AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782918597438
80 pages
Les liens qui libèrent (02/11/2011)
3.5/5   5 notes
Résumé :
La psychanalyste Sophie Marinopoulos tire la sonnette d’alarme sur la guerre des sexes qui gronde plus fort chaque jour. Propos sexistes, comportements transgressifs, abus en tout genre : plus que jamais les hommes et les femmes ne se comprennent pas.
Dans une société qui promeut l’effacement de la différence des sexes et des générations, il semble de plus en plus périlleux de se supporter dans des places différenciées porteuses d’égalité, d’accepter ce que l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Zora-la-Rousse
  15 juillet 2021
« Les petites philosophies du pénis, celles qui « confondent l'être et l'avoir, qui ne croient que ce qu'elles voient », celles qui placent la différence des sexes en dessous de la ceinture…
Suite à l'affaire DSK et la manière dont elle a été reprise dans les médias, Sophie Marinopoulos a relevé dans les réactions des uns et des autres des propos machistes générant des réactions féministes tout aussi exacerbées.
Voilà pour elle la preuve que nous perdons de vue le véritable combat à mener : « Soyons égaux et différents et non égaux et identiques. ». Car le combat féministe ne doit pas s'incarner dans une guerre d'opposition des sexes, mais bien plutôt dans une réflexion mutuelle sur l'altérité, se reposant sur la prise de parole et le dialogue.
« Le féminisme n'est pas un parti politique mais un mode de vie, de pensée, un état d'être qui se signifie chaque jour. le féminisme est une éducation précoce à la vie relationnelle, qui est transmis par les mères et les pères ensemble dans un souci commun du respect, de l'égalité, de la dignité, des droits ».
Un petit pamphlet de moins de 100 pages qui se donne pour objectif de revenir aux fondamentaux du féminisme, un peu d'histoire mais pas trop, là n'est pas le sujet. Juste remettre le combat féministe sur les rails, dans l'apaisement et en toute intelligence…
Dans un tout quelque peu hétéroclite, mêlant principes psychanalytiques, expériences professionnelles et personnelles, Sophie Marinopoulos livre là un essai intéressant sans révélations majeures sur le sujet, si ce n'est sur le thème de la maternité. Sa réflexion m'est apparue quelque peu en marge de la ligne de pensée actuelle et me motive beaucoup pour la lire sur ce sujet précis.
A suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
freewillow
  28 mai 2017
Je n'ai absolument pas été convaincu par le développement de l'auteur. JE peux avoir pas mal de sympathie avec les revendications, mais parler du sens de la domination de l'homme à travers ce qu'il a en dessous de la ceinture me paraît un raccourci fort dangereux.
Que l'on parvienne dans un livre des causes des abus de l'homme sans une fois citer les effets hormonaux - testostérone - me paraît assez débile.
Je recommande un livre découvert il y a plus de 30 ans "Brain sex". LA démonstration des différences entre hommes et femmes , tout en sachant que les 2 populations se recouvrent d'une manière Gaussienne - me semblait bien plus crédible.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   29 mai 2012
Envisager le féminisme comme revendication du droit des femmes à l'égalité et au respect en organisant la journée de la jupe, ou sans jupe, est une erreur. Ces femmes se trompent -qu'elles me pardonnent ce jugement- et donnent au féminisme une tonalité désuète. Nous avons trop ri des hommes qui pensent qu'ils portent leur masculinité, leur virilité, en dessous de la ceinture, alors ne soyons pas à leur image, ne plaçons pas notre être sur ce même niveau, et relevons un peu le nez. La jupe n'est pas plus phallique que le pénis et n'est en rien ce qui nous distingue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   29 mai 2012
Etre deux, c'est accepter la différence. Et bien plus encore, être deux, c'est renoncer à la complémentarité, à cette pensée naïve souvent entendue "qu'ensemble on ne fait qu'un". Un plus un n'est pas égal à un, jamais. C'est après, et après seulement, cette acceptation aussi mathématique qu'affective et relationnelle que peut se vivre "l'être deux", qui deviendra une force et un enrichissement.
Commenter  J’apprécie          70
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   15 juillet 2021
"Grandir, c'est se séparer", dit l'adage populaire. "Grandir, c'est renoncer à", expliquent les psychologues pendant que les psychanalystes précisent que "grandir c'est accepter les castrations symboliques successives".
Commenter  J’apprécie          30
Zora-la-RousseZora-la-Rousse   13 juillet 2021
Soyons égaux et différents et non égaux et identiques.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Sophie Marinopoulos (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Marinopoulos
Du 4 au 6 juin se dérouleront au Centre Pompidou une série d'échanges et de conversations accueillant 53 scientifiques, philosophes, économistes, juristes, anthropologues, médecins, écrivains, dont Abdennour Bidar et Corine Pelluchon, mais aussi Yannick Haenel, Delphine Horvilleur, Alain Damasio, Maylis de Kerangal, Etienne Klein ou Vinciane Despret.
À l'initiative d'Henri Trubert et de Sophie Marinopoulos, cofondateurs des éditions Les liens qui libèrent, paraîtra parallèlement une "Constitution des liens" (Les liens qui libèrent, 2021) à laquelle nos deux invités ont participé. Elle rassemble des réflexions et des propositions dans des domaines aussi divers que l'économie, l'éducation, l'écologie ou l'architecture.
Corine Pelluchon est philosophe, professeure à l'université Gustave-Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d'éthique normative et appliquée. Elle s'intéresse ainsi aux questions de bioéthique, en particulier celles du handicap et de la fin de vie, et d'écologie. Elle est l'auteure, dernièrement, de "Les Lumières à l'âge du vivant" (Seuil) et d'une "Éthique de la considération" (Seuil). Dans "La Constitution des liens", elle propose, avec Virginie Maris et Pablo Servigne, une pratique de l'écologie qui appelle à percevoir les êtres vivants non plus comme des atomes, mais comme des noeuds dans un réseau complexe d'interactions et d'interdépendances.
Abdennour Bidar est docteur en philosophie et haut-fonctionnaire, spécialiste de l'islam. Il est l'auteur, entre autres, de "Comment sortir de la religion" (La Découverte, 2012) et de "Un Islam pour notre temps" (Seuil, 2017). Il est le co-auteur, avec Philippe Meirieu et Delphine Horvilleur, de deux chapitres de "La Constitution des liens", le premier sur l'éducation et le second sur la religion. Il appelle à permettre une éducation promouvant l'association et la coopération, et à redécouvrir la force démocratique de la laïcité.
+ Lire la suite
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
429 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre