AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757858858
Éditeur : Points (07/04/2016)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 235 notes)
Résumé :
Été 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s’offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L’aventure, d’abord idyllique ? l’été de toutes les joies, de tous les espoirs ? est de courte durée : Elna, violée, revient chez elle enceinte d’une petite fille qu’elle appellera Eivor.
1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  03 juillet 2015
Elna et Vivi, deux filles d'ouvriers, sont devenues correspondantes. L'une habitait dans le nord du pays, à Sandviken, l'autre dans le sud, à Landskroma. Une correspondance qui s'accrut au fil des années, devenant aussi plus intime, s'échangeant leurs pensées, des fleurs séchées et leurs rêves d'avenir. Si bien qu'elles envisagent de se rencontrer. Mais en cette année 1939, la guerre, à la fois très lointaine et très proche, éclate et il faudra attendre. Au printemps 1941, à 17 ans, elles décident de se rencontrer quand même. Quelques jours de congé, des vélos et des sacs de couchage, c'est tout ce qu'il leur faut pour aller découvrir la frontière avec la Norvège. Malheureusement, elles rencontrent deux soldats, passent une soirée avec eux et boivent plus que de raison. Elna se fait violer et tombera enceinte. Sa tentative d'avortement se passe mal et le bébé arrivera. Eivor, cette enfant non désirée, chamboulera à jamais sa vie...
Ce dernier roman paru mais le premier écrit par Henning Mankell en 1982 est, finalement, à l'image de ce que nous offrira l'auteur. Il nous dépeint sans concessions la société suédoise, notamment la place de la femme, l'avortement, les conditions de travail à l'usine, les ravages de l'alcool et de la drogue ou bien encore la jeunesse aspirant à une certaine liberté, tout au long de ces 40 années. Empreint de mélancolie, parfois de pessimisme, ce récit retrace la vie des ces deux jeunes filles, Vivi et Elna puis d'Einor, la fille de cette dernière auxquelles on s'attache assez vite. Aucune ne semble avoir la vie facile et elles devront faire face aux aléas de la vie et lutter pour leurs droits. Mankell, avec ce premier roman, entrait dans la cour des grands. Preuve en est: ses nombreux romans sur l'Afrique ou avec Wallander. Même si son talent n'est plus à prouver, ce premier manque de finesse parfois, certains passages cassent le rythme, d'autres sont trop longs. L'écriture, elle, un brin simpliste, souffre de quelques faiblesses et de répétitions. On pardonne, parce que c'est Mankell...
Elles étaient les Daisy sisters...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          870
domisylzen
  12 janvier 2017
Eivor à la tristesse du temps de ce jour : froid, gris, pluvieux et brumeux. Elle regarde par la fenêtre.
Elle ne rêvait pas de cette vie-là. Elle aurait voulu être libre et indépendante, pas comme sa mère. Jacob n'était pas tout à fait comme les autres. Pourtant un jour il avait oublié de se protéger, juste une fois. Ils s'étaient mariés, ils étaient si jeunes. Jacob avait changé, Jacob n'était plus tout à fait le même.
Eivor comprend à retardement ce que sa mère, Elna, a subi. Elna et sa meilleure amie ont un jour, près d'une vingtaine auparavant, décider d'aller faire un voyage à vélo. La deuxième guerre mondiale gronde juste derrière les frontières de la Suède. Elles rencontreront deux soldats. Elna sera violée par l'un d'eux.
Un roman de Henning Mankell qui nous plonge dans le milieu du vingtième siècle. Plus que plonger je devrais dire nous immerge, tellement cette histoire se déroule au ralenti. Prenant le temps de notre décrire en détail les situations, les réflexions, les états d'âmes de chacun ... ou plutôt de chacune. Les femmes de cette époque n'ont pas voix au chapitre. Les hommes pour cacher leurs faiblesses, leurs petitesses les ignorent, les ridiculisent, les amènent plus bas que terre, pour mieux les enchainer, les asservir. Parfois cela est fait violemment, parfois plus sournoisement, toujours pour le profit des hommes, qui n'ont qu'une envie : satisfaire leurs petits plaisirs. On parle alors de sa femme comme de sa voiture, bien qu'ils passent plus de temps à parader devant ces dernières.
Lors de ce premier roman, la patte de Mankell est déjà là. C'est le regard d'un homme pour dénoncer la condition des femmes. Un premier roman plein de maitrise.
Nous avons enjambé depuis un moment le vingt et unième siècle. La situation-a-t-elle vraiment changé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505
tynn
  23 septembre 2016
Une jolie jaquette d'une blondinette radieuse sur son vélo dans un été ensoleillé.
Tromperie ou cynisme? Car il faut peu de pages pour se retrouver englué dans une histoire triste et morose concernant la condition des femmes suédoises au milieu du 20ème siècle.
L'émancipation n'est pas encore d'actualité pour les Daisy Sisters, deux jeunes adolescentes qui deviennent amies par correspondance, rêvant ensemble de s'affranchir de leur modeste condition sociale. Leur première rencontre pendant l'été 1941 à des conséquences dramatiques pour Elna qui se retrouve enceinte.
Et l'avenir de sa fille ne s'annonce pas plus radieux, le combat sera long...
Premier livre de l'auteur, longtemps sans traduction, il désarçonne par sa tristesse latente. La société suédoise y est observée à la loupe, dans un quotidien où les hommes sont parfois violents et imbibés d'aquavit, et où les femmes restent enchaînées à un cercle familial. Un cercle infini de galères dans une Suède face aux problèmes d'avortement et d'égalités des sexes.
Avant même de comprendre que Mankell fait là son entrée en littérature, j'ai été dérangée par une plume molle et sans saveur, plus que par un contexte pessimiste qui s'annonçait intéressant.
La construction est également curieuse, nous attachant au sort des deux amies dans un premier temps pour en abandonner le parcours au profit du destin de la fille d'Elna.
Pas convaincue. Une réelle volonté de s'impliquer dans un réalisme social plombé par une narration plate et redondante ( sur plus de 500 pages...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Sachenka
  25 juin 2016
Daisy Sisters est une des premières oeuvres de Henning Mankell, datant de l'époque où il n'était pas encore le grand auteur aujourd'hui regretté. Et ça paraît. On peut y lire divers éléments qui feront plus tard sa plume mais aussi beaucoup d'erreurs de débutant. Un peu comme s'il avait voulu tout mettre dans ce roman, un brique de plus de 500 pages dans l'édition de poche. Mais bon, c'est intéressant de voir ses débuts. Et aussi, le roman est agréable à lire même s'il ne s'agit pas d'une grande oeuvre.
Daisy Sisters s'ouvre avec Elna Skoglund qui entreprend une correspondance avec Vivi Karlsson. La première habite le nord et la deuxième, la Scanie, bien au sud de la Suède. Début intéressant. Elles grandissent et, vers la fin de l'adolescence, se rencontrent enfin. Alors, la Seconde guerre mondiale fait rage, des réfugiés norvégiens traversent la frontière. Tout le monde est un peu inquiet mais les deux amies profient de leur jeunesse, veulent connaitre l'amour. Toutefois, on change complètement de ton : Elna se fait violer et devient enceinte. Pourquoi pas ? Je suis prêt à suivre Mankell partout où il veut m'amener.
Malheureusement, on se rend compte rapidement que ces 100 premières pages ne servaient qu'à amener le personnage principal du roman : Eivar Maria Skoglund, la fille illégitime d'Elna. Quinze ans plus tard, le bébé est une adolescente comme sa mère l'était. Elle veut profiter pleinement de la vie, vivre de nouvelles expériences. Et c'est alors qu'elle croise la route de Lasse Nyman, un jeune délinquant, qui l'entrainement sur le mauvais chemin. Vol de banque, poursuites en voitures, etc. Elna s'en sortira indemne, heureusement.
Ainsi, un autre épisode de la vie d'Eivar s'ouvre, la vie d'adulte. Vie de famille, travail à l'usine, besoin d'émancipation, etc. Je vous épargne ses multiples péripéties : toutes aussi ennuyeuses les unes que les autres. Après 400 pages, j'avais seulement envie de crier à l'héroïne de se ranger, et même parfois de jeter le livre au loin pour arrêter de le lire. Mais impossible, c'est un Mankell !
Je n'ai pas oublié Elna et Vivi, les deux Daisy Sisters. Elles font des apparitions de temps à autres, mais elles jouent un rôle plus que secondaire, presque inutile. Pourquoi alors s'être attardé aussi longtemps à leurs aventures de jeunesse ? Pourquoi les avoir choisi pour titre ? (C'est le même, en suédois.) Sans doute l'auteur croyait écrire une grande fresque, une saga familiale.
Toutefois, tout n'est pas négatif. Ce que j'ai apprécié du roman, c'est le portrait que Mankell dresse de son pays. Il a su partager les transformations que la Suède a subies des années 40 aux années 80 : Seconde guerre mondiale, essor de la classe moyenne, la condition de la femme, l'avortement, mais aussi des sujets plus controversés comme le viol. À cela, il faut ajouter une kyrielle de référents culturels (les modes importées importées des États-Unis, le cinéma, la musique, les cocktails, etc.). Pour moi qui n'ai pas connu cette période, ces aspects du roman étaient insctructifs. de plus, les personnages s'y fondaient naturellement et ils étaient vraiment crédibles. C'est tout de même un début qui était très prometteur pour un jeune auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
book-en-stock
  21 avril 2017
Coup de coeur pour ce premier roman de l'auteur dont je n'avais encore lu qu'un thriller! Effectivement, pour moi, Henning Mankell était classé (sans doute à tord) uniquement parmi les auteurs de policier et thriller… Avec ce roman là, je découvre tout autre chose et ces pages m'ont emportée loin dans les réflexions, m'ont passionnée faisant naître bien des émotions, et m'ont permis d'appréhender tout un pan d'histoire de la Scandinavie.
C'est dire, je l'ai fini «à petites doses», presque page après page car je ne voulais pas en sortir. Je souhaitais rester avec ces personnages tellement humains qu'il a su créer.
Publié en 1982 en Suède, le récit retrace le destin de deux femmes, mère et fille, entre les années 1941 et 1981, soit 40 ans mêlant la petite et la grande Histoire. Jeunes filles naïves et la tête pleine de rêves d'avenir, elles deviennent mère sans le choisir, puis épouse et doivent travailler pour s'en sortir. Elles entreront à tour de rôle dans la classe ouvrière où la place de la femme n'est pas toujours appréciée.
La condition féminine semble tenir à coeur à l'auteur car il en démêle ici les tenants et les aboutissants. Il le fait de façon très pudique sans jamais juger, juste faire apparaître. Subissant le désir des hommes, en manque d'affection, soumises à des maternités non choisies, obligées de refouler leur rêve de jeunesse, nous avons là de magnifiques portraits de femmes plein d'humanité. Bien qu'elles n'aient pas décidé d'être mère, elles aiment toutefois leurs enfants et les élèvent du mieux qu'elles peuvent. Ce qui m'a frappée, c'est la difficulté de communiquer entre mère et fille, quelle que soit l'époque (entre Dagmar et Elna, entre Elna et Eivor, puis entre Eivor et Linda). C'est aussi cet éternel recommencement comme si le destin devait se répéter d'une génération à l'autre.
A travers ce récit, transparaissent des idéaux sociaux et politiques par le biais de nombreuses références à la Grande Histoire. On suit l'évolution de la société sur 40 ans, traversant la Seconde Guerre Mondiale, la société de consommation puis celle qui connaîtra les débuts du chômage. On évoque les conflits avec la Norvège et le Danemark au cours de la guerre, l'émigration finlandaise puis yougoslave dans les usines, mais aussi de nombreuses références culturelles mondiales, surtout musicales.
J'ai beaucoup aimé la dimension chorale que revêt régulièrement le récit. L'auteur s'interroge sur tous ces thèmes et pose directement les questions comme si l'on entendait les personnages s'exprimer ensemble au même moment, par exemple lors d'un nouvel an (p. 63)
La nature n'est pas oubliée et Henning Mankell nous offre de splendides descriptions du cadre extérieur, des paysages pétris de froid, souvent liés aux réflexions des personnages.
Bien des phrases de ce roman restent gravées dans ma mémoire! Profond, émouvant et troublant à la fois. Inoubliable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          335

critiques presse (2)
Chatelaine   04 juin 2015
Le temps qui file, dans ce roman au long cours, comme un concentré d’histoire, comme un grand souffle sur l’éternité.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
Actualitte   27 mai 2015
Un fatalisme ambiant semble vouloir régner sur le roman et l'imprègne d'un désenchantement perceptible, de regrets profonds. Ne serait-ce pas un peu la marque de fabrique de l'écrivain ?
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   06 novembre 2017
La mort guette toujours derrière la porte quand il est question d'avortement clandestin. Si un seul des hommes haut placés, un politicien, un pasteur, un tambour-major, peu importe, si un seul d'entre eux se trouvait allongé sur une table crasseuse, les jambes écartées, et qu'un ivrogne aux mains tremblantes essayait d'introduire une sonde sale... Si un seul de ces hommes vivait ça... les choses seraient différentes. Qu'une femme accouche dans la douleur, soit, mais qu'elle meure ou qu'elle pourrisse de l'intérieur parce qu'un type minable a été infoutu de se retenir ou de se retirer à temps! C'est pourtant ça, les conséquences de la loi contre l'avortement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
domisylzendomisylzen   04 janvier 2017
La mort guette toujours derrière la porte quand il est question d'avortement clandestin. Si un seul homme haut placé, un politicien, un pasteur, un tambour major, peu importe, si un seul d'entre eux se trouvait allongé sur une table crasseuse, les jambes écartées, et qu'un ivrogne aux mains tremblantes essayait d'introduire une sonde sale... Si un seul de ces hommes vivait ça... Les choses seraient différentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
domisylzendomisylzen   31 janvier 2017
- Tu arrives à te représenter ce que c'est de porter un gosse ? Demande-t-elle soudain.
Il ne comprend pas ce qu'elle dit. C'est lui qui porte Staffan sur ses épaules.
- Là-dedans, précise-t-elle en montrant son ventre.
Comment pourrait-il se représenter une chose pareille ? Aucun homme ne le peut.
Commenter  J’apprécie          290
domisylzendomisylzen   06 mars 2017
A l'époque, quelqu'un comme ta grand-mère n'aurait jamais imaginé l'existence d'un aspirateur. Et quand il y en a eu sur le marché, c'est moi qui ai freiné des quatre fers pour ne pas en acheter. Je trouvais ça trop cher. Moi, je me suis permis de prendre une décision pareille ! Tu te rends compte ! Mon Dieu ...
Commenter  J’apprécie          220
marina53marina53   03 juillet 2015
Il doit constamment se défendre contre la vie, contre ses souvenirs gênants et flous, contre la mélancolie qui vient souvent le surprendre à pas feutrés au moment où il s'y attend le moins. Contre la peur. Se protéger, voilà ce qui semble être la principale préoccupation de la vie.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Henning Mankell (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henning Mankell
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Mars, c'est le Mois du polar sur Babelio. Au programme de cette vidéo : une rencontre avec Polars_urbains, un Babelionaute passionné de polars urbains et africains, le programme de Quais du polar (du 29 au 31 mars 2019 à Lyon), avec des rencontres Babelio, des quiz, et de nombreux auteurs présents, et retrouvez tous nos contenus éditoriaux sur le genre, dont un Top 10 vidéo des polars nordiques, des interviews d'auteurs et éditeurs, un article sur 5 livres qui ressuscitent le mythique Sherlock Holmes, etc.
0:23 Reportage : rencontre avec le Babelionaute Polars_urbains chez lui
Son compte Babelio : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=482604 Son site sur le polar urbain : http://www.polarsurbains.com/ Son site sur le polar africain : http://www.polars-africains.com/
Auteurs et livres cités : Pierre Rival, 'Ezra Pound en enfer' : https://www.babelio.com/livres/Rival-Ezra-Pound-en-enfer/1108671 Charles Exbrayat : https://www.babelio.com/auteur/Charles-Exbrayat/12086 San Antonio : https://www.babelio.com/auteur/Frederic-Dard/7187 Agatha Christie : https://www.babelio.com/auteur/Agatha-Christie/3638 Jean-Patrick Manchette : https://www.babelio.com/auteur/Jean-Patrick-Manchette/7455 ADG : https://www.babelio.com/auteur/-A-D-G/65945 Thierry Jonquet : https://www.babelio.com/auteur/Thierry-Jonquet/6526 Georges Simenon : https://www.babelio.com/auteur/Georges-Simenon/6804 Léo Malet : https://www.babelio.com/auteur/Leo-Malet/7089 Henning Mankell : https://www.babelio.com/auteur/Henning-Mankell/2995 Ian Rankin : https://www.babelio.com/auteur/Ian-Rankin/4776 Fred Vargas : https://www.babelio.com/auteur/Fred-Vargas/3212 Léo Malet, 'Brouillard au pont de Tolbiac', roman : https://www.babelio.com/livres/Malet-Brouillard-au-pont-de-Tolbiac/158854 et la BD avec Tardi : https://www.babelio.com/livres/Tardi-Nestor-Burma-BDtome-1--Brouillard-au-pont-de-T/662328 Michel Carly, 'Maigret : traversées de Paris' : https://www.babelio.com/livres/Carly-Maigret--Traversee-de-Paris/108638 Nii Ayikwei Parkes, 'Notre quelque part' : https://www.babelio.com/livres/Parkes-Notre-quelque-part/565660 Zep et Bertail, 'Paris 2119' : https://www.babelio.com/livres/Zep-Paris-2119-Version-Luxe/1113986
7:13 Festival Quais du polar 2019 Le programme de Babelio : https://babelio.wordpress.com/2019/03/19/quais-du-polar-2019-un-vent-nordique-souffle-sur-lyon/ Tout le programme : https://www.quaisdupolar.com/ Notre vidéo sur Quais du Polar 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=G_dbQ2uSf8Q Le Top 10 Babelio des polars nordiques : https://www.youtube.com/watch?v=UW8yb_kYh-g
Les livres : Kristina Ohlsson, 'Les Otages du Paradis' : https://www.babelio.com/livres/Ohlsson-Les-otages-du-Paradis/1050832 Hjorth et Rosenfeldt, 'La Fille muette' : https://www.babelio.com/livres/Hjorth-Dark-secrets-tome-4--La-fille-muette/1073457 Joseph Knox, 'Sirènes' : https://www.babelio.com/livres/Knox-Sirenes/1078904 Roslund et Hellström, '3 secondes' : https://www.babelio.com/livres/Ro
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Henning Mankell et Kurt Wallander

Deux hommes sont retrouvés morts sur un canot, exécutés d'une balle dans le cœur. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Meurtriers sans visage (1994)
Les Chiens de Riga (2003)
La Lionne blanche (2004)
L'Homme qui souriait (2005)
Le Guerrier solitaire (1999)
La Cinquième Femme (2000)
Les Morts de la Saint-Jean (2001)
La Muraille invisible (2002)
Avant le gel (2005)
L'Homme inquiet (2010)

10 questions
190 lecteurs ont répondu
Thème : Henning MankellCréer un quiz sur ce livre
.. ..