AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021442403
Éditeur : Seuil (02/01/2020)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Perdue sous la canopée, une tribu d'Indiens isolés, fragilisés, menacés par les outrages faits à la forêt. Au-dessus de leurs têtes, un homme d'affaires seul et pressé, aux commandes de son avion, survole l'immense cercle formé par la boucle du fleuve délimitant leur territoire. Une rencontre impossible, entre deux mondes que tout sépare. Et pourtant, le destin va l'organiser. À la découverte de la « Chose », tombée du ciel, un débat agite la tribu des Yacou : homme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Kittiwake
  11 janvier 2020
Un voyage magique au coeur du poumon de la planète, celui-là même que l'âpreté au gain d'humains imbéciles est en train de détruire sans vergogne. Destruction de la nature, et ce serait un moindre mal, si cette inconséquence ne nettoyait avec la même désinvolture les tribus indiennes que l'Amazonie abrite, pour combien de temps encore.
Pour Gabriel, qui est l'un des responsables de l'exploitation de ces terres, l'atterrissage est rude, au propre comme au figuré, puisqu'il est survivant d'un accident d'avion. Recueilli par une tribu, il devra faire ses preuves afin qu'on lui reconnaisse sa vraie nature : homme ou cochon. L'un d'entre le, le chaman aveugle sait.
On vit avec cette tribu, ces us et coutumes qui peuvent paraître incompréhensibles et qui pourtant sont tellement en communion avec la nature qui l'entoure, pourvoyeuse de tout ce dont ils ont besoin, c'est à dire peu de choses : un peu de chasse et de pêche, de la cueillette, et du feu. Gabriel apprend peu à peu le dénuement, lui qui s'enorgueillissait de sa monte à 250000 euros, qui en plus de donner l'heure, le confortait dans son sentiment d'importance.

Cette immersion au coeur de la forêt avec les Yacous est un récit extraordinaire, qui allie le spirituel et l'analyse pointue de dérives stupides de notre société dite civilisée.

J'ai adoré ce voyage et la transformation progressive de Gabriel qui est allé chercher sur les lieux même de ce qu'il, était entrain de détruire, un sens à sa vie.
Superbe.
Merci à l'auteur et aux éditions du Seuil pour leur confiance.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
lolomito
  10 janvier 2020
En admiratrice inconditionnelle des livres de Pascal Manoukian, j'ai attendu impatiemment pendant des mois la parution de cet ouvrage. J'ai compté les jours du mois de décembre qui me séparaient de la date officielle de parution et j'en ai fait l'acquisition le jour J à la première heure.
A l'heure où je le referme, je suis très embêtée pour donner mon avis concernant cette lecture car si, indéniablement l'écriture de Pascal Manoukian est toujours aussi belle, l'histoire cette fois m'a paru peu crédible.
En tout cas, pas du tout ce à quoi je m'attendais.
Je n'ai pas réussi à adhérer à cette histoire d'homme tombé du ciel en plein coeur de l'Amazonie et recueilli par des indiens qui ne savent pas vraiment s'il est un homme ou un animal.
Idem pour le langage tribal que l'auteur a choisi d'attribuer à ses personnages indiens afin de rendre le récit plus réaliste. Je me suis un peu perdue dans ces termes très imagés qui contrastent tellement avec la limpidité du propos des précédents romans de l'auteur.
Je n'ai pas retrouvé la puissance du récit dont il fait preuve dans ses précédents romans.
Pascal Manoukian est un auteur qui se renouvelle à chaque nouveau roman et c'est ce qui, entre autre, fait sa force.
Lire Manoukian c'est ne pas savoir à l'avance ce qui nous attend tout en étant convaincu que l'on sera scotché, percuté, saisi par tant de clarté dans les termes utilisés.
Mais cette fois-ci, ça n'a pas fonctionné pour moi.
Bref, l'impression finale qui subsiste à la fin de ma lecture est le sentiment d'être passée complètement à côté de ce livre. J'ai d'ailleurs lu les dernières pages en diagonale et c'est donc certainement moi qui suis passée à côté de l'essentiel.
J'y reviendrais peut-être un jour ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
motspourmots
  06 janvier 2020
Sans doute, lorsque les discours tombent dans le vide, quand les études scientifiques sont ignorées, les individus centrés sur des problèmes qui semblent si minimes par rapport aux vrais risques, oui, sans doute faut-il prendre de la distance, changer d'angle de vue et sortir des chemins balisés. C'est le grand pouvoir du romancier, par la magie de la fiction que de tout renverser. Mettre un grand coup de pied dans la fourmilière humaine où s'agitent des êtres qui semblent avoir perdu le vrai sens de la vie - si tant est qu'ils l'aient jamais effleuré. Pascal Manoukian ose. Non seulement s'éloigner considérablement de l'univers de terrain de ses trois précédents (et plus que convaincants) romans, mais prendre le risque de déstabiliser ses lecteurs anciens ou nouveaux. Et ça, moi, j'adore !
Direction l'Amazonie où l'auteur nous rejoue d'abord une version revue et corrigée du Petit Prince en provoquant le crash d'un petit avion privé au coeur de la forêt amazonienne, sur le territoire d'une tribu d'Indiens isolés. le pilote, Gabriel est un homme d'affaires plus habitué à la jungle de la City qu'à la survie en milieu hostile. Pour les Yacou, la question est tout autre : cette chose tombée du ciel est-elle un homme ou un animal ? On l'aura compris, il ne s'agit pas pour Gabriel de dessiner un mouton mais bien de convaincre les membres de la tribu de le sortir de l'enclos où il est enfermé avec d'autres animaux. Voilà, le décor est campé, maintenant, il faut lâcher prise, et faire confiance au talent de l'écrivain. Attention, le voyage n'est pas de tout repos, on alterne le chaud et le froid, le beau et le cru, la poésie du conte et l'affrontement du réel.
Il est ici question de notre terre, bien sûr. de notre rapport à la nature. de nos comportements destructeurs et suicidaires. Gabriel apprend une autre façon de vivre en harmonie avec les autres êtres vivants, végétaux et animaux, non sans douleur, vous verrez. Il y a des passages incroyables dans ce roman, notamment les scènes de clairvoyance de Gabriel, sous l'effet des drogues administrées par le chaman (100% naturelles, hein), totalement hallucinantes. On passe sans arrêt d'un mode faussement naïf du roman d'aventures dépaysant à la réalité de la laideur du monde. On peut compter sur Pascal Manoukian pour laisser au vestiaire les bons sentiments et ne pas éluder ce qui fâche. La tonalité est là pour nous le rappeler. Ce qui n'empêche nullement de prendre un réel plaisir en compagnie de cette tribu qui limite volontairement le nombre d'individus constituant chaque groupe pour un meilleur équilibre (pas fous...), commence chaque matin en riant et en définissant l'exacte tonalité de vert de la journée (et il y en a beaucoup), confie aux femmes le maniement des armes pour la chasse (beaucoup plus sûr) ou convoque des R.I.C (Rassemblement dans l'intérêt du clan) lorsqu'il y a un sujet à trancher. Un plaisir néanmoins obscurci par la menace que l'on sent planer sur ces modes de vie en voie d'extinction...
Pascal Manoukian puise dans la force des récits, la puissance des histoires pour tenter d'ouvrir les consciences. Je parlais du petit prince mais il y a aussi un peu de Barjavel par endroits ; tout ceci avec le regard que l'auteur porte sur le monde depuis de nombreuses années mais qu'il choisit ici de décaler, ce qui lui donne une force inédite. Et offre au lecteur, dans les traces de Gabriel, une immense matière à réflexion. Puisse-t-il réfléchir vite et passer à l'action.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MaminouG
  02 janvier 2020
"La forêt s'égouttait encore des larmes de la nuit. Parfois, racontait la légende des Yacou, le Soleil pleurait de se savoir enfermé dans le noir. Peïne ne lui en voulait pas, bientôt il réchaufferait la tribu." Ainsi commence le quatrième roman de Pascal Manoukian "Le cercle des hommes" qui nous projette d'emblée au coeur de l'Amazonie, et relève à la fois du roman d'aventure, d'un conte poétique et d'une sorte de fable moderne aux accents philosophiques.
Il s'agit d'une rencontre improbable entre une tribu d'Indiens dont la survie est menacée par les atteintes portées à leur forêt et un homme d'affaires pressé qui tombe du ciel à leurs pieds. Quand il le découvre – il, "le rebelle", un des membres du clan – il voit "une masse noircie, difforme, à l'odeur de brûlé, à moitié enfoui sous les ronces, couverte de poils et de sang séché. Il chercha la tête et la trouva cachée sous une fougère. Rien de reconnaissable." Ce sera à cette "masse" de prouver qu'elle est en réalité un homme.
En lisant cet ouvrage me revenait sans cesse en tête, les premiers vers du magnifique poème de Verlaine "Mon rêve familier"… Les romans de Pascal Manoukian ne sont, en effet jamais, ni tout à fait les mêmes ni tout à fait autres. L'auteur semble poursuivre un objectif, celui de raconter notre monde, ses noirceurs, mais aussi ses espoirs. Après les migrants, DAESCH et la casse des usines qui met à mal les petits, il s'attaque aux méfaits des grands groupes, à la surconsommation, à la destruction de la forêt amazonienne.
La langue est poétique, imagée, parfaitement adaptée aux personnages qu'il choisit de mettre en scène. La construction rend l'histoire vivante qui raconte en parallèle, par chapitres alternés, deux mondes si différents. L'ouvrage narre les difficultés à survivre de ces peuples poussés dans leur retranchement par les machines destructrices. Il foisonne de descriptions de la faune et de la flore, fait part des petits riens de la vie quotidienne et des traditions ancestrales tout en mettant en lumière la gravité de notre monde actuel et notre rapport à la nature. Et surtout, il nous donne à voir l'incroyable prise de conscience d'un homme des villes riche et puissant au contact d'un simple peuple nomade des forêts.
Pascal Manoukian fut grand reporter. Lors de la parution de son précédent roman j'avais dit qu'il était désormais un grand écrivain. Et ce n'est pas "Le Cercle des Hommes", ensorcelant, addictif, qui va modifier mon point de vue.

Lien : https://memo-emoi.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mesechappeeslivresques
  11 janvier 2020
En plein coeur de l'Amazonie habite une poignée d'hommes, un peuple vulnérable, menacé par notre civilisation. Huit membres composent la tribu des Yacou. Des hommes et des femmes qui vivent dans le dénuement le plus total, totalement déconnectés du reste du monde et en parfaite osmose avec la nature.
Dans leur langage, les mots profit et pouvoir n'existent pas. Ils mènent une vie insouciante, au rythme des lunes, en communiquant avec les esprits. Tout n'est que partage et traditions ancestrales dans ce clan où seules les femmes peuvent porter des armes, où un seul mot suffit à désigner l'action de manger et de faire l'amour. 
Jusqu'au jour où Gabriel, PDG d'une grande compagnie minière, s'écrase avec son avion au coeur du territoire des Yacou. Cette "Chose qui pue" sème le trouble. Est-elle un homme ou bien un animal? C'est du fond de son enclos qu'il partage avec les porcs que Gabriel devra leur prouver son humanité. 
Une histoire qui met en avant le choc de deux cultures. Face à la mondialisation, à la technologie, aux choses superficielles qui obstruent notre quotidien, Gabriel va découvrir un mode de vie diamétralement opposé au sien, qui va complètement modifier sa propre vision de l'existence. Une vie frugale, sans inégalité, dans laquelle les hommes veillent à ne laisser aucune empreinte écologique derrière eux. 
Fidèle lectrice de Pascal Manoukian, ce dernier m'a une fois de plus bluffée. Avec un sujet radicalement différent de ses autres romans, il réussit un pari osé en nous immergeant avec talent dans la jungle tropicale.
Récit d'aventures flirtant avec le conte philosophique, l'auteur pose un regard aiguisé sur les travers de notre société.
Des propos forts, percutants qui poussent à la réflexion sur notre rapport à la nature, à la prise de conscience face à la déforestation, à ces populations indiennes exploitées.
Une lecture fascinante, dépaysante et absolument nécessaire afin d'ouvrir les yeux sur ce monde qui est le nôtre. 
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Pascal Manoukian (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Manoukian
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
A l?occasion des fêtes de fin d'année, on vous propose de revisiter 2018 à travers les coups de c?ur de l'équipe, mais aussi de vous donner des idées de livres à offrir à Noël à travers la sélection beaux-livres d'une libraire. Découvrez aussi notre Top des livres les plus populaires en 2018 sur Babelio, ainsi qu'un avant-goût de la rentrée littéraire de janvier 2019. L'occasion de finir l'année en beauté !s en octobre 2018.
0:19 Reportage à la librairie Ici de Grands Boulevards à Paris. Elodie nous présente sa sélection de beaux-livres Informations et horaires d'ouverture : https://www.icigrandsboulevards.fr/ Les livres présentés : Charlotte Vannier, 'De fil en aiguille' : https://www.babelio.com/livres/Vannier-De-fil-en-aiguille/1102796 All about Saul Leiter : https://www.babelio.com/livres/Leiter-All-About-Saul-Leiter/1102797 Paul Cox, 'Design & Art' : https://www.babelio.com/livres/Cox-Design-Art/1102799
3:27 Les livres les plus populaires de 2018, le top annuel des Babelionautes : https://babelio.wordpress.com/2018/12/06/ou-lon-vous-presente-les-18-livres-les-plus-populaires-de-lannee-2018/ Notre entretien avec Adeline Dieudonné : https://www.babelio.com/auteur/Adeline-Dieudonne/84191#itw
4:54 Rentrée littéraire de janvier 2019
Les livres conseillés par Elodie de la librairie Ici : Franck Bouysse, 'Né d'aucune femme' : https://www.babelio.com/livres/Bouysse-Ne-daucune-femme/1097309 Joseph Ponthus, 'A la ligne' : https://www.babelio.com/livres/Ponthus--la-ligne--Feuillets-dusine/1099039
8:15 Les coups de c?ur de l'équipe Pascal Manoukian, 'Le Paradoxe d'Anderson' (Charlotte) : https://www.babelio.com/livres/Manoukian-Le-paradoxe-dAnderson/1050640 Philippe Vasset, 'Une vie en l'air' (Guillaume) : https://www.babelio.com/livres/Vasset-Une-vie-en-lair/1055621 Clémentine Beauvais, 'Brexit Romance' (Nathan) : https://www.babelio.com/livres/Beauvais-Brexit-romance/1050812 Jean Hegland, 'Dans la forêt' (Octavia) : https://www.babelio.com/livres/Hegland-Dans-la-foret/888010 Richard Thaler, 'Misbehaving' (Pierre F) : https://www.babelio.com/livres/Thaler-Misbehaving--Les-decouvertes-de-leconomie-compor/1049085 Jon Kalman Stefansson, 'Asta' (Pierre K) : https://www.babelio.com/auteur/Jon-Kalman-Stefnsson/118462 Brecht Evens, 'Les Rigoles' (Mathilde) : https://www.babelio.com/livres/Evens-Les-rigoles/1055635 Jean Lopez (dir.), 'Infographie de la Seconde Guerre mondiale' (Nicolas) : https://www.babelio.com/livres/Lopez-Infographie-de-la-Seconde-Guerre-mondiale/1079231
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : amazonieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre