AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782752900548
704 pages
Éditeur : Phébus (18/02/2005)
4.47/5   35 notes
Résumé :
Deuxième épisode de ce roman vrai de la Révolution française que Margerit a conçu au rebours des habitudes du roman historique : en obligeant ses personnages de fiction à ne vivre que selon la stricte exactitude de l'Histoire.
Le résultat, paradoxal, est un récit à la fois austère et si violemment vivant que le lecteur le plus rétif est incapable de sen déprendre. Le jeune avocat Claude Mounier. après avoir participé aux États généraux de 89. s'en retourne à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Gwen21
  16 mai 2014
Déjà, la lecture du premier tome eut pour effet de me convaincre, moi lectrice assidue de romans historiques, de la qualité exceptionnelle de l'oeuvre colossale entreprise par Robert Margerit.
Dire que l'auteur s'est documenté serait très en-deçà de la vérité ; l'auteur a vécu, totalement et viscéralement, la Révolution française. A ma connaissance, cette épopée quasi historiographique reste à ce jour inégalée sur la période.
Au fil des pages, tandis que se délite la politique de l'Assemblée Constituante qui échoue dans son entreprise, provoquant la chute de la monarchie, déroulant le tapis rouge à la Terreur et armant le peuple contre ses ennemis intérieurs et extérieurs, on peine à croire que l'auteur ne fut pas contemporain des événements tant il les rend criants de réalisme. J'ai véritablement été au bord du malaise lors de la narration saisissante des massacres de septembre 92 et de l'assassinat de la princesse de Lamballe, d'une violence bestiale.
A une qualité d'écriture manifeste quoiqu'assez académique, Robert Margerit continue de dérouler l'écheveau des existences de ses deux protagonistes, Bernard le soldat et Claude le député, tout en suivant scrupuleusement la frise chronologique presque heure par heure et cela sans lasser son lecteur, ce qui tient du prodige.
Une très belle page d'histoire et de littérature qui justifie pleinement que Margerit ait reçu le grand prix du roman de l'Académie française en 1963 pour la couronner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
cecilit
  08 août 2014
2eme tome de la fresque MAGISTRALE de Robert Margerit où l'on continue à suivre les trois personnages principaux, Claude, Lise et Bernard, personnages fictifs créés par l'auteur pour mieux faire vivre l'histoire avec un grand H.
Dans ce volume, les hommes se déchirent pour exercer le pouvoir, la terreur monte et les revanches et coups bas se multiplient, les rancunes s'instaurent, et les têtes commencent à tomber dont celle de Louis Capet.
Il ne faut pas avoir peur de la grandeur (en termes de nombre de volumes - 4 - et donc de pages) de cette oeuvre car si grandeur il y a, il ne s'agit essentiellement que de talent, talent pour nous faire vivre cette epoque , pour mieux la comprendre ( aucun de mes profs ne m'en avait parlé ?!?!?!, c'est hallucinant !). Robert Margerit est un maître autant pour décrire les scènes de batailles que les sentiments (la peur, l'amour, l'orgueil). Cette découverte est pour moi un bouleversement.
Commenter  J’apprécie          143

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
cecilitcecilit   02 août 2014
Persuadés qu'il suffisait de montrer le roi pour galvaniser tous les coeurs, les royalistes l'avaient entraîné dans le jardin, sans se rendre compte qu'ils promenaient ainsi un homme ridicule avec sa pesanteur, son habit fripé, sa tête en ce moment difforme et grotesque, ses bas blancs mal tirés. S'il se fut présenté comme un soldat, un chef résolu à combattre au premier rang avec les défenseurs de cette Constitution pour laquelle on demandait aux gardes nationaux de donner leur vie, peut-être les eût,-il effectivement galvanisés. Il était, plus que beaucoup d'entre eux, plein de courage et prêt à mourir, mais cela ne se voyait pas. Tout, au contraire, dans son aspect, confirmait l'idée de veulerie, d'hypocrisie sournoise, que l'on s'était faite du tyran allié aux Autrichiens, du tartuffe qui répandait de mielleuses paroles en attendant les cohortes étrangères, les traîtres, les rois conjurés. Sur la terrasse, il avait été accueilli par les cris de "A bas Veto ! A bas le traître" Le bataillon de la Croix-Rouge le poursuivait en le menaçant. Roederer voyait cette scène par la fenêtre. Il se retournera. Le visage dans les mains, la reine pleurait sans mot dire, étouffée par les sanglots qui lui secouaient les épaules
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cecilitcecilit   06 août 2014
Des cris partaient des tribunes. " Silence, silence !". De là-haut, on avait vu rentrer le bureau. Les secrétaires reprirent place à leur table ronde tandis que le vice-président conférait avec Vergniaud. Tout le monde s'était figé. Enfin Vergniaud se leva. " Citoyens, dit-il, vous garderez, je l'espère, un profond silence. Quand la justice a parlé, l'humanité doit avoir son tour". Il tenait un papier et sa main tremblait un peu, mais sa voix était forte quand il poursuivit : " La majorité absolue est de 361 voix, en raison des députés absents ou qui se sont récusés. 366 ont voté la mort. Je déclaré donc, au nom de la Convention nationale, que la peine prononcée contre Louis Capet est la mort".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OlivOliv   06 septembre 2014
Pas plus que Claude, Vergniaud ne croyait en Dieu ni en un Être Suprême. Il haussa légèrement les épaules. "C'est bien autre chose. Tous les révolutionnaires, et non point seulement les hommes de sang, périront, car la Révolution est à présent comme Saturne, je le répète. Il lui faut dévorer les uns après les autres tous ses fils. Nous marchons à l'échafaud, mais Danton, Robespierre, Marat nous y suivront. Et toi aussi, Mounier-Dupré. En prenant la peur et la mort comme instruments politiques, on a mis dans la Révolution un mécanisme fatal. Il ne s'arrêtera plus."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
melodbellaisamelodbellaisa   29 février 2020
Georges Jacques Danton (1759 - 1794)
guillemets Pour vaincre, messieurs, il nous faut de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace, et la France est sauvée. guillemets
Discours à l'Assemblée, le 2 septembre 1792. Les troupes du duc de Brunswick n'étant plus qu'a quelques jours de Paris.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Robert Margerit (1) Voir plusAjouter une vidéo

Aujourd'hui ont été décernés le prix Goncourt et le prix Renaudot
Le prix Goncourt a été attribué à Julien GRACQ pour "Le rivage des syrtes" et le Renaudot à Robert MARGERIT pour "Le dieu nu".
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2372 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre