AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2376660084
Éditeur : Norma (14/10/2017)
Résumé :
Fils de l'ébéniste nancéen Louis Majorelle, le peintre Jacques Majorelle (1886-1962) est une figure marquante de l'orientalisme. Découvrant Marrakech en 1917, il est fasciné par la lumière et les éclatantes couleurs de la ville comme par ses habitants. il s'établit tout d'abord villa Bou Saf Saf, puis dans la villa cubiste conçue par l'architecte Paul Sinoir, qui abrite aujourd'hui le Musée berbère de la Fondation Jardin Majorelle. Durant près de quarante ans, il pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Dossier-de-l-Art
  30 novembre 2017
Cet ouvrage paraît à l'occasion de l'exposition « le Maroc de Jacques Majorelle », présentée au musée Yves Saint Laurent de Marrakech, inauguré il y a peu en même temps que les jardins de la Villa Majorelle. C'est pourtant bien plus qu'un catalogue, puisqu'il retrace toute la carrière de l'artiste et recense ses oeuvres, classées en fin de volume par lieu d'exécution. Les reproductions, nombreuses et de bonne qualité, rendent hommage à cet orientaliste qui vécut durant presque toute sa vie à Marrakech et voyagea en Égypte, en Côte d'Ivoire, en Guinée, au Mali et au Sénégal. Né en 1882 à Nancy, dont il connut l'effervescence artistique au moment de l'éclosion de l'Art nouveau, Majorelle termina son apprentissage à Paris. Il partit néanmoins dès 1917 au Maroc. Il y fera souche et y travaillera jusqu'à la veille de sa mort, survenue en 1962. À travers le récit, on sent très bien le besoin du fils de trouver une voie personnelle alors même que le père, Louis Majorelle, est un des ébénistes les plus connus de l'École de Nancy. Il choisit la peinture et s'épanouit en Afrique, dont il décrit les paysages, les villages et les scènes de rue. Il est cependant à son meilleur à la fin des années 1920, lorsqu'il synthétise les formes : il devient alors un des acteurs de l'Art déco et retrouve le « décoratif » qui avait fait la fortune de son père. Sa palette (notamment le fameux « bleu Majorelle »), dont il rehausse les pigments avec de la poudre d'or ou d'argent, est superbe. Ses nus monumentaux des années 1940 et 1950 sont une vraie redécouverte, ainsi que le mobilier de l'exposition de 1925 à Paris, ses affiches et ses grands panneaux décoratifs, dont certains n'avaient jamais été étudiés jusqu'à présent.
Par Christine Gouzi, critique parue dans L'Objet d'Art 540, décembre 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Félix Marcilhac (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Félix Marcilhac
La saga des Marcilhac.
autres livres classés : muséeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
594 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre