AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Laure Miermont (Traducteur)
ISBN : 2752905173
Éditeur : Phébus (03/02/2011)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Homosexualité, drogue, tourments de la solitude et de l'exil, quête d'une identité furent le lot de Klaus Mann qui, toute sa vie, a erré dans l'ombre de son illustre père, Thomas Mann, lauréat du prix Nobel en 1929, dont il partagea le combat antinazi. KIaus se suicida à Cannes le 21 mai 1949. Il était âgé de quarante-trois ans. Les quinze nouvelles rassemblées dans Speed, écrites entre 1926 et 1943, sont peuplées de personnages troubles, pathétiques, cruels, exc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Christw
  03 octobre 2014
Je qualifiais il y a peu Klaus Mann de grand écrivain, intransigeant et fragile. Il a souffert tout au long de son existence d'un syndrome dépressif grave qui le conduisit à absorber une dose mortelle de barbituriques en 1949, à Cannes, à l'âge de quarante-deux ans. Cette fragilité marque toute sa production où se lit un sentiment de désenchantement.
Le début de sa carrière littéraire plaça ce jeune homme turbulent et excentrique sous le signe du scandale : homosexualité et toxicomanie. On lui reprocha de profiter du nom de son illustre père pour faire son chemin en littérature. Dès 1930 il montra pourtant une stupéfiante clairvoyance et s'engagea en intellectuel responsable et intransigeant, réfractaire à tout nationalisme, militarisme ou racisme. L'ascension d'Hitler lui rendit l'Allemagne irrespirable et il choisit l'exil, perdant pays, racines et public. Exilé aux États-Unis, un autre renoncement sera celui à sa langue maternelle, instrument idéal pour exprimer toutes les nuances de sa pensée ; il veut écrire ses textes en anglais : «Pénible sentiment d'insécurité. Brusquement on se retrouve à nouveau débutant : chaque phrase est un casse-tête» (Le tournant, récit autobiographie). Speed est la première nouvelle en anglais à laquelle il met un point final en 1940. le recueil comprend quinze textes dont cinq relèvent de cette période, traduits par Dominique Miermont.
[...].
Malgré des personnages hauts en couleur dans un monde gris et la diversité des textes «américains», je penche vers ceux du début qui, à l'instar de "Une aventure pieuse", ont des contours plus flous : "Le cinquième enfant" (1926, dédié au surréaliste René Crevel) belle liaison trouble d'une mère veuve ; "Douleur d'un été" (1932), digne des fiévreuses sociétés bourgeoises de Françoise Sagan. le style restera toujours limpide, mais à trop en dire, à trop suggérer – comme si le lecteur n'était pas capable de se poser les bonnes questions – les nouvelles plus tardives perdent leur voile de mystère mais aussi leur sobriété qui est la grâce des textes courts. Je sors de Raymond Carver, ceci explique peut-être cette impression-là ?
[...]
Compte-rendu complet sur "Marque-pages" (lien c-dessous)
Lien : http://christianwery.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Arakasi
  12 avril 2013
Suicide, drogue, homosexualité, criminalité infantile, engagement politique… Ce qui frappe en premier lieu dans ce très beau recueil de nouvelles de Klaus Mann, c'est la modernité et l'originalité des thématiques abordées. Il faut dire que l'auteur n'est pas un bonhomme comme les autres, loin s'en faut ! Ecrivain allemand, marginal et homosexuel, il s'est engagé contre le nazisme dès 1933 et s'est exilé volontairement aux Etats-Unis. Comme beaucoup de protagonistes de ses nouvelles, Il fait partie de ce qu'il nomme « la génération perdue », une génération apatride, sacrifiée, engagée dans une lutte contre le fascisme dont elle ne connaîtra jamais les fruits. Certes, l'humanité progressera et sera sauvée – Klaus Mann, malgré tout son pessimisme, veut le croire – mais ce progrès viendra trop tard pour que lui-même et tous les enfants perdus de l'Allemagne puissent en profiter.
Cette constatation mélancolique imprègne chaque nouvelle de son recueil, même celles en apparence les plus innocentes. Outre les thèmes déjà évoqués, celui du suicide revient aussi régulièrement : chez Klaus Mann, on se tue parfois par désespoir, mais le plus souvent par lassitude, par épuisement moral et physique car tous n'ont pas le force de mener jusqu'au bout ce combat sans lendemain. C'est donc la mélancolie qui prédomine dans cet ouvrage, mais pas seulement (et heureusement d'ailleurs, on ne lit pas pour se donner le cafard !), car Klaus Mann sait également manier avec beaucoup d'habilité l'humour noir et la poésie. Certains de ses récits sont très touchants comme le tout premier, « le cinquième enfant », où l'auteur nous plonge dans un monde de l'enfance à la fois féérique et vaguement troublant. J'avoue également un faible pour la nouvelle qui a donné son nom au recueil, « Speed », nouvelle à fort parfum autobiographique contant la relation d'un expatrié allemand avec un jeune voyou américain, aussi séduisant que manipulateur. Une belle découverte qui m'a donné envie d'explorer plus en profondeur la bibliographie de Klaus Mann : je recommande chaleureusement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
aur4li4
  22 février 2011
C'est en lisant ce recueil de nouvelles que je découvre Klaus Mann. Chaque nouvelle est différente : tantôt portrait ('Avril', 'Le moine', 'Triomphe et misère de Miss Miracula'), tantôt récit d'une expérience ('Romance africaine'), tantôt roman d'aventure ('La valeur de l'honneur'), tantôt tragédie ('Une belle journée'). Leur diversité donne un bel aperçu du talent et de la créativité de l'auteur. J'ai particulièrement apprécié les notices en fin d'ouvrage qui permettent de relier chacune des histoires à la vie de Klaus Mann. Elles gagnent en force car il ne s'agit plus de simples récits mais d'expériences personnelles dévoilées à demi-mot. Une belle découverte!
Je remercie Babelio et les Editions Phebus pour ce livre qui m'a été offert dans le cadre de l'opération Masse critique.
Commenter  J’apprécie          30
ignatus-reilly
  06 avril 2011
Je ne connaissais pas non plus Klaus Mann avant de recevoir ce recueil de nouvelles.
Ces dernières ont été écrites entre 1926 et 1943. Les héros sont tous des personnages particuliers, au destin souvent tragique.
Certaines sont poétiques comme la première du recueil intitulée "Le cinquième enfant". Celle-ci nous fait revenir dans le monde de l'enfance et notamment celle de Klaus Mann, où étrangement la figure du père se trouve incarnée sous la forme d'un masque mortuaire.
Ces nouvelles raffinées sont empreintes de nostalgie et de mélancolie.
Elles sont le reflet de la vie de l'auteur et d'un monde condamné à disparaître - celui d'avant la guerre et la nazisme.
Klaus Mann évoque la solitude, l'exil, le combat politique, l'amour ou plutôt l'absence d'amour, la drogue, l'homosexualité... des thèmes qui lui sont chers.
J'aime beaucoup les nouvelles. C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu ce livre.
Merci à Babelio et aux Editions Phébus.
Commenter  J’apprécie          10
pincureuil
  14 février 2011
Ce recueil est constitué d'une dizaine de nouvelles sur des thèmes très variés : une femme seule, mère de quatre enfants, tombe amoureuse d'un jeune homme ; un couple découvre la drogue au Maroc ; un homme voit sa femme le quitter pour une autre femme...
Ce qui frappe dans ces nouvelles c'est leur caractère autobiographique. Grâce aux notices en fin de livre, on apprend en effet que Klaus Mann s'est beaucoup inspiré d'épisodes de sa vie personnelle dans son écriture. Si le style ne m'a pas particulièrement marquée - je l'ai même parfois trouvé un peu étrange, dans son utilisation du présent par exemple - j'ai été surprise par la grande modernité de certains de ces thèmes. Difficile de se dire qu'elles ont pour la plupart été écrites dans les années 1930...On sent l'homme torturé dans ces nouvelles, c'est peut-être pour ça qu'elles sonnent aussi juste. Je suis contente d'avoir découvert cet écrivain qui reste souvent dans l'ombre de son père (Thomas Mann) à travers ce recueil de nouvelles plutôt réussies, alors que je trouve souvent que les recueils de nouvelles sont très inégaux.
Lien : http://chezmathilde.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   04 octobre 2019
Quel souvenir auras-tu de cette époque, plus tard? Ne la vois pas tout en rose - avoue-le : c'est une période difficile! Mais n'oublie jamais, je t'en prie, que cette morosité de la solitude et de la jeunesse - que cette mélancolie de l'ambition inassouvie et de l'amour insatisfait - recèle secrètement toutes les jouissances, tout l'orgueil, tout le triomphe déraisonnable et donc très doux de la jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
art-bsurdeart-bsurde   06 août 2013
Le cri de Catherine - rauque et triomphant - s'élevait au dessus du tumulte. Mais voilà que maintenant sa voix faiblissait. Je remarquai avec une surprise douloureuse que la pâleur de son visage pouvait devenir encore plus intense. Elle vacilla : dans quelques instants elle allait tomber. J'avais le sentiment que je devais la soutenir, la protéger, aller chercher un médecin, la police, faire quelque chose ..
Mais je restai immobile et muet - paralysé par la peur, la pitié et l'admiration. Je ne voulais pas penser à son inévitable effondrement - au Dr Pelferton, à la clinique, aux infirmières. Pas maintenant! Pas tant que se prolongeait ce moment extraordinaire - le moment du chant collectif, de l'étreinte universelle, de la communion orgiaque. Je ne voulais pas non plus perturber sa pantomime frénétique et extatique - la béatitude de son sourire, le balancement de ses bras écartés. Provoquant et bénissant la foule toute à la fois ; cette foule qu'elle unissait et dominait pour une minute éphémère et miraculeuse.

" Hennessy Trois Etoiles "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ArakasiArakasi   11 avril 2013
Il est heureux qu'aucun de ses camarades ne le voie, car il a perdu ses lunettes et fait un trou béant dans sa chemise en courant dans les buissons ; et le noeud de sa cravate est défait. On pourrait le prendre pour un clochard. Mais nous, suivons-le, voyons-le avec émotion tituber le long des eaux sombre du fleuve parsemées, à son grand étonnement et à sa plus grande joie, de reflets lumineux. Voyons-le encore frissonner quand l'horloge sonne minuit. Puis abandonnons ce coeur, autrefois si impassible, aux délices de la minute présente et au désespoir des heures qui passent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kathelkathel   21 février 2011
Et il y avait des moments où il pensait qu'elle était tout comme lui une sorte d'épave, une réfugiée parmi la foule de ceux qui venaient d'un pays ravagé par la guerre ; un être à la dérive comme on en voyait à longueur de journée. Il y en avait des centaines, des milliers - à Lisbonne, à Zurich, à Casablanca : tous en proie aux mêmes angoisses et aux mêmes illusions ; dépensant leur dernier sou dans quelque lugubre pension de famille ou dans un somptueux Grand Hôtel ; se précipitant au consulat de l'Equateur, du Mexique ou des Etats-Unis ; télégraphiant leurs appels au secours à des amis de Milwaukee, de Melbourne ou de Montréal ; attendant des déclarations assermentées, des visas, des réservations pour un vol ou un bateau ; toujours en train d'attendre...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
art-bsurdeart-bsurde   06 août 2013
C'est dans l'un de ces miroirs aux cadres dorés que j'aperçus la baronne pour la première fois. Sa silhouette gracile émergea peu à peu des profondeurs ombrées du verre, telle une sirène sortant lentement de sa cachette. Appuyée au bras de son cavalier, un homme plutôt disgracieux, elle entra dans le bar en riant.
La première chose qui me frappa, ce furent ses yeux - de grands yeux immenses, d'une tristesse inconsolable, sous un mignon petit chapeau. Mon cœur se serra quand je la vis traverser le bar désert - droite comme une reine, drapée dans l'odeur suave et provocante de son parfum et dans les cascades triomphantes de son rire perlé. J'étais fasciné, transporté, abasourdi - par la pâleur de son visage sans âge, l'étrange élégance de sa toilette, et, surtout, par le contraste inquiétant entre les mélodieux accents de son rire et l'insondable mélancolie de ses yeux.

" Le dernier cri "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Klaus Mann (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Klaus Mann
Homosexuel, toxicomane, citoyen allemand déchu, exilé puis engagé contre l’idéologie nazie, écrivain prolifique et visionnaire, résolument contemporain, il est l’un des plus éminents représentants de la littérature allemande… MAIS QUI EST KLAUS MANN ?
Après "Contre la barbarie" et "Point de rencontre à l'infini", paraîtront le 3 février 2011 aux Éditions Phébus "Aujourd'hui et demain" (http://bit.ly/h0er3J) et "Speed" (http://bit.ly/fMP5tS).
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
265 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre