix et Enak les vieux amis, les divergences d'opinions croissantes entre leurs fils Titus et Khephren, ce dernier étant en pleine crise existentielle car coincé entre un père biologique qui l'a abandonné pour combattre Octave/Auguste et un père adoptif qui a pris le parti de combattre pour Octave/Auguste…
Et puis on sent bien avec la scénariste Valérie Mangin la latiniste chevronnée et l'historienne diplômée de L'Ecole des Chartes et de l'Université de la Sorbonne. Mieux on sent l'amoureuse des pepla qui connaît ses classiques avec ce personnage féminin qui semble marcher dans les pas de la Julia des "Derniers Jours de Pompéi" (celle dont l'acolyte se nommait Arbacès… heureux hasard ou clin d'oeil ? ^^). Bref quand l'érudition se met au service de la coolitude c'est la réconciliation des optimates et des populares !!!

Les dessins et les couleurs de Thierry Démarez sont vraiment très aboutis donc très réussies. Son duo avec Valérie Mangin continue à marcher du tonner ! Toujours un peu gêné par la surexpresssivité de certains visages qui fige un peu telle ou telle case, mais c'est vraiment chipoter vu le superbe travail sur les décors et les visages toujours très réalistes.

Avec ces graphismes irréprochables, c'est du bien bel ouvrage : j'attends donc déjà avec impatience le tome suivant intitulé "Les Démons de Sparte" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
tchouk-tchouk-nougat
  30 novembre 2014
Alix est de retour à Rome et Auguste n'est pas forcément très content de lui. Au point de remettre en question son amitié. Il faut dire qu'il ne ramène pas que des bonnes choses du pays des pharaon. Enak, son vieil ami qu'il croyait port depuis 20 ans, est toujours considéré comme un traitre. Et pire encore Cesarion serait toujours en vie, quelque part, à comploter pour reprendre le pouvoir.

Il n'y a rien à redire à cette série qui a su magnifier le héros de Jacques Martin. J'aime beaucoup cet Alix devenu sénateur romain. Il a beaucoup de prestance.
Les autres personnages ne sont pas en reste. Il y a peu de place pour les femmes dans l'empire romain mais les auteurs ont donné à Livie une vraie place, intéressante. J'ai hate de découvrir la suite.

Les dessins sont vraiment biens avec des décors recherchés.

Il est toujours risqué de reprendre un héros aussi renommé qu'Alix. Il faut savoir être fidèle au modèle tout en faisant quelque chose d'autre, de différents. Un travail périlleux mais Valérie Mangin et Thierry Demarez l'ont relevé haut la main avec cette série de grande qualité. Alors bravo à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fandol
  04 août 2018
Ce tome 3 que j'ai peu découvrir, toujours grâce à Vincent que je remercie, est une édition Premium avec, en supplément, un cahier historique consacré à la famille impériale, la Domus Augusta. Voilà un excellent dossier très important pour comprendre cette famille super-recomposée avant l'heure…

Quant à nos héros, toujours inspirés par Jacques Martin, ils sont menacés par La conjuration des rapaces, une histoire créée par Valérie Mangin, dessinée et mise en couleur par Thierry Démarez.
On passe son temps à conspirer contre le pouvoir, en 12 avant JC, à Rome. Ils sont rassemblés dans le Bois des Furies, tous masqués et scandent : « Mort à Auguste ! Mort à l'usurpateur ! » le Préfet Barbarus est mis devant ses mensonges devant Auguste et son épouse et cela permet d'expliquer ce qui s'est passé à la fin du tome précédent. Il est renvoyé en Égypte.
Hélas, les choses se gâtent pour Alix mais aussi pour Titus et Khephren, agressé par de jeunes Romains, aux thermes : « Allez, retourne curer les berges du Nil. Toi et les tiens, vous n'êtes bons qu'à ça ! » On constate ainsi que la haine des étrangers ne date pas d'hier.
J'ai particulièrement savouré la répartie de Khephren : « Peuh ! Nous étions déjà civilisés quand vous, les Romains, vous tétiez encore les louves ! » Hélas, les problèmes continuent à s'aggraver et, dans cet album, on sent que la belle entente entre Alix et les deux jeunes hommes se fissure vraiment.

Dans chaque album, un encart rappelle l'adresse d'un site internet : www.alixsenator.com , site qui informe les lecteurs voulant savoir si ce qui est raconté est vrai ou faux. C'est une source extraordinaire d'information.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
emeralda
  31 mars 2015
C'est dans un climat plus que tendu que nous retrouvons nos amis. Ils sont revenus d'Egypte, mais les ennuis ne font que s'accumuler.
De plus, Khéphren le fils d'Enak est en colère. Cela le ronge et le fait agir sans plus de discernement. Alix est mis à mal en tant que "père", mais aussi sur le plan politique et social. Auguste est-il encore un ami ? le tableau ainsi posé n'est guère optimiste, mais on aime aussi cela dans ce type d'aventures.

Dessins, avec moult détails et couleurs qui sont toujours d'aussi bonne facture. Cette bande dessinée est de grande qualité et cela est tant mieux car le prix des albums n'est pas donné. Au moins, on a en main un bel objet avec en prime du beau papier.
Un régal pour les yeux et de la douceur sous les doigts.

Le découpage des pages, des cases est encore parfait. On oublie notre monde actuel et on plonge dans la Rome Antique. Je ne sais pas si c'est plus calme ou moins sanglant... En fait, j'ai de sérieux doutes là dessus surtout quand on a quelques bases d'histoire romaine.
Reste que l'intrigue de ce troisième tome est prenante donc, au plus proche de la réalité historique puisque seuls les blancs historiques justement sont exploités alors par les auteurs pour y glisser des éléments de fiction qui restent néanmoins cohérents.

Grand jeu de dupes et de trahisons !!! Ave Caesar !!!
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Taraxacum
  04 février 2015
Le tome 3 d'Alix Senator est, comme les précédents, servi par un dessin de toute beauté qui m'a attirée dès le début et continue de m'enchanter. le scénario est intéressant et c'est toujours aussi plaisant de voir cette transformation d'Alix en jeune homme fougueux en sénateur, la cinquantaine, un fils adoptif en pleine crise d'adolescence et des problèmes politiques à ne plus savoir qu'en faire...
Ensuite, je trouve le tome légèrement moins bon que les deux précédents: le tenant historique est passionnant, mais les auteurs semblent ne pas trop savoir quoi faire d'Enak. La confrontation Alix/Enak; l'explication que le lecteur attendait après le tome précédent, est totalement zappée: Enak se retrouve immédiatement au cachot et Alix passe tout le tome à essayer de l'en faire sortir sans que l'on sache s'ils ont pu s'expliquer... Et je dois dire que le rejeton d'Enak est un adolescent insupportable qui a une façon toute personnelle d'être reconnaissant envers ce père adoptif qui a veillé sur lui pendant que son père biologique se faisait passer pour mort !
Malgré quelques détails , un album que j'ai trouvé excellent et une série que je vais continuer de suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MarquePage
  20 janvier 2017
Le suspense monte d'un cran avec ce troisième tome supérieur encore aux deux premiers.
Un complot qu'il faut réussir à suivre. Jusqu'à la fin. Des retournements de situation vraiment inattendu. On n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer. On est presque dans un huis-clos sans savoir qui veut la peau de qui, de qui aura le dessus. On ne peut plus quitter cet album.
On y découvre de la noirceur - enfin - de la colère et de l'incompréhension. On voit Alix en difficulté et oui, c'est agréable. On voit aussi le personnage du jeune Khephren évoluait, on sent qu'il prend plus de place et qu'il va jouer un rôle important dans les tomes prochains. Qu'on a plus que jamais envie de découvrir.
Commenter  J’apprécie          40
umezzu
  12 janvier 2016
Troisième tome de cette série, dérivée des aventures d'Alix, mais qui n'en garde pas grand chose, si ce n'est les personnages principaux, vieillis et moins fringants.
Le dessin de Thierry Demarez est moins net, moins tranché que celui Jacques Martin. Il lui faut plus de place pour laisser ses personnages s'exprimer. Là où Jacques Martin multipliait, surtout au début de sa carrière, de multiples petites vignettes, Demarez s'étale plus, résultat renforcé par le grand format choisi. La qualité des reconstitutions antiques, la méticulosité des dessins de villes et de bâtiments, étaient un point fort de la série de Jacques Martin. Demarez va moins dans le détail, il floute volontiers, effet augmenté par un choix de couleurs assez contrastées.
Desmarez ne s'inscrit donc pas dans la continuité de Martin, mais le scénario lui aussi s'écarte un peu d'Alix. Non pas, par l'usage de complots à rebondissements qu'Alix fait échouer, trame classique, mais par un rythme plus plan-plan, correspondant finalement à ce qu'Alix est devenu, un sénateur vieillissant, moins intrépide qu'avant (ce qui lui est d'ailleurs reproché par la jeune génération dans ce tome).
Cet album est cependant fort bien fait, avec une construction intéressante autour d'un complot visant à faire revenir la République romaine en assassinant Auguste. Une autre série antique finalement, qui aurait presque gagné à carrément s'écarter de l'univers d'Alix pour construire d'autres personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Domichel
  10 juillet 2015
La reprise des aventures d'Alix par une nouvelle équipe, en situant le héros comme quinquagénaire était plutôt une bonne nouvelle. D'autant que le dessin est de bonne facture et le scénario jusqu'ici original. Mais faire une histoire en quatre volumes au minimum, comme c'est à la mode pour fidéliser les lecteurs, est un peu frustrant.
Hélas ce troisième tome s'il est toujours au niveau pour le dessin, pâtit d'une intrigue trop conventionnelle et un peu légère. Comme Alix j'ai pensé au même inconnu derrière le masque du “rapace en chef”, et le dénouement était tellement prévisible !
Je lirai bien sûr le prochain album car j'aime aller au bout d'une série, mais d'autres lecteurs n'auront sans doute pas ma patience…

Chers scénaristes de la génération 2.0, forcez un peu vos méninges et étoffez davantage vos histoires, relisez les albums d'il y a 50 ans et comptez le nombre de rebondissement et de retournements de situations, vous serez surpris de la consistance de ces histoires et servez-nous en d'aussi belles…
Le succès est à ce prix, celui du travail !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bigmammy
  18 décembre 2014
Troisième épisode des nouvelles aventures d'Alix, qui a maintenant 56 ans et siège au Sénat. Quelques repères historiques sont sans doute nécessaires pour ceux et celles qui ont, comme moi, un peu zappé l'histoire de Rome depuis leur Cinquième : au moment où commence cette histoire (-12 avant J-C), Césarion, fils De César et de Cléopâtre, serait âgé de 32 ans puisqu'il serait né juste un mois après l'assassinat de son père en -44 …

Il est donc le seul fils biologique De César dont le sage Octave-Auguste n'est que le fils adoptif. A ce titre, il constitue un danger pour l'Empereur qui apporte à Rome depuis son accession au pouvoir en -39 une période de stabilité politique.

L'histoire est celle d'un complot destiné à supprimer Auguste et à le remplacer par Césarion pour redonner tous pouvoirs aux sénateurs. Alix, tombé en disgrâce, est enrôlé dans cette conjuration ... mais c'est pour mieux la déjouer.

Une rareté dans cette bande dessinée au graphisme subtil et aux couleurs superbes : le rôle important des femmes : Lidia, la soeur de l'empereur et surtout son épouse Livia qui est aussi la mère de Tibère qu'elle a eu de son premier mariage.

Nous retrouvons aussi Enak - toujours la même coupe de cheveux mais tout blancs - et son fils Kephren, en révolte ouverte contre son père qui a choisi de servir Cléopâtre et donc est retourné vivre en Egypte, laissant son fils à la garde d'Alix. L'histoire n'est donc pas terminée avec ces nouveaux personnages adolescents.

Une suggestion de cadeau de Noël pour les jeunes et moins jeunes : un coffret des trois épisodes !

Le prochain épisode s'intitule : Les démons de Sparte .....
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
silverfab
  27 novembre 2014
C'est l'heure de la disgrâce pour le sénateur Alix, ses proches sont arrêtés par la garde, son fils adoptif le trahit et l'empereur lui même ne lui fais plus confiance. Ces déconvenues vont le pousser dans les bras d'un groupe extrémiste qui veut rendre à César (enfin à son fils) ce qui lui appartient. A mi-chemin entre la beauté formelle d'un Eisenstein (Ivan le Terrible) et la démesure d'un Fellini (Satyricon), Mangin et Démarez livrent là leur meilleur opus, entre manigances et tromperies, scènes fortes et dialogues bien sentis, dessin réaliste et soigné, les deux auteurs ont clairement su s'approprier un personnage culte et en donner une version enthousiasmante. Et le score qu'il faut écouter avec: http://bobd.over-blog.com/2014/11/le-vol-de-l-aiglon-alix-senator-tome-3-vs-bogurodzica.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1830 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre