AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070362486
160 pages
Éditeur : Gallimard (22/05/1992)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 29 notes)
Résumé :

Nous survolions le Mont Blanc. Là, penchés au-dessus du pilote, au milieu du bredouillis de mots, des radios, nous avons regardé le Mont Blanc. Ces creux, ces bosses, ces arêtes, ces abîmes, cette lumière blanche, ce monde sans une âme et sans âme, c'était déjà ce que nous allions vivre, ces arêtes dures, froides et coupantes, c'était déjà notre amour, ma Creezy, notre amour nu, ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Nastasia-B
  18 mars 2015
Creezy est un petit livre tonique écrit d'une manière assez étrange, tout à la fois récit à la première personne et forme désincarnée. (Un peu dans le genre de L'Étranger de Camus, mais tout de même très différemment. J'ai peine à caractériser cette narration plus précisément.)
Jacques, le narrateur, un député en relation avec les hautes sphères de la finance, nous raconte son idylle avec Creezy, un mannequin de mode très tendance dont l'image s'affiche à tous les murs. Cette femme, comble de superficialité, prend vie peu à peu sous sa plume.
Félicien Marceau ouvre, ou plutôt entr'ouvre, le voile qui la drape et essaie de nous faire sentir sa vérité derrière le vernis, à savoir une femme plutôt paumée malgré les comptes bien tenus et seule malgré les " milliers " de relations.
Finalement, cette narration désincarnée (comme dans L'Étranger mais avec un but différent) semble au service du portrait de cette femme, elle aussi, désincarnée, sorte de chrysalide éblouissante dont on ne peut jamais saisir que la gangue, le cocon, qui s'effrite comme la peau d'une mue.
Personnellement, j'y ai perçu peut-être un clin d'oeil à la vie de Brigitte Bardot, mais c'est tout à fait personnel, je n'ai aucun élément précis pour étayer cette impression. À l'heure actuelle, on pourrait penser davantage à Natalia Vodianova (avant qu'une autre prenne sa place dans très peu de temps).
Pour conclure, je ne dirais pas " chef-d'oeuvre " mais " bon petit roman ", qui nous fait réfléchir sur le mode de vie actuel, tout en immédiateté, en image et superficialité. Je n'ai octroyé que trois étoiles car le style ne m'a pas du tout fait palpiter ou éprouver quoi que ce soit de réellement positif, néanmoins, vous l'aurez compris, tout ceci n'est que mon avis, pas sexy, pas tendance, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          803
sweetie9
  08 juillet 2014
Dans ce livre sauvage,haletant,où les phrases sont autant de cris,où l'amour oscille sans cesse entre la plaisir et la férocité,Felicien Marceau a su non seulement dresser devant nous un personnage dans lequel se résume notre temps mais aussi il a su définir le monde où nous sommes,le monde tel qu'il est en train de devenir.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
line70line70   24 mars 2011
Se pourrait-il que le désespoir ne soit rien d'autre que ce désert, ce vide, cette érosion de tout ce qui m'entoure, cette distance entre les choses et moi, cette indifférence, cette absence totale de raison d'aller ici ou ailleurs, de faire ceci ou autre chose ?
Commenter  J’apprécie          340
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2015
C’est lourd, les corps, et la vérité danse, la vérité ne se pose jamais que sur un pied. A moins qu’il n’y ait pas eu d’autre réponse. A moins qu’il n’y ait même pas eu vraiment une question. Pas exclu. Qu’il n’y ait que ces deux corps affamés. Qu’il n’y ait eu que ce fla-fla dont nous entourons, dont nous enrubannons le désir, quand, projetés à la cime de nous-mêmes, il nous est si aisé, il nous est si naturel de parler de la vie, de la mort, de toujours, de jamais, pour nous retrouver ensuite étonnés d’avoir parlé, étonnés d’avoir dit ces choses, et déjà retombés dans nos ornières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2015
Une femme qui fait ses comptes est une femme qui se croit volée. Une femme qui se croit volée est une femme qui, d’un pas sûr, marche vers le mesquin.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2015
La vérité est que j’ai besoin d’abolir en moi cette angoisse que j’éprouve chaque fois que je quitte Creezy et que, pour cela, je n’ai d’autre ressource que de croire en une Creezy ramenée à sa définition la plus simple, la Creezy des magazines et des affiches, la Creezy que, dans les boîtes de nuit, on salue d’un roulement de grosse caisse, la Creezy en acier qui, jusqu’ici, a su vivre sans moi.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   09 mai 2015
On dirait que c’est de cette inhumanité même que nous avons besoin, qu’elle nous rassure ou qu’elle nous fascine, qu’elle est notre élément ou encore que nous voulons à tout prix retarder ce moment dont nous savons bien pourtant ou dont nous pressentons qu’il arrivera, où tout deviendra plus grave et peut-être douloureux.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Félicien Marceau (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Félicien Marceau
Alain Finkielkraut est reçu sous la Coupole, le jeudi 28 janvier 2016, au fauteuil de M. Félicien Marceau pour lequel il fait l'éloge. (fauteuil 21). 
autres livres classés : mal-êtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3781 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre