AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Thierry Decottignies (Traducteur)
EAN : 9782364681118
Éditeur : Editions du sous-sol (01/01/2017)
1/5   1 notes
Résumé :
Quinze nouvelles. Un homme se rend dans sa famille après des années d'absence, se confrontant à une violence sourde qu'il croyait enfouie depuis longtemps. Un auteur raté anime un atelier d'écriture des plus étranges durant une croisière haute en couleurs. Un père se bat pour conserver la garde de son enfant malade, alors que sa femme fait tout pour le discréditer. Un autre est obsédé par la mortalité de sa mère et pense qu'en restant pour toujours à ses côtés il se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
frconstant
  30 octobre 2017
« Quitter la mer » est un recueil de nouvelles dues à la plume de Ben MARCUS (Editions du Sous-sol, 2017). Je n'avais jamais lu Ben MARCUS auparavant. Il semblerait qu'on lui reconnaisse un certain talent et même un talent certain, notamment avec son livre « L'alphabet de flammes ». Je tâcherai donc, un jour, de le rencontrer sur ce terrain.
Mais cette fois, j'offre ma lecture critique et, croyez-moi bienveillante, aux quinze nouvelles qui donnent à Ben MARCUS le champ libre pour s'interroger sur l'absurdité de la vie, de la mort et des questions qu'on peut se poser tant sur l'une que sur l'autre.
Selon le Littré, la « Nouvelle » est un genre littéraire qui produit ‘une sorte de roman très court'. Encore que la longueur, tout le monde l'admet, ne constitue pas un argument décisif pour justifier l'étiquette ‘Nouvelle' à un récit produit. le plus souvent, la nouvelle se développe autour d'un fait, (fût-il futile !) et de très peu de personnages ou lieux, le tout se déroulant en un laps de temps assez court. La Nouvelle n'a pas pour vocation de tirer des conclusions, encore moins une « Morale de l'histoire ». Simplement, elle se termine d'habitude de manière abrupte, la chute invitant le lecteur à revisiter l'histoire contée à partir d'un autre point de vue, avec un autre regard.
Dans « Quitter la mer », les récits mis en phrases par Ben MARCUS tournent autour de la vie banale, celle qui se laisse encombrer, au quotidien, par des heurts, des provocations, des pulsions inavouables, des envies déplacées, des rêves brumeux, des petits matins désenchantés, des illusions trompeuses, des désillusions amères et des croyances aussi absurdes qu'inutiles ou des espoirs aussi futiles qu'improbables à réaliser. Ben MARCUS nous propose tout en vrac, à travers des personnages anti-héros se mouvant dans la vie quotidiennement contrariée. Il y laisse lourdement traîner sa plume, tournant et retournant en ronds improductifs et digressions multiples comme les paumés de l'existence laissent traîner leurs savates et construisent des plans qu'ils n'appliqueront jamais par impuissance, découragement, ennui ou dégoût d'eux-mêmes.
Son écriture parvient à agencer grammaticalement parlant des mots que tout le monde connaît en poussant des idées que, pour ma part, je n'arrive pas à comprendre, à classer. Ses phrases, parfois, me paraissent aussi longues qu'inutiles :
« Les costumes de mon père étaient gris et longs et des plus élégants, parfois suffisamment transparents pour que nous puissions voir à travers, bien qu'il n'y eût aucune raison de regarder le corps de cet homme de trop près. Il aimait mieux ne pas bouger. Les excursions n'étaient pas ce qu'il préférait. Mon frère et moi accomplissions la plupart des mouvements nécessaires pour lui : nous recueillions et décrivions la nourriture quotidienne, huilions le Pistolet à Costumes, ramassions le fil chaque matin après un orage, et faisions don de toutes bandes d'étoffe restantes au trou assassin de notre mère, dehors, sur la plateforme arrière » … Que le lecteur qui peut comprendre l'idée fondamentale de ce début de 9e nouvelle n'hésite pas à m'envoyer ses clés de lecture en message privé. J'ai essayé de saisir le fil, il s'est rompu !
« Alors, quelles nouvelles ? », me direz-vous. Pour moi, elles ne sont pas bonnes. Lourdes, tristes, opaques et fermentées, elles n'apportent que le plaisir de les voir se terminer, même sans chute, même sans proposition de changement de regard. La seule fin, pour chacune d'elles, chaque fois a constitué une délivrance pour le lecteur que j'étais.
Il n'y a, dans ce recueil « Quitter la mer » que quelques très, trop rares moments d'embellies. Çà et là, on trouve une pointe d'humour, souvent caustique mais elle peut nous renvoyer à nous-mêmes et nous poser question : « -Votre famille vous manque-t-elle ? – Je ressens du soulagement. du soulagement et de la gratitude. de la gratitude parce que je peux éprouver des sentiments puissants à l'égard de ces gens. […] Les sentiments sont un don, et j'ai de la chance. En un certain sens, mes sentiments envers mon épouse et mes enfants sont plus intenses quand ils ne sont pas compliqués par leur présence. » On aurait presqu'envie de se mettre en mode pause pour savourer la formulation, l'inédit de la situation et de son traitement. Mais ces temps suspendus sont très, trop rares.
Je reste donc déçu.
En ouvrant ce livre, je pensais pouvoir me laisser emporter en haute mer, voguer avec des rêves, surfer sur des éléments, mêmes déchaînés, qui me griseraient. J'espérais une expérience de vie… Je n'ai guère ressenti qu'une expérience de mots, le plus souvent de mort ce qui alimentait, chez moi, une envie profonde de me détacher du récit et de « quitter la mer… »
Comme quoi, sur le titre, au moins, personne ne m'a trompé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162


Video de Ben Marcus (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ben Marcus
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l'actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Ce mois-ci, on s'est intéressés aux couvertures de livres, et surtout, à ce qui fait qu'un livre peut d'abord nous attirer à travers sa couverture. En début de vidéo, Pierre et Nicolas reviennent sur une étude Babelio sur le livre en tant qu'objet, et vous proposent quelques exemples de livres dont ils ont particulièrement apprécié les couvertures dernièrement. le reportage suit cette idée, avec le témoignage d'un libraire et de trois lectrices, qui nous expliquent leur rapport aux couvertures des livres qu'elles lisent et achètent.
Retrouvez aussi une présentation des différents défis de lecture 2020 sur Babelio, ainsi que nos interviews récentes…
0:01 Présentation du sujet par Pierre et Nicolas Notre étude sur l'aspect physique des livres : https://babelio.wordpress.com/2018/10/15/couvertures-quatriemes-de-couvertures-bandeaux-quen-pensent-les-lecteurs/ Notre liste (très subjective) des 25 plus belles couvertures de livres de 2019 : https://babelio.wordpress.com/2019/12/30/les-plus-belles-couvertures-de-livres-de-2019/ Les livres présentés : Ben Marcus, ‘L'Alphabet de flammes' : https://www.babelio.com/livres/Marcus-Lalphabet-de-flammes/575718 Jean-Marie Blas de Roblès, ‘Dans l'épaisseur de la chair' : https://www.babelio.com/livres/Blas-de-Robles-Dans-lepaisseur-de-la-chair/953393 Capucine et Simon Johannin, ‘Nino dans la nuit' : https://www.babelio.com/livres/Johannin-Nino-dans-la-nuit/1109603 Jamey Bradbury, ‘Sauvage' : https://www.babelio.com/livres/Bradbury-Sauvage/1111399 Patrice Gain, ‘Le Sourire du scorpion' : https://www.babelio.com/livres/Gain-Le-Sourire-du-scorpion/1191031
8:46 Reportage à la librairie la Manoeuvre, Paris 11e Les livres présentés : Neely Tucker, ‘Seules les proies s'enfuient' : https://www.babelio.com/livres/Tucker-Seules-les-proies-senfuient/1158845 Kim Un-Su, ‘Sang chaud' : https://www.babelio.com/livres/Kim-Sang-chaud/1182330 D.B. John, ‘L'Etoile du Nord' : https://www.babelio.com/livres/John-Letoile-du-nord/1098431 James Carlos Blake, ‘Crépuscule sanglant' : https://www.babelio.com/livres/Blake-Crepuscule-sanglant/55986 Erik Orsenna, ‘L'Exposition coloniale' : https://www.babelio.com/livres/Orsenna-Lexposition-coloniale/12746 Trevanian, ‘Shibumi' : https://www.babelio.com/livres/Trevanian-Shibumi/91361 Gérard Mordillat, ‘Quartiers de noblesse' : https://www.babelio.com/livres/Mordillat-Quartiers-de-noblesse/1199025 Roxane Gay, ‘Hunger' : https://www.babelio.com/livres/Gay-Hunger/1204139 Valérie Manteau, ‘Le Sillon' : https://www.babelio.com/livres/Manteau-Le-sillon/1048733 Manu Larcenet, ‘Thérapie de groupe' : https://www.babelio.com/livres/Larcenet-Therapie-de-groupe-tome-1--Letoile-qui-danse/1192698 Toni Morrison, ‘Beloved' : https://www.b
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre