AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226001535
315 pages
Albin Michel (05/03/1975)
3.52/5   25 notes
Résumé :
Jean Marais n'est pas un comédien comme les autres. A l'âge où d'autres débutent, il était déjà un héros de légende. L'exceptionnelle beauté de ses traits, sa grâce athlétique, et cette aura qui émanait de lui, qui lui donnait cette allure nonchalante de jeune seigneur, d'adolescent charmant, rêveur et intemporel, lui ont permis d'être aussitôt - mieux qu'une vedette ou qu'une idole - un modèle, un demi-dieu dont chacun se sentait l'ami.
L'amitié : mot clef p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Tostaky61
  12 avril 2019
Cette autobiographie a été écrite au milieu des années 70, plus de vingt ans avant sa disparition, par un Jean Marais que l'on sent encore fragile d'avoir perdu les êtres qu'il aimait. Sa mère et son cher Jean Cocteau dont on dit qu'il fut l'amant, même si, ici, le célèbre comédien,  tout en pudeur, ne parle que d'amitié.
Né à Cherbourg juste avant la Première Guerre mondiale, Jean sera élevé, avec son frère, par sa mère, qui décide de quitter leur père et de s'installer à Paris.
Enfant et élève turbulent, maintes fois renvoyé des écoles qu'il fréquente, il rêve de devenir comédien.
C'est par hasard qu'il découvre un jour, que sa mère, qui disparaît pendant des périodes plus ou moins longues,  fait des séjours réguliers en prison.
Toute sa vie il n'aura de cesse de lui faire perdre ses sales manies de cleptomane.
C'est pour elle qu'il décide de travailler, pour qu'elle ne manque de rien et qu'elle n'ait plus besoin de se mettre en danger.
Sa rencontre avec Cocteau sera décisive dans bien des domaines.
Ils partageront le même toit pendant des années.
Ici l'acteur ne parle pas de son homosexualité, on la devine simplement au fil de ses rencontres et des hommes qui partagent sa vie. Lui que tant de femmes admirent. Certaines allant même jusqu'à le demander en mariage, ou mieux encore, celle qui un jour lui réclama avec insistance de lui faire un garçon...
Marais raconte ici des épisodes de sa vie. Des rencontres. Son métier. Ses amis. Il évoque son parcours pendant la Seconde Guerre mondiale qui lui vaudra d'être décoré à sa grande surprise et contre son gré.
Il évoque les mystères qui entourent sa naissance, ce père qui finalement n'est peut-être pas le sien. Les mensonges et manipulations de sa mère.
Ce jeune homme qu'il croise un jour et qui deviendra officiellement son fils.
Il parle beaucoup du théâtre dont il fut, selon les besoins, acteur, metteur en scène ou décorateur.
Il parsème ses confidences des poèmes que lui écrit son mentor et ami.
Peut-être aimerions nous qu'il parle plus du cinéma, cet art qui le rendit si populaire.
Seule l'oeuvre cinématographique liée à Cocteau est survolée.
Pour moi, il n'y a pas meilleur Chevalier de Lagardère que celui de mon enfance, j'aurais aimé qu'il m'en parle, mais il ne le fit pas ici...
Sous le déguisement de la bête ou du bossu, se cachait un homme discret...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Garancelle
  11 juillet 2020
À la caverne du livre, à Auvers sur Oise que je recommande vivement au passage... Rayon cinéma/théâtre mon regard est tombé sur la première de couverture « histoires de ma Vie » de Jean Marais, avec sa photo magnifique en noir et blanc, édition d'origine en très bon état. J'avais beaucoup aimé ses films quand j'étais gamine, surtout ceux de Jean Cocteau... alors pour quelques euros, je l'ai acheté. Inutile de dire que je ne l'ai pas regretté et je vais le garder précieusement, contrairement à d'autres livres dont je me déleste vite et sans aucun remords et qui ne m'ont laissé aucune trace.
Jean Marais se raconte avec pudeur et modestie et on est vite projeté dans cette période du cinéma d'avant et après guerre... Il ne cache pas sa grande admiration pour Jean Cocteau et sa grande reconnaissance pour tout ce qu'il lui a apporté.
Anecdotes très nombreuses avec des noms qui ne nous sont pas inconnus, et sa relation avec sa mère qu'il ne s'autorisera à juger qu'à 45 ans et qui n'était pas simple. Puis toujours avec une grande pudeur on ressent sa puissante relation avec Cocteau dont la simplicité des mots choisis la rendront encore plus prégnante. On découvrira des anecdotes très riches sur des chefs d'oeuvres comme « la belle et la bête » « Orphée » et bien d'autres... On découvrira aussi les poèmes de Cocteau écrit à Jean Marais.
Ce sont bien des confessions que nous livre Jean Marais, écrit par un homme qui a su marquer son temps, et qui a voulu être le plus sincère possible, il se raconte, oui, mais sans fioritures et sans fards et on est triste quand on s'aperçoit qu'on est à la dernière page.
Il nous donne aussi l'envie de nous replonger dans les films de l'époque et de relire les oeuvres de Jean Cocteau, et d'aller visiter leur maison de Milly la Forêt... Une pensée aussi pour Colette qui dans son appartement du Palais Royal à Paris avait leur amitié... et elle aimait recevoir ses voisins amis, ses deux Jean, comme elle aimait les nommer... La chanceuse...
Je m'arrête... mais si vous aimez le cinéma qui se rapporte à ces deux artistes, je vous conseille vivement ce livre rare qui n'est qu'amour, amitié, pudeur et humilité. Un vrai baume à l'âme et au coeur.
Je dédie aussi cet humble commentaire à ma mère, qui aimait le cinéma, et sans qui, je ne pense pas que je me serais appesantie sur ces acteurs d'un temps bien révolu et qui m'apportent pourtant encore tellement aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sonkoy
  16 juillet 2013
Ce livre en deux parties m'a déçu. Je m'attendais dans la première partie autobiographique à trouver des informations croustillantes sur les films comme le bossu ou les Fantomas. Mais rien de tout cela, à part son enfance avec sa mère, et ses partenaires d'après guerre. Puis vient sa rencontre et sa vie avec Jean Cocteau, guère plus intéressante que cela. La seconde partie relate les poèmes de Jean Cocteau, et là non plus, cela ne m'a pas transcendé ; peut-être était-ce un peu trop personnel.
Commenter  J’apprécie          00
lisette
  05 septembre 2012
Sans complaisance, Jean Marais dresse un portrait de lui même avec une franchise merveilleuse, on y découvre un homme de coeur et de talent.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lisettelisette   05 septembre 2012
Cette beauté n'est pas seulement dans ses vers : elle résulte de sa bonté profonde, de sa noblesse, de sa générosité de coeur qui le guidait à chaque instant, parce qu'il était poète à l'état pour et que son coeur s'illuminait aux rayons de l'amitié et de l'amour. Un sang d'encre s'en écoulait et se glissant sous ma porte. Je fais jaillir la lumière, l'eau : pour mon chien je suis Dieu, il ne s'étonne pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ElianorElianor   27 juin 2013
Il y a un malentendu : nous séduisons la plupart du temps pour des défauts qui, à la longue, forment notre personnalité.
Se trouver imparfait est une chance : si je croyais avoir atteint la perfection, mon métier perdrait son intérêt.
Commenter  J’apprécie          10
ElianorElianor   27 juin 2013
Je plains les neutres qui n'aiment pas de toutes leurs forces

Lettre de Cocteau
Commenter  J’apprécie          10
lisettelisette   05 septembre 2012
Sans complaisance, Jean Marais dresse un portrait de lui même avec une franchise merveilleuse, on y découvre un homme de coeur et de talent.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean Marais (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Marais
Jean Marais, le mal rouge et or
Dans la catégorie : Biographie des artistesVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs>Biographie des artistes (292)
autres livres classés : jean maraisVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre