AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013230214
Éditeur : Hachette Jeunesse (06/11/2013)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 28 notes)
Résumé :

L'ombre recouvre Tolosa... Derrière les murs de la ville rousse, le noir Vicomte, s'apprête à épouser Darne Stéphanie pour s'approprier ses pouvoirs, et noyer Occitània dans ses ténèbres... À jamais. Entre lui et ses sinistres desseins ne se dresse plus qu'une ombre hirsute et sauvage, lancée à la rescousse d'une petite sorcière rouquine. Mais sous les cendres de la résignation, les braises ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Yumiko
  04 août 2012
Quel dernier tome sublime! Quelle claque! Un final comme je les aime: fort, intense, accompagné d'une petite larme, en bref un final en apothéose.
Louis arrive enfin à Tolosa pour sauver sa louve et sa mère. Mais le danger qui l'y attend est bien plus énorme que ce qu'il croyait. Un monstre venant tout droit de l'enfer patiente au sein de la terre et est prêt à se nourrir dès qu'il le pourra. Malgré tout Louis pourra compter sur de nombreux soutiens, comme celui de quelqu'un de très important à ses yeux, une personne qu'il n'aurai jamais imaginé retrouver dans son camp.
Chaque personnage prend un tounant décisif dans ce dernier volume. Certains devront choisir entre le bien et le mal, et réfléchir à leur avenir et à la façon dont ils souhaitent le vivre. L'histoire atteint un sommet au niveau de l'action et des actes héroïques. Les pages se tournent à une vitesse incroyable et le récit s'avère très addictif.
Quant à la toute fin de l'histoire et à la révélation du narrateur, je suis restée sans voix! Quelle brillante idée! Bravo à l'auteur :)
Je ne dévoilerai rien de plus au niveau de l'intrigue, car elle est tellement bien ficelée que je préfère vous laisser la surprise. Je vous conseille donc cette série et vous encourage à poursuivre au-delà du tome 3 pour découvrir tous les tenants et les aboutissants de cette saga, même si les premiers volumes sont moins intéressants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Colibrille
  30 mai 2014
Ce cinquième et dernier tome est d'une rare densité. On se surprend à avoir le souffle court tant l'émotion est forte. Nos héros ont bien grandit depuis qu'ils ont quitté le petit bourg de Mandailles... L'enfance n'est plus qu'un lointain souvenir. Un souvenir qui a été remplacé par la dure réalité de la vie. Ils ont fait l'apprentissage de la haine, la violence, la cruauté, mais aussi celui de l'amitié, l'amour, la solidarité.
Si le premier tome des aventures de Louis le galoup pouvait être considéré comme un roman jeunesse, les tomes suivants démontrent que ce n'est pas le cas. L'écriture est bien trop subtile, tout comme l'histoire est bien trop dense et bouleversante, pour être appréciée à sa juste valeur par de jeunes lecteurs (moins de 12 ans).
A la fin de ce dernier tome, l'auteur nous tire quelques larmes des yeux, de la plus belle manière qui soit : avec élégance, talent, émotion et passion.
Commenter  J’apprécie          30
Enya75
  17 février 2017
Une apothéose que ce tome 5 d'une forte intensité. A Tolosa, (Toulouse, dont la description par l'auteur de l'approche de la ville par nos héros est sublime), Louis vient délivrer sa mère et Margot, sa louve, mais aussi tout le peuple d'Occitania. Les héros ont gagné en puissance et en maturité, et la bataille finale laisse le lecteur sous l'émotion. Nos héros ont affaire à la noirceur de l'âme humaine, eux ne sont pas parfaits non plus, mais leur union, leur amitié ou leur amour créeront la force qui anéantira la force obscure. Une belle leçon de vie, d'humanité, ce roman est joli, presque bouleversant. Références historiques, héraldiques, géographiques, tout est extrêmement bien précisé, encastré, "tricoté" avec art et poésie dans ce roman.
Toujours le même émerveillement à lire, à suivre, à se délecter de la plume subtile et alerte de Jean-Luc Marcastel, et à savourer du regard les illustrations de Jean-Mathias Xavier dont les dessins personnifient à la perfection les héros de la saga. Je remercie l'auteur pour m'avoir fait vivre quelques-unes de mes plus belles heures de lecture, un de mes plus beaux moment littéraires avec une saga de cette intensité là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lectures2thalie
  01 juin 2012
Une fin exceptionnelle!!!
Quel bonheur de retrouver, pour ce dernier volet, cette écriture formidable, ces personnages poignants, cette atmosphère moyenne-âgeuse qui a su me conquérir!
Encore une fois, j'ai tremblé pour Louis en fâcheuse posture, j'ai espéré que la Roussotte et la Dame s'en sorte indemmnes, j'ai rêvé aussi de ces belles histoires d'amour où les méchants sont vraiment horribles et où les héros ne sont pas parfaits.
C'est réussi!!!
Ce dernier tome est une apothéose, un vrai bonbon que j'ai dégusté jusqu'à la dernière ligne. Encore des bonus formidables: recettes de cuisine, illustrations et point d'histoire. C'est magique, c'est complet. BRAVO!!!
J'ai adoré cette saga qui reprend vraiment tous les codes, en plus des efforts de langue, du Moyen-Âge. C'est absolument palpitant, agréable à lire et les garçons comme les filles y trouveront leur compte.

Lien : http://parfumsdelivres.blogs..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   29 juillet 2013
Vous avez peur de mourir, Occitans ! Je le lis dans vos yeux. Je le vois dans vos gestes. Vous pensez à vos femmes, vous pensez à vos enfants, vous pensez à vos parents qui vous attendent... A votre foyer... Voulez-vous savoir, Occitans ? Je n'ai pas d'enfant, mais j'ai une femme que j'aime comme fleur aime le soleil. Aujourd'hui, ici, je pense à elle, à l'odeur de ses cheveux, à la douceur de sa peau, à la tendresse de ce sourire qu'elle ne réserve qu'à moi... Vous regardez cette armée, ces monstres-là, et vous vous demandez si vous reverrez un jour les vôtres, si vous sentirez à nouveau contre vous le corps de celle que vous aimez, les bras de vos enfants autour de votre cou... Occitans ! À cela, je n'ai pas de réponse... Pour ce qui est de mourir, je vous l'affirme, vous mourrez ! Oui, vous mourrez ! Vous mourrez demain... Ou dans six mois, dans dix ans, qui sait ? Vous mourrez écrasés par la roue d'un attelage, ou en tombant d'une échelle, d'un pommier, à force de trop manger, de faim, de trop rire, d'une mauvaise peste ou que sais-je encore? Cette ombre-là n'est rien, comparée à celle qu'étendra le Vicomte sur Occitània... C'est la nuit qui vient, la longue nuit, la nuit de l'espoir. Entre elle et les nôtres, il n'y a que nous, maintenant, en ce lieu, à cette heure ! Je ne sais pas où vous serez quand la Faucheuse vous prendra, dans votre lit, aux champs, une choppe à la main ou une lâme entre les côtes, mais je peux vous dire une chose... A l'heure des comptes, quand il sera temps de rendre le dernier soupir, je veux pouvoir me retourner et dire : cette vie qui disparaît n'a pas été vaine. Aujourd'hui, Occitans, aujourd'hui, nous mourrons peut-être tous... Mais ces vies que nous brûlerons ici, les vôtres, la mienne, ces vies-là ne finiront pas inutilement... Aujourd'hui, nous pouvons donner un sens à notre mort, et, espérons-le, à notre vie. Aujourd'hui, ce que nous perdrons, nous l'offrirons aux nôtres et aux générations futures. Je ne veux pas mourir Occitans. Je veux baiser à nouveau les lèvres de ma femme et l'entendre rire contre mon épaule. Je veux voir l'aube se lever avec elle sur Tolosa... Mais s'il le faut, au moment de choisir, je refuse de voir s'éteindre dans ses yeux le reflet du soleil. Je refuse de l'abandonner à cette nuit-là. Aujourd'hui, Occitans, je choisis de me battre. Je suis François Lebreton, fidèle sujet du Roy Guilhem III d'Occitània, chevalier faydit de mon seigneur de Curemonte. Aujourd'hui, je vais me battre pour vous et les vôtres... Et je vais me battre pour ma femme. Aujourd'hui, je forgerai de mon épée l'avenir de ce pays... Occitans, me suivrez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   29 juillet 2013
C'était...
Le fiel brûlant de toute une existence gâchée, de tous ces rêves d'enfants épris d'amour et d'absolu, faits de toujours et de jamais, que les adultes assassinent, à coups de compromis et de raison.
C'était là la cendre amère de ces regards échangés, de ces caresses qu'on n'ose à peine, entre deux coups de gueule, quand on ne sait pas encore dire ses sentiments, et que le corps et le coeur de l'autre vous font peur.
C'étaient toutes ces promesses et ces mots, ces baisers que jamais Margot ne connaîtrait. Tous ces moments en devenir pour lesquels Louis avait lutté, cette étreinte, ce désir de n'être plus qu'un là où ils étaient deux, qui leur étaient refusés à jamais.
Cette solitude enfin, qui tenaille chaque enfant dès l'instant où il quitte le ventre de sa mère, cette solitude immense, intolérable, que ne vient combler qu'un seul être au monde.
Cet être qu'il avait si longtemps cherché, il gisait là, devant lui, petit rêve rouquin et brisé... Son paradis à lui... Son espérance.
Hors de son atteinte, hors de son pouvoir.
Il pouvait détruire des empires, Louis, ravager des armées entières... Il pouvait dévorer Occitània, faire ripaille du Vicomte et de tous ses sbires, que ça ne changerait rien... Tout à la guerre, à la sauvagerie, il ne savait pas guérir... Il pouvait bien consommer toutes les vies de la terre qu'il ne la redonnerait pas à ce petit corps que la mort lui ravissait déjà.
Ce pouvoir, il ne l'avait pas... Les hommes, fussent-ils galoups, ne savent que chasser ou tuer...
Alors il hurlait, hurlait à en ouvrir la terre, et tout Tolosa hurlait avec lui.
Sa peine, sa douleur, se répandaient dans chaque poitrine, chaque coeur. Tous ceux qui se trouvaient dans la salle sentirent cette boue noire, assourdissante, affreuse, insupportable, se glisser en chacun d'eux, bon gré, mal gré... Et en chacun d'eux elle trouva l'enfant qu'on y avait enfermé, sous les convenances et les manières, les mensonges et la maturité... Et cet enfant pleura avec lui.
Après un interminable moment où tous se recroquevillèrent sur leurs propres rêves brisés, sur leur innocence meurtrie, le cri du Magneloup mourut enfin, expirant en sanglots rocailleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   29 juillet 2013
-Je dis que je m'oppose à cette union, car elle est contraire à toutes les lois de ce pays et à celle de tous les coeurs libres d'Occitània ! Je dis que vous forcez cette Dame à accepter ce mariage contre sa volonté, comme vous forcez cette terre à accepter votre règne de terreur et d'injustice ! Vous violez nos coeurs, maltraitez nos corps et souillez nos âmes depuis trop longtemps. J'étouffe de vous voir faire, de sentir, partout, votre marque immonde. Si ce pays a encore un peu de fierté, il est temps qu'il se soulève, il est temps qu'il se rebelle. Vous pouvez bien payer ou menacer ce gros évêque, me promettre mille morts ou me marier à votre serpent, là, derrière, et me faire mauvais oeil, je ne me taierai pas. Je ne suis personne. Je n'ai pas de titre ni de richesse, mais dans mon village, là-haut, dans les montagnes, j'ai appris à reconnaître le bien et le mal...
[...]
Elle était belle, la damoiselle, petite fée vêtue de vert, dans sa fraîche innocence, et son courage suicidaire. Elle rallumait dans les regards un feu oublié, tirait du fond des poitrines des sentiments trop longtemps enfouis.
Les yeux, de terrifiés, se faisaient admiratifs, de voir ainsi ce bouton de femme se dresser contre ce légat de l'enfer.
Elle exprimait tout haut ce qu'un peuple murmurait tout bas.
-Si vous laissez ce démon épouser cette Dame, c'est Occitània tout entière que vous mariez aux ténèbres ! Si vous laissez cette union se réaliser, c'est vous tous qui renoncez à vos âmes et votre liberté ! Si la nuit peut étouffer le jour, alors nous avons tous perdu. Si le sort de Dame Stéphanie vous est indifférent, alors c'est que le mal a déjà gagné, pour toute l'éternité. Si c'est le cas... Alors Occitània, je pleure pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ColibrilleColibrille   30 mai 2014
Quand, bien plus tard, ils entrèrent à nouveau dans l'absidiole dévastée, ils trouvèrent Dama Stéphanie et Jehan de Castelroc enlacés, comme amants assoupis après une nuit d'amour.
le visage de la Dame reposait au creux du cou de son époux, ses cheveux de cuivre embrasés nimbaient leurs deux visages d'une chaude auréole. Sa blanche robe d'épousée leur faisait vêture de neige immaculée.
Les doigts mêlés, ils souriaient tous les deux, de ce sourire que seuls ceux qui s'aiment et se savent aimés, sans mesure ni raison, peuvent posséder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   30 mai 2014
- [...] Ma mère vous a aimé et vous aime encore, de toute son âme, de tout son coeur, de tout son corps, et je ne pense pas qu'elle soit femme à se tromper en donnant son amour. Dieu vous jugera peut-être, mais pas moi... Je suis votre fils. Votre sang coule dans mes veines, le sang de Thierry, le sang de Thibaut, et de Louis des galoups... J'aime comme vous avez aimé et aimez encore. J'écorcherai des armées entières, et toutes les malebestes, les Siblaire et les Marsac de la terre, s'il le faut, pour retrouver ma louve, ma belle. Oui, je sais votre tourment... Et maintenant que je vous vois, je vous aime vous aussi.
Sur la fourrure du Grand Veneur, lave ardente débordant des volcans jumeaux de ses yeux, deux ruisselets de larmes vinrent se perdre, ces larmes qui n'avaient pas coulé depuis cette nuit, quinze ans plus tôt, à Carlat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Luc Marcastel (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marcastel
À l'occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2018, Jean-Luc Marcastel vous présente son ouvrage "Le retour de la bête" aux éditions Gulf stream.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2233071/jean-luc-marcastel-le-retour-de-la-bete
Notes de Musique : Free music archives.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : loup-garouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr