AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757824864
Éditeur : Points (09/05/2011)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Métro Sentier, soleil à son zénith. Ils sont là pour régulariser leur situation. Ils sont turcs, clandestins et travaillent dans la confection. Dans leur atelier, la police découvre le corps d'une jeune prostituée et des traces d'héroïne. Entre trafic de drogue, mafia et corruption, le commissaire Daquin et son indic au charme envoûtant se lancent dans un grand nettoyage de printemps.

«Pas un flic à l'horizon. C'est l'ivresse. Les clandestins occupent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  18 avril 2017
Exploitation d'ouvriers clandestins dans des ateliers de confection, trafic de drogue et d'armes, proxénétisme, réseaux pédophiles, blanchiment d'argent - entre Français et Turcs essentiellement. Et les dommages collatéraux de toute cette économie souterraine aux enjeux financiers monstrueux : règlements de comptes sanglants et dérapages meurtriers...
Dominique Manotti, historienne et économiste née en 1942, évoque tous ces sujets dans son premier roman, publié en 1995. L'intrigue se situe en 1980, dans le Sentier. Quand on a entendu l'auteur parler de son expérience de militante CFDT aux côtés des grévistes turcs à cette époque, on sait que ce sujet lui tient à coeur et que ce roman est parfaitement documenté.
Chez Manotti, les flics sont pourris, de la b!te au portefeuille en passant par l'ego, et en plus, ils sont violents. Ça ne les empêche pas d'avoir de temps en temps une conscience professionnelle et un petit coeur qui palpite, mais ça peut interférer avec le boulot, quand même.
Chez Manotti, les politiques sont véreux, et les symptômes sont placés aux mêmes endroits - sexe, compte en banque, soif de pouvoir.
Dominique Manotti est bien informée ; son parcours, ses bagages culturels et son acuité sont impressionnants. Avec ce 'Sombre Sentier', elle tisse une intrigue dense qui balance, dont les ramifications complexes m'ont parfois égarée - mais peu importe, le contexte socio-politique est passionnant !
Un grand merci à Diablotin0 😊 qui a attiré mon attention à Rennes sur cette auteur que je ne connaissais pas. Le polar engagé, je crois à son pouvoir, moi, contrairement à quelques 'jeunes' écrivains entendus récemment au festival de Mauves. En tout cas, j'aime ; ça défoule !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
SZRAMOWO
  30 août 2016
Roman, polar, docu fiction, Sombre sentier est un recit a part, haletant, prenant, dont on ne sort pas indemne.
Des personnages border-line, Dacquin le commissaire bi-sexuel, ses adjoins, Attali et Romero, Thomas et Santoni des ripoux « malgre eux » qui se payent sur la bete « Romero s'appuie contre elle de tout son poids, defait sa braguette d'une main, releve la jupe. Grognements de plaisir. »
« Attends, autant en profiter. Fais moi jouir entre tes seins. Et Santoni defait son pantalon debout devant la porte. »
L'histoire est credible. le Sentier a Paris dans les annees 1980, la revolte des clandestins turcs dans les ateliers de confection. Les citations de Liberation sur ces evenements, comme le mentionne l'avertissement en debut de roman, sont reelles.
L'imagination de Manotti fait le reste.
Imagination ou clairvoyance, le lecteur hesite tout au long de la lecture.
Le recit prend la forme d'un agenda qui deroule les evenements jour apres jour heure apres heure.
Trafics en tous genres, drogue, prostitution, vente de certificats de sejour, passe-droits, complaisance.
Le fil rouge qui traverse le roman repose sur l'analyse que nous livre Bourdieu dans son essai La misere du monde.
En resume : Lorsque l'Etat abandonne la gestion des dispositifs de controle social a l'initiative des agents qu'il est cense encadrer, conseiller, diriger ; reduit leurs moyens de facon drastique, ces agents confrontes a des situations qu'ils ne maitrisent plus, sont capables du meilleur comme du pire.
Les personnages du roman se debattent dans cette problematique, en tentant d'imposer une logique que sous tend leur conception personnelle du bien et du mal.
Guerre des personnages, guerre des services, guerre des polices, conflits de generations, entre Meillant l'ancien resistant entre dans la police pour faire valoir les ideaux du CNR mais, qui peu a peu s'en eloigne en considerant qu'il detient toujours la verite et Dacquin devenu commissaire a 26 ans apres avoir brillamment passe le concours lui delivrant ce titre.
Experience contre titre universitaire, tradition contre iconoclastie. Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu.
La raison d'Etat avec un grand R et un grand E s'impose.
Une logique de cercles concentriques. Au milieu le noyau dur, noir comme l'enfer, dans lequel s'agitent les flics, et plus on s'eloigne plus la couleur palit sans jamais donner autre chose qu'un blanc sale qui satisfait politiciens, entrerpeneurs et opportunistes de tous bords.
Dacquin lui, continue de voir le noir qui pervertit l'ensemble du coprs social. Escorts de haut vol, clubs echangistes, consommation assumee de cocaine, et autres substances, contrats mirifiques arraches de facon douteuse, diplomates complices...sont a l'extreme peripherie de ce contre quoi il combat tous les jours.
Un catalogue qui ressemble a s'y meprendre a notre actualite.
« Ce matin, j'ai eu un coup de telephone du directeur du cabinet du ministre. Hier, un de vos inspecteurs a contacte deux deputes, pour leur demander un entretien...
- Oui, l'inspecteur Attali sur mes ordres.
- Bien. Mais les ordres du ministre, eux, sont clairs : on laisse tomber les deputes. Vous n'avez rien de solide contre eux...Et ca liberera des forces que vous pourrez concentrer sur la filiere turque. »
A lire absolument.
Au passage, un clin d'oeil a Simenon : page 103, « le juge d'instruction, un denomme Parent, aujourd'hui a la retraite a Meung-sur-Loire, a prononce un non-lieu... »

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
nadiouchka
  03 août 2016
Depuis plusieurs années Dominique Manotti a acquis la réputation d'une grande écrivaine et avec ce roman noir, son premier livre, SOMBRE SENTIER, paru en 1995, elle nous offre un livre spécial par son sujet : les travailleurs clandestins qui oeuvrent dans le quartier du Sentier, sans se cacher vraiment car tout le monde connaît leur existence mais ils restent tout de même sur la défensive car ils risquent l'expulsion du territoire français.
Le commissaire Théo Daquin qui fait partie des Stups – accessoirement il est homosexuel et on en parle beaucoup dans ce livre – doit enquêter sur le meurtre d'une très jeune Thaïlandaise qui s'avère avoir été une prostituée faisant partie d'un vaste réseau. On y a affaire à la mafia du Moyen Orient qui, non seulement embrigade des prostitué(e)s mais couvre aussi un immense réseau de trafic d'héroïne.
C'est une bien sombre histoire entrecoupée par le roman d'amour de Daquin avec son indic Soleïman, la lutte des travailleurs clandestins qui revendiquent une reconnaissance de leurs droits, la prostitution avec des scènes inimaginables (âmes sensibles s'abstenir).
Mais ce que l'on peut dévoiler c'est la description de la machine policière qui est particulièrerment bien faite et détaillée. C'est à se demander si Dominique Manotti n'a pas fait une immersion dans ce milieu.
Les rebondissements sont incessants ; il y a des conflits d'intérêts au sein même de du milieu politique et des supérieurs de Daquin.
Mais il s'acharne car il tient à tout prix à faire éclater la vérité. Il ne fait pas cas du danger qui le guette lorsqu'il découvre l'immense scandale.
Si au départ tout débute dans le quartier du Sentier, l'intrigue nous emmène dans des pays tels que la Turquie, l'Iran, l'Irak et même les Etats-Unis ou l'Allemagne. On touche là au milieu international.
Il est impossible d'en dire plus car celui qui aura envie de lire ce roman noir, ira de surprises en surprises, sera peut-être offusqué par certaines scènes (mais j'ai déjà prévenu).
Dominique Manotti, dont j'ai acheté au hasard ce livre, sans la connaître (alors qu'elle rencontre un grand succès), fait preuve d'une grande maîtrise de son sujet. Son style est bref, parfois télégraphique avec de très courtes phrases comme une énumération des faits, mais on le lit se lit avec passion car, évidemment, le lecteur prend fait et cause, et il est pressé de voir comment tout cela va se terminer.
Ce qu'elle veut bien dire d'elle-même c'est qu'elle a participé à la régularisation des travailleurs clandestins en 1980.
Maintenant il me reste à découvrir les autres ouvrages de cette écrivaine qui m'a séduite et dont ne dit que du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
umezzu
  30 octobre 2014
J'ai lu ce premier ivre de Dominique Manotti totalement par hasard, peu après sa publication. J'ai tout de suite adhéré au style littéraire Manotti : des phrases courtes, rythmées, sans fioritures, et une action qui avance tout le temps. Pas de gros temps morts, une succession de scènes qui entraînent une progression inexorable. Un style mis au service d'histoires complexes, s'intéressant à toutes les classes sociales, rebondissant souvent sur l'actualité passée ou récente, et malheureusement trop prés de la vérité en ce qui concerne le rôle extrême de l'argent dans notre société et le degré de corruption des élites. Depuis j'avoue avoir été fan de tous ses livres.
Ce premier opus, premier aussi de la série sur le commissaire Daquin, un flic homosexuel aux méthodes qui ne doivent pas toujours être reprises au code de procédure pénale, se situe dans le milieu des ouvriers clandestin qui peuplent le Sentier, ce quartier de Paris où des vêtements pas chers sont confectionnés pour le plus grand bénéfice des chaînes de magasins de mode. Les conditions de travail dans les ateliers semi clandestin génèrent une gréve pendant que la mort rôde et que l'héroïne circule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MarianneL
  16 février 2015
Printemps 1980 : Les travailleurs de la confection du Sentier, essentiellement turcs, se sont mis en grève de la faim pour obtenir des papiers, ce qui va conduire à la première manifestation d'envergure pour obtenir des régularisations de travailleurs clandestins.
«Il raconte la clandestinité, se déguiser en touriste avec un appareil photo en bandoulière ; la peur qu'il faut surmonter quand on voit un flic dans la rue, continuer à marcher, les fouilles, les nuits dans les postes de police, les arrêtés d'expulsion. Termine. Nous ne voulons plus. Nous sommes ici, nous travaillons, nous voulons carte de séjour, carte de travail. La dignité.»
Dans le même quartier, le commissaire Daquin et ses hommes de la brigade des stupéfiants enquêtent, avec des méthodes brutales, souvent au-delà des limites de la légalité, sur un réseau turc de trafic d'héroïne. Dans un contexte international mouvementé, avec l'arrivée au pouvoir de Khomeini en Iran, l'intervention de l'URSS en Afghanistan et les soutiens locaux des Etats-Unis aux trafiquants, les routes internationales du trafic de drogue sont remaniées, et l'héroïne maintenant en provenance d'Iran, du Pakistan ou d'Afghanistan, beaucoup plus pure que celle en provenance d'Amérique Latine, cause de très nombreux décès par overdoses en Europe.
Avec la découverte du cadavre d'une adolescente thaïlandaise, et grâce à Soleiman, indicateur turc et amant de Daquin, qui va prendre la tête du mouvement des sans-papiers, l'enquête va mener la police sur des terrains glissants, croisant le marais des intérêts français au Moyen-Orient, des réseaux de prostitution et de pédophilie, des trafics, fraudes fiscales et corruption en tous genres, mettant en cause des politiques et des hommes d'affaires influents.
Publié en 1995 aux éditions du Seuil, ce premier roman de Dominique Manotti, qui fut partie prenante dans cette lutte des sans-papiers en tant que syndicaliste, fut aussi son premier coup de maître. Dans un milieu masculin, violent et extrêmement réaliste, où les frontières entre crime et police sont toujours incertaines, «Sombre sentier» s'inscrit dans une réalité politique et sociale toujours très pertinente, avec un rythme qui ne se relâche jamais.
«-Vous connaissez un peu le milieu professionnel du Sentier ?
-Absolument pas. Depuis trois ans, je suis à la Financière, et je travaille sur les délits d'initiés à la Bourse. Ma présence ici, si j'ai bien compris, est le résultat d'un compromis dans les hautes sphères. Les uns veulent absolument qu'on assainisse le Sentier, pour ne pas laisser le terrain complètement libre à ceux qui réclament la régularisation des clandestins. Les autres pensent que c'est de la foutaise, et qu'il faut laisser tourner un secteur qui marche bien, et qui ne pourrait pas le faire sans clandestins. Alors, ils se sont mis d'accord pour designer quelqu'un, mais ils ont pris un jeunot naïf, qui n'y connaît rien, et qui a donc toute chance de se noyer. Voilà. C'est moi.
-Et vous, vous pensez quoi de cette affaire ?
-Moi, je suis là pour trouver, c'est la façon dont je considère mon métier de flic, et je peux vous dire que je vais me déchirer la gueule pour sortir quelque chose de ce merdier.
-Vous parlez curieusement, pour un costard-cravate.
-Je n'ai pas toujours été costard-cravate.
-Ah bon ? Et que faisiez-vous avant la Financière ?
-J'étais loubard.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   19 avril 2017
[ 1980 ]
- Vous connaissez un peu le milieu professionnel du Sentier ?
- Absolument pas. Depuis trois ans, je suis à la Financière, et je travaille sur les délits d'initiés à la Bourse. Ma présence ici, si j'ai bien compris, est le résultat d'un compromis dans les hautes sphères. Les uns veulent absolument qu'on assainisse le Sentier, pour ne pas laisser le terrain complètement libre à ceux qui revendiquant la régularisation des clandestins. Les autres pensent que c'est de la foutaise, et qu'il faut laisser tourner un secteur qui marche bien, et qui ne pourrait pas le faire sans clandestins. Alors ils se sont mis d'accord pour désigner quelqu'un, mais ils ont pris un jeunot naïf, qui n'y connaît rien, et qui a donc toute chance de se noyer. Voilà. C'est moi.
- Et vous, vous pensez quoi de cette affaire ?
- Moi, je suis là pour trouver, c'est la façon dont je considère mon métier de flic, et je peux vous dire que je vais me déchirer la gueule pour sortir quelque chose de ce merdier.
- Vous parlez curieusement, pour un costard-cravate.
- Je n'ai pas toujours été costard-cravate.
- Ah bon ? Et que faisiez-vous avant la Financière ?
- J'étais loubard.
Un temps de silence.
- Je voulais dire : que faisiez-vous dans la police avant la Financière ?
- C'est mon premier poste.
- C'est très indiscret de vous demander pourquoi vous êtes à la Financière ?
- Non, ce n'est pas indiscret. J'ai toujours eu la haine de ceux que vous appelez les costard-cravate. Et je ne veux pas taper sur les petits voyous de banlieue.
(p. 54-55)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   17 avril 2017
- Patron, la combine est géniale. Moreira déclare vingt-deux travailleurs qu'il n'emploie pas, les Turcs. Et il en fait travailler vingt-deux, qu'il ne déclare pas, mais qu'il ne paie pas non plus, les Marocains.
[...]
- Comment ça, il ne les paie pas ?
- Non, je suis sûr que non. Il les loge, faut voir comment, il les nourrit, mais il ne les paie pas. Ils sont tous originaires du même village. Moreira doit être de mèche avec un grand propriétaire marocain qui a probablement organisé leur passage, en leur faisant payer le prix fort. Les familles sont toutes restées au village. Comme ça, si un travailleur avait l'idée de protester, ce qui arriverait à sa famille là-bas lui en ferait vite passer l'envie. Son entreprise a l'air en règle, personne ne l'emmerde, ni le fisc ni l'inspection du travail. Les Turcs de la filière ont l'air de travailleurs innocents, et le patron fait un énorme bénéfice sur des travailleurs pour lesquels il ne paie que les charges sociales, mais pas les salaires. Ce qui nous change du Sentier, notez bien, où les patrons paient plutôt les salaires, mais pas les charges...
(p. 148-149)

[ c'était en 1980... bien sûr, ce genre de combine négrière n'existe plus en 2017... 😣]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   21 avril 2017
[ 1980, grève des ouvriers turcs clandestins, dans le Sentier ]
Pas un flic à l'horizon. C'est l'ivresse. Les clandestins occupent la rue, et personne ne vient les en chasser. Les hommes hurlent 'Yasasin grevi', vive la grève. Carte de séjour, carte de travail. Les sonos circulent, tout le monde veut dire son mot. Soleiman tremble au soleil. Il l'avait voulu de toute sa force ce moment, mais il n'y croyait pas. Ce moment de vertige où les masses commencent à exister, hors de toute abstraction, où il devient possible, peut être... le monde va changer de base.
(p. 16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ZilizZiliz   18 avril 2017
Un flic en civil, pas grand, épais, la cinquantaine bien sonnée, semble commander les opérations. Soleiman s'adresse à lui :
- Je suis là pour le comité de défense [des grévistes turcs]...
- Toi, ta gueule. Je ne t'ai pas causé.
Et il [le commissaire] prend le patron [de l'atelier clandestin] par le bras, l'entraîne dans l'appartement d'en face, de l'autre côté du palier.
Soleiman demande aux Turcs de l'atelier de lui expliquer ce qui se passe. Des rires. En face, c'est l'appartement du patron. Le commissaire le connaît bien parce qu'il vient, tous les vendredis à midi, baiser la femme du patron, une blonde française, justement dans l'appartement d'en face. Le patron et le commissaire sont très copains. Le patron paie, et en plus le commissaire baise sa femme, jamais un contrôle dans l'atelier, une affaire prospère...
(p. 286-288)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   16 avril 2017
[mars 1980, clandestins ouvriers du textile à Paris]
Soleiman commence à parler, en turc. Il raconte la clandestinité, se déguiser en touriste avec un appareil photo en bandoulière ; la peur qu'il faut surmonter quand on voit un flic dans la rue, continuer à marcher, les fouilles, les nuits dans les postes de police, les arrêtés d'expulsion. Terminé. Nous ne voulons plus. Nous sommes ici, nous travaillons, nous voulons carte de séjour, carte de travail. La dignité.
(p. 15-16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Dominique Manotti (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Manotti
Le jeudi 28 juin 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) recevait Mathieu Larnaudie pour un exercice aussi passionnant qu'inhabituel : autour de son dernier ouvrage en date, "Les jeunes gens", il présentait une série d'ouvrages lui faisant écho, ayant pu servir de source ou d'inspiration, ou établissant des parallèles fructueux, nous parlant ainsi de Roland Barthes, de Walter Benjamin, de Bossuet, de Saint-Simon et de Dominique Manotti.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1752 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..