AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Roche (Traducteur)Jean-Michel Palmier (Préfacier, etc.)
EAN : 9782742773589
688 pages
Éditeur : Actes Sud (06/03/2008)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Né en 1906, Klaus Mann, le fils aîné de Thomas Mann, fut un écrivain précoce qui, à dix-huit ans, avait déjà publié une pièce de théâtre et un recueil de nouvelles.

Seul ou avec sa sœur Erika, il commença dès ce moment à parcourir le monde- Europe, Asie, Etats-Unis...

Mais, très vite, cette vie insouciante et libre de dandy des Années folles - drogue dure, sexe, homosexualité affichée - fut interrompue par la montée du nazisme, auquel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  06 janvier 2018
Les autobiographies sont souvent l'occasion pour des gens connus pour remettre les pendules à l'heure, rectifier, s'expliquer, et même se justifier envers et contre tous. Ou tout ça à la fois, même inconsciemment. Pire, c'est parfois même un exercice d'égocentrisme, pour parler d'eux, encore et encore, en abreuvant les lecteurs d'une ritournelles d'événements anodins et d'informations insipides. C'est pourquoi j'en lis très peu. Toutefois, le tournant est une exception à la règle. Dans cet ouvrage, Klaus Mann dépasse le « moi, je ». Bien sûr, il doit parler de lui, mais bien souvent à travers ou en réaction à des événements qui le dépassent. Toujours d'une façon à impliquer le lecteur. Il commence par aborder ses années de jeunesse, ses parents (qui ne voudrait pas savoir à quoi ressemblait une enfance dans la maison du grand prix Nobel de littérature, Thomas Mann ?), l'Allemagne, Munich au début du 20e siècle.
Klaus Mann est un enfant comme les autres, les échos de la Première guerre mondiale viennent jusqu'à lui, puis les opinions anti-nationalistes de son père et de son cercle d'amis. Je passe vite sur le reste de ces années de jeunesse, il suffit de dire qu'il devient très proche de sa soeur Erika et que, adolescent, il démontre un intérêt vif pour la littérature. Ce qui marque surtout cette période, c'est la montée du nazisme. À partir de ce moment, les événements importants que la vie de Klaus seront toujours mis en perspective avec la nationalisme qui frappe l'Allemagne. C'est le tournant : Histoire d'une vie. Selon moi, c'est là un des intérêts majeurs du livre : outre montrer les aélas d'un jeune auteurs des années 1930, c'est donner le point de vue, une voix, à tous ces hommes et ces femmes de courage qui ont tourné le dos au nazisme. Et qui l'ont même combattu à leur façon.
Les Mann se sont opposés rapidement au nazisme avec leurs écrits (Klaus a même fondé une revue antifasciste), avec leur théâtre, mais ils ont dû fuir en exil pour éviter la persécution. Plus tard, pendant la Deuxième guerre mondiale, le jeune homme l'a fait avec les armes. Émigré aux Etats-Unis, il s'est enrôlé dans l'armée américaine et, après des combats en Italie, a foulé à nouveau le sol de sa patrie du côté des vainqueurs. La partie du bouquin qui relate ces années de guerre sont des entrées de son journal intime, qu'il tenait même sur le front. Mais le retour à la vie civile fut difficile. Écrivain prometteur, il eut toujours à vivre avec le fait d'être le ‘'fils du génie'', de n'être qu'une ombre de son père. Il s'enleva la vie quelques années plus tard, à 42 ans.
Le tournant offre un éclairage intéressant sur cette période troublée. C'est enrichissant à plus d'un point de vue et, pour cette raison, il mérite d'être lu et relu. C'est une lecture ambitieuse, tout un pavé, mais ça vaut le coup. C'est que ce chef d'oeuvre est passionant et pas seulement instructif. Klaus Mann était un individu complexe et marquant. Ses réflexions sur la nature de l'homme (teintée par son expérience du totalitarisme) apportent un éclairage nouveau sur sa personne mais aussi sur la société en général et tout un chacun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5114
Woland
  17 décembre 2012
Der Wendepunkt, Ein Lebesnbericht
Traduction : Nicole Roche avec la collaboration de Henri Roche
Préface : Jean-Michel Palmier
ISBN : 978742773589
Deux extraits de ce livre paraîtront sur Babelio.

Si vous n'avez jamais rien lu de Klaus Mann, ni essai, ni roman, si vous ne saviez même pas jusqu'ici qu'il était le fils de l'auteur de "Mort A Venise" et de "La Montagne Magique", Thomas Mann, ainsi que le neveu de Heinrich Mann, auteur moins connu mais tout aussi prestigieux de "Professeur Unrat", le livre dont Joseph von Sternberg tira son inoubliable "Ange Bleu", "Le Tournant, Histoire d'Une Vie" est probablement l'ouvrage que vous devez lire en premier pour faire la connaissance de cet écrivain tourmenté et humaniste, dont la profondeur et la richesse valent beaucoup mieux que la réputation de "fils de génie" qu'il traîna toute sa vie - et qui contribua à le mener au suicide. Klaus Mann choisit en effet de se donner la mort à Cannes, le 21 avril 1949, quelques semaines après avoir achevé la postface du "Tournant."
"Le Tournant" relate non seulement l'existence de Klaus Mann depuis sa naissance jusqu'à son retour à la vie civile, après la Seconde guerre mondiale mais aussi l'histoire de la famille Mann au grand complet (avec de très intéressants aperçus sur les grands-parents et les tantes et oncles de l'auteur, où l'on compte déjà au moins une suicidée, la tante Carla, comédienne qui avala de l'acide et mourut dans une agonie qu'elle tentait d'apaiser en buvant de l'eau) et, bien sûr, l'histoire de cette Allemagne, déjà sous l'influence nationale-socialiste, que Mann abandonna en 1931 et qu'il retrouva en 1945, dévastée par les bombardements alliés et la folie perverse d'un mégalomane.
Alors, c'est passionnant, éblouissant, enrichissant au possible et on ne s'ennuie pas une seule minute. Et pourtant, l'ouvrage comporte près de six-cent-quatre-vingt pages en format poche (chez Babel-Actes-Sud). Et par dessus tout, compliment suprême à adresser à l'oeuvre d'un mémorialiste, cela palpite de vie à chaque page. Cette Allemagne depuis longtemps morte et enterrée, ce cosmopolitisme et cet éclat qui caractérisaient la vie littéraire et intellectuelle des pays germanophones d'Europe centrale, la superficialité tout aussi éclatante et déjà bien envahissante que l'écrivain en exil nous fait voir lors de son passage en Californie, tout cela nous apparaît bien réel et nous parle au présent tout au long de notre lecture, et ceci bien que nous sachions que nous sommes là en plein passé et même dans les souvenirs d'un homme depuis longtemps retourné à la poussière lui aussi.
Le souffle qui s'épuise trop souvent chez lui dans ses oeuvres de fiction, cette sûreté dans le trait et dans l'idée qui s'évanouit brusquement dans "Le Volcan" avec l'Ange des Exilés pour réapparaître quelques chapitres plus loin, cette puissance enfin que, jusqu'au bout, l'écrivain, aura douté de posséder, sont ici au rendez-vous pour proclamer que oui, Klaus Mann fut un grand écrivain, aussi grand que son père et que son oncle. Mais, contrairement à eux, il eut le malheur de naître, comme il le dit, "fils de génie."
Avec une pudeur qui prouve combien il aimait son père - "le Magicien" ainsi que l'avaient surnommé les membres de sa famille - Klaus Mann passe ici sous silence tout ce qui a pu les opposer. Bien qu'il admette çà et là que le Magicien n'avait peut-être pas un caractère très aimable, c'est la silhouette du héros de sa petite enfance qu'il nous dépeint avec tendresse, douceur et fierté. Fierté d'autant plus généreuse qu'on n'est pas du tout certain que Thomas Mann la rendît à son fils et à ses écrits, en tous cas au même degré.
En ce sens, "Le Tournant" est aussi une déclaration d'amour filial qui, pour s'exprimer, oublie tout ce qui pourrait jeter une ombre fâcheuse sur ce père encensé par le monde littéraire et Prix Nobel, et, bien sûr, l'influence qu'il eut, volontairement ou non, sur la vie sexuelle du fils. Sur ce plan aussi, Mann reste très pudique - et on ne peut que le respecter pour cela - mais à lire ses analyses du sentiment amoureux, le lecteur comprend mieux la nature d'écorché vif qu'il dissimula longtemps avec brio sous sa défroque de jeune dandy.
Mais le pire, dans cette relation, c'est que Klaus Mann n'osa jamais affronter son père dans le domaine où celui-ci excellait : le roman. En aurait-il été capable ? La subtilité, l'énergie, la grâce avec lesquelles il nous invite à négocier avec lui ce "Tournant" le prouvent largement mais il est malheureusement plus que certain que lui-même, s'il en avait bien une conscience timide, ne parvint jamais à l'envisager.
Docilement, parce que le milieu dans lequel il baignait depuis l'enfance avait favorisé ses débuts dans la littérature, il accepta cette étiquette de "fils à papa" que les jaloux et ceux qu'agaçaient sans doute certaines maladresses de sa part dues à sa jeunesse lui collèrent sur le dos pratiquement dès ses premiers écrits. L'attitude du père en rajouta encore, lui qui soupirait en constatant que son fils écrivait "vite et facilement" - et en sous-entendant que ce qui s'écrit vite et facilement n'est pas de la "vraie" littérature. Toutefois, quand il était question de document, de biographie ou de mémoires - et comme son "Magicien" de père n'était pas un foudre de guerre en la matière - Klaus Mann se sentait revivre - et son talent, au moins égal à celui de son père, redressait alors la tête. C'est tant mieux car, sinon, nous ne pourrions pas nous plonger dans cette "Histoire d'Une Vie" que n'aurait pas reniée le Stefan Zweig du "Monde d'Hier." Notons au passage que le grand écrivain autrichien fut l'un des rares justement à ne jamais douter de Klaus Mann, qu'il ne cessa d'encourager jusqu'à son propre suicide.
"Le Tournant" est la parfaite antithèse des "Mémoires de Hongrie" dont nous parlions récemment. Là où Sándor Márai fait du monde et de la Seconde guerre mondiale deux phénomènes dont il est l'axe principal, Klaus Mann, tout en s'exprimant lui aussi à la première personne et sur un contexte proche de celui du Hongrois, ne se perçoit que comme un maillon dans la vaste chaîne de celles et ceux qui traversèrent la Grande guerre, la République de Weimar et la Seconde guerre mondiale. Sándor Márai nous donne à voir encore et toujours Sándor Márai, victime première - ah ! bon ? parce qu'il y en a eu d'autres ? - d'un monde frappé de folie. Ses réflexions ne concernent que Sándor Márai et les sentiments de Sándor Márai - et ça s'arrête là. Alors que Mann part du point fixe qu'il représente dans la tempête pour nous faire découvrir le monde qui l'entoure et la folie qui, peu à peu, sournoisement, s'empare des êtres et des choses. Mann craint pour l'Homme et s'épouvante de ce qu'il peut faire quand il laisse le Mal et l'Egoïsme l'envahir. A la fin de son parcours, le dégoût l'emporte même mais c'est toujours l'Autre qui l'intéresse et l'inquiète.
En résumé, "Mémoires de Hongire" est la vision bornée qu'a du monde un esprit égocentrique et l'on pourrait sans problème rapprocher leur auteur de ces silhouettes d'Allemands bon teint qui affirment en 1945 à un Klaus Mann au bord de la nausée qu'ils n'ont jamais soutenu Hitler : leur petit monde passe avant tout le reste et, pourvu que ce monde - et son confort - ne soient pas dérangés, les autres peuvent bien aller se faire tuer ou torturer. "Le Tournant" au contraire est celle d'un Humaniste qui voudrait bien ne pas désespérer de l'âme humaine mais dont la générosité innée vient buter sur cette triste constatation que l'Homme ne renonce le plus souvent à une folie que pour en épouser une nouvelle ...
Un livre à lire et à relire. Un livre qui vous permettra de découvrir à sa juste mesure l'immense talent qui fut celui de Klaus Mann. Allez-y de confiance - plus encore si vous aimez, comme nous, les mémoires. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ileana
  14 septembre 2014

Autobiographie de Klaus Mann, 1906 – 1949.
J’ai été fascinée par la lucidité de Klaus Mann, sa capacité à anticiper les évènements. Exilé de la première heure, prophète du malheur, il a dû patienter des longues années avant que ses mises en garde et celles de nombreux autres témoins du Troisième Reich trouvent audience. En avance sur son époque, il a vécu le désespoir de ne pas être compris.
Son destin me fait penser à Stefan Zweig. Cependant, pour Zweig la menace venait de l’extérieur, alors que pour Klaus Mann elle était issue de son propre pays.
Un autre aspect frappant - une sensibilité particulière pour les destins ou les figures tragiques : par exemple le portrait son ami Ricki p363 ou celui de Julien Green p 309.
Dans la préface il est question de la difficulté de Klaus Mann de se faire un nom en tant qu’écrivain dans le sillage de son génie de père. Mais il reste discret sur ce sujet.
Les trois fils conducteurs de cette vaste autobiographie :
-- L’apprentissage, la vocation littéraire et la genèse de ses écrits ; la construction de soi en exil
-- La vie intellectuelle, le climat, ses acteurs, nombreux portraits d’écrivains
-- Le combat contre le régime nazi de 1933 à 1945
Intelligence, sensibilité, humilité et pudeur tout au long de ce témoignage – une brillante réflexion sur une époque. En finissant le livre, j’ai regardé à nouveau les premières pages. Cette autobiographie couvre quarante ans qui ont changé le monde. C’est justement la dimension historique que je vais garder en mémoire.
Extraits
------------
Berlin, 1923
« [le génie de la ville de Berlin] et sa fonction historique consistent à s’emparer des atmosphères et des tendances latentes en Allemagne, à les absorber, à leur donner une forme dramatique et à les pousser à l’extrême. [ ] Si le Berlin de l’Empire, avec des grands cliquetis de sabre, avait donné le spectacle de la dynamique agressive du jeune nationalisme allemand, le Berlin des premières années d’après-guerre reflétait avec le même éclat l’état d’esprit apocalyptique de la nation vaincue. » p168
« Le romantisme des bas-fonds était irrésistible. Berlin – ou plutôt l’aspect de Berlin que je voyais et que ma naïveté tenait pour le seul qui fût essentiel, [ ] m’enthousiasmait par sa dépravation éhontée. Berlin était ma ville ! Je voulais rester. » p 171
p168
Nidden, 1929
« Nidden [Nida, en Lituanie] était un village idyllique sur la Baltique, célèbre pour une espèce particulière d’élans qui, de leurs corps lisses et massifs, barraient la route sablonneuse au promeneur et à l’automobiliste. N’avaient-elles vraiment qu’une corne, ces créatures douces et rétives, lourdes et gracieuses ? Dans mon souvenir, elles prennent des allures d’animaux fabuleux … Issues d’une ménagerie mythique, victimes d’un enchantement, elles ont des yeux que dore la tristesse, sous de larges fronts brillants et penchés, humbles et menaçants. » p287
New York, 1941
« Cet après-midi, au bar du Bedford. Erika [la sœur de l’auteur] et moi avons suscité l’irritation d’un vieux gentleman en parlant allemand. [ ] « Stop it ! rugit le coléreux vieillard, (c’était très effrayant : il aurait pu avoir une attaque). That damned nazi talk ! Stop it ! Or speak english ! »
Il aurait pu continuer longtemps à vociférer, mais Erika l’interrompit, aimable et grande dame jusqu’au bout des ongles. « Deligted to meet you, Sir ! » Elle dit ces mots avec son accent britannique le plus distingué, ce qui impressionna si fort l’irascible vieil homme qu’il en resta, littéralement, bouche bée. Sa bouche resta ouverte, tandis qu’Erika continuait, avec une grande dignité : « Je comprends votre animosité, monsieur ; je partage votre répulsion devant les horreurs du nazisme. Mais comme l’Amérique ne se décide toujours pas à combattre ou, au moins à boycotter cet horrible régime, à quoi bon boycotter une langue qui, d’ailleurs, sous sa forme correcte et pure, n’a guère de parenté avec le jargon nazi ? »p569
……
« Le nationalisme, tout nationalisme, est à mes yeux l’aberration la plus dangereuse et la plus imbécile de l’homme moderne. Je me suis séparé de ma nation parce que sa forfanterie agressive m’écœurait. Je crois à la civilisation universelle et indivisible à laquelle ce siècle aspire. » p566
Extrait (profession de foi) p565 :
« Quelle sorte d’histoire ai-je donc à raconter ? L’histoire d’un intellectuel entre deux guerres mondiales, celle d’un homme, par conséquent, qui a dû passer les années décisives de sa vie dans un vacuum social et spirituel, s’efforçant avec ferveur – mais sans succès – de s’intégrer à une communauté quelconque, de se soumettre à un ordre quelconque, toujours errant, toujours vaguant sans trêve ni repos, toujours inquiet, toujours en quête…
L’histoire d’un Allemand qui voulait devenir Européen, d’un Européen qui voulait devenir citoyen du monde ;
L’histoire d’un individualiste [ ]
L’histoire d’un écrivain qui, au départ, s’intéresse à l’art, à la religion, à l’érotisme, mais qui, sous la pression des circonstances, parvient à une attitude politiquement responsable et même militante …
Mon histoire – c’est le plus sincèrement, le plus exactement possible qu’il me faut l’écrire [ ] »
Titre en original : Der Wendepunkt. Ein Lebensbericht
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
rabanne
  08 décembre 2015
C'est un roman autobiographique presque testamentaire.
Klaus Mann s'est suicidé peu de temps après la rédaction de ce chef d'oeuvre, léguant à la postérité ce qui fut le "tournant" de l'histoire de l'Allemagne, et surtout de celle de l'Humanité (!)
L'on rentre facilement dans ce pavé, en commençant par l'enfance heureuse et la vocation précoce de Klaus d'être écrivain (l'ombre de son illustre père planant au dessus de lui).
Puis, c'est la plongée dans la montée du nazisme qui horrifie et révolte Klaus.
L'exil est la seule issue à cette aberration, mais il a un prix, celui de la déchéance de nationalité pour lui et sa famille.
L'autre grosse partie du roman porte sur cette vie d'exilé, dans une Amérique en pleine croissance et mutation sociale. Klaus y noie ses rancœurs et ses frustrations d'écrivain, avec la rage d'un anarchiste engagé. Mais il flirte aussi avec les paradis éphémères et une sexualité débridée. Le retour en Allemagne sera violent et irrémédiable...
Conseillé par ma (visionnaire) de documentaliste, ce livre m'avait profondément marquée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
TheFunkyFreshLibrary
  19 juillet 2016
« le sans-patrie, le déraciné qui attend toujours –le miracle du retour au pays ? la catastrophe –est, certes, enclin à considérer son existence comme provisoire ; les années d'errance, les années d'attente, n'ont pour lui aucun poids, elles ne lui semblent pas avoir leur pleine valeur. Et pourtant, comme il pèse lourd, comme il se remplit de ce que l'on vit, ce temps que l'on trouve trop léger, pas assez plein pour compter vraiment ! Cette profusion d'impressions et de problèmes demande à être ordonnée, avant que nous-même, nous ne tombions en poussière.
Je suis assis dans une chambre d'hôtel, à New-York, et je m'efforce de donner une forme épique à ce que j'ai vécu en exil, qui est désordonné, riche, et triste. »
Klaus Mann, fils de Thomas Mann et neveu de Heinrich Mann, deux des plus grands prosateurs allemands du XXè siècle, a terminé d'écrire le tournant un mois avant de se suicider le 21 mai 1949 à Cannes. Ce livre, inspiré d'un premier récit de vie écrit en anglais cette fois, The turning point, est une oeuvre magistrale, brassant la terrible première moitié du XXè siècle avec un oeil intransigeant, passionné et original.
Se décrivant lui-même comme un marginal cosmopolite et citoyen du monde, éternel exilé, Klaus Mann décrit avec une acuité et une sensibilité bouleversante son cheminement intime à travers la grande Histoire. Baignant dès l'enfance dans une vie intellectuelle et artistique intense, il choisira la voie (difficile –il est l'enfant d'un prix Nobel !) de la littérature. Intellectuel et fondateur de deux revues engagées durant son exil- dès 1933- il sera également soldat américain débarquant sur le sol européen pour participer à sa libération, lui, cet allemand de naissance à qui le régime nazi a ôté sa nationalité.
Et l'on perçoit à travers lui l'Allemagne de l'après-première guerre mondiale, la jouissance morbide et la légèreté apparente qui annoncent le pire. Et l'on croise Greta Garbo et la Rapsody in blue de Geschwin, et l'on profite d'une fresque sur l'Amérique de Roosevelt, le Paris des années 20, à travers des portraits extrêmement puissants de R. Crevel, A. Gide, J. Cocteau… On se représente les grandes capitales européennes qu'il arpente auprès de E. M. Forster ou A. Huxley et surtout avec sa chère soeur Erika, complice de la première heure et fondatrice du fameux cabaret engagé le Moulin à Poivre… On pleure avec lui ses amis d'enfance qui se suicident les uns après les autres, sans oublié la figure tutélaire de S. Zweig, ce grand pacifiste, suicidé en 1942 avec sa jeune femme, loin de Vienne. On profite au passage de ses réflexions littéraires sur F. Kafka, M. Brod, A. Breton… et de son regard sur l'Histoire tragique qui se déroule envers et contre tout, malgré tous les signes annonciateurs de la catastrophe.
Une vie intense, extrêmement riche, d'un homme qui s'interroge sur le monde qu'il l'entoure et sa propre destinée : né allemand, il deviendra tour à tour apatride puis tchécoslovaque et enfin américain. Les lettres, qu'il envoie fidèlement aux siens, exilés eux aussi aux USA, racontant ce qu'il voit à Dachau et parlant des entretiens réalisés avec des collaborateurs du régime ou de simples citoyens allemands (en tant que soldat correspondant du journal Stars and Stripes) sont autant de documents d'une émotion et d'un tragique ineffable.
Ce livre, je l'avais lu à 17 ans, et l'ai relu lentement, avec une admiration profonde devant tant de sincérité, de volonté, de tristesse et de clairvoyance, de justesse et de générosité. Quel témoignage exceptionnel de la part d'un homme qui a côtoyé les femmes et les hommes les plus illustres de son temps ! Quelle analyse fine et éclairante de la situation d'exilé, quel choix admirable et terrible que celui de devenir soldat américain –lui si profondément pacifiste et délicat ! Lui qui arpente seul les vestige de la maison de son enfance munichoise et relate fidèlement à son père la rencontre avec une « habitante », pauvre fille qui vit sur le balcon de son ancienne chambre, et qui lui explique que quelqu'un de connu a vécu là il y a si longtemps…
Ce livre est nécessaire, nécessaire dans une première lecture et de nombreuses relectures. Outre la vie passionnante que son auteur nous offre de découvrir, il donne à réfléchir sur le contexte politique et social de cette entre-deux guerre dont on nous parle si souvent aujourd'hui à titre comparatif et qui mérite d'être vraiment approfondi grâce à des témoignages aussi puissants que le tournant, nous obligeant à prendre du recul et nos responsabilités face au monde qui advient, sans tomber dans des postures faciles et des raccourcis aussi usés que les mots mal employés. Relisons ceux qui ont voulu transmettre, comme le généreux K. Mann!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   13 janvier 2013
[...] ... Etait-ce bon pour René, que d'accepter avec tant de zèle et de ferveur l'influence de Breton, de s'y soumettre si totalement ? Si on l'aimait - et je l'aimais - on ne pouvait que s'en inquiéter pour lui. Le Surréalisme, en tant que doctrine esthétique et psychologique, et les surréalistes, en tant que confrérie de conjurés belliqueux, avaient assurément bien des choses à offrir : de l'esprit, une inspiration, les attraits d'un art encore nouveau, un jargon lyrique et pseudo-scientifique qui n'avait jusque-là jamais existé sous cette forme, avec des accents aussi provocants. Le Marquis de Sade et l'Apocalypse, Marx et Rimbaud, Lénine et Freud, la paranoïa et le champ de foire, - qui jette dans la même marmite des ingrédients aussi incompatibles et les mélange pour en faire un cocktail aura bien certainement une mixture assez piquante à vous servir. L'effet du breuvage sera peut-être stimulant. Mais pourra-t-il apaiser la soif d'un garçon à la jeunesse inquiète, profondément troublée, et qui s'efforce, avec ferveur, d'accomplir sa tâche ? Mon ami René Crevel, à la recherche d'un chemin, s'en remettait, pour le guider, à un esprit de farfadet, paradoxal, insolent et despotique. Ce jeune être aux dons merveilleux, perdu dans notre époque stupidement vulgaire, étrangère et hostile à la jeunesse et à l'esprit, se sentait si isolé, si désemparé et si tourmenté, qu'il lui fallait se raccrocher à n'importe quel programme, à n'importe quel dogme. Mais n'était-ce pas un programme confus et nihiliste, une farce d'étudiants qui s'était figée en dogme ? Les iconoclastes surréalistes, sous l'amusant petit drapeau desquels il s'enrôla, avaient-ils une idée claire de leur direction et de leur but ? Ils se divertissaient à ridiculiser, comme des gamins, les normes de l'éthique et de l'esthétique des époques révolues. Au diable la morale chrétienne, celle du Siècle des Lumières, celle de la Révolution française ! Foin du culte ennuyeux de la beauté, célébré par l'Antiquité et la Renaissance ! A la poubelle, la Vénus de Milo ! A sa place, nous adorons à présent une nouvelle déesse, une Vénus à queue de poisson, avec des yeux remplis de poux, et un piano en guise de poitrine. Et c'est ainsi que l'on a jeté par-dessus bord, dans une grande envolée révolutionnaire, tous les clichés du passé pour tomber finalement dans un nouveau cliché qui ne se distingue des premiers que par sa laideur ...

Pauvre René ! Espérait-il donc être guidé, réconforté, par des anarchistes qui se laissaient si facilement duper par une orthodoxie nouvelle, par des briseurs d'images qui recommençaient déjà à tomber à genoux devant de nouvelles idoles ? Mais peut-être était-ce, justement, ce culte de la névrose, cette glorification provocante de l'extravagance, qui attirait mon ami. En se réclamant d'une philosophie du non-sens et de la déraison, il pensait sans doute combattre la véritable folie, la folie qui nous entoure, et celle aussi dont il se croyait menacé lui-même dans son esprit et dans sa raison. [Crevel, qui a servi de modèle pour le Marcel Poiret du "Volcan", avait eu un père syphilitique.]

Car il avait peur. Peur des potentialités destructrices, catastrophiques, d'une société désorientée et privée de dieux ; peur de son propre Moi, de l'identité fragile qu'il avait héritée de parents détestés. L'ombre de son papa, ce bourgeois qui s'était pendu, de façon si déplacée, dans la pièce de réception, poursuivait et torturait, comme un avertissement, le fils rebelle. Son épouvante devant l'infamie et la corruption générales était-elle un signe d'hypersensibilité pathologique, un symptôme qui laissait prévoir la déchéance intellectuelle à laquelle il était inévitablement promis ? L'absurdité de l'agitation humaine, de l'avidité humaine, l'emplissait d'horreur ; fallait-il en conclure qu'il n'avait pas, lui-même, tout son bon-sens ? Etait-ce lui qui était fou, ou étaient-ce les autres hommes, ses contemporains, était-ce notre monde, notre époque ? ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SachenkaSachenka   18 août 2017
Les souvenirs sont faits d'une substance étrange - ils sont trompeurs et pourtant impérieux, puissants et impalpables. On ne peut pas se fier au souvenir, et pourtant il n'y a pas d'autre réalité que celle que nous portons dans notre mémoire. Chaque instant que nous vivons doit son sens à l'instant précédent. Le présent et l'avenir seraient inexistant si la trace du passé s'était effacée de notre conscience. Entre nous et le néant, il y a notre capital de souvenirs, rempart assurément quelque peu problématique et fragile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
WolandWoland   13 janvier 2013
[...] ... Malheur à [l'Europe], malheur à la civilisation européenne, si l'un de ses éléments devait avoir l'audace de prétendre pour longtemps à l'hégémonie absolue sur tous les autres ! La prééminence permanente d'une partie signifierait la ruine et la décomposition du tout. L'harmonie de l'Europe repose sur des dissonances. Les lois immanentes de la structure - de l'essence - du génie européen, interdisent l'uniformisation totale, "l'unification" du continent. Réduire l'Europe à un même dénominateur - qu'il soit allemand, russe ou américain -, "unifier" l'Europe, c'est la tuer. Tel est le double postulat que l'Europe doit reconnaître pour ne pas périr : il faut conserver et approfondir la conscience de l'unité européenne (l'Europe est un tout indivisible) ; mais en même temps, il faut garder vivante la diversité européenne des styles et des traditions. L'Europe, cet accord difficile et précieux, qui unit les dissonances sans jamais les résoudre.

Comme elle semble minuscule et vulnérable, notre chère vieille Europe, vue du Kansas ou de Corée ! La tendresse émue avec laquelle, durant mes voyages, je pensais à ma lointaine patrie, n'était pas exempte d'inquiétude. Aussi longtemps que je n'eus pas quitté l'Europe (mon voyage en Afrique du Nord ne compte pas : Tunis et le Maroc sont des annexes de l'Europe), ma pensée resta limitée à des concepts et des représentations purement européens. La rencontre avec les espaces démesurés de l'Amérique et de l'Asie me fit prendre conscience du fait que l'Europe n'est pas le monde et qu'elle devra perdre sa place dans l'univers si elle continue à s'épuiser et à se déchirer elle-même dans une querelle suicidaire entre frères ennemis. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SachenkaSachenka   20 août 2017
L'enfant est proche de l'homme primitif - innocent et avide, sans ruse et sans pitié, ignorant et créateur. Comme l'homme du printemps de la préhistoire, l'enfant accorde à nouveau ordre et valeur à tous les phénomènes, comme si c'était la première fois. Naïf et réaliste, ne s'intéressant jamais qu'à ce qui est proche et tangible, il érige sa propre hiérarchie et se créé ses propres mythes à partir de ce qu'il voit, entend, goûte et touche. Rien n'existe hors de la sphère de ses intérêts directs et de ses perceptions immédiates. Comment pourrait-il douter de la valeur absolue de ses expériences individuelles? L'esprit enfantin ne fait pas de comparaison, mais saisit chaque chose et chaque événement comme un phénomène unique, sans précédent, absolu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
SachenkaSachenka   25 août 2017
Nous faisions des discours contre la guerre et le fascisme. Mais l'Europe, dans sa peur du danger imaginaire qu'était le communisme, fermait les yeux devant la véritable menace. Par peur aveugle, bête et superstitieuse du progrès social, l'Europe acceptait la régression sociale la plus grossière : le fascisme, et avec lui, la guerre.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Klaus Mann (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Klaus Mann
Homosexuel, toxicomane, citoyen allemand déchu, exilé puis engagé contre l’idéologie nazie, écrivain prolifique et visionnaire, résolument contemporain, il est l’un des plus éminents représentants de la littérature allemande… MAIS QUI EST KLAUS MANN ?
Après "Contre la barbarie" et "Point de rencontre à l'infini", paraîtront le 3 février 2011 aux Éditions Phébus "Aujourd'hui et demain" (http://bit.ly/h0er3J) et "Speed" (http://bit.ly/fMP5tS).
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : allemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre