AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809445362
Éditeur : Panini France (06/08/2014)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Rocket Raccoon des Gardiens de la Galaxie est le héros de cette mini-série inédite que Bill Mantlo a consacrée au personnage en 1985.
Au dessin, un artiste alors promis à une grande carrière : Mike Mignola, le futur dessinateur d'Hellboy !
Puis, Rocket fait équipe avec Groot, par Abnett, Lanning et Green.
(Contient les épisodes US Rocket Raccoon (1985) 1-4 ; Annihilators: Earthfall 1-4(II))
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
garrytopper9
  24 septembre 2014
Voici une mini série de 1985 qui nous présente Rocket Raccoon, un des nouveau personnages de l'équipe des gardiens de la galaxie.
Depuis la sortie du film « Les gardiens de la galaxie » (que je n'ai pas encore vu) la popularité du petit raton-laceur monte en flèche. Panini Comics a donc décidé de publier un numéro entier a cet étrange personnage assez méconnu du grand public.
Il faut savoir que cette histoire avait été écrite à l'époque mais sans vraiment savoir ce que deviendrait ce personnage. On a donc droit a une histoire assez délirante, très difficile a comprendre et il faut bien le reconnaitre pas très intéressante. Ca part dans tous les sens, les personnages sont tous loufoques et pas du tout crédibles. Pas étonnant que cette mini-série ne soit pas un succès.
En tout cas, pour découvrir les origines du personnage c'est parfait et pas cher, de plus cela évite de devoir piocher a croie et a gauche dans d'autre séries pour tout relier. Idéal pour moi qui me lance dans la découverte de ces fameux gardiens dont on nous parle tant en ce moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Presence
  15 février 2015
Ce tome contient un extrait de "Tales to astonish" 13, un extrait de "Marvel preview" 7, "Incredible Hulk" 271, la minisérie en 4 épisodes "Rocket Raccoon", les parties de "Annihilators" 1 à 4 consacrées à Rocket Raccoon et Groot, ainsi que celles de "Earthfall" 1 à 4. Ces épisodes correspondent aux origines et premières apparitions de Rocket Raccoon et Groot, ainsi qu'à leur première aventure en commun, en dehors des Gardiens de la Galaxie.
-
- Groot (7 pages, scénario de Larry Lieber, dessins de Jack Kirby, encrage de Dick Ayers, 1960) - Un soir, Leslie et sa femme rentre chez eux en voiture et voit un étrange phénomène céleste. Peu de temps après, Leslie découvre une créature géante absorbant les arbres en elle et belliqueuse.
Cette histoire s'inscrit dans la production industrielle d'histoires de monstres en tout genre de l'époque, avec de dessins compétents de Kirby, mais pas encore débridés. Il s'agit bien des origines De Groot, encore qu'il soit capable de s'exprimer en phrases entières (pas comme par la suite). Il s'agit donc d'une vieillerie qui se laisse lire par curiosité, digeste du fait de sa brièveté. 3 ou 4 étoiles en fonction de la curiosité du lecteur.
-
- Marvel preview 7 (18 pages, scénario de Bill Mantlo, dessins et encrage de Keith Giffen, noir & blanc, 1976) - Dans l'espace, un prince esseulé est obligé d'atterrir sur une planète inconnue, épaulé seulement par Alkinos, l'intelligence artificielle sarcastique de son vaisseau.
Un jeune Ketih Giffen réalise des dessins très détaillés et très compétents, même s'ils manquent un peu d'originalité. Bill Mantlo se moque doucement de ce prince grandiloquent. Cet épisode est inclus dans le présent recueil car il rencontre un raton laveur qui parle et qui manie une arme à feu, avec un humour sarcastique. Il s'agit d'un épisode facile à lire, même s'il s'agit du deuxième consacré à ce prince. Il s'agit également du dernier. 3 étoiles.
-
- Incredible Hulk 271 (22 pages, scénario de Bill Mantlo, dessins de Sal Buscema, encrage de Bob Sharon, Jim Novak et Al Milgrom, 1982) - Hulk reprend connaissance sur une planète inconnue (peu en importe la raison). Rocket Raccoon et Wal Rus sont en train de l'observer. Hulk se relève et commence par défoncer un robot menaçant avec des pinces tranchantes.
Bill Mantlo introduit les personnages de la minisérie à suivre : Rocket Raccoon (dans sa forme définitive de cette époque), Wal Russ son compagnon d'arme (un morse qui parle), Lylla (une loutre), Judson Jakes (une taupe), Pyko (une tortue), les robots qui construisent un vaisseau spatial en forme d'humanoïde géant, la mystérieuse bible indéchiffrable, les clowns tueurs, etc. La narration est encore un peu infantile comme à l'époque, mais il est possible d'apprécier l'inventivité de la création, même si ces différentes pièces (animaux qui parlent & robots clowns tueurs) font un drôle de mélange.
Les dessins de Sal Buscema sont clairs et efficaces, mais assez laids, avec une gamme d'expression faciale très limitée. 3 étoiles pour l'inventivité.
-
- Minisérie Rocket Raccoon (4 * 22 pages, scénario de Bill Mantlo, dessins de Mike Mignola, encrage d'al Gordon, sauf épisode 3 encrage d'al Milgrom, 1985) - le constructeur en chef de jouets du quadrant Keystone est assassiné à son atelier. Lord Dyvyne (un serpent) embauche Rocket Raccoon (aidé par Wal Russ) pour identifier et capturer l'assassin, vraisemblablement dépêché par Judson Jakes, le rival de Dyvyne dans la fabrication de jouets. Ces derniers servent d'objet thérapeutique pour les aliénés humains, principaux résidents de la planète. Ces derniers s'apprêtent à célébrer le rituel de la Grande Mascarade, mais la Bible du demi-Monde (leur livre sacré) a été dérobée par Pyko.
Bill Mantlo a donc obtenu des responsables éditoriaux, l'autorisation de réaliser une minisérie dédiée à Rocket Raccoon. le lecteur retrouve l'amalgame étonnant entre ces animaux qui parlent (certains avec douce fourrure), une forme de science-fiction (une planète extraterrestre, une technologie avancée, des robots, un mur autour de la planète, etc.), toujours des robots clowns tueurs, et une improbable histoire de planète servant d'asile psychiatrique pour malades mentaux.
D'un côté, la narration destine ce récit plutôt à des enfants ou de jeunes adolescents. En particulier la guerre des 2 fabricants de jouets repose sur une logique peu compréhensible, qu'il s'agisse de leur aspiration à se faire payer les jouets alors qu'il n'y a pas d'argent sur cette planète, ou de l'enjeu lié au mariage de Lylla, alors que son meurtre permettrait de s'affranchir de cette contrainte. de la même manière, la composante liée aux malades mentaux relève uniquement du divertissement qu'il s'agisse de cette étrange bible psychiatrique, ou du mode de guérison quasi magique (des casques guérisseurs). le principe de la planète asile rappelle d'ailleurs fortement l'intrigue de l'épisode 5 de "Marvel premiere" écrit par Steve Gerber (voir The power of Starhawk).
D'un autre côté, le lecteur se laisse facilement emporter par ce conte inventif et drôle, avec ces animaux mignons qui parlent. Ce divertissement doit une partie de son attrait aux dessins réalisés par un Mike Mignola débutant. Un lecteur familier de ses travaux pourra détecter quelques prémices de ses futurs choix esthétiques, mais il ne s'agit que de simples frémissements. À l'époque, Mignola dessine encore dans une veine figurative. Il s'avère qu'il trouve un juste équilibre entre le côté mignon de certains animaux, la joie de vivre des aliénés, les trouvailles visuelles à mi-chemin du conte et de la science-fiction. Il introduit quelques exagérations (les sourires des clowns par exemple) qui renforcent l'aspect conte pour enfant, en dédramatisant les situations. al Gordon réalise un encrage minutieux et détaillé, qui se marie bien avec les dessins détaillés de Mignola.
Avec cette minisérie, le lecteur découvre les origines de Rocket Raccoon (encore assez éloigné du personnage des années 2010), dans un monde un peu farfelu, assez cohérent, fournissant un bon niveau de divertissement, rehaussé par des dessins sympathiques présentant une personnalité le distinguant de l'ordinaire des superhéros. 4 étoiles.
-
- Rocket Raccon & Groo (4 * 22 pages, scénario de Dan Abnett et Andy Lanning, dessins et encrage de Timothy Green II, 2011) - Après avoir fait partie des Guardians of the Galaxy (avec Groot, voir Legacy et suivants), Rocket Raccoon s'est retrouvé au chômage. Il a fini par accepter un emploi de distributeur de courrier au sein d'une grande entreprise, sur une planète extraterrestre. Il s'ennuie ferme. Voilà que contre le règlement intérieur, il reçoit un colis qui lui est adressé et qui contient un clown tueur. Après l'avoir détruit, il constate qu'il est fabriqué en bois de la planète X, la planète d'origine De Groot. Il laisse tout tomber et se rend sur la planète X.
Après la dissolution de l'équipe des Guardiens de la Galaxie (voir The Thanos imperative), Dan Abnett et Andy Lanning (en abrégé DnA) créent une équipe de gros costauds (voir Annihilators) et obtiennent le droit d'écrire une aventure pour le tandem Rocket Raccoon & Groot, publiée tête-bêche dans le même comics. Ils décident d'adopter un ton plus décontracté, de conserver les réparties moqueuses de Raccoon, le mode d'expression réduit De Groot (il ne dit qu'une seule phrase "I'm Groot" dont le sens provient des modulations et des intonations, seul Raccoon le comprend).
La scène d'ouverture est très drôle, avec un humour qui fait mouche pour les adultes. Par exemple l'employeur explique à Raccoon qu'il n'a été embauché que pour remplir les quotas obligatoires d'animaux mignons parlants (une minorité bénéficiant d'une discrimination positive).
L'intrigue réserve bien des surprises (la situation sur la planète X ne correspond pas aux suppositions de Raccoon), emmenant le duo jusque sur la planète du quadrant Keystone (voir la minisérie de Rocket Raccoon de 1985). DnA n'oublient tout ce que leur inspiration doit à Jim Starlin : ils intègrent Barry Bauman (Strar Thief, voir Warlock by Jim Starlin, the complete collection). Ils intègrent également les éléments de la minisérie de 1985, en en donnant une version plus adulte et plus noire.
Ces épisodes sont dessinés par Thimothy Green II, avec une approche détaillée, et une vraie sensibilité pour l'expressivité de ces animaux mignons. Green II trouve le juste milieu entre un aspect rigolo, et un des mouvements vifs et gracieux. Ses dessins sont à l'unisson de la tonalité de la narration : de l'aventure pour le divertissement, avec un bon niveau d'inventivité et de l'humour. Green II s'avère moins à l'aise lorsqu'il s'agit de représenter des humains normaux.
Sans être inoubliable, cette histoire prouve qu'Abnett et Lanning sont de bons artisans, sachant utiliser à bon escient les richesses de l'univers partagé Marvel, pour réaliser une aventure originale et rapide, sans prétention. 4 étoiles.
-
- Rocket Raccoon & Groot (4 * 5 pages, scénario de Dan Abnett et Andy Lanning, dessins et encrage de Timothy Green II, 2011) - Rocket Raccoon et Groot ont été enlevés et promus de force comme vedettes de leur propre série télé, produite par Mojo (un ennemi récurrent des X-Men et d'Excalibur, voir par exemple New Mutants classic 6).
Pour la deuxième série des Annihilators, le duo Rocket Raccoon & Groot n'a eu droit qu'à 5 pages par épisode. DnA réalisent un récit bref et parodique, avant tout axé sur l'humour. Thimothy Green II est toujours aussi à l'aise pour représenter ces 2 personnages (même si Groot est peut être un peu trop anthropomorphe), avec des exagérations faisant ressortir le côté comique. 3 étoiles pour un récit rigolo, vite lu, vite oublié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
Presence
  21 janvier 2015
Ce magazine contient la minisérie consacrée à Rocket Raccoon en 4 épisodes de 1985, ainsi qu'une histoire courte de 20 pages mettant en scène Groot et Rocket Raccoon datant de 2011.
-
- Minisérie Rocket Raccoon (4 * 22 pages, scénario de Bill Mantlo, dessins de Mike Mignola, encrage d'al Gordon, sauf épisode 3 encrage d'al Milgrom, 1985) - le constructeur en chef de jouets du quadrant Keystone est assassiné à son atelier. Lord Dyvyne (un serpent) embauche Rocket Raccoon (aidé par Wal Russ) pour identifier et capturer l'assassin, vraisemblablement dépêché par Judson Jakes, le rival de Dyvyne dans la fabrication de jouets. Ces derniers servent d'objet thérapeutique pour les aliénés humains, principaux résidents de la planète. Ces derniers s'apprêtent à célébrer le rituel de la Grande Mascarade, mais la Bible du demi-Monde (leur livre sacré) a été dérobée par Pyko.
Après avoir introduit le personnage de Rocket Raccoon dans l'épisode 271 de la série "Incredible Hulk" (1982), Bill Mantlo a donc obtenu des responsables éditoriaux, l'autorisation de réaliser une minisérie dédiée à ce personnage. le lecteur retrouve l'amalgame étonnant entre ces animaux qui parlent (certains avec douce fourrure), une forme de science-fiction (une planète extraterrestre, une technologie avancée, des robots, un mur autour de la planète, etc.), des robots clowns tueurs, et une improbable histoire de planète servant d'asile psychiatrique pour malades mentaux.
D'un côté, la narration destine ce récit plutôt à des enfants ou de jeunes adolescents. En particulier la guerre des 2 fabricants de jouets repose sur une logique peu compréhensible, qu'il s'agisse de leur aspiration à se faire payer les jouets alors qu'il n'y a pas d'argent sur cette planète, ou de l'enjeu lié au mariage de Lylla, alors que son meurtre permettrait de s'affranchir de cette contrainte. de la même manière, la composante liée aux malades mentaux relève uniquement du divertissement qu'il s'agisse de cette étrange bible psychiatrique, ou du mode de guérison quasi magique (des casques guérisseurs). le principe de la planète asile rappelle d'ailleurs fortement l'intrigue de l'épisode 5 de "Marvel premiere" écrit par Steve Gerber (voir Les Gardiens de la Galaxie Intégrale T01 1969-1977).
D'un autre côté, le lecteur se laisse facilement emporter par ce conte inventif et drôle, avec ces animaux mignons qui parlent. Ce divertissement doit une partie de son attrait aux dessins réalisés par un Mike Mignola débutant. Un lecteur familier de ses travaux pourra détecter quelques prémices de ses futurs choix esthétiques, mais il ne s'agit que de simples frémissements. À l'époque, Mignola dessine encore dans une veine figurative. Il s'avère qu'il trouve un juste équilibre entre le côté mignon de certains animaux, la joie de vivre des aliénés, les trouvailles visuelles à mi-chemin du conte et de la science-fiction. Il introduit quelques exagérations (les sourires des clowns par exemple) qui renforcent l'aspect conte pour enfant, en dédramatisant les situations. al Gordon réalise un encrage minutieux et détaillé, qui se marie bien avec les dessins détaillés de Mignola.
Avec cette minisérie, le lecteur découvre les origines de Rocket Raccoon (encore assez éloigné du personnage des années 2010), dans un monde un peu farfelu, assez cohérent, fournissant un bon niveau de divertissement, rehaussé par des dessins sympathiques présentant une personnalité le distinguant de l'ordinaire des superhéros. 4 étoiles.
-
- Rocket Raccoon & Groo (4 * 5 pages, scénario de Dan Abnett et Andy Lanning, dessins et encrage de Timothy Green II, 2011) - Rocket Raccoon et Groot ont été enlevés et promus de force comme vedettes de leur propre série télé, produite par Mojo (un ennemi récurrent des X-Men et d'Excalibur, voir par exemple New Mutants classic 6).
Pour la deuxième série des Annihilators, le duo Rocket Raccoon & Groot n'a eu droit qu'à 5 pages par épisode. DnA réalisent un récit bref et parodique, avant tout axé sur l'humour. Thimothy Green II est à l'aise pour représenter ces 2 personnages (même si Groot est peut être un peu trop anthropomorphe), avec des exagérations faisant ressortir le côté comique. 3 étoiles pour un récit rigolo, vite lu, vite oublié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NicolasFJ
  27 août 2014
Une aventure totalement psychédélique (imaginez une planète-asile-de-fou où des usines de jouets s'entre-tuent à coup de clowns mécaniques et de bombes-bananes... et ça n'est que le début) avec les dessins d'un Mike Mignola qui n'a pas encore développé le style expressionniste de Hellboy, mais qui dresse déjà des décors fabuleux et des personnages hauts en couleurs (criardes, eh oui, c'est les années 80).
Le scénario m'a rappelé les délires de Judge Dredd et de Lobo. Et en prime il permet d'avoir une explication de l'origine de Rocket Racoon (même si ça n'est pas la seule).
En bonus, une petite histoire avec Groot, plus récente mais tout aussi cinglée.
ATTENTION : Existe avec deux couvertures différentes, ne l'achetez pas deux fois !
Commenter  J’apprécie          40
darko
  31 août 2014
J'ai eu beaucoup de mal avec la première histoire, les couleurs fluo m'on donné un bon mal de crâne. L'histoire est totalement barrée (un peu trop par moment) et permet de mieux connaitre le passé de Rocket.
La seconde histoire m'a bien plu et m'a fait éclaté de rire. Rocket et Groot sont vraiment un excellent duo !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   24 septembre 2014
Comme un Noé quadrupède, Rocket Raccoon mène les animaux et les robots du Demi-Monde dans l’immense « arche » humanoïde.
Commenter  J’apprécie          140
NicolasFJNicolasFJ   27 août 2014
- Reculez pendant que Lem Orse envoie une rafale de son canon prémolaire !
- Aggh ! Ces chicots de choc !
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : robotsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2618 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre