AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782369020295
32 pages
Éditeur : Les Fourmis Rouges (18/09/2014)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Au début du monde, il y avait si peu d’espace entre le ciel et la terre que les hommes devaient se tenir à quatre pattes et ramper pour se déplacer. Mais un jour, un garçon trouve un morceau de bois bien droit et solide et décide de l’utiliser pour repousser le ciel de toutes ses forces. Le ciel remonte, jusqu’à ce que les arbres aient la place de pousser, les kangourous la place de sauter. Il pousse encore, jusqu’à ce que s’élèvent les montagnes. Dans ce long bâton... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
bibliothequedebracieux
  26 août 2015
"Les aborigènes racontent qu'au début du monde..."
Bel album, grand format, aux teintes de bleu et d'orange, qui semble brouillon mais qui nous invite à un voyage un peu inquiétant en Australie. Des animaux effrayants, des koalas tout doux, des hommes qui rampent et le visage d'un enfant. le ciel est tellement bas que les crocodiles peuvent manger les étoiles...Un jour un garçon découvre un bâton, bien droit et très solide qui va lui permettre de repousser le ciel et peu à peu la vie des hommes et des animaux va changer. Et le digeridoo dans cette histoire? le garçon qui a repoussé le ciel a inventé la musique, l'histoire vous dira comment...
Une légende que l'on a envie de raconter doucement, pour faire passer la beauté qui passe dans les mots et l'illustration. Coup de coeur, pour l'atmosphère de cet album. L'occasion de faire découvrir la peinture aborigène ( à l'origine éphémère car sur le sol/sable ) à base de points.

Commenter  J’apprécie          160
kanarmor
  13 mars 2015
Aux origines du monde, chez les Aborigènes, le ciel est si bas qu'il empêche les hommes d'être debouts, les animaux de voler ou sauter. Mais un jeune garçon va repousser le ciel à l'aide d'un solide bâton, encore et encore, de plus en plus haut, grimpé sur l'Uluru (cette « montagne rouge » imposante, lieu sacré des Aborigènes). Puis il va souffler dans le bâton pour chasser les insectes qui s'y étaient cachés (ceux-ci vont devenir les étoiles) alors qu'un son nouveau résonne dans l'air : le didgeridoo est né.
Cette histoire qui s'apparente à un conte de la création (création du ciel, des étoiles, de la musique) puise dans les légendes aborigènes. Frédéric Marais a réalisé un joli travail graphique, utilisant des motifs variés (points, lignes, traits, matières naturelles) et des à-plats bleu nuit. Les deux couleurs principales (le bleu et l'orange) donnent une atmosphère assez étouffante convenant bien à l'histoire (ciel trop bas, manque de place, immobilité des êtres et des choses). Cette bichromie, à laquelle s'ajoute un peu de blanc, permet de faire ressortir d'autant plus le travail sur les ombres et les lumières.
Un joli conte des origines à partir d'une culture assez méconnu, ce qui permet d'ouvrir son horizon. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
blandine5674
  25 mars 2016
Ce sont d'abord couleurs qui m'ont attirés : Blanc, noir, bleumarine, orange, ainsi que le graphisme, façon dot-painting (peinture par point). L'histoire raconte comment un jeune aborigène créé le monde avec un simple morceau de bois. Et pourquoi les hommes sont passés de 4 pattes aux 2 pattes. Joli conte australien. « le garçon appela cet instrument didgeridoo. Et il apprit aux hommes à le fabriquer et à en jouer pour que chacun puisse un jour, si le ciel redescendait, le repousser. » Sélection Incos CP 2015-2016
Commenter  J’apprécie          110
saomalgar
  09 novembre 2014
Un album extrêmement originale avec juste 3 couleurs (orange, bleu nuit et blanc) qui nous conte presque l'histoire du monde !
Un sujet extrêmement original aussi : aborigènes et didgeridoo.
Une histoire simple et facile à lire pour les enfants avec tout le mystère des contes traditionnels.
Belle réussite de cette toute jeune maison d'édition.
Commenter  J’apprécie          100
Belykhalil
  27 mars 2015
Je peux le dire tout de suite : cet album est un coup de coeur ! Depuis qu'on me la prêter je n'ai plus qu'une idée en tête : l'acheter. :)
Chaque planche est une véritable oeuvre d'art pour laquelle le dessinateur n'utilise que 2 couleurs : un bleu nuit presque noir et de l'orange auquel il ajoute quelques pointes de blanc via des espaces non colorés. Un pur plaisir des yeux. Les adultes comme les enfants prendront plaisir à devenir les animaux qui se cachent dans les ombres.
À son dessin, Frédéric Marais ajoute des textes courts, mais recherchés dans la lignée des contes traditionnels, de quoi éviter aux enfants de s'ennuyer tout en leur procurant du rêve sans les gagatiser avec des phrases ultra-courtes et du charabia enfantin.
Au plaisir des yeux, s'ajoute donc celui des oreilles. Si on se concentre un peu, on peut même voir un vieil aborigène, assis près d'un feu, nous raconter la genèse du monde de sa voix grave et pleine de sagesse.
Un album qui ravira donc les petits et les grands enfants. de mon côté, j'ai d'ores et déjà ajouté à ma wishlist, un autre album de l'auteur : Ottoki. ;)
Lien : https://belykhalilcriticizes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   09 décembre 2014
Frédéric Marais a saisi l'opportunité de faire un album somptueux en s'inspirant des codes de l'art aborigène : deux couleurs fortes -orange et bleu- avec quelques touches de blanc se combinent entre elles suivant la technique du dot-painting (peinture par point) pour créer des illustrations couvrant des double-pages.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
kanarmorkanarmor   13 mars 2015
Le garçon poussa si fort que le ciel remonta.
Alors, la nature se réveilla.
Les plantes se développèrent, les arbres grandirent,
les collines sortirent de terre, et les kangourous
se redressèrent et se mirent à sauter.




Commenter  J’apprécie          30
sophief80sophief80   19 février 2015
La légende raconte ensuite que, voulant nettoyer son bâtonde quelques insectes qui y étaient entrés, le garçon souffla si puissamment que les insectes s'envolèrent et formèrent les étoiles, tandis qu'un son vibrant résonnait dans l'air pour la première fois.
Commenter  J’apprécie          20
boumabouma   16 juin 2016
Le garçon appela cet instrument didgeridoo.
Et il apprit aux hommes à le fabriquer et à en jouer pour que chacun puisse un jour, si le ciel redescendait, le repousser.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Frédéric Marais (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Marais
présentation de l'album illustré pour enfants "Le Pousseur de bois" de Frédéric Marais, en librairie dès le 22 octobre 2020, aux éditions HongFei.
Personne ne sait mieux que le Pousseur de bois comment déplacer les montagnes et faire basculer un destin… Un album librement inspiré de l'histoire de Mir Malik Sultan Kahn, né misérable en Inde et devenu un génial joueur d'échecs.
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
330 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre

.. ..