AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de LiliGalipette


LiliGalipette
  13 septembre 2015
Gunter est un joueur invétéré. Pablo est accro au sport et à l'effort physique. Jean-Charles se défonce à l'héroïne plusieurs par jour. Mariette est sans cesse en quête d'une nouvelle dose. Mylène est acheteuse compulsive. Elizabeth est alcoolique. Damien est accro au sexe. Ces sept personnes malades, chacune soumise à une addiction, sont réunies dans un groupe de parole encadré par Clarisse, thérapeute ambitieuse qui veut innover en manière de guérison. D'abord circonspects, les malades commencent à se confier. « C'est tout con, vous savez. Je veux pas crever. Je voudrais vivre, un peu au moins. » (p. 40) Avec la parole libératrice vient la prise de conscience et le début d'une camaraderie, et plus si affinités. Clarisse est rapidement dépassée par le groupe et sa volonté de guérir. Pour éponger les dettes des uns et des autres, le groupe se met au poker. « Si tu savais comme je le sens, le potentiel de notre équipe… On veut tous s'en sortir, tu vois ? / Une team pour quoi, d'abord ? C'est quoi cette histoire de team ? / Une team pour s'entraider. On travaille ensemble, on s'entraîne, on s'entraide. » (p. 208) Et voilà les sept malades qui écument les tables de jeu et les tournois internationaux.

Apprendre le poker pour se bluffer soi-même et se mentir, c'est un peu le problème de nos addicts de tous bords. Alors qu'ils luttent et échouent face à leurs dépendances, ils se découvrent des affinités et des faiblesses. Hélas, alors que le roman était d'abord attachant et drôle, il vire à l'improbable et au grand n'importe quoi. Ça commence comme un film de Claude Lelouch et ça finit comme un film de Paul Thomas Anderson. J'aime les deux réalisateurs, mais que le premier mute vers le second m'évoque plutôt le résultat d'un accident nucléaire que le dévoilement d'un super héros. Dernier point : je réagis de façon épidermique au namedropping bobochic. Désolée, zéro indulgence quand ça ne sert pas le propos.

Je garde en revanche un excellent souvenir d'un précédent texte de l'auteure, le degré suprême de la tendresse, où il est question de sexe, de fellation et de castration.
Commenter  J’apprécie          170



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (16)voir plus