AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexandre Vialatte (Traducteur)Jacques Brenner (Préfacier, etc.)
EAN : 9782228892544
152 pages
Éditeur : Payot et Rivages (17/09/1999)
4.75/5   4 notes
Résumé :

Thomas Mann considérait son talent d'essayiste et de polémiste comme un ingrédient" inséparable de sa nature. Il allait jusqu'à dire "Lorsque je satisfais cette tendance, j'éprouve le sentiment goethéen d'être un écrivain-né, d'une façon peut-être plus excitante qu'en cultivant l'art du roman." Ses essais étaient pour lui comme un contrôle critique sur sa vie et sa production litté... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Sarindar
  20 décembre 2016
Quel est, de tous les écrivains de langue allemande, celui qui a le mieux parlé des hommes de lettres qui avaient laissé en lui une trace indélébile et qui restèrent dans son coeur des compagnons tout au long de sa vie ?
Ce n'est pas Stefan Zweig, malgré la beauté de ses essais et l'engouement de plusieurs générations pour ses écrits et sa personne, qui peut répondre à ce portrait.
Il y a quelque chose de plus esthétique, de plus profond, de plus sérieux, de plus classique, de plus intellectuel et en même temps de plus savoureux dans les textes de Thomas Mann qui traitent de l'oeuvre, de la pensée, de la vie de ces géants que furent Goethe et Tolstoï et de la place qu'ils occupent toujours tous les deux dans l'histoire culturelle de l'Europe.
L'auteur des Souffrances du jeune Werther, des Années d'apprentissage et des Années de voyage de Wilhelm Meister, des Affinités électives, du Divan oriental et occidental et du Faust nous apparaît comme un maître régnant placé au sommet d'un Olympe de l'esprit et comme la quintessence de l'art et de la culture germaniques, et même si Schiller nous est présenté presque comme son égal, dans une sorte de fraternité idéalisée, c'est bien l'homme de Weimar qui reste, et de loin, le "héros" aux yeux de Thomas Mann, et qui se partage sa préférence avec Kleist Novalis, Chamisso, Schopenhauer et Nietzsche.
L'un des autres pôles attractifs, qui, pour d'autres raisons, retient l'attention de l'auteur des Buddenbrook et de la Montagne Magique, c'est Tolstoï, qui personnifie pour lui, avec Anton Tchékhov, la culture slave dans ce qu'elle offre de meilleur. L'auteur de la Guerre et la Paix et d'Anna Karénine est aussi pour lui ce membre de l'aristocratie terrienne qui a su anticiper au XIXe siècle les grands mouvements sociaux qui allaient bouleverser le XXe siècle et émanciper les Moujiks qui travaillaient dans son domaine.
Il existe un autre essai de Thomas Mann qui, traduit en français, est intitulé : Noblesse de l'esprit. Et ce sont exactement les mots qui nous viennent quand nous lisons Goethe et Tolstoï. Pas un texte de Thomas Mann sur les grands écrivains n'échappe à la règle qui veut que ce grand romancier, se transformant en génial essayiste, nous entraîne sur les cimes et nous donne l'impression de toucher de près la beauté artistique dans ce qu'elle a de plus parfait.
François Sarindar


On se sent grandir à la lecture de ce texte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          879

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PiatkaPiatka   26 août 2015
Les biographies de Goethe et de Tolstoï montrent toutes deux identiquement que les deux grands écrivains ont passé de longues années à étouffer leur vrai talent, celui de la création artistique - pour laquelle ils "étaient faits" comme dit la comtesse Sophie - au profit d'une action sociale directe, par conséquent pour des raisons de haute morale. Tolstoï brimait en lui l'artiste en faveur de son activité de juge de paix et d'instituteur libre. Goethe, lui, régissait le duché de Saxe-Weimar et consacrait les dix meilleures années de sa vie à s'occuper d'impôts, de recrutement, de ponts et chaussées, d'hospices, de mines, de carrières, de finances et de bien d'autres choses encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
PiatkaPiatka   27 août 2015
L'idée de la mort domine la pensée et la production de Tolstoï au point qu'on peut dire que nul maître de la littérature mondiale ne l'a sentie et représentée comme lui, ne l'a sentie d'une façon aussi terriblement despotique ni représentée aussi insatiablement. Le génie qu'il apporte dans l'exploration littéraire de la mort forme le vrai pendant de l'intuition de Goethe dans les sciences naturelles : c'est la sympathie pour la nature organique qui est à la racine des deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Video de Thomas Mann (3) Voir plusAjouter une vidéo

[appels aux allemands]
Depuis le Prenzlauer BERG (Berlin), Olivier BARROT présente le livre "Appels aux Allemands", recueil des textes écrits par Thomas MANN et diffusés par la BBC pendant la 2ème Guerre Mondiale.
autres livres classés : littérature germaniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Thomas Mann

Thomas Mann a eu le Prix Nobel

vrai
faux

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Thomas MannCréer un quiz sur ce livre