AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359491586
252 pages
Éditeur : Don Quichotte éditions (19/09/2013)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 18 notes)
Résumé :
De la jungle du Guatemala aux montagnes de l’Afghanistan, des bordels de Saigon aux ruines de Sarajevo, un reporter de guerre raconte les conflits qu'il a couverts durant vingt ans, au gré de ses rencontres (bourreaux ou martyrs). Mais c'est aussi l'aventure intérieure d'un petit-fils de victimes du génocide arménien, qui a cherché, en capturant l'Histoire, à faire la paix avec la sienne.

« De tous les métiers, j’ai choisi le journalisme. De tous les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
globicheuse19
  07 mai 2020
MONSIEUR MANOUKIAN !!! Non je n'hésite pas, cet homme est un grand Monsieur ! Dans ce livre, il balaie sa carrière de journaliste et sa vie d'homme. Et il nous explique les conflits géopolitiques des 40 dernières années non pas d'une manière géopolitique et théorique comme le feraient les spécialistes bien au chaud à Paris, derrière un micro, mais de l'intérieur. le gamin tué par un sniper à Sarajevo a un nom et un visage, et on sent que ce visage doit encore hanter les nuits du journaliste, devenu écrivain. Et quel écrivain! L'écriture est fluide, poétique parfois, exercice difficile quand on raconte les horreurs de la guerre. On ne lâche pas, on colle son expérience avec nos souvenirs. J'ai découvert ce Monsieur avec "ce que tient ta main droite t'appartient", prix des lecteurs de la Ville de Brive, et je l'avais rencontré à cette occasion. Je comprends mieux la profonde humanité qu'il dégage, cette sympathie immédiate, cet abord facile qu'il nous montre. Et on imagine mieux ce qui se cache derrière son regard .
Merci d'avoir risqué votre vie pour avoir été le témoin de ces horreurs et de nous les faire partager; une manière pour vous d'alléger votre peine ?
Bravo ! Bravo ! Bravo!
Vous l'aurez compris, je recommande vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
YvPol
  29 novembre 2013
Ce livre n'est pas un roman mais un récit des aventures de Pascal Manoukian journaliste. Je ne suis pas un amateur des journaux télévisés depuis très longtemps, car je pense qu'ils ne font plus leur devoir d'informations mais qu'ils sont liés à l'audimat et qu'ils font dans le sensationnel, dans l'exagération systématique pour appâter le téléspectateur. Des centaines d'exemples peuvent argumenter ma théorie. le dernier en mémoire, c'est par exemple l'élection cantonale à Brignoles. C'est tout sauf une info qui doit mobiliser tous les médias pendant des jours et des jours, ou alors éventuellement au France 3 région PACA, et ce, d'autant plus que cette élection avait déjà été gagnée par ce parti puis invalidée en 2011, et à l'époque, ça n'avait pas fait autant de gros titres. Mais les JT savent que parler du FN en ce moment fait monter l'audience et malheureusement et accessoirement, les intentions de vote en faveur du parti d'extrême droite. J'ai donc déserté les JT depuis longtemps, et commence à faire de même pour les journaux radio qui prennent la même voie. Je préfère et de loin des émissions de reportages ou de débat autour d'une question (tel 28 minutes sur ARTE, à laquelle P. Manoukian a participé -je l'ai raté-, ou l'inoxydable Envoyé Spécial que j'avais un peu délaissé ces dernières années). Je ne suis pas un grand fan de l'info, je n'aurai jamais pu être journaliste, mais je dois dire que le récit de P. Manoukian est passionnant. Très détaillé tant dans les rencontres avec des bourreaux qu'avec des victimes, mais aussi dans les manières de pénétrer un pays en guerre et/ou totalement fermé avec son lot d'échecs et de retours à la maison, dans les frustrations d'un interview qui n'aboutit pas parce que la personne en face ne se dévoile pas, dans les peurs de mourir sous une balle d'un sniper, dans les désirs de parfois passer la barrière pour aider les plus faibles toujours contenus pour rester un journaliste, un témoin, ... Pascal Manoukian explique toujours en amont le conflit qu'il va couvrir, ce qui est une excellente idée parce que malheureusement, parfois on ne sait plus ce qui l'a déclenché. Il n'élude pas ses peurs et ses angoisses, ses questionnements sur le bien-fondé de ses reportages alors qu'une femme et des enfants l'attendent en France. Il fait également souvent le lien avec le génocide arménien dont sa grand-mère fut une victime bien qu'elle en réchappât. Elle dut se battre, encore enfant, elle "rampait jusqu'à la limite du camp et ramassait le crottin laissé par les chevaux des officiers. Dans le noir, elle le décortiquait des restes d'orge et de blé pour en confectionner des boulettes qu'elle forçait dans la gorge de Nazélie [sa soeur]. Puis elle s'enduisait le visage et le sexe avec le reste pour éloigner les violeurs." (p.180/181)
Un peu long parfois, ce livre se lit comme une suite de nouvelle : des petits reportages sur des pays et des gens ravagés par la guerre et l'oppression, par la volonté de certains de mettre en pratique des théories ahurissantes. le chapitre D'un miroir à l'autre 1984 consacré au Cambodge est particulièrement dur et touchant. Pascal Manoukian y arrive après le règne des Khmers rouges, mais tout est encore très imprégné de peurs, de désespoir. En la matière, le régime de Pol Pot fut sans doute l'un des pires, qui a massacré la moitié de son peuple sans raison, parce qu'untel portait des lunettes, parlait une langue étrangère, portait une montre, ...

Pas reposant, mais très instructif et passionnant, c'est un livre qui montre le difficile travail des journalistes de guerres (on vient de la constater encore douloureusement ces derniers jours) et qui permet de refaire le point sur des conflits parfois oubliés, parce que l'info va vite et que d'autres guerres les remplacent tout aussi meurtrières, toujours pour des questions de territoires ou de religion, des histoires d'hommes parce "qu'un génocide c'est masculin, comme un SS un torero. Dans cette putain d'humanité les assassins sont tous des frères." (Renaud, Miss Maggie)
Lien : http://lyvres.over-blog.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SophieLesBasBleus
  17 juillet 2016
Avant de faire le choix de la fiction avec "Les échoués", Pascal Manoukian a écrit "Le diable au creux de la main", récit-mémoire des vingt ans au cours desquels il a plongé dans le ventre immonde de la haine et de la guerre pour en porter le témoignage. L'Afghanistan, le Liban, le Cambodge, Sarajevo... il dresse une géographie du sang où le diable prend ses aises. le bruit des combats, l'odeur du sang, la terreur et le courage emplissent ses phrases de l'insupportable que l'humanité toujours parvient à supporter. Cette humanité que Pascal Manoukian sait trouver dans chaque lieu, dans chaque conflit, dans chaque embuscade, dans chaque victime.
La force des images que son écriture imprime dans notre mémoire s'amplifie encore de sa propre histoire et de celle des siens, constante caisse de résonance des appels à l'aide, des cris de souffrance et de la résistance à un oubli imposé par les bourreaux.
Je n'ai aucun mot suffisant pour dire la puissance de ce livre, sa dimension universelle et l'intensité des sentiments qu'il fait naître. Il plonge au coeur de ce qui fait notre humanité, nous la fait regarder en face, dans la crainte et l'horreur, mais aussi dans la noblesse et la dignité. C'est le récit et l'histoire d'un être humain qui nous fait nous sentir profondément humains. "Solidaires du genre humain". Pour le pire... et le meilleur.
Ne passez surtout pas à côté de ce livre ! Il est, pour moi, inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
clo73
  19 janvier 2018
Il y a des livres où une chronique est presque du superflue ! Parce qu'il y a des récits qu'il faut juste LIRE. Qu'il n'est pas nécessaire d'épiloguer ou de faire de grandes phrases… quand on nous parle d'hommes ou de femmes nés au mauvais endroit, ou au mauvais moment dans des pays en guerre.
« Comme M. Mao repêché en mer de Chine avec sa femme et leurs trois enfants Sead, un adolescent de Sarajevo aux joues rouges, tué par un sniper de son âge sur la ligne de front ; Amin, le jeune guide afghan, que son rang et le destin tragique de son pays vont métamorphoser en puissant seigneur de guerre ; Nacri, rescapée du génocide cambodgien»
Pascal Manoukian nous raconte les conflits dans les pays comme l'Irak, l'Iran, le Cambodge, le Guatemala, la Turquie, l'Afghanistan, etc. depuis les années 70 à ce jour. Il nous montre surtout ce que le Monde voudrait cacher… Il rencontre bourreaux ou martyrs, prend d'énormes risques pour nous informer, et ramener des témoignages dramatiques, héroïques ou monstrueux. Quel courage et quelle conviction, Pascal Manoukian possède, pour aller sur place, vivre dans des conditions très très difficiles pour pouvoir ensuite témoigner de ce qu'il a vu. Je suis admirative.
J'ai beaucoup d'empathie pour toutes ces personnes dont leur quotidien est incroyablement difficile, insoutenable et qui vivent dans une perpétuelle insécurité.
Je regarde peu les actualités et ne suit souvent que les gros titres des événements dans notre pays et dans le monde. Ce n'est surement pas « top » de suivre l'actualité succinctement mais je ne peux supporter au quotidien de voir tant de souffrances, tant de cruauté et d'absurdité ! J'ai donc appris en lisant ce récit, certains faits qui m'ont choqué.
Pour pallier mon manque de connaissances, je lis régulièrement des ouvrages qui m'informent de ce qui se passe « ailleurs », mais que c'est dur parfois !
Les lecteurs qui auront lu (et que je conseille VIVEMENT DE LES LIRE SI ce n'est pas encore fait) ce que tient ta main droite t'appartient ou encore les échoués de Pascal Manoukian comprendront ma chronique et mon ressenti.
Difficile d'avoir parfois notre conscience tranquille….quand on sait que des enfants, des femmes et des hommes meurent chaque jour sous les bombes, de faim ou de tortures.
Je recommande ce récit évidemment.
Lien : https://leslecturesdeclaudia..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadegeb72
  03 décembre 2019
A la fin du premier chapitre j'étais à deux doigts de fermer le bouquin et de passer à autre chose. de la même manière qu'on peut surjouer, en tant qu'acteur, je trouvais ça "surécrit", comme s'il avait lu et relu et changé ici et là des mots, rajouté des adjectifs. C'était pompeux, étranger, maladroit parfois, sans intérêt, vraiment. Et c'est fort triste car c'était très personnel aussi. C'est d'ailleurs peut-être pour ça : un journaliste observe, capture, raconte... Mais se raconter est plus intime...
Fort heureusement, j'ai continué et me suis fait happer dans un récit passionnant, très émouvant, rempli de sensibilité et d'honnêteté brutale, comme la vie dans les conflits dont il fut témoin.
Que dire ? J'ai adoré ce livre. Et le courage de son auteur. D'abord, pour être parti dans tous ces endroits qui puent la pisse, la mort, le sang et les odeurs de poudre, mais aussi pour la vérité crue du récit où rien ne nous est épargné, tout en parvenant à jeter un voile de pudeur et de poésie magnifiques sur ces histoires, aux quatre coins du monde.
C'est mon premier livre de Pascal Manoukian, exemplaire dédicacé d'ailleurs (mais qui est Emilie ??), trouvé par hasard dans mes nombreux cartons. Je vais m'assurer d'en lire d'autres. Merci à Monsieur Manoukian !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   20 décembre 2015
Moi, c’est plutôt l’inverse. J’ai arrêté de croire en l’égalité en traversant mon premier camp de réfugiés. C’était en Ethiopie en 1984. Des milliers de fantômes, debouts, plantés dans le désert par grappes rachitiques, les bouches ouvertes comme des coquillages sans eau (…) Je marchais entre les tentes et leurs regards ne me lâchaient pas. J’avais honte de chacun des kilos que je traînais sous la chaleur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
stef6534stef6534   01 novembre 2015
Les salauds montrent rarement le courage de leurs victimes.
Commenter  J’apprécie          60
nadegeb72nadegeb72   03 décembre 2019
Cette année-là, Balavoine voudrait bien réussir sa vie. Moi aussi. Le monde accouche de ce qui le mettra à feu et à sang au cours des dix prochaines années.

Khomeiny invente la République islamique, Saddam Hussein met la main sur l'Irak, et le gouvernement israélien autorise les colons à acquérir et à construire dans les territoires occupés. Le décor est en place pour faire craqueler l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   20 décembre 2015
Ici, on se bat et l’on meurt pour gagner le droit de prier
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   20 décembre 2015
Ici, on se bat et l’on meurt pour gagner le droit de prier
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pascal Manoukian (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascal Manoukian
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l?actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
A l?occasion des fêtes de fin d'année, on vous propose de revisiter 2018 à travers les coups de c?ur de l'équipe, mais aussi de vous donner des idées de livres à offrir à Noël à travers la sélection beaux-livres d'une libraire. Découvrez aussi notre Top des livres les plus populaires en 2018 sur Babelio, ainsi qu'un avant-goût de la rentrée littéraire de janvier 2019. L'occasion de finir l'année en beauté !s en octobre 2018.
0:19 Reportage à la librairie Ici de Grands Boulevards à Paris. Elodie nous présente sa sélection de beaux-livres Informations et horaires d'ouverture : https://www.icigrandsboulevards.fr/ Les livres présentés : Charlotte Vannier, 'De fil en aiguille' : https://www.babelio.com/livres/Vannier-De-fil-en-aiguille/1102796 All about Saul Leiter : https://www.babelio.com/livres/Leiter-All-About-Saul-Leiter/1102797 Paul Cox, 'Design & Art' : https://www.babelio.com/livres/Cox-Design-Art/1102799
3:27 Les livres les plus populaires de 2018, le top annuel des Babelionautes : https://babelio.wordpress.com/2018/12/06/ou-lon-vous-presente-les-18-livres-les-plus-populaires-de-lannee-2018/ Notre entretien avec Adeline Dieudonné : https://www.babelio.com/auteur/Adeline-Dieudonne/84191#itw
4:54 Rentrée littéraire de janvier 2019
Les livres conseillés par Elodie de la librairie Ici : Franck Bouysse, 'Né d'aucune femme' : https://www.babelio.com/livres/Bouysse-Ne-daucune-femme/1097309 Joseph Ponthus, 'A la ligne' : https://www.babelio.com/livres/Ponthus--la-ligne--Feuillets-dusine/1099039
8:15 Les coups de c?ur de l'équipe Pascal Manoukian, 'Le Paradoxe d'Anderson' (Charlotte) : https://www.babelio.com/livres/Manoukian-Le-paradoxe-dAnderson/1050640 Philippe Vasset, 'Une vie en l'air' (Guillaume) : https://www.babelio.com/livres/Vasset-Une-vie-en-lair/1055621 Clémentine Beauvais, 'Brexit Romance' (Nathan) : https://www.babelio.com/livres/Beauvais-Brexit-romance/1050812 Jean Hegland, 'Dans la forêt' (Octavia) : https://www.babelio.com/livres/Hegland-Dans-la-foret/888010 Richard Thaler, 'Misbehaving' (Pierre F) : https://www.babelio.com/livres/Thaler-Misbehaving--Les-decouvertes-de-leconomie-compor/1049085 Jon Kalman Stefansson, 'Asta' (Pierre K) : https://www.babelio.com/auteur/Jon-Kalman-Stefnsson/118462 Brecht Evens, 'Les Rigoles' (Mathilde) : https://www.babelio.com/livres/Evens-Les-rigoles/1055635 Jean Lopez (dir.), 'Infographie de la Seconde Guerre mondiale' (Nicolas) : https://www.babelio.com/livres/Lopez-Infographie-de-la-Seconde-Guerre-mondiale/1079231
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre