AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207078696X
Éditeur : Gallimard (02/11/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Dans une lettre des années 60, Jacques Chardonne m'assurait de son amitié et ajoutait : "L'amitié littéraire, cela existe", comme si j'avais pu en douter. Montherlant, lui, avouait souhaiter ne pas trop voir ses amis. Le conseil est bon entre écrivains dont les sentiments sont souvent à fleur de peau. Comme pour l'amour, l'amitié a besoin de repos et de souffle, de retours en soi et de pensées pour l'autre. Marceau à Neuilly, moi dans le VIe arrondissement nous n'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tempuslegendae
  16 février 2013
Que cela vous enchante ou vous laisse indifférents, l'amitié littéraire existe bien! Non seulement j'y crois mais de façon féline j'en défends l'idée.
Pour le livre cité ici, ne vous attendez pas aux «Conversations de Goethe avec Eckermann», ni à la correspondance Gide- Valéry, ni surtout, plus proche par les dates et le ton, aux milliers de lettres échangées par Chardonne et Morand, dont je soupçonne les éditeurs, non résolus à publier les trames. Trop de vacheries en sous-couches peut-être, de bien jolis coups bas! Des petites épines cachées sous le papier, le dialogue postal entre Michel DÉON et Félicien MARCEAU, moins abondant, quoique s'étendant sur un demi siècle (tout de même), n'en manque pas. Elles ne sont pas seules à le rendre délectable.
Dans les années 50, DÉON, grandiose, vient de publier «Tout l'amour du monde», MARCEAU a obtenu l'Interallié pour «Les Élans du coeur» et signé un remarquable «Balzac et son monde». «La critique affamée se nourrit toujours des mêmes plats. Pour toi, c'est Balzac qu'on évoque, pour moi Stendhal». Ils passent leurs vacances, en compagnie de Christine de Rivoyre, de Françoise Sagan, des Dutourd, de Christian Millau, à Positano. Et c'est là, s'il vous plait, dans cette délicieuse station amalfitaine que leur amitié se noue.
L'été finit, on range tout sauf les plumes, on commence à écrire.
De quoi parle une amitié dans ses commencements? Á peu près de rien. du temps que s'acheminent les missives pour aller d'Italie en Grèce. Comme en amour, il s'agit de dire, de confirmer, un sentiment commun (excusez-moi, j'avais oublié que vous en connaissiez un chapitre sur le sujet). de le contresigner: chacun a une famille dont l'autre s'inquiète. Et puis chacun est écrivain et adresse ses livres à l'alter ego, qui complimente (soyons généreux). Félicien MARCEAU a la louange spontanée, allant même jusqu'à utiliser un procédé trop connu : «Je reçois votre lettre… Je me promets grande joie de voue lire.» Les réactions de DÉON, quant à elles, sont volontiers plus critiques: «Dans les mêmes pièces, la caricature l'emportait sur la fleur bleue. Il me semble que, cette fois, la fleur bleue l'emporte sur la caricature.» Mais lui-même ne s'épargne guère, citant une lettre de Chardonne à Nimier: «Déon? du talent mais pas de génie!»
Leurs relations changent dès qu'ils (Marceau et Déon) deviennent Immortels. le tutoiement s'impose, et la correspondance se fait plus régulière, plus dense et plus soignée. Les conseils de lecture, les récits de voyage y tiennent moins de place que la chronique du Quai Conti et de ses intrigues (saurait-on dire). Elles finissent par insupporter l'auteur du «Taxi mauve» (une devinette qui n'en est pas une): «Je ne vois là rien qui corresponde à ce que j'espérais en entrant dans cette compagnie.» Néanmoins, tous deux jouent un curieux jeu épistolaire. le grand prix du roman, le prix Morand requièrent de façon écrasante leurs lectures. Déon feuillette avec nonchalance une production décevante, mais ne livre point de mollesse dans ses commentaires. Mal s'en fait, certains découvriront rage au coeur les lignes qui les concernent (des écrivains très connus: lisez donc l'ouvrage!)
On continue? Les perfidies les plus affûtées vont à quelques confrères. Lorsqu'on hait, on ne compte pas. A propos d'un, DÉON lapidera: «La vioque déraille un rien. Je connais ces vers. du mirliton». Enfin, les amis vieillissants, plus par une persistante gaminerie que par salacité, s'envoient des cartes postales polissonnes où il convient de reconnaître, chez les dénudées baigneuses, «le séant de Madame Leprince-Ringuet» ou la «blondeur» de Yourcenar. Evidemment, à l'Académie des Sages ce sont des fauteuils qu'on se dispute, des réceptions aussi.
Ne nous trompons pas, ces lettres ne sauraient être réduites à de la basse misère, ronchonnements narquois et ignominies pour autrui. Elles illustrent avec pudeur le cheminement d'une longue, sincère, et véritable amitié. Une amitié littéraire: il y a, sur Stendhal et Balzac, une lettre de Félicien Marceau à étudier impérativement dans les collèges. Toutefois, soyez assurés que les centres de documentation ne sont pas les seuls à disposer de ces joyaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
letendard
  28 janvier 2012
Au début des années 50, à la faveur d'une rencontre chez Plon, Michel Déon et Félicien Marceau devinrent amis. Ils n'étaient pas encore académiciens, mais déjà des romanciers qui comptent, ou qui allaient compter. le milieu littéraire les appelait « les duellistes. » ...
Lien : http://www.denecessitevertu...
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Lexpress   10 novembre 2011
Et si c'était le livre le plus frais, le plus drôle, le plus juvénile de cette rentrée ? Ses auteurs ? Deux nonagénaires, deux immortels plein d'allant, Félicien Marceau, 98 printemps, et son cadet, Michel Déon, 92 ans. Ces hommes d'esprit, grands voyageurs et lecteurs assidus, n'ont cessé de correspondre, de 1955 à 2005. [...] Un festival de mots pétillants, de facéties et de commentaires sur un demi-siècle de vie littéraire!
Lire la critique sur le site : Lexpress
Videos de Félicien Marceau (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Félicien Marceau
Alain Finkielkraut est reçu sous la Coupole, le jeudi 28 janvier 2016, au fauteuil de M. Félicien Marceau pour lequel il fait l'éloge. (fauteuil 21). 
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3480 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre