AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021388114
224 pages
Seuil (13/09/2018)
3.38/5   116 notes
Résumé :
1911. Oskar Johansson a 23 ans. Dynamiteur, il participe au percement d’un tunnel ferroviaire et manipule des explosifs pour fragmenter la roche. Mutilé à la suite d'un grave accident du travail, il reprendra pourtant son ancien métier, se mariera, aura trois enfants, adhérera aux idéaux socialistes puis communistes. Au soir de sa vie, il partagera son temps entre la ville et un cabanon de fortune sur une île aux confins de l’archipel suédois.
Un mystérieux n... >Voir plus
Que lire après Le dynamiteurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,38

sur 116 notes
5
9 avis
4
10 avis
3
14 avis
2
3 avis
1
0 avis
Henning Mankell est un poète de l'âme.

C'est l'histoire d'un homme simple, Oskar Johansson, en paix avec lui-même, pensant d'abord, espérant ensuite, que le monde dans lequel il vit l'est aussi.

Oskar, né en Suède en 1888, est dynamiteur et le restera toute sa vie malgré l'accident qui l'amputera d'un oeil et d'une main. Aux côtés d'Elvira, sa femme, il traversera la première moitié du 20ème siècle. Ils ne se parlent pas beaucoup mais un lien invisible, indéfectible unit ces deux personnes jusqu'à la mort. L'amour peut-être ? Oui, un amour modeste, comme eux, sans vague ni conflit. Pourtant, des conflits, Oskar les connaîtra. A travers la radio, les conflits du monde... la première guerre mondiale, puis la seconde. Il se demandera souvent pourquoi les hommes sont devenus fous.

Issus d'un milieu social défavorisé, Oskar et sa femme se trouvent tout au bas de l'échelle sociale. Leur travail, bien que dur et pénible, ne leur apporte que le strict minimum pour ne pas mourir de faim. C'est alors qu'il prête une oreille aux discours socialistes, qui font miroiter une vie meilleure en Suède, en ce début de siècle. Mais les années passent, les discours sont les mêmes et rien ne change. Faut-il tant de temps pour que les choses bougent ? Alors Oskar se tourne vers le communisme, les meetings et les actions étant plus directes. Qui sait ? Oskar s'interroge, cherche des réponses et continue son petit bonhomme de chemin, sans plus attendre rien de personne.

Oskar et Elvira auront trois enfants qui ne manqueront ni d'amour ni du nécessaire pour réussir dans leur vie, comme on dit. Malgré le fait que, pour la nouvelle génération, le matériel ne fait pas défaut contrairement à leurs parents, Oskar s'interrogera toujours sur le contrepoids de cette amélioration. L'entr'aide entre les gens n'existe plus, le peu qu'ils avaient étaient encore partagé avec l'ami, le voisin. Désormais, les gens sont seuls et ont peur. Peur de perdre ce qu'ils ont acquis et le chacun pour soi pointe le bout de son nez.

C'est l'histoire d'un homme simple, Oskar Johansson, qui toute sa vie se sentira un homme sans importance, parfois un homme important, puis comprendra que tout est réglé pour qu'il reste sans importance.

"Mais je n'ai pas perdu espoir. Je crois que toi, tu seras là pour voir toute cette société partir en fumée comme d'un seul coup de dynamite. Et alors tu leur diras bien le bonjour de ma part."
Commenter  J’apprécie          369
Dans ce premier roman, édité en France 45 ans après sa parution (1973), Henning Mankell nous surprend.
Si son personnage est l'esquisse de ceux, Wallander et autres, qui suivront tout au long de sa prolifique production d'écrivain, discret, solitaire et si on y perçoit les prémices de l'oeuvre à suivre, il est bien différent.
Entrons dans la maison d'Oskar.
À la manière d'un inventaire, l'auteur va nous raconter sa vie, ses luttes, ses rencontres, des bouts de vie.
Imaginez.
1969. Oskar vient de mourir. Vous entrez dans sa maison.
Au mur une affiche. Dans les tiroirs, des souvenirs.
En 1911, Oskar à 23 ans, il creuse des tunnels. Pas à la pioche pour s'évader, non, à la dynamite, pour faire passer le train sous la montagne.
Un truc qui cloche, c'est l'accident.
Il se réveille à l'hôpital et constate les dégâts.
Pourtant, malgré ses morceaux de lui qui manquent, il retournera au travail et aura une vie presque normale.
Roman kaléidoscope dans lequel les narrateurs se succèdent, Oskar ou ceux qui le côtoient, mais aussi une mystérieuse voix off.
Mankell nous invite à fouiller la vie de son personnage, et quand on fouille, tout est mélangé, une vie en puzzle qu'on tente de reconstituer. On passe d'une année à l'autre dans le désordre, comme quand on retrouve une boîte de photos ou un paquet de lettres dans le grenier, on essaie d'identifier chacun, de les relier, de les replacer dans le contexte, de deviner leur rôle.
On retrouve même de vieilles publicités qu'on prend plaisir à feuilleter.
On prend garde à laisser la maison silencieuse par respect pour cet homme qui vient de la quitter et que nous avons découvert au fil des pages.
Un Henning Mankell inattendu qui demande une bonne concentration si on veut arriver à suivre...
Commenter  J’apprécie          320
Quand il était chanteur et que je l'écoutais enchanté, j'avais une grande tendresse pour « Oscar » de Renaud Séchan, la vie de son grand-père prolo… Moins connu que « Mistral Gagnant » mais aussi émouvant et drôlement bien ficelé…
Le Dynamiteur se prénomme Oskar. Prolo aussi mais lui vient d'un pays où habite la neige. Mankell retrace le destin de cet ouvrier marqué par un terrible accident du travail indirectement imputable à un autre régional de l'étape, Alfred Nobel. Comme Ikea et son merveilleux sens du dialogue social, c'est fou comme les grands entrepreneurs suédois sont ambivalents !
Le livre débute très bien à la façon d'un Zola on Ice et son dénouement intimiste est magnifique… A ces instants, il est évident que le jeune Mankell possède déjà le savoir-faire d'un grand portraitiste. Hélas, entre ces deux moments de grâce, le parcours d'Oskar est plus âpre à suivre. La faute en partie au choix de cette narration indirecte qui reste absconce. Comme je n'ai pas l'intention immédiate de préparer un doctorat sur l'évolution politique et sociale dans les pays scandinaves au XX° siècle, les pages où s'accumulent des références nombreuses à des sommités de la gauche suédoise furent un supplice pour les paupières. Je ne sais pas si Per Edvin Sköld, Arthur Engberg ou Albin Hansson sont des stars outre-baltique comme le sont Jean Poperen, Jack Ralite ou Edwige Avice chez nous mais le moins que l'on puisse dire est que ces références amoindrissent cette prometteuse biographie d'un sans-grade.
A moins que vous ne rouliez en Saab, que vous possédiez l'intégrale d'Abba et que le surströmming représente pour vous le summun de la gastronomie, je ne vous conseillerais pas forcément cette lecture, même si elle reste intéressante à quelques égards (du Nord, bien sûr).
Commenter  J’apprécie          296
Henning Mankell , décédé le 5 octobre 2015 est un des maîtres incontestés du roman policier scandinave, mais il s'est également imposé en littérature.

Créateur du commissaire Wallander, on savait le romancier bourré de talent, avec ses derniers romans « Les chaussures italiennes » et « Les bottes suédoises » on avait dit qu'il il atteint le niveau de la très grande littérature mais on s'aperçoit qu'il l'avait en fait atteint dès ses débuts.

En effet, quand, en 1973, il publie "Le dynamiteur, "l'écrivain suédois n'a que 25 ans. Son premier roman est un Germinal à la suédoise" .Un roman resté inédit en français avant 2018 qui n'a pas pris une ride. Bien que située dans la première moitié du XXe siècle, son histoire est atemporelle ;on perçoit déjà les premisses des grandes thématiques qu'il approfondira qu'il explorera dans la suite de son oeuvre.

Un roman enthousiasmant. parfaitement traduit par Rémi Cassaigne
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          331
Encore une très belle découverte grâce aux challenges Babelio !
J'ai beaucoup aimé "Le dynamiteur" premier roman de Henning Mankell. Il s'agit d'un roman social et non d'un polar comme je l'imaginais, et c'est tant mieux car j'adore ce genre.
On est immergé dans le monde ouvrier suédois ce qui est peu banal grâce à l'histoire d'Oskar Johansson dynamiteur de métier qui consiste à percer les voies de passage du nouveau chemin de fer au début du 20ème siècle. Son histoire est racontée par un mystérieux narrateur dont l'identité n'est pas révélée mais qui a travaillé avec Oskar après son accident et qui est devenu son ami sur le tard.
C'est à vingt-trois ans que le jeune homme a survécu de justesse à une explosion qui l'a laissé handicapé, borgne et amputé d'une main. Il poursuivra cependant sa vie de dynamiteur épousant Elvira, une femme avec qui il est en harmonie et avec qui il aura trois enfants. Ils partagent les mêmes idées et militent tous les deux au parti socialiste. Ils seront pourtant déçus quand le parti arrivera au pouvoir et Oskar s'écartera de la vie politique à la retraite. Veuf il préférera séjourner dans un ancien sauna militaire sur une île où son ami le narrateur le rejoindra régulièrement pour aller pêcher.
Mais si ce portrait d'ouvrier engagé est central, Henning Mankell raconte les luttes sociales et ceux qui rêvent de la révolution avec un style hors du commun et une construction originale du texte que j'aime beaucoup.


Challenge Solidaire 2022
Challenge Riquiqui 2022
Challenge Multi-défis 2022
Challenge XXème siècle 2022
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (1)
LeDevoir
26 novembre 2018
Lumineuse, touchante, l’écriture de Mankell nous fait sentir l’héroïsme ordinaire de cet homme du peuple qui est de ceux qui ont construit le « modèle social suédois ». La vie d’Oskar, à l’instar sans doute de celle de ses camarades, fut cependant à peine marquée par tout ce qui a changé le monde entre 1888 et 1969. Dure constatation.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
PRÉFACE

Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis la parution de ce livre, soit un quart de siècle.
..............................
Bien sûr, il s'est passé beaucoup de choses , en vingt-cinq ans. Certains murs
sont tombés, d'autres on été érigés. Un empire s'est écroulé , d'autres se sont affaiblis de l'intérieur, et de nouveaux centres de pouvoir se sont formés. Mais les déshérités et les exploités ont continué à s'appauvrir. Et la Suède est passée d'une tentative de construction d'une société décente à une entreprise de classe sociale.Une distinction de plus en plus claire entre personnes utiles et inutiles. Aujourd'hui, à l'extérieur des villes suédoises, il y a des ghettos. On n'en voyait pas il y a vingt-cinq ans.
Commenter  J’apprécie          40
1962

Le réveil sonne fort, impitoyable. Il est trois heures et quart, un matin de mi-mai. La pièce est humide et glaciale, le poêle à mazout est éteint. La mer est bleu-noir, immobile. une lourde brume gris-blanc pèse sur une surface étale. La lumière grise déverse ses images dépouillées. Les branches des chênes pointent comme des ruines dans le grisaille.
Quand je marche sur le sentier qui longe la plage, le sable et le varech brun-gris craquent sous mes talons comme des coquilles d'oeufs. Un frémissement traverse la surface de l'eau . Des vagues se déploient et roulent sans bruit . Un bateau est passé, au loin. Un brochet se faufile en silence entre les rochers de l'autre côté de la crique.
Commenter  J’apprécie          40
Il faudrait écrire plus de livres comme ça. Les gens ont été réduits à murmurer pendant des siècles, mais ce sont quand même eux qui ont pris les coups et ont été battus. Il faudrait écrire davantage sur ce que les gens n'ont pu que murmurer.
Commenter  J’apprécie          100
Ils entendent les voisins du dessus se disputer, et Oskar finit par monter leur emprunter un peu de sucre, sachant qu'il leur fait plaisir à tous les deux en mettant un terme à leur querelle.
Commenter  J’apprécie          130
A l'époque, il y avait beaucoup de blessés. Presque tous les travailleurs avaient tôt ou tard un accident. Beaucoup avaient souffert de rachitisme. Certains avaient des quintes de toux quand nous chantions en marchant, et d'autres devaient s'asseoir sur le bord du cortège pour reprendre leur souffle. Quelques-uns traînaient un pied. Beaucoup de bras manquaient. Je me souviens d'un type qui, pendant des années, a tenu un des fanions d'un seul bras. Une force de la nature. Il avait eu l'autre arraché par un massicot. A la hauteur de l'épaule. Et il y avait aussi beaucoup de femmes à qui il manquait un bras, ou quelques doigts. C'était presque naturel.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Henning Mankell (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henning Mankell
https://www.laprocure.com/product/1407882/nesbo-jo-une-enquete-de-l-inspecteur-harry-hole-eclipse-totale
Jo Nesbø Éclipse totale, une enquête de l'inspecteur Harry Hole Éditions Gallimard
« Voici le grand retour de Harry Hole, l'inspecteur préféré de Jo Nesbø qui est, comme on le dit toujours, le digne héritier de Henning Mankell. Voilà ça fait treize ans que ce héros existe qui lutte contre les psychopathes et autres, il est assez spécialisé dans le genre. Ici, on le retrouve un peu comme d'habitude au bout du rouleau, au fond du trou, plus alcoolique que jamais. Il va faire la connaissance d'une actrice qui a un gros gros besoin d'argent, qui est poursuivie, qui est menacée de mort et il va quelque part se rendre lui aussi victime de cette mafia... » ©Marie-Joseph Biziou, libraire à La Procure de Paris.
+ Lire la suite
autres livres classés : ouvrierVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (256) Voir plus



Quiz Voir plus

Henning Mankell et Kurt Wallander

Deux hommes sont retrouvés morts sur un canot, exécutés d'une balle dans le cœur. Les corps sont identifiés : des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia.

Meurtriers sans visage (1994)
Les Chiens de Riga (2003)
La Lionne blanche (2004)
L'Homme qui souriait (2005)
Le Guerrier solitaire (1999)
La Cinquième Femme (2000)
Les Morts de la Saint-Jean (2001)
La Muraille invisible (2002)
Avant le gel (2005)
L'Homme inquiet (2010)

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thème : Henning MankellCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..