AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781520306605
200 pages
Auto édition (04/01/2017)
3.44/5   9 notes
Résumé :
Fabien est un trentenaire célibataire. Intrigué autant qu’attiré par les femmes, il est dans leur constante observation. La conquête n’est pas son principal objectif. Il est essentiellement à l’écoute de ses propres sensations, laissant sa pensée dans un chaos interne dont il s’accommode. Cette conscience aiguë de soi empêchait jusqu’à présent la régression qui lui aurait permis de tomber amoureux. Mais la rencontre d’Isabelle va tout changer…

Ce rom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,44

sur 9 notes
5
2 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Mosaik
  18 janvier 2018
Fabien, trentenaire célibataire, est le genre de personne qui ne sait pas mettre son cerveau sur pause. Il est constament en réflexion sur sa vie, sa façon de penser, sa façon d'agir, la façon dont il est perçu par les autres. Il est du genre a déjà penser à sa vie après sa rupture avant de s'imaginer en couple. C'est le chaos présent dans son esprit qu'il nous expose. Il nous permettra aussi d'assister au plus grand bouleversement de sa vie.
Avec ce livre, je découvre l'auteur Philippe Mangion. J'aime bien découvrir des romans auto-édité, cela m'a permis à de nombreuses reprises de faire de belles rencontres et avoir de gros coups de coeur.
Je savais que je sortais de ma zone de confort avec ce roman, mais j'ai tout de même accepté ce service presse, ma curiosité de lectrice l'ayant emporté.
Ce fut une expérience étrange. Je n'avais pas l'impression d'être au coeur d'une histoire avec une trame classique. J'ai plus eu l'impression de lire une étude sociologique sur le comportement des humains entre eux et sur un individu en particulier. J'avais le sentiment d'être à l'intérieur de sa tête et assister à ses peurs, sa solitude, ses angoisses d'homme perdu, qui n'a aucune idée de ce qu'il veut, ni de ce qu'il doit faire même dans les gestes les plus simples du quotidien. Il me serait difficile de dire si j'ai aimé ou non. Ce n'est pas le genre de livre que je prends plaisir à lire, mais que je trouve intéressant à lire. Cette impression de voyeurisme, de décryptage des émotions était suffisamment addictive pour avoir envie de connaître les décisions que le personnage allait prendre après avoir suivi tout son cheminement de pensées.
Nous avions ensuite 20 nouvelles. Elles représentent des instants de vie très court, (les nouvelles font 5/6 pages, sauf la dernière plus longue) de personnes totalement différentes. Je dirai que tous les sentiments y sont représentés et les textes très hétéroclites sont surprenants. Certaines nouvelles m'on vraiment plus, comme "la ferme de la liberté" ou encore " veau corse aux olives, noires". Pour d'autres, je n'ai pas compris ce que le texte avait d'intéressant, mais dans l'ensemble, j'ai apprécié.
En résumé, c'est une découverte intéressante bien que ce ne soit pas mon genre de lecture de prédilection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ginou76
  04 février 2018
Je tiens à remercier Philippe Mangion de la confiance qu'il m'a accordée en m'adressant ce service presse afin que je le lise et que je rédige une chronique. J'ai été séduite par la façon dont l'auteur présentait son oeuvre et sollicitait le lecteur :
« Chroniqueuses, chroniqueurs, blogueuses, blogueurs, psychanalystes et sexologues,
je vous invite à critiquer, casser, diagnostiquer, astiquer, déchirer, brûler, encenser, glorifier, vénérer ou caler sous un pied bancal cet ouvrage où mon âme y est enrobée d'une couverture assez agréable au toucher, souple et illustrée d'une photo prise en bas de chez moi avec un appareil avantageusement déglingué, chaotique et soubresautesque, comme le reste. »
J'aurai peut être dû me méfier. Une chose est sûre, Philippe Mangion m'a fait sortir de ma zone de confort. Dès les premiers chapitres de ce court roman, j'ai ressenti une drôle d'impression. L'auteur nous narre l'histoire de Fabien, un trentenaire célibataire qui aime les femmes mais qui se pose en permanence des questions à leurs sujets. Je me suis trouvée dans la tête de son héros qui se pose sans cesse des questions relatives à sa vie, son entourage, la perception qu'ont les autres de lui. Un soir, alors qu'il rentre à Paris en TGV, il fait la connaissance d'Isabelle, une jeune femme qui lui laisse son 06 et qu'il rappellera quelques jours plus tard.
Je n'ai pas aimé le personnage de Fabien, ni ses réflexions sur le monde qui l'entoure.
Le style de l'auteur m'a beaucoup dérangé. le roman est très rythmé. Mais j'ai détesté ce déversement de vulgarité : « Noble sentiment, mon cul ! La chiasse, oui ! Ça gargouille, ça transpire des fesses, le slip colle. » (p.18) ou encore « La vie coule comme une goutte de sperme sur une cuisse » (p.36).
Ce livre est ensuite composé ensuite de vingt nouvelles. Ces nouvelles sont des tranches de vie, des instants de la vie quotidienne. J'ai souri en lisant Veau corse aux olives, noires, ou encore Sang d'encre. J'ai détesté la méchanceté des gens dans Totoche.
Vous l'aurez compris, je n'ai pas apprécié la lecture de ce roman. Je ne pense pas faire partie du public que l'auteur a voulu conquérir. Dommage.
Ma note : 2.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesLecturesDeLaDiablotine
  08 février 2018
Fabien, jeune trentenaire, célibataire est un homme qui a une fâcheuse tendance à se poser continuellement des questions. Lorsqu'il ne se pose pas de questions sur sa vie, il va se mettre à penser aux autres personnes qui l'entourent, notamment le sexe opposé.

Il se pose de nombreuses questions sur lui, sur sa façon d'être, sur sa façon de penser, sur sa façon d'agir mais aussi sur la façon dont les autres personnes le perçoit. Vous l'aurez compris, il est du genre à beaucoup penser mais à trop penser ne loupe-t-il pas le coche ? Penser c'est bien, agir c'est mieux non ?

Fabien est du genre à s'imaginer rompre avant même de trouver la personne qui va conquérir son coeur ! CQFD ! Dans sa tête, c'est le bazar le plus complet, et ça se comprend ! Il ne voit pas les choses simplement ou d'un autre/bon oeil, il aime bien se compliquer la vie. Bref, c'est le chaos le plus complet dans sa tête, et nous, lecteurs, le suivons dans son exposé.

Avec "Chaos debout", je découvre la plume de Philippe Mangion, auteur auto-édité qui nous offre un livre plus ou moins étrange. Ce livre n'est pas un roman au sens propre du terme, j'ai eu l'impression de lire un livre sociologique où l'auteur s'est attardé sur le comportement social d'un individu en particuliers.

La partie psychologique est intéressante, on est dans la tête de Fabien, il nous laisse entrevoir tout ; que ce soit ses peurs, ses peines, ses angoisses, sa détresse parce que oui, il est seul, il a peur, il ne sait pas quoi faire, il ne sait pas comment faire pour s'en sortir mais pire que tout, il ne sait pas ce qu'il veut. Il se pose beaucoup de questions mais pas les bonnes !

J'ai trouvé ma lecture intéressante mais il y a une chose qui m'a dérangé et je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. L'auteur a écrit son récit de façon tellement concise que nous sommes vite happé par son récit, la curiosité prime, on veut savoir ce que va faire Fabien.

S'en suit une vingtaine de micro-nouvelles qui représentent des instants courts de vie. La moyenne de ces micro-nouvelles sont de deux à six pages. Comme vous pouvez le constater, il y en a de toutes les tailles et forcément pour tous les goûts. J'ai trouvé ces micro-nouvelles très différentes et surprenantes. J'en ai apprécié une, "La fille de l'autoroute", et d'autres beaucoup moins comme "La seconde commune de Paris". Les amateurs du genre seront servis à ce niveau en tout cas.

Je dois vous dire que la présentation du livre m'a quelque peu perturbé au tout début. En effet, je n'avais pas compris que le chapitrage du livre était là pour nous permettre de faire la transition entre la novella qui fait soixante-dix pages environ et les micro-nouvelles qui sont pour le coup très inégales entre elles et je pense que le choix de la continuité de la lecture de ces micro-nouvelles y est pour quelque chose.

En conclusion, la première partie de ce livre est vraiment pas mal mais je n'ai pas été fan des micro-nouvelles qui suivent la novella.
Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marie-Nel
  12 février 2018
Je découvre une nouvelle plume que celle de Philippe Mangion avec cet ouvrage. Je dirais que c'est un recueil de nouvelles avec une première plus longue que les autres, pouvant faire penser à un mini roman. Philippe Mangion entraine le lecteur dans une introspection profonde de ses personnages, avec beaucoup de réflexions tirant sur la philosophie.
Donc la plus longue histoire concerne celle de Fabien, célibataire, qui voit sa vie chamboulée lorsqu'il rencontre Isabelle. Il menait jusqu'à elle une vie plutôt à l'écoute de ce qu'il avait envie, mais conquérir Isabelle va devenir son principal but. L'auteur analyse plus qu'il ne raconte. Il nous montre les pensées de ce jeune homme, leurs répercussions, la société dans laquelle il évolue, et ce que ce nouveau sentiment qu'est l'amour peut amener dans sa vie.
Ensuite, Philippe Mangion nous propose une vingtaine de nouvelles, toutes différentes les unes des autres, mais toujours en point commun l'analyse de la société. Beaucoup de sujets y sont abordés, certaines sont glaçantes, je pense à Veau corse aux olives, noires, d'autres plus humoristiques ou sarcastiques. Il parle du nazisme, de l'extrême droite, faisant réfléchir, du Faubourg-Saint-Denis, détaillant chaque aspect de ce quartier dans les moindres recoins. La Seconde Commune de Paris est elle aussi assez effrayante, on espère ne jamais la voir se réaliser. Chaque nouvelle est le reflet de notre société, le regard que l'auteur porte sur elle, il nous pointe de l'index des faits existants ou pas, poussant certains à l'outrance, mais laissant perplexe. Celle qui m'a le plus émue est la toute dernière, Souvenirs désordonnés de Michèle, on assiste à son enterrement et à la remontée des moments passés avec la personne, la découverte de sa maladie, la vie qui se poursuit malgré elle. Cette nouvelle m'a beaucoup touchée, elle est, comme les souvenirs, écrite un peu en désordre.
Ce recueil porte bien son nom, c'est le chaos debout, dans la tête, dans la société, dans la vie de tout le monde. C'est une lecture qui ne peut laisser indifférent, j'avoue l'avoir arrêtée puis reprise, je ne suis pas arrivée à la lire d'une traite, car certains sujets marquent plus que d'autres, j'ai eu besoin d'un temps de repos pour tout assimiler. Cela reste une lecture enrichissante que j'ai aimé découvrir.
On ne peut pas retirer à Philippe Mangion le talent de pointer là où ça fait mal. Une analyse complète de nos vies.
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
laetitiamercier95
  12 mars 2018
Ce livre comprend deux parties,un court roman suivi de vingt nouvelles.
Dans la première partie nous retrouvons Fabien ,il se pose beaucoup de question sur les femmes ,son entourage,sa vie et ce que les autres pensent de lui.Il est constamment en train de se questionner sur tout.Il nous montre le chaos présent en lui,mais sa rencontre avec Isabelle va bouleverser sa vie ….
Ici l'auteur nous fait entrer dans la tête de Fabien et assister à ses craintes,sa solitude,ses pensées….
Vous trouverez après ce court roman vingt nouvelles très courtes toutes différentes les unes des autres.Ce recueil est très bien écrit,il se lit très bien et très vite ,la plume de l'auteur est fluide et addictive.Vous retrouverez parfois un langage un peu cru moi personnellement cela ne m'a pas dérangé du tout.
J'ai apprécié cette lecture,j'ai passé un bon moment alors si vous voulez vous aussi découvrir ce recueil suivez ce lien et partez à la rencontre de Fabien 🙂
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MosaikMosaik   18 janvier 2018
-Je lui ai tout dit. Et je l'ai plaqué.
-Tu lui as dit quoi puisqu'il n'y a rien.
-Pour moi, il n'y a pas rien, il y a toi.
-Mais moi, je ne suis rien pour toi.
Tu n'es pas tout mais tu n'es pas rien non plus.
-Tu as conscience de la gravité de ta décision? Tu as plaqué ton quasi mari pour un quasi inconnu.
Commenter  J’apprécie          11

autres livres classés : quête de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre