AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369560649
Éditeur : Intervalles éditions (23/05/2018)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Aucun de nous ne savait exactement où nous allions et Dragan nous avait seulement dit de prendre des tenues décontractées et d'avoir l'air aussi négligé que possible, parce que selon lui les gens du groupe précédent étaient trop bien mis. Les Anglais s'étaient plaints qu'ils n'avaient pas vraiment l'air de réfugiés. La semaine précédente, Dragan avait fait à ma mère leur portrait au téléphone : "Ils avaient l'air de s'être habillés pour une noce !" J'imaginais mes v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
babel95
  11 novembre 2018
On imagine qu'une adolescente de seize ans, qui découvre l'Angleterre pour la première fois doit participer à un échange scolaire, ou passer une quinzaine de jours dans une famille pour perfectionner son anglais… Mais ce n'est pas le cas de Vesna. Nous sommes en 1992, et Vesna fuit la Bosnie en guerre avec sa soeur, dans un convoi humanitaire qui les conduit en Angleterre.
Le Merle bleu nous raconte le long voyage de cinq jours, l'accueil en Angleterre, puis la découverte d'une nouvelle culture, la vie à l'étranger, l'apprentissage de l'anglais (y compris l'anglais familier et les différents accents), le système scolaire - et pour une ado, cela peut être aussi, le cidre dans les pubs, les cigarettes, un premier amour.
Ce témoignage plein d'humour m'a beaucoup touchée. Vesna se demande si elle doit partir alors qu'elle en a la possibilité, si elle doit quitter sa famille, sa langue, sa culture, son enfance, ses amis. Avec courage, une grande maturité, elle fait le choix de partir.Au bout de quatre ans, Vesna obtiendra le statut de réfugiée et pourra revenir dans son pays - un pays détruit qu'on a peine à reconnaître.
J'ai beaucoup aimé l'humour de Vesna, sa façon de découvrir un pays, de s'intégrer ; c'est un message d'espoir dans des temps difficiles.
Je n'oublierai pas certains malentendus : les réfugiées ne souhaitant pas donner leur misère en spectacle, et mettant leurs plus beaux vêtements alors que le responsable du convoi les prévient que le groupe précédent n'avait pas été bien accueilli :"les Anglais s'étaient plaints parce qu'ils n'avaient pas vraiment l'air de réfugiés"... mais quel est l'air d'un réfugié ?
Une des réfugiées est médecin, et n'arrive pas à se faire comprendre en anglais - elle a recours au latin, elle expliquer les termes d'anatomie - biceps, triceps, et pénis… à son interlocuteur médusé et rougissant.
Un seul reproche : je pense que le titre est un peu difficile à comprendre pour des lecteurs francophones. Il s'agit en fait d'une référence à une chanson de Vera Lynn : there will be bluebirds over/the white cliffs of Dover/Tomorrow, just wait and see. Et en effet, les falaises blanches de Douvres représentent l'Angleterre - ce que la jeune fille aperçoit en premier de ce pays inconnu.
J'ai voulu en savoir plus - et j'ai appris que Vesna vivait désormais en Angleterre, qu'elle écrivait des guides de tourisme pour Lonely Planet.
Je remercie les éditions Intervalles et Masse Critique de Babelio de m'avoir permis de lire le merle bleu de Vesna Maric, pour en faire la critique.
Un témoignage touchant, une histoire prenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Perlaa
  13 janvier 2020
Témoignage d'une jeune fille de Bosnie en exil.
Prise en charge par une organisation humanitaire en 1992 Vesna fuit Mostar. Avec d'autres femmes et enfants elles rejoignent le Royaume-Uni.
Vesna va nous faire revivre ses premières années dans son pays d'accueil jusqu'à ses 18 ans. le récit alterne les premiers temps d'une guerre si peu prévisible à Mostar, le récit du long trajet en bus et de nombreuses saynètes descriptives qui nous disent beaucoup sur les femmes émigrées de Bosnie, sur les ravages de l'alcoolisme en Bosnie ou sur les aides humanitaires occidentales.
Partie très jeune et sans le statut officiel de réfugiée pendant 4 ans elle devra rester dans une Angleterre triste et morne. Elle saura en apprécier certains aspects mais aussi subir le regard biaisé des Britanniques, surpris par ces réfugiées trop coquettes, ayant eu une vie confortable. Vesna va se trouver face à une double injonction : s'adapter du mieux possible et souffrir du statut humiliant de victime. Elle se montrera courageuse, apprendra la langue anglaise, pratiquera des petits boulots alimentaires, nouera des relations amicales...Cela n'évitera pas la nostalgie de la Bosnie, ses chauds étés, ses habitants exubérants et la chaleur de la famille.
Cette narration n'analyse pas vraiment. Elle ne va pas suffisamment au-delà du constat. A mon goût il lui manque un peu de chair, de passion, de nerf un peu comme si les austères régions d'Angleterre avaient donné le ton.
On peut s'interroger sur le temps nécessaire pour publier cette traduction en France. Voila près de 10 ans que le livre a été publié en anglais. le sujet n'est plus vraiment d'actualité; il y a belle lurette qu'en France, à ma connaissance, les forums consacrés aux jeunes émigrés de l'ex-Yougoslavie ont pour la plupart cessé leur activité. Les jeunes sont passés à autre chose. Il reste un témoignage émouvant et toujours enrichissant d'acteurs discrets pendant cette période troublée et déjà lointaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Clem_5
  17 novembre 2018
J'ai découvert Le Merle bleu grâce à une opération Masse Critique. En plus du thème - malheureusement d'actualité - des réfugiés, ce qui m'a attiré dans ce roman c'était d'en savoir plus sur le conflit de Bosnie-Herzégovine, une région où j'ai passé mes dernières vacances. La protagoniste part ensuite vivre en Angleterre, un pays que j'affectionne particulièrement, le tout avec une écriture qui semblait étonnamment gaie pour un tel thème. Tout était réuni pour me plaire et c'est effectivement ce qui est arrivé.
Dans cette autobiographie Vesna Maric nous raconte son exil en Angleterre pendant la guerre en Bosnie alors qu'elle n'avait que 16 ans. Elle qui avait un bon niveau de vie, une famille et des amis dans son pays se retrouve sans le sou, plus ou moins esseulée et avec le statut de réfugié.
Vesna nous raconte son parcours à travers des anecdotes de son quotidien ou de celui de ses proches sans jamais tomber dans le drame. Ce qui donne des chapitres relativement courts et une très grande fluidité dans la lecture. On comprend bien que l'auteur a connu des périodes difficiles, mais son point de vue reste toujours positif. On le sent dès la lecture du résumé. Elle nous fait même souvent sourire. La jeune fille nous impressionne par l'autonomie dont elle fait preuve et sa capacité à s'adapter partout où elle va.
C'est ce qui fait du Merle bleu - référence à la chanson de Nat Burton - un livre à découvrir. J'ai beaucoup aimé la plume de Vesna Maric, une auteur que je compte bien suivre. Merci Babelio et les éditions Intervalles pour cette très belle découverte. Je le conseille vivement et ce même pour les plus jeunes. Ce roman autobiographique a tout à fait sa place au lycée. 4,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marieemmy
  18 novembre 2018
Livre magnifique dont la 4è de couverture est très parlante:
« Elles ont passé des heures à expliquer qu'habituellement nous avions tout : des lits, des draps, du linge de rechange brodé et même amidonné dans nos armoires ; des verres en cristal, des souvenirs, de la vaisselle en porcelaine, des passeports, des aspirateurs, des animaux domestiques, des goûts de luxe, des jours fériés, des odeurs, des bruits, et surtout, surtout, que nous nous aimions les uns les autres, que nous n'avions pas passé les cinquante dernières années à nous haïr en secret en attendant la première occasion de nous étriper au grand jour de la façon la plus sauvage qui fût. Elles voulaient expliquer que la guerre était une méprise, un stratagème inventé par des politiciens diaboliques, que ça n'avait rien à voir avec nous, les individus assis devant eux. »
Ce livre narre l'exil de Vesna qui fuit son pays la Bosnie lors de la guerre atroce qui sévit dans son pays. Elle part avec sa soeur et nous embarque dans sa fuite, sa découverte de son nouveau pays: l'Angleterre. Un brin d'humour parcourt l'ensemble du texte, Vesna peut paraitre un peu enfantine par ses réflexions, sa volonté de vivre sa jeunesse et son entrée dans le monde adulte? Mais il n'en est rien.... Elle est toute à fait consciente de la réalité.
Vesna essaie de trouver une parade au déracinement en compensant la perte de son pays natal par l'appropriation d'un nouveau avec ses rites, modes de vie...
Un brin décalé, une écriture puissante et pertinente.... Merci aux éditions Intervalles pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nimp
  15 octobre 2018
Merci à la maison d'éditions Intervalle et à Babelio pour m'avoir offert ce livre lors des Masses Critiques de septembre 2018.
En découvrant Le Merle Bleu, je découvre tout à la fois un auteur, dont c'est le premier roman, et une maison d'éditions, avec un esprit « se jouant des frontières » qui me plaît beaucoup.
Dans cet ouvrage, Vesna Maric décrit son exil vers l'Angleterre lorsque la guerre débute dans son pays et elle n'a que seize ans. le début de la guerre, le voyage, l'arrivée, les déboires. le regard des autres, devoir s'adapter à se statut de « réfugié », changer de langue et être pauvre.
Chaque chapitre est conçu sous la forme d'anecdotes, ce qui fait que tout en restant dans le témoignage de l'Histoire et en restant dans un thème on ne fait plus actuel, Vesna ne tombe jamais dans la pathos et mieux, nous faire sourire de ses propres déboires ou de ceux de ses voisins. On vibre avec elle, on s'indigne, on vit, tout simplement.
Un livre on ne peut plus actuel, pour nous rappeler que les réfugiés ne sont ni nés pauvres, ni bêtes et nous ressemblent beaucoup.
A lire ou à offrir les yeux fermés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
babel95babel95   10 novembre 2018
Je ne voulais pas penser au danger auquel j'allais échapper et que ma mère devrait affronter. Certes, l'ambiance était pourrie à la maison, je voulais partir. Mais si je m'en allais, est-ce que trahissais, est-ce que je les abandonnais eux tous ? Et qu'allais-je devenir ?.... Devais-je quitter ma famille, ma langue, ma culture, mon enfance, mes amis, tout ce que j'avais ? Ou devais-je rester et essayer de me battre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nimpnimp   15 octobre 2018
Au lieu de cela, nous avons trouvé par terre de petites couvertures tricotées, avec des motifs à fleurs, et par-dessus d'autres couvertures tricotées, l'ensemble constituant nos lits. Chacun regardait tout autour, un peu perdu, et la fierté des immigrés de classe moyenne fondait comme une glace dégoulinant le long de son cornet. Quelques femmes se sont assises par terre, avec leurs enfants endormis dans les bras. D'autres se sont mises à errer à proximité, essayant d'avoir l'air au courant de ce que nous étions censées faire. Une Bosnienne a trouvé un carton plein de savons et en a pris un morceau qui avait la forme d'une orange. Une Anglaise l'a vue et a bondi pour lui arracher le savon des mains : Non ! Pas manger ! Nous étions tous stupéfaits : la garce, comment avait-elle osé ? Elle ne sait pas que avons des magnétoscopes, des automobiles et des savonnettes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
babel95babel95   10 novembre 2018
There will be bluebirds over
The white cliffs of Dover
Tomorrow just wait and see.

There will be love and laughter
And peace ever after
Tomorrow, when the world is free

The shepherd will tend his sheep
The valley will bloom again
And Jimmy will go to sleep
In his own little room again

There will be bluebirds over
The white cliffs of Dover
Tomorrow, just wait and see.

Il y aura des merles bleus
Au-dessus des falaises blanches de Douvres,
Demain, tu verras.

Il y aura de l'amour et des rires
Et la paix pour toujours
Demain, quand le monde sera libre.

Le berger veillera sur ses brebis
La vallée refleurira
Et Jimmy reviendra dormir,
Dans sa petite chambre, comme avant.

Il y aura des merles bleus
Au dessus des falaises blanches de Douvres
Demain, tu verras.

Nat Burton
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
myriampelemyriampele   18 août 2018
" Si tu ne cours pas nous allons te tuer."
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : guerre de bosnie-herzégovineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Vesna Maric (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
891 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre