AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Irisyne


Irisyne
  29 octobre 2018
J'ai lu « Drusilla, fille d'Agrippa 1er « - Jean-Luc Marchand, La Compagnie Littéraire.

Racine a écrit Bérénice, une tragédie historique en vers en cinq actes. Jean-Luc Marchand situe l'action de son livre, juste avant, en l'an 49.
… Un évènement important se prépare. Antiochos, roi de Commagène et son fils aîné, Épiphane, rendent visite à Agrippa II, le roi de Chalcis. Dans le palais, l'héroïne, Drusilla qui n'est autre que la petite soeur du roi, mais aussi celle de Bérénice est très impatiente de se préparer. Elle va chercher sa servante, Thalia et lui confie son désarroi, car elle est promise à Épiphane, et elle craint que celui-ci ne lui convienne pas :

Puisses-tu présager que je n'aurai à vivre
Nul tourment d'une ardeur à laquelle on me livre
Car si tous mes esprits se changent en regrets
Le chagrin pourrait bien pour longtemps m'accabler.

Cette union scellerait l'entente entre les deux peuples, la Palestine et la Commagène, mais Antiochos qui est venu pour des raisons plus politiques expose d'autres projets à ses interlocuteurs. Il compte beaucoup sur son hôte et sa soeur, l'ambitieuse Bérénice, pour mener à bien ses desseins.

Dans cette tragédie, les complots, ententes secrètes et trahisons foisonnent et l'intrigue amoureuse passe au second plan, car les personnages acceptent leur destin et leurs obligations. Aussi, lorsque les passions se présentent, elles deviennent comme une chaîne à sens unique. Drusilla finit par aimer Épiphane qui est troublé par Bérénice qui, elle-même, veut épouser Félix qui…

Même s'il n'est pas habitué à ce genre littéraire, le lecteur glisse facilement dans cet univers poétique et dramatique. Les dialogues en vers sont subtilement entrecoupés de prose narrative. On est séduit aussi par le sérieux des recherches historiques de ce livre qui est agrémenté par les arbres généalogiques de la famille d'Agrippa II et celle d'Antiochos ainsi que deux cartes géographiques représentant les Royaumes des Diadoques, des Empires Séleucide, Lagide et de la Palestine du 1er siècle.

Écrire une pièce de théâtre en alexandrins inspirée de Bérénice de Racine est une véritable gageure car il faut à la fois ne pas trop s'éloigner des textes classiques et aussi toucher des lecteurs contemporains qui ne soient pas troublés par les dialogues et l'intrigue. Pari difficile, mais pari réussi.

Je remercie Simplement Pro et Jean-Luc Marchand (La Compagnie Littéraire) pour la lecture de cette pièce de théâtre en alexandrins.

Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox