AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782367403717
380 pages
Éditeur : Scrineo (28/01/2016)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Et si le monde, notre monde, n'était pas comme nous le croyons... C'est ce que va découvrir Lucas, un jeune homme de 15 ans dont le père, géologue, a disparu en sondant une grotte pour le compte de la Tellcorp, la société qui, depuis, révolutionne le monde grâce au Tellurium, un minerai miracle... Mais d'où provient le Tellurium ? La Tellcorp dit-elle toute la vérité ? Ne cache-t-elle pas un formidable secret ? Quand une foreuse tout droit sortie d'un film d'anticip... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  15 avril 2016
Merci Babelio, merci Masse Critique, merci Scrinéo ! (et plutôt deux fois qu'une !!! ^^)
Au dernier masse critique jeunesse, quand j'ai vu le nom « Tellucidar » j'ai immédiatement tilté sur le « Pellucidar » d'Edgar Rice Burroughs, mastodonte des littératures de l'imaginaire qui a les toutes révolutionnées au début du XXe siècle et qui a fait rêver des générations de lecteurs (et d'auteurs aussi !)… Je n'aurais jamais imaginé un seul instant que le sympathique Jean-Luc Marcastel irait aussi loin dans l'hommage / dans le délire !!!
Grâce au tellurium, un métal révolutionnaire exclusivement exploité par Tellcorp la super firme multinationale dont le siège social et le seul et unique site d'extraction sont basés en Auvergne, le monde est entré dans l'âge de l'énergie propre (du moins c'est ce que la propagande corporatiste veut faire croire). le monde entier est-il dupe ? Non, un jeune adolescent résiste encore et toujours à l'envahisseur capitaliste : élevé par son oncle, il est persuadé que la grande entreprise est responsable de la disparition de son père et de la mort de sa mère.
Mais Lucas est un adolescent comme les autres, mal dans sa peau et geek sur les bords (pas que sur les bords en fait ^^) qui préfère ses loisirs et ses mondes imaginaires au Monde de Merde néolibéral forgé par les thuriféraires/grouillots du TINA… Mais un jour il reçoit sur son PC vintage surnommé le cosmosaure un email lui donnant un rendez-vous imminent ! Seul son père connaissait cette adresse internet… Serait-il encore vivant ?

D'un côté nous avons un super pulp Young Adult, une grande aventure qui mélange "Voyage au centre de la terre", "Pellucidar", "Jurassic Park" et les mythes de l'Atlantide et de l'orichalque avec un ado rebelle qui a trouvé sa Princesse de Mars… et un homme-lézard biclassé chasseur/shaman qui n'arrête pas de répéter « non, je ne suis pas un dinosaure ! » (remember le Capitaine Spock interprété par Leonard Nimoy qui n'était pas un Vulcain ^^) Et le tout est servi à la sauce "Avatar" de James Cameron : que voulez que je dise à part « Oh yeah !!! » ? ^^
D'un autre côté nous avons un super hommage à toutes ces oeuvres qui nous ont fait rêver génération après génération bien que conspuées par les petits cercles intellos prout prout et les grandes cercles bobos hispters… Qu'ils aillent tous en enfer : oui on kiffe Dumas, Burroughs, Lovecraft, Van Vogt, Flemming, Tolkien, Moorcook, Warhammer, Star Wars et Star Strek… et nous vous emmerdons cordialement mais royalement !!!
L'auteur se paye même le luxe de faire un parallèle entre l'histoire d'Ulysse, Pénélope et Télémaque et celle de la famille Peistel, avant de se moquer gentiment de la série "Plus Belle la vie", puis de partir en croisade contre le Veau d'Or néolibéral, l'impérialisme et le colonialisme (décidément Karl Marx avait bien raison, et je ne peux que déplorer cela)… Il prend également la défense de la défunte mais très regrettée collection Présence du futur, euthanasiée prétendument pour agrandir son catalogue et son public en se fondant dans la collection Folio... Je n'ai qu'une chose à dire : bande de gros menteurs (oui j'ai des noms, et parmi eux des caïds de cour de récré bien connus des amateurs français de SFFF : suivez mon regard !)

Qui est le mystérieux correspondant du journaliste Simon Aleyrac, quel sombre secret unit les Peistel et les Kirov, quels sont les mystères de la Terre Creuse, de l'orichalque et des psycholitos ? Ce livre est une bouffée d'air frais : je ne crois pas avoir lu une oeuvre aussi vite de ma vie de livre-addict ! Mon premier Jean-Luc Marcastel, dont on m'a toujours dit le plus grand bien, et sûrement pas le dernier…
Le livre objet réalisé par le éditions Scrinéo est très plaisant : papier agréable, mise en page aérée, chapitrage rythmé remplit de twists et de cliffhangers, nombreuses illustrations intérieures de qualité réalisées par Jean-Matthias Xavier : on est très proche des light novels japonais, issus d'un véritable pays de culture qui est bien au-dessus de la France qui se targue de l'être alors qu'elle est le pays développé ou la lecture est la moins pratiquée pour les raisons que tout le monde connaît ! du coup je ne comprends pas trop le montage photoshoppé de couverture correct mais pas terrible de Philippe Jozelon…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          436
cocomilady
  27 février 2019
Tellucidar : Et si le monde, notre monde, n'était pas comme nous le croyons…
C'est ce que va découvrir Lucas, un jeune homme de 15 ans dont le père, géologue, a disparu en sondant une grotte pour le compte de la Tellcorp, la société qui, depuis, révolutionne le monde grâce au Tellurium, un minerai miracle… Mais d'où provient le Tellurium ? La Tellcorp dit-elle toute la vérité ? Ne cache-t-elle pas un formidable secret ?
Quand une foreuse tout droit sortie d'un film d'anticipation crève le gazon du stade où son père disparu lui a donné rendez-vous en pleine nuit par un énigmatique message, et que s'en extirpe deux passagers, dont une jeune fille aux cheveux blancs, aux yeux violets, l'univers de Lucas bascule.
Cette jeune fille se nomme Korè Attawhakan, dernière représentante de la famille royale de Panshir, une cité située… Au coeur de la terre.
Car là, à quelques kilomètres sous nos pieds, ne se trouve pas seulement du magma ardent, mais un autre monde, un monde éclairé par un soleil intérieur, où la nuit n'existe pas, un monde où des humains issus de civilisations disparues, grecques ou précolombiennes, vivent en symbiose avec les descendants des dinosaures…
Mais un monde dont le temps est compté.
Tellucidar. Aurez-vous le courage de tourner la page et de les accompagner ?
Mon avis :
Un roman Fantasy jeunesse qui nous entraîne sur les traces de l'intraterre, la terre creuse.
C'est en premier lieu la magnifique couverture de Jean-Mathias Xavier (décidément, encore lui ;) ) qui m'a interpellée et m'a fait acheter ce roman, ainsi que le thème, il me faut bien l'avouer.
L'intraterre étant un sujet qui me tient à coeur parmi tant d'autres, j'avais envie de découvrir ce que l'auteur avait bien pu imaginer à son sujet.
Dans cette histoire, le monde tel que nous le connaissons a été révolutionné par la découverte d'un minerai exceptionnel, le Tellurium, exploité par la Tellcorp. Mais cette multinationale est aussi la société que Lucas, un jeune garçon de 15 ans, tient pour responsable de la disparition de son père, géologue, parti explorer une grotte aux abords de la centrale. Il n'a depuis eu de cesse de dévoiler une vérité qu'il pressent comme explosive. Or, un soir, il reçoit un mail de son père lui donnant rendez-vous en pleine nuit. Mais sur le lieu du rendez-vous, c'est une jeune fille étrange qu'il va découvrir, et ce sera le début d'une aventure aussi fabuleuse que dangereuse pour lui et ses amis...
Sans surprise, j'ai pris un immense plaisir à lire ce premier tome. La plume de l'auteur est toujours aussi affûtée, son imagination également. Il a une fois encore créé un univers authentique, fantastique, tout en regroupant ce petit groupe composite qu'il affectionne, comme dans tous ses romans.
On sent que l'auteur aime mêler des gens différents, physiquement et culturellement, pour prouver que l'amitié n'a aucune frontière, et que cela lui tient à coeur de passer ce message. C'est vraiment une marque de fabrique chez lui, que j'ai pour l'instant retrouvée dans toutes ses oeuvres. Il aime aussi les monstres, et ça aussi c'est une composante régulière que l'on aime retrouver.
Quant à l'histoire elle est faite d'amitié, d'amour, de nombreuses aventures, de dangers, de découvertes exceptionnelles, le tout mené à un rythme battant.
A noter que le roman entier est agrémenté de nombreuses illustrations, principalement à la fin où l'on retrouve tous nos personnages en dessin. Quel plaisir !
A la fin de ce premier tome, j'ai regretté de ne pas avoir la suite sous la main, mais je vais vite combler cette lacune.
N'hésitez pas à lire cette aventure palpitante et à la faire découvrir à vos enfants !
Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Allisonline
  30 avril 2016

J'ai tellement de mal à écrire cette chronique ! Ce premier tome est extrêmement riche, il y a tant à dire... mais en même temps, beaucoup à taire ! J'ai passé un très agréable moment en compagnie des personnages créés par Jean-Luc Marcastel, auteur que je découvre enfin après en avoir entendu tant de bien. Autant vous dire que quand j'ai vu Scrinéo + Marcastel proposé au dernier Masse Critique, j'ai sauté sur l'occasion. Et j'ai bien fait ! Tellucidar est un roman vraiment prenant, bourré de références et d'hommages à de grands classiques de la SF (et si, comme moi, vous n'en connaissez que la moitié, il vous donnera envie de les découvrir!) dont bien sûr Pellucidar d'Edgar Rice Burroughs, duquel il s'inspire grandement. Aussi, même si je ne suis pas très fan de la couverture, j'ai été conquise par la bonne vingtaine d'illustrations crayonnées que l'on trouve à l'intérieur du roman, lesquelles sont signées Jean-Matthias Xavier. Une bonne surprise !

Mais qu'en est-t-il de l'histoire ? Eh bien elle tourne autour du tellurium, un matériau souterrain qui révolutionne le monde des énergies renouvelables, et dont le seul site d'exploitation se trouve en France. La Tellcorp garde jalousement le secret autour de son trésor technologique, bien qu'un jeune homme tente désespérément de s'y infiltrer nuits après nuits. Orphelin élevé par son oncle, Lucas semble être le seul à ne pas faire confiance à la Tellcorp, et surtout, il veut des réponses : son père a disparu sur le site quinze ans plus tôt. Le schéma se répète indéfiniment depuis des années... jusqu'au jour où il reçoit un étrange message provenant de l'adresse mail de son père. Enfin des réponses ?

Pfiou ! Ce livre, c'est un gros mélange de tout plein de bonnes références de la SF, mélangé à tout ce qui fait un bon pitch de roman jeunesse. J'ai beaucoup aimé le fait que l'auteur prenne son temps : ce roman est introductif à fond, il nous présente les personnages principaux, le monde dans lequel ils vivent et ce qui va les chambouler, mais il reste en surface et garde plein de secrets pour plus tard. Ici, l'idée, c'est de s'attacher aux personnages, de partager leurs convictions, de partager leur peur et leur haine des antagonistes. Et c'est fait avec talent ! Les personnages sont donc hyper bien travaillés. Lucas est juste hyper attachant dans sa quête de vérité et super crédible dans son rôle de nerd solitaire. Patrick est le bon tonton idéal, qui cache bien son jeu, et sur lequel on a vraiment envie d'en savoir plus. Par exemple, le meilleur ami de Lucas est le fils du chef de la sécurité de la Tellcorp, au grand dam de leurs figures paternelles respectives. L'auteur parsème son récit d'allusions au fait que quelque chose, un jours, a créé un scission entre les deux familles, mais n'entre jamais dans le détail. C'est super intrigant et sans prendre le lecteur en otage, ça donne vraiment envie de lire la suite ! Enfin, je n'ose rien ajouter quant aux deux personnages qui vont chambouler leur monde, car ils valent le coup de la découverte.

J'ai aussi beaucoup apprécié la plume de Jean-Luc Marcastel. Il a un vrai talent de conteur, le roman se lit d'une traite et est difficile à lâcher... S'il est évident que je lirai la suite de la saga, je dois bien avouer avoir aussi très envie de découvrir d'autres romans de l'auteur ! Je ne peux que conclure en conseillant ce roman, et je remercie Babelio et la maison d'édition Scrineo qui commence à vraiment prendre de la place dans ma bibliothèque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lire-une-passion
  03 avril 2016
Pour être honnête, j'aime beaucoup la plume de Jean-Luc Marcastel, mais en même temps, à chacun de ses romans, j'appréhende la lecture. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il a une plume particulière et son univers propre à lui. Mais à chacune de mes lectures, je ressors ravie et c'est ce qui s'est passé avec Tellucidar. Même plus, car il approche du coup de coeur !
Lucas, 18 ans, pensait tout connaître du monde. Mais le jour où il croise la route d'une machine extraordinaire et les yeux violets d'une jeune fille aux cheveux blancs, son monde change littéralement. En plus de cela, une inquiétante silhouette, loin de ressembler aux humains, semble l'accompagner. Mais qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Lorsque la jeune fille se prénommant Korè lui annonce venir d'un autre monde, Lucas est de suite très intrigué, et malgré tous les soucis que peut révéler cette nouveauté, il veut en être et faire partie de cette aventure.
Il est difficile de vous faire un autre résumé, tant ce premier tome révèle déjà beaucoup de choses. Habituellement, un premier tome est introducteur, mais ici, l'auteur a décidé de casser les codes et de le faire à sa façon. Et quelle façon ! J'ai complètement dévoré ce roman, ne voyant pas les pages défiler, et les dessins qui s'incrustent dans le récit sont un vrai plaisir des yeux. Ça ajoute un énorme plus au récit, car il permet vraiment de s'imaginer les personnages. Ils sont vraiment magnifiques et s'ajoutent parfaitement à l'histoire.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Lucas. Bien qu'il soit perdu avec toutes ces révélations, il reste cependant les pieds sur terre et essaye de comprendre ce qui lui arrive. Bien que tout s'enchaîne et quasiment tout lui est dévoilé, il ne perd pas pied, ce qui rend son personnage attachant et crédible. Vient ensuite son oncle, Patrick. Derrière son calme et sa gentillesse apparents, se cache autre chose. Mais quoi ? À vous de le découvrir... Si d'habitude, les personnages principaux sont principalement des adolescents, avoir ici un adulte change la donne et apporte un plus non négligeable.
Du côté des habitants de Tellucidar, vient d'abord Korè. Je dois avouer que je me suis attachée à elle dès le départ. Elle est belle, forte, intelligente. Mais aussi, dotée de sentiments qui la rendent moins forte à des moments. Lorsqu'elle raconte sa vie, on est obligés d'être touchés et de vouloir la réconforter. Mais rassurez-vous, elle n'est pas du genre à se plaindre, bien au contraire ! Elle veut se venger de ce que les humains ont fait aux siens et est prête à tout pour. Mais j'avoue que mon personnage préféré est bien Kshaann. Cet étrange bête qui ressemble à un dinosaure, mais qui n'en est pas un. Il est assez inculte du monde humain, ce qui rend ses répliques très drôles et le rendent lui, assez naïf. Il a aussi une petite pointe d'humour qui fait du bien. du côté de son caractère, il vit pour l'amour des siens et est prêt à tout pour les sauver. Mais malgré son apparence qui peut faire peur, il est bien tout le contraire. C'est ce côté-là assez contradictoire qui m'a plu. L'adage qui dit qu'il ne faut pas se fier aux apparences lui va comme un gant !
Du côté de l'intrigue, pas une seule fois je me suis ennuyée. Même s'il est vrai que les premiers chapitres sont vraiment là pour inclure l'univers, il n'en est pas moins que l'auteur réussit parfaitement à nous appâter et ne pas nous ennuyer. Ce qu'il a crée est juste énorme, très bien dosé, très bien amené, et on sent à travers sa plume qu'il connaît cet univers par coeur, et qu'il s'est aussi beaucoup éclaté à le faire vivre.
J'aimerais tellement vous en dire plus, tout vous spoiler pour vous expliquer ce que j'ai ressenti durant ma lecture, mais ce serait vraiment dommage de le faire, parce que c'est une série qu'il faut découvrir par soi-même. L'univers paraît d'un premier abord simple, mais on se rend vite compte du contraire. Encore une fois, j'ai été charmée par cette nouvelle saga de l'auteur et j'attends avec énormément d'impatience la suite, qui, je suis sûre, nous promet encore de belles aventures et de belles découvertes !
En résumé, un premier tome qui m'a happée dès le premier chapitre, accompagné de dessins magnifiques qui ajoutent un gros plus au récit. Des personnages très attachants, avec leur propre caractère, mais qui se complètent aussi très bien. Un univers recherché, poussé et totalement inédit. Je ne peux donc que vous conseiller vivement cette découverte ! Les descriptions de l'auteur sont telles que moi aussi, j'aurais bien fait cette petite virée en Tellucidar...
* Je remercie Camille et Scrinéo pour leur confiance ! *
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aelynah
  14 mars 2016
Un roman qui débute comme un Jules Verne et son monde perdu, des personnages lambda qui du jour au lendemain vont se retrouver amenés dans la plus belle et dangereuse aventure du monde connu et inconnu, des créatures disparues et des civilisations inconnues vont se mettre à peupler notre quotidien au travers des aventures de Lucas et de son oncle Patrick mais aussi Simon un journaliste scientifique.
Jean-Luc Marcastel dont je découvre, enfin, la plume m'a conquise dés ses premières pages. L'ambiance, les personnages, le contexte même est tel que je n'ai pu que me sentir attirée par ce roman.
De plus, les illustrations de Jean-Matthias Xavier apportent aux mots de l'auteur une plus-value non pas essentielle mais tout à fait magique pour se retrouver plongé plus avant dans ce récit déjà hypnotisant par lui-même. le cahier de croquis final est absolument magnifique et nous plonge dans le rêve pour quelques instants supplémentaires une fois la dernière page écrite tournée.
Car Lucas est un jeune garçon qui nous est de suite sympathique. Orphelin, il vit chez son oncle, Patrick, depuis la disparition inexpliquée de son père dans une randonnée spéléo puis de sa mère de maladie. Il n'a jamais réellement fait son deuil de la disparition de son père surtout que son corps n'a jamais été retrouvé.
Dorénavant le site est devenu propriété privée de l'entreprise la plus rentable et prolifique du monde actuel, la Tellcorp depuis une découverte essentielle et révolutionnaire dans le domaine de l'énergie propre : le tellurium. Ils en possèdent le seul gisement et les seuls droits d'excavation et c'est dans l'une de leur galerie que le père de Lucas a disparu.
La réception d'un message énigmatique sur une boîte mail secrète ainsi que la rencontre de Lucas avec Korè marquera pour eux deux le début d'une aventure sans précédent et pour le lecteur d'une lecture au combien entraînante et addictive.
Pour Lucas les événements qui vont se dérouler en à peine quelques heures vont lui donner l'impression d'avoir basculé dans la quatrième dimension. Créatures sauriennes, Men In Black aux mines patibulaires, scènes d'action dignes d'un de ses films favoris, pouvoirs psy, rien ne lui sera épargné. Et pourtant, c'est, malgré une certaine appréhension, qu'il va se jeter dans l'aventure et tout tenter pour aider ceux qui deviendront comme une nouvelle famille pour lui.
Beaucoup de surprises vont d'ailleurs lui être assénées, des joyeuses, des plus troubles et même hélas quelques désagréables mais il va prendre de la maturité et se rendre compte de la jeunesse dorée qu'il a vécue comparée à celle de Korè. Rien de tel pour secouer un homme que de se rendre compte qu'une jeune femme sait mieux se débrouiller que soi dans l'adversité et les situations dangereuses. Cela vous forge un caractère, vous force à revoir vos priorités mais surtout vous amène à considérer certains points de vue de façon différente.
C'est ainsi que le jeune ado que nous avons appris à apprécier dès le début du roman va continuer à nous plaire par son évolution et par la présence de Korè et Kshaann.
La suite des événements va entraîner ainsi le lecteur dans une course poursuite dans les méandres de la Terre, luttant contre les obstacles humains et naturels pour, ils l'espèrent, les mener sains et saufs vers ce monde rêvé et attendu : Tellucidar et la lutte pour la liberté qui les y attend.
C'est sans conteste un coup de coeur que ce roman jeunesse empli de rêves, d'aventures et de héros au grand coeur (qu'ils soient hommes, femmes ou dinosaures).
C'est donc avec tristesse que je quitte Tellucidar à peine découverte pour revenir à la réalité. Mais je vais attendre impatiemment le tome 2 vous pouvez m'en croire.
Lien : http://lespassionsdaely.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Elbakin.net   24 mars 2016
Il ne faut donc pas s’arrêter à la couverture rebutante qui ne rend pas hommage au contenu et aux illustrations intérieures.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   25 avril 2016
Quand tu as une formule, une recette, un protocole, enfin n’importe quoi que tu as mis au point ou que tu as découvert, et qui est en train de te rapporter une fortune, tu n’as pas forcément envie de la partager avec tout le monde. Ça a un nom, ça s’appelle le capitalisme et je suis désolé de te le dire, mais c’est précisément le système économique dans lequel nous vivons.
Commenter  J’apprécie          230
AlfaricAlfaric   08 avril 2016
Enfermé dans ses rêves et ses univers imaginaires, ses lectures, il partageait peu de choses avec la plupart de ses camarades de classe. Les sports, les matchs, les vedettes de la téléréalité, les dernières idoles à la mode, lui passaient totalement au-dessus de la tête.
Qu’on l’interroge sur "Les Trois Mousquetaires", sur le stratégie d’Alexandre le Grand, Lovecraft et ses monstres tentaculaires, la faune de Barsoom, les différentes épisodes de Halo, ou les feuilletons de science-fiction ou de fantastique, alors là il devenait incollable…
Il était, et en avait conscience, une sorte de geek, pas un no-life total, mais un geek quand même, qui vivant plus dans ses univers factices que dans la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
mayartemismayartemis   24 février 2016
- Si tu recommences, mon pote, je demande à mon ami à écailles, là...
D'un geste du menton, il désigna Kshaann qui se tenait derrière le malabar immobilisé et brandissait le long bâton.
- De te replonger illico dans le sommeil.
Il précisa avec un sourire :
- Il faut l'excuser, il est un peu maladroit avec un bâton.
Comme Kshaann le fixait de ses immenses yeux d'autruche outré, il se retint de rire et ajouta avec le plus grand sérieux :
- Mais il est très habile de ses griffes. Faut le voir éplucher un chat... Comme on zippe une braguette.
Cette fois, le troodontidé ne put se contenir et répéta, avec son accent inimitable de lord anglais :
- Eplucher un chat ? Je ne...
Patrick lança un tel regard que Kshaann ne put que se taire.
Toute parole supplémentaire était de toute manière inutile, le gorille était bien assez terrifié comme ça et se tordait le cou pour essayer d'apercevoir la tête étroite de Kshaann par-dessus son épaule.
Le troodontidé, qui se voulait peut-être rassurant, tenta de lui adresser un sourire qui dévoila ses longs crocs ivoirins, et, avec ses grands yeux dorés, lui donna des allures de psychopathe à écailles... C'était parfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
AlfaricAlfaric   16 avril 2016
- Le tellurium est une incroyable source d’énergie, c’est vrai, mais à ma connaissance, il ne donne pas de pouvoirs télékinétiques.
Comme Lucas s’étonnait qu’il connaisse ce mot, il ajouté aussitôt :
- Pour qui me prends-tu, sale gosse ? Je lisais déjà des livres de SF que tu n’étais même pas né. Tu ne connais pas "A la poursuite des Slans" de van Vogt ?
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   24 avril 2016
Un journaliste, c’est pire qu’un chat. Même quand ça sent venir l’embrouille à cent kilomètres, ça peut pas s’empêcher de gratter.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Jean-Luc Marcastel (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marcastel
Jean-Luc Marcastel nous parle de son dernier roman YOKO.
Résumé : En 2121, alors que les mégalopoles ultramodernes ne communiquent plus avec les campagnes délaissées, Jal et Lyonh survivent tant bien que mal dans le village malfamé d'Aigues-Mortes. Un jour, ils découvrent une jeune fille endormie dans un caisson électronique échappé d'un accident. Jal décide de la sauver, contre l'avis de Lyonh. C'est le début des embrouilles : celle qu'ils ont décidé d'appeler Yoko possède d'extraordinaires capacités physiques et mentales. Et c'est sûrement pour cela que de dangereux mercenaires sont lancés à sa recherche. Ils vont devoir se battre jusque dans l'arène pour aider la jeune fille amnésique et comprendre qui elle est et d'où elle vient.
En savoir plus : https://didier-jeunesse.com/collections/romans-12-ans-et-plus/yoko-9782278100408
Tous nos romans 12 ans et plus : https://didier-jeunesse.com/collections/romans-12-ans-et-plus
+ Lire la suite
autres livres classés : colonialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..