AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743615666
194 pages
Éditeur : Payot et Rivages (01/09/2006)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 64 notes)
Résumé :
1996. Privatisation de Thomson CSF. Deux grands groupes , Matra allié au Coréen Daewoo et Alcatel, sont en concurrence. Le gouvernement Juppé annonce sa décision : À la surprise générale, ce sera Matra Daewoo. Tollé dans les médias, grèves, manifestations. Deux mois après, le gouvernement revient sur sa décision, sans explication. En 1999, on apprend que le conglomérat Daewoo est en faillite, et que le patron s'est enfui en emportant deux milliards de dollars. Et pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  17 septembre 2013
Ce livre est plus qu'un polar, c'est l'implacable jugement des dérives des entreprises multinationales.
S'appuyant sur le fait connu d'une usine incendiée, Dominique Manotti nous plonge par une enquête d'un réalisme digne de journaliste bien informé, dans les dessous glauques du monde de la politique, de l'argent, du pouvoir.
Patrons corrompus, ouvriers manipulés, coteries, conciliabules dans les bureaux feutrés des élus et des grands patrons, hommes de main, compromissions, détournement de subventions, luttes d'intérêt, tout l'échantillonnage de l'actualité au quotidien vient se mettre en place pour dérouler une intrigue complexe mais extrêmement précise, nous laissant spectateur atterré, désabusé, désenchanté sur le bord du chemin.
L'écriture est vive, tranchante comme un rasoir, elle tient en haleine jusqu'au final, alors que paradoxalement, peu de violences dans les faits et de rebondissements spectaculaires
Mais l'angoisse ne vient elle pas justement de la crédibilité des faits, de l'extrême finesse entre la fiction et la réalité, de la simplicité glaciale des événements qui s'enchaînent ?
Tout est là pour générer du dégoût et faire naître un regard de militant.
Peu d'espoir dans un monde de brutes mais au moins le plaisir d'une lecture addictive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MarianneL
  20 août 2014
Ce sixième roman de Dominique Manotti (Rivages, 2006) est précédé d'un avertissement significatif «Ceci est un roman. Tout est vérité, tout est mensonge».
Et de fait l'auteur, avec son expérience d'historienne et de militante syndicale, construit un roman noir d'une efficacité redoutable, à partir de faits réels, la décision par le gouvernement d'Alain Juppé en 1996 de privatiser (brader serait sans doute plus juste) Thomson, un groupe alors encore présent dans l'électronique grand public et de défense, et l'attribution initiale du dossier à Matra allié au coréen Daewoo, mettant ici en scène les manoeuvres du rival Alcatel déterminé par tous les moyens à ne pas se laisser faire.
«Ne vous découragez pas, mon cher Pierre. Entrez dans le monde enchanté des marchands de canons. Comme disait la marquise du Deffand : il n'y a que le premier pas qui coûte.»
Le roman démarre au coeur de l'usine Daewoo dans une petite ville de Lorraine appelée Pondange, où l'emploi industriel est déjà quasiment mort. Daewoo y produit des tubes cathodiques pour téléviseurs, et rien ne semble tourner rond sur ce site : problèmes de sécurité dramatiques et multiplication des accidents du travail, abus de biens sociaux des cadres coréens, chasse sans scrupules aux subventions européennes et opérations financières suspectes, trésorerie tellement serrée que l'assurance incendie a été résiliée. Les tensions s'accumulent, jusqu'au déclenchement d'une grève à l'issue dramatique, l'incendie de l'usine et le décès suspect d'un ouvrier.
Grande admiratrice de James Ellroy, Dominique Manotti assemble un puzzle saisissant et nerveux, une fiction qui souligne les liens entre crime et argent, l'impuissance ou la corruption des services de police, l'opacité des décisions publiques, et les prises de décisions d'hommes de pouvoir uniquement guidés par leur propre ambition. Il faut aussi souligner la présence – et ce n'est pas si fréquent – d'un très beau personnage féminin, celui de Rolande l'ouvrière courageuse et respectée de tous et prête ici à saisir aussi sa chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
doublepage
  29 février 2016
Une fois de plus, j'ai été impressionné par ce roman signé Dominique Manotti. Toujours prompte à dénoncer les dérives de notre société, elle nous entraine ici dans le combat que se livrèrent fin des années 90 les groupes Alcatel & Matra pour le contrôle de Thomson. A première vue, le sujet n'a rien de passionnant sauf si peut être on s'intéresse à l'économie.
Pourtant, au fur et à mesure des pages, on est captivé par cette histoire. Ce combat sans merci que se livrent les protagonistes pour arriver à leur fin. Rien ne nous est épargné : Meurtres, corruption, chantage..... Peut importe l'être humain qui n'est ici que quantité négligeable, par rapport aux ambitions des uns et des autres. PASSIONANT
Commenter  J’apprécie          90
umezzu
  11 mars 2017
Encore un roman sur les méandres des affaires politico-financières porté par l'écriture sèche et le sens du rythme de Dominique Manotti.
Autour de la faillite du groupe coréen Daewoo et de ces conséquences en termes d'emploi pour une usine en Lorraine, Manotti décrit autant le quotidien des ouvriers que les magouilles des dirigeants, les manoeuvres entre multinationales qui sont capables de tout, et les petits enjeux politiques. L'argent et le pouvoir restent les moteurs universels, qui aboutissent autant à l'incendie d'une usine qu'à la circulation effrénée de l'argent sale.
Ce roman se lit d'une traite, en ayant l'impression de lire un quasi documentaire tellement le rendu est proche de ce qui a pu arriver. Bien peu d'auteurs savent comme Manotti construire un polar aussi précis autour la réalité économique de notre époque.
Des années après sa publication ce livre demeure une référence.
Commenter  J’apprécie          60
le-mange-livres
  12 avril 2012

"A quoi il s'attendait, le grand patron, en nous envoyant fouiller dans les poubelles ? Q'on lui rapporte des fleurs séchées ?" (page 250)
Le Mange-Livres ne prend pas de vacances, mais se réveille en ce moment trop souvent la nuit pour avancer ses lectures de manière significative ... Néanmoins, voici une nouvelle livraison, avec un roman de Dominique Manotti, découverte avec Nos fantastiques années fric, et inscrite, pour ce polar-ci, au défi du Printemps du polar !
Ca commence un peu comme un Mordillat (voir Les vivants et les morts). Dans une usine de montage de télévisions de la vallée de la Moselle, une ouvrière enceinte est touchée par une électrocution, et perd son bébé. Une autre ouvrière, plus âgée, dénonce les conditions de travail, et se trouve injustement licenciée. Son renvoi déclenche un arrêt du travail dans toute l'usine, qui dégénère rapidement, jusqu'à l'occupation de l'usine, la séquestration des cadres, et finalement un incendie aux origines douteuses. le lendemain de l'incendie, tous les cadres coréens de l'entreprise ont quitté la région, emportant avec eux les ordinateurs.
Un bon polar bien rythmé, sur fond de rivalités industrielles, malversations financières dans le cadre du rachat de Thomson par Daewoo, de parties de chasse où les notables lorrains règlent leurs petites affaires, de barbouzes qui font chanter lesdits notables et les intimident à coups d'explosion, de délits d'initiés, de règlements de compte, de détournements de fonds, de blanchiment d'argent, et de corruption (rien que ça !), le tout dans le décor d'une région industrielle sinistrée, probablement le nord de la Moselle, qui survit à grand peine malgré la manne des subventions européennes.
Très prenant, un polar qui fait froid dans le dos, d'autant que les faits réels sont à peine déguisés ...
Si vous avez aimé Lorraine connection, vous aimerez peut-être aussi les autres romans de Dominique Manotti (Nos fantastiques années fric) ; vous pouvez vous tourner vers Tawni O'Dell si c'est l'ambiance post-industrielle qui vous attire (Retour à Coal Run).
Lien : http://le-mange-livres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
jovidalensjovidalens   08 juin 2012
Je me souviens de ce que me disait souvent mon père : "Mon cher enfant, il ne faut pas tuer, parce que celui qui tue finit par voler, et celui qui vole finit par mentir, et mentir, c'est vraiment très vilain." Nous sommes dans une très vilaine histoire.
Commenter  J’apprécie          60
doublepagedoublepage   26 février 2016
On va entrer là où nous ne sommes pas à notre place, envahir leur espace, bloquer nos patrons en chair et en os, les bousculer, les enfermer avec nous, leur parler d'égal à égal.Au moins pour un temps.On touche à l'ordre social. Au moins pour un temps. Alors chaque pas compte, on se souviendra de chaque pas.
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   04 juillet 2013
J'ai une impression très étrange. L'usine n'est pas une usine, c'est un décor. Quignard n'est pas un patron social, c'est un escroc. Vous, vous n'êtes pas journaliste, et pour l'instant, je ne vous demande pas qui vous êtes. Et moi, je ne suis plus une ouvrière.
Commenter  J’apprécie          20
le-mange-livresle-mange-livres   12 avril 2012
A quoi il s'attendait, le grand patron, en nous envoyant fouiller dans les poubelles ? Q'on lui rapporte des fleurs séchées ?
Commenter  J’apprécie          10
aventuriersaventuriers   05 mars 2010
Entrez dans le monde des marchands de canon : il n’y a que le premier pas qui compte.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dominique Manotti (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Manotti
Le jeudi 28 juin 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) recevait Mathieu Larnaudie pour un exercice aussi passionnant qu'inhabituel : autour de son dernier ouvrage en date, "Les jeunes gens", il présentait une série d'ouvrages lui faisant écho, ayant pu servir de source ou d'inspiration, ou établissant des parallèles fructueux, nous parlant ainsi de Roland Barthes, de Walter Benjamin, de Bossuet, de Saint-Simon et de Dominique Manotti.
autres livres classés : Lorraine (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1864 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..