AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Goewin


Goewin
  10 avril 2018
Coup de coeur ! Un thriller ésotérique aux parfums du Da Vinci Code, Indiana Jones et Tomb Rider…

Le capitaine Malo Sinclair est au bord de la dépression. Il n'en peut plus d'Aurillac, de ses poivrots, de sa délinquance sans envergure et de ses crimes sans mystères. Lui, il était fait pour les enquêtes et les crimes compliqués qui nécessitaient du flair et de la réflexion. Seulement, voilà, ce jeune policier, plus que prometteur, du quai des Orfèvres s'est laissé emporter par une juste colère et il a refait le portrait d'une petite ordure de violeur qui, malheureusement pour lui, était le fils d'un ministre. Ce haut fait lui a valu un aller simple pour Aurillac. C'est alors qu'il reçoit la visite d'un archéologue au nom prédestiné de Lapierre qui vient déclarer le vol d'une relique sur le chantier des fouilles de l'Abbaye Saint-Géraud. Il s'agit de la tête mécanique dont la légende raconte que Gerbert d'Aurillac, le pape sorcier, l'aurait ramenée d'un de ses voyages d'Orient. Et l'instinct de Malo lui dit que c'est peut-être bien l'affaire qui lui permettra de retrouver sa place à la Crim'.

J'ai adoré ce thriller ésotérique, il y a tout ce que j'aime : des personnages attachants et hauts en couleur, de l'humour à chaque page, du suspense, une belle histoire qui plonge ses racines dans le passé, une enquête fertile en rebondissements, des dialogues savoureux et la plume pétillante de l'auteur, Jean-Luc Marcastel.

Malo déprime peut-être mais il a néanmoins deux bons amis pour le soutenir : Karl, le baroudeur, qui tient le bar L'Aventurier et qui réserve ses meilleurs alcools à ses amis et Fred qui n'est autre que le Préfet, ce qui lui sera bien utile pour se faire confier l'enquête. Leurs discussions et leurs chamailleries sont un régal. Et puis, nous avons Mademoiselle Mignon, une bombe dixit Albert, une belle femme mais une belle emmerdeuse d'après Malo qui flashe sur elle, une prof d'histoire-géo au regard qui tue et au caractère explosif. le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne faut pas la contrarier et qu'elle a du répondant. Les passes d'armes entre elle et Malo m'ont bien fait rire. Et surtout, il y a Albert, mon personnage préféré, celui qui fait que ce livre ne ressemble à aucun autre, Albert, “l'Attila des terrains de rugby” qui a la carrure d'un ours et l'âme d'un boy-scout, qui ne sait pas parler doucement et dont la moindre parole vous rend à moitié sourd mais qui a des éclairs de génie grâce auxquels Malo pourra progresser dans son enquête et qui a surtout un coeur énorme et la candeur d'un enfant. Tous vont vivre au rythme de l'affaire Gerbert d'Aurillac et quelle affaire ! Grâce à la découverte des Carnets de Gerbert, elle va les entraîner dans une sorte de jeu de piste où les morts s'accumulent de même que les énigmes. Scènes de crime et courses-poursuites vont les conduire d'Aurillac à Paris, puis à Londres, Madrid, pour s'achever à Rome et au Musée Pio Clementino au Vatican.

L'auteur a un don pour nous faire ressentir les ambiances, nous décrire les lieux et il ne peut s'empêcher de nous faire saliver en nous parlant des spécialités culinaires d'Aurillac et de sa région… On sent la passion qui l'anime lorsqu'il écrit et il sait nous la transmettre. La légende de Gerbert d'Aurillac est d'autant plus fascinante qu'il a réellement existé : devenu pape sous le nom de Sylvestre II, c'est un scientifique, un mathématicien hors pair, un technicien, mais également un alchimiste, soupçonné de sorcellerie et Jean-Luc Marcastel a créé une magnifique histoire à partir de cette base. Il nous donne également à réfléchir sur l'Homme, le Mal, la crainte de la mort et sur notre extraordinaire capacité à tout détruire.

Je pourrais encore vous parler longuement de ce livre que j'ai lu pratiquement d'une traite et j'espère vous avoir donné envie de le découvrir ainsi que son auteur. J'ajouterai que Jean-Luc Marcastel est machiavélique et qu'il nous a concocté une fin digne de tout le reste. J'ai un dernier souhait que je lui adresse, celui de retrouver le commandant Malo Sinclair et Albert dans une nouvelle aventure.
Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus