AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gabrielle Danoux (Traducteur)Maria Marcu-PopArt (Illustrateur)
EAN : 9789730317800
112 pages
Éditeur : Cetatea 9 (30/06/2020)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 23 notes)
Résumé :
L’Académie de l’air
— survols et autres manifestes artistiques de l’avant-garde nouvelle —
L’âme aboie à tous les chiens invisibles cachés dans les caves secrètes dont les gens ont peur et qu’ils fuient pour se réfugier dans leurs pensées.
Quel air engloutit des êtres vivants et des cités de pierre, en les empêchant de s’admirer dans les miroirs ? Sont-ce peut-être les symphonies de l’air troublé par des yeux soniques, ou bien la malédiction de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Tandarica
  06 août 2020
Plus qu'un nécessaire bol d'air frais, ce recueil bilingue nous démontre que l'Absurdistan (page 51) est si proche de nous : on l'atteint presque en tendant la main.
Daniel Marcu manifeste dans les rues poétiques avec la véhémence non résignée de l'artiste qui s'évertue de ramener à la surface des vérités par ces temps chaotiques que nous vivons tous, mais qui chez lui, en Roumanie, prennent d'autres proportions encore. Ces vers résolument engagés pour la vie revêtent cependant une évidente dimension universelle.
Commenter  J’apprécie          1060
Cannetille
  06 septembre 2020
Tout d'abord, je remercie de tout coeur Gabrielle Danoux pour son geste de pure gentillesse qui m'a tant touchée : je me sens immensément honorée de me voir offrir un exemplaire numéroté et dédicacé de la luxueuse édition de ce recueil de poèmes de Daniel Marcu.

Ayant déjà pu apprécier les traductions de Gabrielle qui permettent aux francophones de découvrir la littérature roumaine, j'ai été plus que jamais impressionnée par son investissement dans la promotion des auteurs roumains et par la finesse de son travail : quoi de plus difficile que de traduire de la poésie ?

Bilingue et illustré par les oeuvres de Maria Marcu, ce recueil porte bien son nom : les poèmes qu'ils nous présentent semblent avoir été capturés sur les ailes de l'inspiration, dans un délicat exercice de funambule qui défie les normes et l'ordinaire. Il faut s'abandonner à ce souffle qui nous apporte ces mots et se laisser envahir par les images et les émotions qu'ils suscitent. Certains poèmes m'ont paru moins accessibles, l'ensemble souvent déconcertant, ce qui semble intentionnel dans le cadre de cette poésie d'avant-garde destinée à ouvrir les horizons. Les pépites y sont nombreuses. Voici mes préférées :

« L'anarchie, c'est quand tu as vécu une mort et que tu es mort d'une vie
Laissant ton ombre courir librement
Sans qu'elle doive s'appuyer sur des clôtures de barbelé. »

« Je lègue la liberté à ceux qui n'ont jamais pleuré la liberté,
Mais sont morts des milliers de fois avant de la vivre. »

« Plus personne ne lit de poésie
Aujourd'hui,
Les mots s'enfoncent comme des godillots dans la boue
Sans pouvoir se délivrer
De l'étau gluant des volcans de glaise. »

«  Reste unique. Ne cherche pas à appartenir à une foule, car tout nombre
Divisé par lui-même est égal à un, et multiplié par un il ne change jamais. »

Encore une fois merci à Gabrielle, pour son amitié qui me va droit au coeur, et pour son investissement littéraire et artistique qui, pour ma part, contribue à élargir mon champ d'investigation culturelle : je suis ravie en tout cas de cette invitation à rejoindre l'Académie de l'air !

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          661
LydiaB
  24 septembre 2020
L'Académie de l'air est un recueil de poèmes et manifestes de Daniel Marcu, poète anarchiste roumain se définissant comme étant de l'avant-garde nouvelle. Tiens, me direz-vous, je croyais que tu n'aimais pas la poésie ? Il est vrai que je n'en suis pas friande et encore moins lorsqu'il s'agit de poésies modernes. Mais ici, on suit un cheminement, absurde, peut-être, encore que l'artiste doit y suivre sa voie, mais cela reste des messages, des dénonciations sur notre époque. Il y a quelque chose d'universel là-dedans. Et même si parfois je n'ai pas dû en saisir toute la teneur, peu importe. Ce n'est pas en voyant un tableau une première fois que l'on en comprend toute la portée. D'ailleurs, en parlant de cela, les illustrations sont superbes.
Je vous laisse avec deux vers qui donnent à réfléchir :
« Je lègue la liberté à ceux qui n'ont jamais pleuré la liberté,
mais sont morts des milliers de fois avant de la vivre » (P55)
Un grand merci à Gabrielle Danoux, la traductrice, pour m'avoir offert ce recueil. On ne met pas assez en avant les traducteurs, je m'en rends bien compte et moi la première d'ailleurs, je ne mentionne jamais leur nom. Mais je vais le faire à présent car il y a un vrai travail derrière tout ça et je n'ose même pas imaginer le casse-tête pour arriver à retranscrire des idées poétiques dans une autre langue !

Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          692
Jeanfrancoislemoine
  20 août 2020
J'aimerais tout d'abord adresser un grand , un énorme MERCI à Gabrielle , talentueuse traductrice de nombreux ouvrages écrits en roumain qui m'a fait l'immense plaisir de m'adresser un exemplaire dédicacé . Geste ô combien apprécié tant est primordial le rôle du traducteur ou de la traductrice pour assurer le juste reflet de la pensée de l'auteur , surtout , je crois , dans le domaine si particulier et exigeant de la poésie .Pour preuve de l'osmose unissant l'auteur et la traductrice , un poème " offert "par Daniel Marcu à Gabrielle Danoux . Ajoutez , intercalées entre les poèmes, 16 illustrations dues au talent de Maria Marcu et vous aurez là un ouvrage particulièrement aéré , esthétique dont le but sera de nous délivrer des messages de nature à nous interpeller sur notre condition d'être humain et à nous mettre en garde face à l'évolution dévastatrice de l'homme .
Mes compétences en la matière étant ce qu'elles sont , je ne m'avancerai pas plus avant dans une analyse personnelle qui ne saurait être que " vanité de ma part" .Force m'est cependant de reconnaître l'esthétisme et la complémentarité des éléments.
Vous me permettrez , pour justifier ma " modestie " , de citer Daniel Marcu :
" Plus personne ne lit de poésie
Aujourd'hui
Les mots s'enfoncent comme des godillots dans la boue
Sans pouvoir se délivrer
De l'étau gluant des volcans de glaise "
....et d'ajouter ce message , du même poète :
" Je lègue la liberté à ceux qui n'ont jamais pleuré la liberté,
Mais sont morts des milliers de fois avant de la vivre ."
Quand je lis de telles beautés, je me sens " tout petit " , je me tais et je dis simplement , MERCI Daniel , Maria et Gabrielle ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
Cricri124
  27 septembre 2020
# Survols et autres manifestes artistiques de l'avant-garde nouvelle #
Ce recueil en version bilingue est véritablement surprenant. le ton contestataire et incisif bouscule, écorche, accroche, cherche à réveiller les consciences « pour que nous oubliions qui nous sommes et que nous comprenions comment nous pouvons être. » Daniel Marcu fustige l'absurdité de la société avec impétuosité, sans langue de bois, mais surtout, surtout, il lutte, hurle à la liberté et au libre arbitre. C'est fort, ça pulse, j'adore !
Mais ce ne sont pas que des poèmes. Ce n'est pas pour rien que les « manifestes artistiques » sont au pluriel. Les illustrations de Maria Marcu-PopArt aux couleurs faussement chatoyantes et leur double réalité les complètent admirablement. L'association des deux est tout simplement lumineuse… une alchimie divine pour reprendre le titre de la première illustration. Je ne pouvais m'empêcher d'essayer de deviner les thèmes qui allaient se marier aux images et vice versa. A se demander si ce sont les images qui illustrent les textes ou l'inverse. le principe n'est certes pas nouveau mais les deux modes d'expressions se répondent ici l'un à l'autre avec ferveur en toute liberté.
La dernière partie sur les codex explore un nouvel angle de vue autour du mot Manifarté. Cela m'a fait penser à un étrange mélange de haïkus, de street art et de slogans. Perso, je n'ai pas trop accroché à cette partie mais la conclusion en revanche, ah ces « NEUF commandements de l'AVANT-GARDE NEUVE », il faut les savourer !! Ils sont d'une certaine façon à la liberté d'ETRE et de créer ce que sont « les droits imprescriptibles du lecteur » de Daniel Pennac à la liberté de lire.
Grand, grand MERCI à la traductrice Gabrielle Danoux de m'avoir gentiment offert cet étonnant et brulant manifeste artistique. Tiré à 150 exemplaires seulement, j'espère que d'autres tirages suivront. En tout cas, il m'en a mis plein les yeux et les oreilles à l'instar des grondements sourds d'un ciel lacéré d'éclairs. Eblouissant ! J'en frissonne encore.
« Reste unique. Ne cherche pas à appartenir à une foule, car tout nombre divisé par lui-même est égal à un, et multiplié par un il ne change jamais. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
santorinsantorin   14 novembre 2020
LES VOIX A VENIR

Je me retrouve en toi, et en toi, et en toi,
comme une victoire qui contrebalance le besoin de quelqu'un d'autre,
l'idée que nous somme de plus en plus nombreux sur une arche solitaire
me fait hurler du plus profond de mon être de glaise :
les révolutions commencent et se terminent avec notre pensée
de changer l'équilibre fragile de l'espoir,
dans la lumière de tes yeux je vois les aubes tutélaires, l'harmonie calme
dont tous les êtres vivants ont besoin pour procréer du suspense !

Libre arbitre, sois béni,
car tu ne me dictes pas les sténogrammes des pleurs,
la métamorphose cachée du lait à travers lequel chante mon sang
poèmes de chagrin et ballades esseulées sur la digue de l'honneur,
tu es le seul à qui je puisse dire sans peur :
nous sommes les immortels pèlerins avec une étoile sur le front,
guérisseurs miraculeux du futur pétrifié par les craintes
de la prière incomprise à laquelle nous avons condamné le présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
TandaricaTandarica   30 juillet 2020
Le sanglot qui me découvre

(à ma mère)
Porteur de paix est le messager de ma mère
quand je me réveille avec le sommeil pleuré,
les larmes silencieuses accordent la tension de la lâcheté du temps
dont je ne peux plus m’évader, me broient, m’écrasent,
l’œil éveillé semble le seul témoin de notre silence
main dans la main, dans les vignes éparpillées.
Le sanglot qui me découvre
survit à chaque effondrement intérieur,
à chaque tremblement qui dévaste mes souvenirs
les remplaçant par l’apaisement de l’âme essorée de gémissements,
par l’impuissance de l’homme enraciné contre son gré
dans les tempêtes de la mémoire.
Apporte-moi, mère, le calme de ta chanson chuchotée ―
je la reconnais d’après les voyelles prolongées
volontairement oubliées par de rudes nuits d’hivers
dans les neiges qui m’entourent majestueusement
comme dans un rituel du re-devenir,
dans la caresse qui m’embrasa
par la braise de la frontière avec le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Cricri124Cricri124   22 septembre 2020
L’âme aboie à tous les chiens invisibles cachés dans les caves secrètes dont les gens ont peur et qu’ils fuient pour se réfugier dans leurs pensées.

Quel air engloutit des êtres vivants et des cités de pierre, en les empêchant de s’admirer dans les miroirs ? Sont-ce peut être les symphonies de l’air troublé par des yeux soniques, ou bien la malédiction de l’air qui comprend le premier et le dernier tressaillement de vie dans un hologramme porteur de virus apathiques ?

Je me réjouis cependant de t’accueillir sur la planète à l’air conspiratif, dans une ère glaciaire dont nous ne sortirons pas trop tôt – la cryogénisation du feu est la solution finale pour que nous oubliions qui nous sommes et que nous comprenions comment nous pouvons être.

Mes paroles ne ressentent pas le besoin d’admirer le crépuscule de la civilisation humaine ni la révolte de l’être germé, mais seulement de capter une énergie qui ne cesse pas en même temps que nous. Relique de l’âme qui oublie d’être enfantine et se met à hurler à la lune, comme dans l’amphithéâtre de l’Académie de l’air maintes fois chanté.

[Préambule]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
TandaricaTandarica   30 juillet 2020
Concert de ah

Je vis discrètement à la marge de l’univers dilaté
en réinventant ses derniers instants et les premiers,
l’âme cherche désespérément une planète à coloniser,
mais se rend compte qu’il n’y a plus de places libres ―
chaque planète a ses propres écœurements,
chaque Histoire a ses parasites,
chaque instant est un agenouillement de plus
devant le cyclope au rêve plâtré,
les sirènes sont pétrifiées
annonçant la grève de l’air de la parole abandonnée,
ma vie assiste à un concert de ah
avec des gens qui sifflent dans toutes les directions
enthousiasmés par leurs propres respirations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
MARINENKAMARINENKA   27 août 2020
Les NEUF commandements de l’AVANT-GARDE NEUVE
(Cele 9 porunci din avangarda 9)

1. Reste unique. Ne cherche pas à appartenir à une foule, car tout le monde divisé par lui-même est égal à un, et multiplié par un il ne change jamais.

2. Ne te prostitue pas artistiquement par amour des chroniques favorables ou du succès commercial. Ils sont éphémères et conduisent inévitablement à la disparition de l’acte créatif original.

3. Écoute ton esprit. Dans le chaos environnant, il est le seul ordonnateur d’idées sur lequel tu peux compter.

4. Ne tente pas de comprendre pourquoi tu n’es pas compris. Ton art est en avance sur ton temps.

5. Aiguise ton instinct artistique. Ce n’est qu’ainsi que tu convertiras tes sensations en idée pure.

6. Tranche l’état de grâce indéfinie, en la remplaçant par l’émotion permanente de l’état de veille.

7. Sois mystérieux. Cherche à percer l’inexplicable avec tes propres outils artistiques, en découvrant la magie qui l’enveloppe.

8. Ne limite pas ton art au chiffre de la logique universelle, c’est en tentant de te découvrir au fur et à mesure que tu acquerras de nouvelles habiletés d’exploitation et d’expression.

9. Pense l’impensable. C’est l’unique façon dont ton art te survivra.
p.109
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123

Video de Daniel Marcu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Marcu
Vidéo de Daniel Marcu
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
906 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre