AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847244808
Éditeur : Jacob-Duvernet (04/07/2013)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Le Chêne et le citronnier, deux cultures, deux hommes, deux vies au travers d une saga qui balaie le XXème siècle et ses plus grands séismes, de la boucherie de 14-18 à l effondrement de l URSS !

Eugène, grand bourgeois, est né dans les brumes du Nord. José, lui, a vu le jour sous le soleil de la Méditerranée et connu très tôt l exil pour fuir la misère. Les deux hommes traverseront les violences et les horreurs des deux guerres mondiales, les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
delfina
  31 juillet 2013
Ce roman est une très belle découverte. Quand Delphine du blog Mespetitesidées a proposé de lire le chêne et le citronnier pour en faire une critique, je me suis lancée dans l'aventure alors que ce genre de livre ne m'attire pas habituellement… Et bien, une fois commencé, je n'ai pas pu le lâcher. L'histoire croisée de José et Eugéne est intéressante car elle traverse tout le vingtième siècle. Ces deux hommes que tout oppose (le pays, la classe sociale…) vont se rencontrer trois fois au cours de leurs vies : pendant la Guerre 14-18, en Algérie quand Eugéne devra cacher des armes pendant la Seconde Guerre Mondiale et au crépuscule de leurs existences. Alors qu' Eugéne a vécu une enfance plutôt confortable dans le nord de la France, José, lui, a dû quitter Ibiza ( qui n'est pas encore devenu le lieu d'extravagances que l'on connaît mais une terre aride où la survie est difficile) avec sa famille d'accueil, direction l'Algérie. Il s'en sortira grâce à sa volonté et son enrôlement dans l'armée lui permettra d'avoir de nouvelles perspectives d'avenir. Eugéne, après avoir été blessé lors de la première Guerre mondiale (et sauvé par José), va continuer quelque temps dans l'armée, profiter de la vie et puis il va rencontrer la femme qui va l'assagir…
Dans le chêne et le citronnier, les deux arbres représentants les deux principaux protagonistes ( le père d'Eugène avait planté un chêne à sa naissance et José avait décidé de mettre un citronnier dans son jardin), Antoine-Pierre Mariano dépeint deux destins qui pourraient paraître totalement opposés mais qui plus d'une fois se ressemblent. Certes, il y a une différence de classe sociale mais chacun aura un début de vie marqué par l'absence de la mère (meurtre pour celle de José et une femme qui ne s'occupe pas du tout de son fils pour Eugéne), les deux feront 14-18 et seront marqués par l'exil direct ou indirect (José devant partir d'Ibiza puis d'Algérie et Eugéne devant éloigner sa femme et sa fille de France pendant 39-45). Leur point commun le plus important est l'amour qu'ils portent à leur famille. Ils seront prêts à tout pour elle et y trouveront les ressources nécessaires pour avancer.
L'histoire contée est donc belle et réussie. il y a de l'amour, de la haine, des secrets, les grands faits marquants du vingtième siècle. L'auteur nous offre un beau voyage dans le temps à travers José et Eugéne. le seul petit bémol est l'écriture souvent répétitive de l'auteur. En effet, Antoine-Pierre Mariano a décidé d'alterner les chapitres consacrés à chacun des protagonistes…Ce qui est un bon procédé maintes fois utilisé en littérature, mais il rappelle sans cesse ce qui s'est passé précédement au cas où le lecteur aurait oublié… Malheureusement, cela alourdit le texte. A part cette petite réserve, cette lecture a été une très bonne surprise et la fin m'a émue.

Lien : http://mapetitebibliotheque...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Loubhi
  03 août 2013
Comment traverser un XX ème siècle lourd en pertes humaines, troubles politiques, troubles sociaux, crise économique et en tirer une leçon pragmatique sur les générations de femmes et d'hommes qui ont eu l'occasion de le traverser. C'est l'entreprise d'Antoine - Pierre Mariano (journaliste et ancien rédacteur en chef du Figaro) à travers cette image de deux arbres aux caractéristiques différentes mais complémentaires, "le chêne et le citronnier" qui illustre son roman.
Le Chêne, c'est surtout le symbole d'Eugène Puisatier d'Incour, issu d'une famille très aisée de notaires, seul enfant avec sa soeur si différente de lui ayant pu traverser ce siècle alors que leur mère et le fils aîné mouraient à l'issue de la première guerre mondiale. Enfant instruit et doué mais peu aimé de sa mère et de son père, c'est la carrière militaire qui l'inspire et vers laquelle il s'oriente brillament en premier, une véritable famille pour le coup. Griévement blessé et handicapé lors du premier conflit mondial mais toujours très prévoyant c'est au coeur du ministère de la défense qu'il va ensuite s'orienter. Intuitif, célibataire et argenté c'est le temps de la belle vie parisienne d'entre les deux guerres mais très vite l'inquiétude le saisit et à la toute origine de la seconde guerre mondiale, juste marié, il prend la précaution de mettre sa femme puis sa famille à l'abri en Suisse. Foncièrement conservateur, homme de conviction, résolument hostile à tous les mouvements révolutionnaires ou de gauche, il pressent les catastrophes militaires, sociales et sociétales et va néanmoins toujours traverser l'époque en s'adaptant et en oeuvrant pour que les siens soient épargnés. Autant ses origines familiales ne lui laissent pas un grand souvenir, autant la galerie de portraits que constitue sa famille d'adoption est des plus éclectique.
Le Citronnier, c'est José Salinas, homme de tâche aux origines familiales modestes et donné à une famille d'adoption qui ne voit en lui qu'une bouche inutile à nourrir tant qu'il est enfant et une source de revenu dès qu'il est en âge de travailler. Fuyant la misère et Ibiza, tout le clan va partir vers une terre promise à l'époque pour les Espagnols ; l'Algérie.C'est dans l'amitié de Juanito qu'il va se construire, l'arrivée de la première guerre mondiale lui fait prendre la décision de s'engager et de s'y distinguer comme il va le faire aussi en revenant au civil et enchaînant les boulots manuels pour faire vivre sa famille. Subissant les difficultés de l'époque c'est par son travail et l'amitié qu'il va se forger des moments de bonheur dont il va apprécier le moindre moment. Simple élément ballotté par les événements de son siècle, c'est vers un nouvel exil au moment de la décolonisation que tout son clan reconstitué s'orientera enfin.
On le voit deux destins, à priori paradoxaux, mais pourtant intimement liés à l'occasion des périodes les plus sombres par leur rencontre ; sans l'héroïsme de l'un, l'autre n'aurait pas survécu ni pu mener ses actes de résistance. Intimement liés aussi par leur origine familiale douloureuse voîre incertaine, cette traversée du siècle va leur permettre d'y revenir et de ne pas vouloir reconduire les schémas qu'ils ont eux-mêmes vécus. Avec l'argent, la bonne situation de l'un et le courage et la volonté de l'autre,ils vont établir les générations qui les suivent.
Ce roman est une radiographie parfaitement bien rendue de la société française du siècle dernier pour celles et ceux qui accordent à L Histoire une certaine importance et analyse.
Si on peut regretter parfois des moments anecdotiques et burlesques trop lourds, ce récit est prenant et l'image sociétal à deux faces (réussite par l'argent et réussite par le travail et le courage) de notre pays est parfaitement rendue. Ici, aussi, à la manière d'un Clavel, on ne peut que constater que L Histoire et ses drames se répètent et qu'à part quelques personnages anonymes et trop rares politiques, agissant comme des sentinelles ou des avertisseurs, nos sociétés ne savent pas en retenir les leçons et ainsi éviter les écueils.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lestribulationsdunelectrice
  21 octobre 2014
Quand Marion des Editions Jacob-Duvernet m'a proposé de découvrir ce roman, j'avoue avoir hésité car ce n'est pas le genre de roman que je lis habituellement. Finalement, je suis très heureuse d'avoir accepté car j'ai passé un très bon moment en compagnie de la plume de l'auteur.
Au départ, je me suis posée des questions sur la signification du titre mais très vite tout a été plus clair et je l'ai trouvé très original.
Une fois la première page de ce roman tournée, j'ai eu beaucoup de mal à le reposer car je me suis sentie happée par cette histoire touchante et bouleversante.
J'ai beaucoup aimé les descriptions faites par l'auteur que ce soit au niveau des personnages et des descriptions surtout que ce roman se passe, à certains moments à Roubaix, ville qui n'est pas très loin de chez moi et que j'aime fréquenter de temps en temps. C'est avec plaisir que j'ai découvert le côté historique de cette ville dont j'ignorais tout.
Mais « le chêne et le citronnier » n'a pas qu'un côté historique, il a également un côté très humain et on ne peut que s'attacher à nos deux héros principaux qui vont se rencontrer trois fois au cours de ce roman. Je me suis sentie happée par leur histoire et leur parcours. Ils ont deux caractères très différents et, à chaque fois qu'ils se retrouvent, l'auteur à réussit à me surprendre car je ne m'attendais pas du tout à leur retrouvaille. J'ai préféré leur troisième rencontre car c'est celle que j'ai trouvée la plus inattendue et j'ai trouvé que c'était une très belle façon de conclure ce roman.
En bref, j'ai été conquise le côté historique et le côté humain de ce roman et je ne peux que vous conseiller de vous laisser tenter.
Lien : http://lestribulationsdunele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mamouska
  15 avril 2014
La rencontre de 2 hommes trois fois durant le XX siècle. Tout les sépare, un espagnol batard qui émigre en Algérie et qui devient soldat pour la France en 1917, un bourgeois français qui sera blessé durant la même guerre et qui sera sauvé par le premier. Leur vie et en France et en Algérie, leur 2ième rencontre durant la guerre 1940 et au final au mariage de leur petit-enfant en 1970. Et en toile de fond l'histoire, grande et petite, de ce siècle.
Commenter  J’apprécie          00
lezeromasque
  17 septembre 2013
Si le Chêne et le Citronnier m'a séduit par sa pertinence historique et sa capacité à tenir en haleine, j'ai franchement détesté le style d'écriture de Antoine-Pierre Mariano.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeFigaro   24 juin 2013
Le roman d'Antoine-Pierre Mariano ne manque pas de charme. C'est un récit charnu où la vie et la mort, les plaisirs et la souffrance sont intimement mêlés, apportant au lecteur de longues heures de lecture-plaisir.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
autres livres classés : classes socialesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1608 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre