AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081333341
Éditeur : Flammarion (08/01/2014)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Peut-on supporter d'un mari avare et volage qu'il vous empoisonne la vie ? Non : on le tue. Peut-on, lorsqu'on est belle à se damner, supporter de vivre au sein d'une famille de nazillons misérable et malodorante dans les friches de la Lorraine ? Non: on profite de sa beauté pour s'en sortir. Angèle la meurtrière, Annabelle la prostituée de luxe ont dit non. Elles se rencontrent : coup de foudre. Elles disent alors oui, oui à l'amour, la déraison, la passion. Oui, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Aela
  09 février 2014
J'ai vu dernièrement l'émission de la Grande Librairie dans laquelle l'auteure, Héléna Marienské, a présenté son livre. J'avais été plutôt admirative devant le dynamisme et la conviction de cette jeune femme promise à une belle carrière d'écrivain.. oui mais.; j'ai été déçue; le livre ne m'a pas semblé à la hauteur de la belle présentation qui en a été faite.
Pourtant le sujet était plutôt inhabituel: en Lorraine une jeune femme prénommée Annabelle se languit dans une famille plus que bof.
Pour s'en sortir, elle devient une prostituée de luxe et va croiser le chemin d'un grand pianiste.. et ensuite, après le meutre de celui-ci, elle va rencontrer l'épouse de ce musicien, qui ne va pas tarder à tomber sous le charme d'Annabelle.
Les personnages sont bien campés; on trouve dans ce livre une bonne satyre des milieux branchés parisiens, de la Province profonde.. oui mais les traits sont finalement un peu trop grossiers et schématiques et finalement on n'y adhère pas tout à fait.
Trop d'excès dans l'écriture et cela nuit au réalisme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
littlecat
  10 novembre 2015
Angèle, une meurtrière et Annabelle, une prostituée de luxe se rencontrent et s'aiment. Deux femmes qui se libèrent de leurs chaînes à leur manière.
Autour de cette histoire d'amour, gravite un policier qui enquête sur la disparition du mari d'Angèle.
Du sexe (parfois hard), de l'humour, une écriture crue, vive et pétillante.Un roman plus érotique que policier, facile à lire mais 295 pages, c'est suffisant.
Commenter  J’apprécie          100
VanilleBL
  18 mars 2014
"Peut-on supporter d'un mari avare et volage qu'il vous empoisonne la vie ? Non : on le tue.
Peut-on, lorsqu'on est belle à se damner, supporter de vivre au sein d'une famille de nazillons misérable et malodorante dans les friches de la Lorraine ? Non : on profite de sa beauté pour s'en sortir.
Angèle la meurtrière, Annabelle la prostituée de luxe ont dit non. Elles se rencontrent : coup de foudre. Elles disent alors oui, oui à l'amour, la déraison, la passion. Oui, la femme est clairement l'avenir de la femme.
Si ce n'est qu'un flic enquête sur le meurtre du mari d'Angèle..."
Un roman fantaisiste qui mêle enquête policière aléatoire, pornographie, passion féminine, dans un style déroutant, débridé, loufoque, avec un langage parfois cru, parfois délicat, parfois lugubre, parfois déjanté. Les portraits sont ciselés, les personnages improbables et authentiques, les situations sans ambiguïtés, les attitudes directes, les mensonges vrais et les vérités variables. On est emporté dans ce tourbillon étrange et troublant, dans cette sarabande insolite et étourdissante qui nous entraine où l'on ne s'attendait pas. "Tous fantasmes autorisés."
"Quant au charme, c'est une autre affaire"...
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kpotrapeliouk
  05 avril 2016
J'ai bien aimé ce livre. C'est un roman un peu loufoque et érotique - l'histoire d'Angèle et Annabelle, respectivement épouse et escorte d'un même homme. Angèle tue et dépèce son époux sans état d'âme ; puis les deux femmes se rencontrent et tombent amoureuses. Histoire improbable, donc ; invraisemblable ; plusieurs passages sont franchement pornographiques. Plutôt réussi, selon moi, mais loin d'être génialissime.
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (2)
LesEchos   19 mars 2014
Le style et le vocabulaire, épicés et corsés à souhait, ont de la cuisse et le rire explose en bouche. Héléna Marienské s’amuse, et nous avec.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   27 février 2014
Deux pétroleuses en quête de liberté et de bonheur font fi de toute convention et vivent leur passion sans tabou. Réjouissant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
voiliervoilier   06 octobre 2015
- Allez monsieur le député-maire, montrez-moi mieux votre joli cumul, que je le punisse un peu !
- Chante-moi d’abord l’Internationale.
Sans hésiter sur les paroles, dressée nue sur ses bottes Louboutin et ravi du décor de luxe discret qui sert d’écrin à sa révolutionnaire prestation, Annabelle, le poing levé entonne l’hymne.

[…]
♪♪ L’internationale sera le genre humain ♫
...
- Bordel que c’est beau. Fais-moi les chœurs rouges.
- La ferme.
- Le Temps des cerise rien qu’un couplet, piaille-t-il en tambourinant la moquette de ses petits poings rageurs, comme un mioche mal élevé.
Un coup de pied dans le cul. Il le cherche vraiment.
- Rien qu’un peu, s’il te plait… Ou alors, La Carmagnole. Allez, va, sois bonne !
- Fesses en l’air et vite !
- Oderint, dum metuant !
- Plus haut que ça !
- Non ! Pas le micro !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
littlecatlittlecat   09 novembre 2015
Elle écrit comme un Japonais qui jouit, une fois sur deux, elle est dans le coma. Elle se jette sur la feuille comme sur un corps blanc, et parfois, dans l'effort, elle fait des bruits de bête. Elle va, elle vient, elle cherche. Au plus profond d'elle-même, elle fouille. Elle est nue. N'a peur de rien. Le monde autour d'elle peut bien s'anéantir, elle continue.
Page146
Commenter  J’apprécie          90
voiliervoilier   04 octobre 2015
- Elle veut quoi la princesse ?
- Tout, Pimpon. Ce que tu as déjà fait, et le reste.
Et Pimpon, Pimpon qu'elle avait cru si sot, développa à nouveau la thèse (le haut), l'antithèse (le bas), et aboutit à une synthèse qui lui enseigna dans un même mouvement la dialectique, le baiser des hommes, la tendresse, l'audace, l'abandon, les odeurs étranges du mâle et les paradoxes du plaisir.
Commenter  J’apprécie          80
kpotrapelioukkpotrapeliouk   05 avril 2016
Le commissaire Césari maîtrise depuis longtemps l'art japonais du bondage et connaîttous les nœuds, tous les secrets du ficelage de la femme, ceux qui magnifient son corps, donnenttoute leur plénitude à ses rondeurs et rebonds, et légitiment sans réplique sa chair. Il est enintelligence avec ces cordes si douces qui doctement passées et nouées, selon les prescriptionstransmises depuis des siècles par les maîtres de cet art érotique secret, cartographient l'érosmystérieux de la femme, font frémir sa peau veloutée, orchestrent et guident son abandon,cérémonie indispensable aux jouissances par essence complémentaires de l'esclave et de son bonmaître. L'inspecteur donc, depuis les premiers troubles que lui a naguère procurés le menottage deses premières prostituées arrêtées pour racolage, a compris l'importance d'attacher la femme, pourlui rendre ces hommages que d'aucuns verraient comme des outrages. Il s'est initié à l'art des cordesmêlées. (...)La posture est remarquable. Le nœud central se situe entre les omoplates. De là, la victimeest suspendue par le torse à une barre en inox, elle-même solidement fixée horizontalement entre lesmurs en moellons de la cave. La tête pend, chevelure éparse. Les mains sont liées derrière le dos, leschevilles ramenées en arrière vers le nœud principal, dans le dos, laissant ses plantes de piedtournées vers le plafond, offertes pour les coups de badine. Ses genoux et ses cuisses sont largementécartés, son sexe souligné. Deux cordes parallèles et plongeantes stimulent au moindre mouvementson périnée. Ces innombrables entraves remodèlent le corps nu, enserrent les seins en les tendant àl'horizontale comme des obus obscènes, pétrissent les fesses en délimitant des zones rebondies,maintiennent sans trop serrer le cou, s'associent à quelques menottes, colliers de chiens et à unbustier de cuir bordé de petites plumes. Ici et là, au gré des trous, s'insinuent des sex-toys tantôtimpassibles tantôt graduellement vibratoires. Angèle se débat et crie et supplie, mais ses plaintessont étouffées pour l'instant à un bâillon à boule fluo. Tendrement ajusté à sa mâchoire, attaché à sanuque duveteuse par les soins de l'amant dévot qui maintenant lui déclare sa flamme, un genou àterre et les bras largement ouverts, paumes au ciel, le joujou s'éclaire quand on fait l'obscurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
voiliervoilier   16 octobre 2015
- Pourquoi, monsieur Cesari ?
- Je veux la tuer. L'épouser, et la tuer
Et ces derniers mots sont à nouveau prononcés avec une infinie tendresse, les yeux clos, et pianissimo.
Commenter  J’apprécie          81
Videos de Héléna Marienské (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Héléna Marienské
Recommandation #7 Les ennemis de la vie ordinaire d'Héléna Marienské
Littérature française - 3,49/5
Un groupe d'amis réuni autour de l'excès. Et si leurs vices étaient cette insondable origine de l'amitié ? Une comédie incisive mais terriblement brillante !
autres livres classés : pornographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12988 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre