AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 274593032X
Éditeur : Milan (24/07/2007)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Elle a 10 ans, elle est noire, elle n'a plus de nom.
Capturée en Afrique, embarquée vers l'Amérique, elle est vendue sur un marché du Venezuela.
Esclave !

Baptisée Ana, la fillette travaille dur, s'acclimate tant bien que mal à sa nouvelle vie.
Elle apprend vite, trop vite... Beaucoup la jalousent.
La voilà accusée d'une faute qu'elle n'a pas commise. Fouettée, humiliée, Ana décide de fuir.

Mai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  14 décembre 2016
Maïmouna, dix ans, est la fille du chef d'un paisible village africain.
Une guerre tribale passe par là, les ennemis tuent son père, capturent ceux qui ont survécu au massacre pour les vendre à des négriers.
Au terme d'un long trajet en bateau où elle voit mourir sa mère, la fillette arrive au Venezuela et atterrit dans une riche famille de propriétaires terriens. Moindre mal : elle est domestique dans la maison, le quotidien est un peu moins pénible que celui des esclaves qui travaillent dans les champs.
Maïmouna, rebaptisée Ana, est plutôt bien entourée, jusqu'au jour où tout se gâte...
Ce roman est destiné aux enfants à partir de dix ans. On ne s'étonnera donc pas qu'il soit riche en rebondissements, et que son dénouement soit heureux. Même s'il édulcore pas mal de réalités, il a le mérite d'en dire long sur la traite des Noirs au XVIIIe siècle.
En lecture accompagnée, cet ouvrage permet d'aborder d'autres thématiques toujours d'actualité :
- la guerre qui tue des civils, sépare des familles, bouleverse des vies
- l'exploitation de l'homme par l'homme
- le travail des enfants
- la persistance de la ségrégation dans de nombreux pays...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
Jangelis
  11 octobre 2014
Un livre comme je les aime !
Une très belle évocation de l'esclavage, sans que les détails donnés ne soient trop durs, permettant la lecture par des enfants assez jeunes.
Malgré tout, on voit bien les horreurs de l'esclavage, et les différentes situations possibles : esclaves dans la maison, sur les plantations, fuites, nègres marrons, etc ...
Le roman est agréable à lire, parce qu'on suit la vie d'Ana, 10 ans, fille de chef en Afrique, qui a perdu son père lors de sa capture, puis sa mère dans le bateau.
Tout n'est pas toujours horrible, puisque elle rencontre aussi des gens à qui elle va s'attacher.
Et la fin est pleine d'espoir.
Un joli roman donc pour évoquer l'esclavage avec les plus jeunes, d'autant que, malgré une lecture très fluide, tout est expliqué, aucun besoin de connaissances préalables pour comprendre.
Une fois encore, Pascale Maret, sur un sujet douloureux, nous a concocté une histoire à la fois passionnante, et très instructive.
Commenter  J’apprécie          203
Selindej
  21 mai 2011

Une histoire d'esclavage, à la fin du XVIIIe siècle, au Venezuela.
C'est l'histoire d'Ana, dix ans. Elle a été vendue comme esclave, sur le marché de Caracas, au Venezuela, elle est seule, sa mère est morte son père a été emmené par d'autres chasseurs d'esclaves. Elle échoue dans une riche famille de planteurs, et travaille dans la maison des maitres. Au fil du temps sa vie s'améliore, le précepteur des enfants des maitres, Antoine, tombe d'affection pour la fillette et il lui apprend à lire. Malheureusement un jour, par la faute de la fille des maitres, un accident survient et elle brule un des fils des maitres au visage, elle est renvoyer, contrainte d'aller travailler dans les champs. Pendant son transfert dans les champs, elle prend la fuite...
Ce texte est tout d'abord un grand roman d'aventures, plein de rebondissements. On suit la vie d'esclave d'Ana, qui est alterner avec des périodes où des drames surviennent et d'autres où Ana continu sa vie tranquillement. Un très beau roman sur l'esclavage. L'écriture est très agréable et elle enrichit ce livre. de plus des explication sur l'esclavages sont donnés au fil de notre lecture, ce qui est vraiment très intéressant. le récit n'est pas fictif, et il est cohérent avec la période historique. Ce roman est à lire, il plaira aux petits et aux grands.
Lien : http://lecturesdejoana.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
flavie982
  22 octobre 2013
Ce roman fait partie de la liste de lecture pour les collégiens.
C'est un roman facile à lire et de taille moyenne.
Le thème de l'esclavage est particulièrement bien traité, montrant les terribles conditions de vie à bord des négriers, les marchés d'esclaves, les comportements de propriétaires des maîtres. Il montre également la distinction bien connue entre le travail domestique et celui agricole, beaucoup plus dur. Les lois ont déjà un peu évolué, empéchant certains mauvais traitements mais pas tous.
La révolution française et aussi le mouvement de Toussaint Louverture pour l'abolition de l'esclave sont évoqués de façon brève mais cela montre bien que certains droits sont en train de s'affirmer.
Le thème historique en fait un livre particulièrement adapté pour les élèves de quatrième. Cependant le niveau de lecture le rend accessible pour les sixièmes. Je pense par exemple que les sixièmes s'attacheront peut-être plus au parcours d'Ana, s'identifieront facilement à elle à cause de son âge et de son comportement qui reste souvent plus proche de l'enfance que de l'adolescence.
Lien : http://vivelesbetises2.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jasmindujardin
  14 novembre 2013
j' ai adoré se livre il est très émouvent
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JangelisJangelis   11 octobre 2014
Qu'as-tu besoin de te fourrer dans la tête ces choses de Blancs ? grommelait la vieille femme tout en ordonnant les piles de linge parfumé dans les armoires.
Nous autres nègres n'avons rien à faire de leurs livres et de leurs écritures.
Nous autres nègres tirons notre savoir du monde : tu dois apprendre à écouter le vent, le chant de l'eau, le langage des plantes.
Tout a une âme, vois-tu, ma fille, et ça, le Blanc ne peut pas le comprendre.
Pour lui, seul ce qui est visible existe, seul ce qui est consigné dans ses livres est digne de foi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZilizZiliz   14 décembre 2016
[Venezuela, fin du XVIIIe siècle]
Doña Rosalia était dans l'ensemble une maîtresse assez douce, qui traitait ses esclaves sans cruauté inutile et témoignait à ses favoris une certaine indulgence. Mais, étant elle-même très pieuse, elle exigeait que chacun d'eux reçoive une éducation chrétienne solide et se conforme aux préceptes du vrai Dieu. Il n'était pas question que, sous son toit, on invoque des puissances maléfiques ou des dieux inconnus venus de la lointaine et obscure Afrique.
(p. 15-16)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr