AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Emue (01/01/1900)
3.5/5   4 notes
Résumé :
Luca Lentini a disparu. Il n’a laissé aucune trace, si ce n’est un journal au titre étrange, envoyé à Félix. Ce dernier part donc à la recherche de celui qu’il croyait connaître. C’est un voyage dont il ignore la destination. En suivant le récit de ses liaisons sensuelles, il rencontre les nombreuses femmes que Luca a aimées. Au fil de ses rencontres, se révèle la sourde rivalité qui a existé entre les deux amis. Désorienté, Felix trouve refuge chez sa mère, dans sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
alex23
  22 octobre 2012
Tout d'abord, je trouve la couverture très originale. Ce n'est peut-être pas grand-chose, mais ouvrir ce petit paquet tout droit sorti de ma boîte aux lettres et découvrir une couverture plaisante, ça m'est apparu comme un bon présage.
Parlons tout d'abord un peu de l'histoire. Luca et Félix sont amis depuis très longtemps. Luca vit à Londres et Félix ne cesse de changer de pays, au gré de ses humeurs. Un beau jour, Luca disparaît en laissant pour seule trace de lui un journal intime intitulé « Ossobuco ». Félix décide de le lire pour tenter de comprendre la soudaine disparition de son ami. Au fil des pages du journal, il va découvrir la vie sentimentale pour le moins décousue que menait Luca. Ses recherches se feront entre Londres, Rome et Paris où il rencontrera les différentes maîtresses dont Luca parle dans son journal.
Je dois bien avouer qu'au début j'ai vraiment eu du mal à accrocher à ce roman. J'ai vite compris qu'il était écrit en alternance entre des extraits d'Ossobuco et les recherches de Félix. Ce n'est pas cet aspect là qui m'a dérangé. Bien au contraire, j'ai trouvé que c'était une assez bonne idée d'avoir les façons de penser des 2 protagonistes. le livre commence donc par plusieurs extraits du journal intime, pas forcement très intéressants. Luca nous parle de son aversion profonde pour le travail, de ses différentes conquêtes, de sa maîtresse. le tout m'a semblé un peu trop lourd. Des plaintes sur un fond de critique de la société et des personnes qui travail pour gagner leur vie : bof…
J'ai poursuivi ma lecture, et j'ai de plus en plus apprécié. Félix commence à se mettre à la recherche de son ami. Il rencontre plusieurs des femmes qu'il a connues pour essayer de mieux comprendre ce qui a bien pu se passer. A chacune de ces rencontres, le lecteur a l'impression qu'il existe une certaine tension, une attirance entre Félix et les maîtresses De Luca. Cela peut paraitre étonnant au début mais l'est beaucoup moins quand on avance dans notre récit. Certaines choses s'expliquent…
Au plus on tourne les pages, au plus on se rend compte que l'amitié entre les 2 hommes n'est pas si belle que cela. Sur fond de trahison de l'un et d'envie de supériorité de l'autre, les liens s'effritent et les sentiments changent.
Je ne vous en dirai pas trop sur la fin du livre par peur de gâcher la chute. Je vous dirai juste qu'elle m'a étonnée, mais elle bien en accord avec « l'esprit » général de roman.
En conclusion, je dirais qu'après un début un peu laborieux et quelques passages pas forcement indispensables, ce livre m'a vraiment plu. J'ai découvert un nouvel auteur et un style d'écriture très original qui a su me séduire.
Un tout grand merci à Babelio et les éditions emue pour l'envoi de ce livre dans le cadre de Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zazette97
  07 octobre 2012

Disponible en format papier depuis le 21 septembre, "Ossobuco" est le premier roman du journaliste italien Andrea Marcelli et le premier roman édité par la toute jeune maison d'édition Emue.
"Ossobuco" est le titre du journal intime que Luca Lentini dépose chez son meilleur ami Felix Kirby avant de se volatiliser sans laisser d'adresse.
A mesure de sa lecture, Felix rencontre ou revoit quelques femmes ayant traversé la vie de son ami, le temps de quelques ébats tout au plus.
D'un naturel plutôt nomade, Felix surprend sa mère par son retour impromptu à la maison où il passe de plus en plus de temps à se replonger dans ses souvenirs pour tenter d'y trouver un indice qui lui permettrait de comprendre la démarche étrange De Luca.
C'est qu'à y regarder de plus près, leur amitié est peut-être plus fragile qu'il ne le pensait...
Pour être honnête, je n'étais pas vraiment emballée par ma lecture des premières pages. A travers les mots De Luca, on décèle rapidement en lui le mal-être existentiel du quadra qui, fustigeant toute l'absurdité d'une vie routinière à grand renfort de sarcasmes, s'ennuie au boulot comme dans une vie privée quelque peu pitoyable.
Je dois dire que le personnage du quadra éternellement insatisfait commence à me gonfler d'autant que certains passages tels que " Linguistiquement parlant, notre compréhension est pure. Les paroles sortent spontanées, libérées du joug de l'angoisse car libérées du poids de l'histoire et de la société. Mais l'enchantement se brise dès que l'on trébuche dans l'existentiel, domaine aujourd'hui encombré par la question du travail.", façon mini essai sociologique imbriqué, aussi lucides soient-ils, me déprimaient et surtout, me rendaient perméable au récit.
Je me demandais donc où ce laius sur le monde du travail allait me mener.
En marge de la confession De Luca se dessine le profil de son ami Felix qui dans un autre genre, n'en mène pas large non plus.
Rentier oisif et voyageur compulsif, il semble survoler la vie et surtout convoiter les conquêtes De Luca.
La recherche de son ami s'avère ainsi un excellent prétexte pour approcher ces femmes intrigantes.
Mais c'est surtout en puisant dans sa mémoire que Felix saisira le message délivré par Luca dans son journal.
Plus je progressais dans le récit, plus il me semblait qu'un étau se resserrait entre Felix et Luca. Tandis que l'un, d'abord diminué, semble reprendre petit à petit de l'assurance à travers les mots de son journal, l'autre complète la narration par le récit de ses propres souvenirs et se montre de plus inquiet.
Et "une irrémédiable distance" s'installe en même temps qu'une rivalité malsaine entre ces deux hommes qui semblent de plus en plus dialoguer, se répondre, sans toutefois jamais se faire face.
La troisième et dernière partie du récit s'annonce alors comme une bombe à retardement prête à exploser car on se doute bien que l'issue du journal réservera quelque révélation.
Et bien qu'on en devine les contours, elle n'en est pas moins terrible, d'autant qu'à la toute fin subsiste encore le doute quant à la sincérité De Luca.
Non, tous les hommes ne se tapent pas sur la tronche pour régler leurs comptes. Certains le font de façon beaucoup plus tordue subtile. Et s'agissant de subtilité, ce roman n'en manque assurément pas, aussi bien dans le développement du récit que dans le glissement qui s'opère dans la psychologie des personnages.
En ce sens, "Ossobuco" porte donc très bien son nom puisque Luca - et a fortiori l'auteur vis-à-vis de son lecteur - manie fort bien le suspense pour faire mijoter Felix jusqu'au point d'ébullition.
S'agissant de l'écriture, je dois dire que je suis toujours bluffée par ces auteurs comme Marcelli ou encore Andreï Makine dont le français n'est pourtant pas la langue maternelle, qui parviennent à se l'approprier avec un seuil d'exigence qui fait défaut à pas mal d'auteurs francophones.
Ainsi donc, malgré un début laborieux, cette lecture fut pour moi une belle découverte !
Lien : http://contesdefaits.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Katiouchka
  01 novembre 2012
"Ossobuco" est le titre du journal intime que Luca dépose chez son meilleur ami Felix avant de se volatiliser sans laisser d'adresse.
En ouvrant le paquet, j'ai trouvé la couverture assez jolie, originale et puis le titre "Ossobuco" m'a mit l'eau à la bouche...
Mais rapidement je n'ai pas vraiment été emballée par ma lecture.
Certains passages sont lourds, façon essais psychologique et cela m'ennuie beaucoup.
Je me demandais donc où tout cela allait me mener.
Plus je progresse dans le récit, plus il me semble qu'une
distance" s'installe entre les personnages , en même temps qu'une rivalité.
Et plus j'avance plus je me sens larguée et j'ai complètement décrochée.
J'ai quand même lu la fin et cette dernière partie du récit à l'effet d' une bombe car l'issue du journal réserve quelques terribles révélations.
Pour conclure j''ai découvert un auteur que je ne connaissais absolument pas et étant curieuse de nature j'ai lu, mais désolée ce livre ci , je n'ai pas tenu jusqu'au bout.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ceciled
  08 novembre 2012
Tout d'abord, je voudrais remercier l'opération Masse Critique de m'avoir permis de lire ce livre.
Malheureusement; il n'a pas répondu à mes attentes. Peut-être en attendais-je trop.
En effet, je m'attendais à une intrigue, à un suspense qui me tiendrait en haleine, et cela n'a pas été le cas. J'ai trouvé l'histoire longue à démarrer et je me suis perdue entre les deux personnages. Pourtant, la mise en page était suffisamment claire. Sauf que les allers et retours entre l'histoire d'un personnage puis l'autre étaient tellement fréquents que je n'avais pas le temps de me faire à l'identité de chacun et de m'y identifier.
Cependant, je ne désespère pas. Je sais que la lecture est un moment privilégié et que l'appréciation d'un livre dépend beaucoup du contexte de lecture. Peut-être que ce n'était pas ce que je devais lire ce mois-ci. Et peut-être que si je me replonge dans cette lecture dans 6 mois, mon avis sera alors totalement à l'opposé de cette critique.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
alex23alex23   18 octobre 2012
Je voudrais me donner sans rien attendre, me dévoilée sans crainte d'être blessée, aimer sans peur d'être trompée. Peut-être un jour y arriverais-je ! C'est ce qui me sauvera.
Commenter  J’apprécie          60
alex23alex23   22 octobre 2012
Cela fait déjà plusieurs mois que nous nous fréquentons et je suis toujours surpris par la lumière qui émane de cette femme, les mille dissimulations dont elle est capable afin de se livrer chaque fois nouvelle et différente.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : journalVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

En mai, fesse(s) qui te plaît

S'asseoir sur son...

céans
céant
séans
séant

12 questions
106 lecteurs ont répondu
Thèmes : fesses , vocabulaire , langue françaiseCréer un quiz sur ce livre