AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226245332
Éditeur : Albin Michel (09/01/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Christophe Colomb n'a pas seulement découvert le Nouveau Monde, il a aussi été, sans le vouloir, à l'origine de la création d'un monde nouveau.

Charles C. Mann nous offre ici une relecture passionnante de ce moment clé de l'histoire de l'humanité. Après 1491, formidable état des lieux des cultures précolombiennes avant la découverte de l'Amérique, ce nouveau livre aborde "L'échange colombien" : l'incroyable circulation de matières premières, de plante... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  05 mars 2017
Bien que l'auteur soit journaliste, il n'a pas les vices de sa profession : l'ignorance d'abord et surtout, et ensuite, la manie de donner des leçons au lieu de s'informer et d'informer. Tout au contraire, l'ouvrage de Charles C. Mann témoigne d'une intense curiosité intellectuelle et historique, d'un art de rencontrer, de questionner et de regarder, et d'une grande capacité à raconter, mais aussi à synthétiser les données sans jamais quitter le concret et les cas précis. Il s'attaque à un sujet qu'un universitaire aurait pu rendre aride et inabordable : "l'échange colombien", à savoir la mise en circulation de virus, de germes, de plantes, de parasites et de bactéries qui, avant 1492, étaient cantonnés dans des espaces limités, et se répandent par toute la planète. Ces questions de biologie et d'écologie se doublent de questions économiques, car les changements biologiques entraînent la ruine ou la fortune des pays touchés ; l'économie, c'est aussi la façon dont les hommes font face à ce qui advient. Les chapitres sur les premières colonies anglaises d'Amérique, sur l'esclavage (aussi éclairants que le livre d'Alain Testart, mais plus accessibles que celui d'Olivier Pétré-Grenouilleau), les questions monétaires de l'ancienne Chine, le commerce du guano ou du caoutchouc, ouvrent au lecteur curieux des perspectives insoupçonnées. Par sa liberté de ton, l'auteur sait se rendre accessible et initie le lecteur profane à des sciences et à des corrélations inattendues et stimulantes. Ceci ne veut pas dire que Charles C. Mann se cantonnerait dans une objectivité imaginaire, ne traitant que des faits : chaque fois qu'un conflit d'interprétation surgit, il signale honnêtement les thèses en présence et prend rarement un parti sans le nuancer et signaler ses failles. Voilà donc un très bon livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
danielb
  30 mai 2013
1493 est un livre dont j'attendais depuis plusieurs années la traduction française après avoir précédemment lu 1491 du même auteur. Au cours de ces années, pour calmer mon impatience, j'ai feuilleté à quelques reprises les pages de sa version originale anglaise qui sont offertes en lecture libre sur Amazon et ce que j'ai pu en comprendre, malgré mes faibles capacités de lecture dans cette langue, m'a enthousiasmé et rendu encore plus impatient de pouvoir le lire en français.
J'espérais ressentir en lisant 1493 la même formidable impression que j'avais ressentie en lisant 1491. L'impression que j'apprenais une foule de choses dont je n'avais aucune idée avant que Charles C. Mann ne vienne me les apprendre, moi, un lecteur qui s'est toujours targué d'aimer l'Histoire et d'avoir déjà d'assez bonnes connaissances en Histoire.
Le phénomène s'est effectivement reproduit. 1493 est une mine d'or pour celui qui aime découvrir de nouvelles façons d'appréhender l'Histoire, en particulier ici, les bouleversements amenés par la découverte du Nouveau-Monde que ce soit au niveau économique, écologique ou humain. du développement de la culture du tabac, de la culture de la canne à sucre et du même coup de l'introduction de la malaria et de la fièvre jaune en Amérique, principaux facteurs du transfert de millions de noirs africains à travers l'Atlantique, en passant par l'expansion de la culture de la patate en Europe, de la patate douce en Chine, et des répercussions économiques amenées par l'échange à travers le Pacifique de l'argent des mines espagnoles en Amérique contre les soieries chinoises, sans parler de l'exportation du guano péruvien vers l'Europe ou de l'expansion à travers le monde de la production de caoutchouc à partir de la sève de l'hévéa, Charles C. Mann nous amène à prendre conscience de l'importance du rôle qu'a joué la découverte de l'Amérique dans la mondialisation de l'activité humaine sur la Terre.
Cependant, malgré tout ce que 1493 peut nous offrir comme nouvelles perspectives d'analyses, j'ai ressenti un certain ennui dans quelques chapitres. le sentiment que Charles C. Mann allongeait la sauce. Par exemple, dans le chapitre où il décrit en long et en large les répercussions de l'introduction en Chine par les Espagnols de l'argent des mines américaines ou encore le chapitre où il s'évertue à nous décrire l'importance des marrons, ces esclaves africains en fuite qui ont formé des quasis états en Amérique. Mais comme il le dit lui-même, 1493 n'a pas la prétention d'être une analyse systématique : «mon but a été d'accorder la préséance aux questions qui me semblent spécialement pertinentes et bien documentées, et à celles - réflexe de journaliste - que je juge les plus passionnantes».
Donc, malgré ces petits défauts, je recommande chaudement cette lecture à tous ceux qui considèrent qu'une connaissance de l'Histoire est essentielle pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Lien : http://lecturesetecrituresdc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nikoz
  17 janvier 2015
Un excellent essai qui a les défauts de ses qualités; disons que "ça part dans tous les sens"... Mais, Comme C. Mann nous l'expose, c'est bien ce qui c'est passé...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
danielbdanielb   30 mai 2013
Il n'est pas du tout impossible que John Rolfe soit responsable de l'introduction des lombrics - celle, précisément, du ver de terre commun et du ver rouge du marécage, qui n'existaient pas en Amérique avant 1492. Rolfe faisait partie des colons de Jamestown en Virginie, la première implantation britannique à avoir perduré. De nos jours, ceux qui ont entendu parler de lui le connaissent surtout comme celui qui a épousé Pocahontas, la "princesse indienne", dans de nombreux récits romantiques. Quelques férus d'histoire estiment que Rolfe a été un élément décisif dans le succès de Jamestown. L'affaire des lombrics nous suggère un troisième aspect de sa personnalité, encoure plus lourd de conséquences : sans le vouloir, Rolfe a déclenché une mutation définitive du paysage américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NikozNikoz   17 janvier 2015
Les échanges entre pays éloignés se pratiquaient depuis plus d'un millénaire, essentiellement dans la zone de l'océan Indien.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1741 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre