AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Tout le monde vous dira non (2)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
snybril
  10 février 2011
En recevant mon colis tardif par la poste, j'ai failli dire non. Non, je ne lirais pas ce livre. Non, je n'écrirais pas de chronique.
Une fois de plus, j'avais participé à la masse critique en laissant le hasard guider ma sélection. En découvrant dans le petit carton un exemplaire de « Tout le monde vous dira non » de Hubert Mansion, je me disais que parfois le hasard fait mal les choses. Décidément non, ce livre n'était pas fait pour moi. La faute en revient comme toujours à la quatrième de couverture, à ce petit bout de texte taillé pour décourager l'acheteur potentiel. le publicitaire en manque d'inspiration prétendait attirer le pigeon en listant les recettes miracles pour réussir dans le monde impitoyable de la musique et du show business.
« There is no business like Show Business »

D'une part l'étendue de ma culture musicale se cantonne à la soupe servie à toute heure sur les radios pop fm pour meubler entre deux pages de pub. Et mes prétentions artistiques sont régulièrement démenties par les séances de torture que j'inflige à ma pauvre guitare. En bref, percer dans le domaine ne faisait pas partie de mes ambitions.
D'autre part, le genre de livres qui décrit comment faire pour réussir m'a toujours paru suspicieux. L'arnaque réussit surtout à enrichir les éditeurs en soulageant le porte monnaie des plus naïfs et des plus crédules.

Un semblant de conscience bénévolo-professionnelle m'a poussé à faire ma part de travail, à lire ce livre pour en faire une critique, fût-elle assassine.
Et puis j'ai lu, j'ai appris, j'ai compris. Notamment que je m'étais trompé sur ce livre. Nulle recette miracle pour faire fortune, la description juste d'un milieu ou les paillettes brillent trop fort.

Ami lecteur, soit prévenu avant d'ouvrir cet ouvrage. Abandonne tes dernières espérances romantiques. le poète torturé est bel et bien maudit, mais par le poids du fisc et des vautours qui s'engraissent de son talent.
La rencontre entre l'art et l'argent a renvoyé muses sur le trottoir et les pauvres ont intérêt à enchainer les clients, à vider leurs bourses, quel que soit le sens que l'on donne à cette expression.

Car c'est le thème central de l'ouvrage, entre l'artiste et son public, il y a l'argent qui conditionne leurs rapports.
Un troisième invité que l'on cherche à engraisser, au détriment de l'Art.
Tout d'abord l'artiste, trop complexe, trop humain est simplifié par les promoteurs de son art pour en devenir sa propre caricature. Pour l'enfermer bien sagement dans sa petite case, facilement manipulable et vendable par les gourous du marketing.
Car le monde est trop vaste pour un petit chanteur qui n'a pour lui que la puissance modeste de ses cordes vocales. Pour le faire connaitre à son public, il faut qu'une assemblée d'hommes d'affaire grassouillets le cigare aux lèvres investissent un paquet de billets sans âme. Qui a parlé d'art? Non la musique est une chose sérieuse, un placement financier dont on doit calculer avec minutie le retour sur investissement.
Avec l'arrivée massive de ces flux d'argent, et on l'espère la gloire et le succès à la clef, il faut bétonner les contrats. S'il n'y avait pas déjà trop de monde à gérer la carrière de l'artiste, il faut y ajouter quelques avocats pour faire bonne mesure.

S'il existe une étincelle de talent ou d'opportunité rentable. le manager, l'éditeur, la maison de disque, l'agent, les avocats sauront bien la faire prendre. Au moins pour illuminer la scène d'un feu de paille. Quand aux artistes, qui par définition échappent à ce monde pragmatique et capitaliste, ils ne peuvent pas comprendre. Entre la misère absolue, et la fortune trop vite faite, il ne semble pas y avoir d'intermédiaire. Les rares élus qui se rapprochent du soleil aveuglant de la gloire ne profitent que pour se brûler les ailes et finir endettés à vie sous les créanciers.

Au milieu de tout ça, le livre écrit par l'un de ses innombrables vampires du show business se lit très bien. le texte est léger, parsemé d'anecdotes croustillantes et brosse une analyse décomplexée du milieu. J'ai appris beaucoup.
Quel dommage que l'on ne parle si peu de musique...
Lien : http://oiseauchanteur.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lagrandestef
  02 mars 2011
A chacune de mes participations aux opérations masse critique de Babelio, j'ai été sélectionnée pour des livres qui faisaient partie des derniers dans ma liste de préférence .Me voilà donc avec ce document dédié à ceux et celles qui voudraient se lancer dans le domaine de la musique, ce qui n'est pas mon cas.

Bref, malgré mon moindre intérêt pour ce sujet, j'ai bien apprécié ce livre qui fourmille d'anecdotes et de petites histoires qui mises bout à bout participent à la Grande Histoire de la musique
Tous le éléments de la chaîne sont décortiqués et analysés, de l'artiste au consommateur, en passant par les maisons de disques et autres managers.
C'est bien construit , bien écrit et l'auteur fait montre d'un certain humour. Donc bien agréable
Lien : http://lagrandestef.over-blo..
Commenter  J’apprécie          30
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le rock et la littérature !

Pourquoi ce vers de William Blake est-il très célèbre dans le milieu rock : " If the doors of perception were cleansed everything would appear to man as it is, infinite" ?

C'était le vers préféré d'Elvis Presley
C'est de ce vers qu'est tiré le nom du groupe The Doors
C'est en le lisant que Bob Dylan s'est décidé à écrire des chansons
Il apparait dans la pochette de chaque album des Rolling Stones

10 questions
192 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique , littératureCréer un quiz sur ce livre