AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723492273
Éditeur : Glénat (14/10/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Un récit d’apprentissage sur les routes d’un Japon médiéval et mythologique

À l’issue de la sanglante bataille des îles de Kido qui voit la défaite des troupes de son père, le jeune Mikédi poursuit sa formation auprès du maître sabreur Miyamoto Musashi. Et parce qu’un bon guerrier ne peut se réduire à sa seule force, Mikédi va parfaire son apprentissage au palais des saveurs. Ici, 2 ans sans son maître, il apprend l’humilité en pratiquant toutes sorte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
boudicca
  07 janvier 2016
Adapté du roman de Thomas Day « La voie du sabre », « Les braises de l'enseignement » constitue le deuxième album réalisé par Mathieu Mariolle et Federico Ferniani et consacré au célèbre héros japonnais Miyamoto Musashi. Après un premier opus visuellement très impressionnant et plus que satisfaisant en ce qui concerne le scénario, le lecteur poursuit donc sa découverte de l'initiation du jeune apprenti Mikédi qui n'est manifestement pas au bout de ses peines. Car Miyamoto est un maître exigeant, et il attend de son élève qu'il maîtrise aussi bien l'art de la guerre que celui de l'amour ou encore de la cuisine. C'est l'occasion pour le lecteur d'en apprendre un peu plus sur les us et coutumes de cet Empire des Quatre Poissons-Chats, une sorte de Japon du XVIIIe teinté de fantasy dont on découvre quelques légendes et quelques traditions supplémentaires. C'est aussi l'occasion, pour les amateurs du roman original, de découvrir en image certaines des étapes les plus marquantes de la formation du narrateur telles que ses séjours au Palais des Saveurs ou encore à la Pagode du Plaisir. Dépaysement garanti !
Outre la qualité de l'univers, les scénaristes sont également parvenus à brillamment restaurer la complexité de la personnalité des protagonistes qui possèdent tous deux une large part d'ombre. Mikédi, l'ambitieux et téméraire apprenti, est un personnage assez difficile à saisir, tour à tour sympathique ou détestable, touchant ou exaspérant. Il en va de même pour Miyamoto qui, bien que toujours aussi mystérieux, se fait ici beaucoup plus attachant grâce à la sagesse de son enseignement et surtout grâce à sa volonté de toujours prendre le parti des plus faibles, quelque soit l'ennemi auquel ils se retrouvent confrontés. En dépit de la qualité du scénario et des personnages, il faut bien avouer que c'est avant tout les graphismes qui font de ce second tome une telle réussite. Les planches de Federico Ferniani sont tout bonnement sublimes et nous font sans mal pénétrer dans ce Japon du XVIIIe réinventé et peuplé de magie, de démons et de créatures étonnantes et propres à enflammer l'imagination. Tout juste pourrait-on regretter un découpage légèrement mal calibré qui fait à plusieurs reprises disparaître la fin de certaines bulles ou les bords de certaines illustrations.
Un second tome qui tient toutes ses promesses et qui se révèle une fois encore très impressionnant au niveau des graphismes. le troisième (et dernier ?) opus devrait enfin nous entraîner au coeur de la ville d'Edo, capitale de l'Empire abritant le fameux Empereur-Dragon. Voilà qui promet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Alfaric
  27 octobre 2015
Après le massacre des pêcheurs de Shô, la mort de la tisserande Akiko et du général Kaitsu, Mikadi poursuit son apprentissage de la vie dans un Japon uchronique sauce fantasy, sous la houlette de Maître Vitalis, euh pardon du légendaire ronin Miyamoto Musashi… ^^
Il passe 2 ans au Palais des Saveurs à apprendre les plaisirs de la bonne chère…
Il passe 2 ans à la Pagode des Plaisirs à apprendre tous les secrets de la chair…
Avec son maître, il combat un sorcier chinois et apprend à souffrir…
Avec son maître, il prend le parti des moines Genji-Ryo contre les armées impériales et apprend à faire souffrir…
A chaque étape, le maître demande à son élève s'il ne préfèrerait pas une vie simple et tranquille à une vie pleine de bruit et de fureur, car la vraie liberté et le bonheur véritable sont incompatibles… Mais Mikadi est plein d'ambition et de ressentiment, et si le pouvoir corrompt le pouvoir absolu corrompt absolument… C'est donc à la tête de 10000 hommes qu'il se présentera à la cour pour demander la main de Nâgâ l'Impératrice-Fille !
Brillant et époustouflant : visuellement une des BD les plus stylée que j'ai jamais lue ! le premier tome était déjà superbe, mais Luca Saponti remplace Jean-Paul Fernandez à la colorisation et la série gagne encore en qualité... Chaque planche voire chaque case est une invitation à l'aventure, et pourrait devenir un poster XXL du plus bel effet !!!
A la limite c'est presque dommage de donner vie à ce conte philosophique plutôt que d'aller carrément vers l'epicness to the max d'une véritable saga Katana & Sorcery (genre "Legend of the Five Ring" ou la légende de la femme samouraï Tomoe Gozen !). Car après tout dans le roman original Thomas Day / Gilles Dumay passait à la moulinette la féodalité japonaise pour nous réaliser la version grimdark du "Candide" de Voltaire. Ah ça, l'auteur aime le sexe et la violence, voire fantasme sur le sexe violent et le BDSM, donc on fait la part belle à Eros et Thanatos, notamment avec un amour cannibale dans « la légende du dernier repas du seigneur Chikuzen Nobushiro » dessinée par Richard Guérineau. Mais ici il faut bien avouer que la mise en scène de l'érotisme comme c'est du bellicisme sont brillantes !
Et puis il y a aussi cette double planche sublime mettant en parallèle les exploits des hoplites de Léonidas contre l'Empire Perse et les exploits des samouraïs de Takezaki Suenaga contre l'Empire Mongol ! J'en ai encore le vertige…
Un bémol ? Quand on voit les projets de couvertures dans le cahier graphique, on se demande quelle mouche a piqué l'éditeur pour choisir de choisir la moins bonne, qui est déjà très bien ! (C'est vous dire le souffle épique dégagé par les couvertures refusées…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
bran_601
  10 novembre 2015
Un tome 2 dans la lignée du premier et qui frise l'excellence en fait, Federico Ferniani qui assure quasiment tout seul au dessin fait preuve une nouvelle fois de génie visuel.
Poétique et sensuelle, sanglante et violente, chaque planche est une pure tuerie graphique, en gros çà claque !
Au niveau de l'histoire çà avance plutôt bien, Mikedi poursuit son parcours initiatique sous la houlette d'un Miyamoto plutôt absent mais qui laisse son élève entre de bonnes mains afin de poursuivre un enseignement sur la Vie et ainsi pouvoir se rapprocher de l'état d'esprit nécessaire pour s'ouvrir à la voie du sabre.
Dans ce tome Mikedi ne s'ennuie pas vraiment, il fait un plongeon vertigineux vers une vie adulte et de labeurs, il fait l'expérience d'une amitié qui se transforme tel un papillon en amour pour finalement prendre conscience que sa voie ne pourra être qu'une route pavée de sacrifices.
Il apprend à s'abreuver jusqu'à plus soif des plaisirs de la chair, devient expert en matière des sens et en même temps s'élève au-dessus de la tentation et de la passion.
Il y a une forme de déshumanisation de la perception dans l'apprentissage de la voie du sabre et le final du volume amène le jeune homme à cet instant fatidique où il se confronte à un choix et en cela découle l'expérience de la guerre.
Si l'élève ne devient pas le maitre il semble s'émanciper de l'aura tutélaire de Miyamoto, ce dernier commence d'ailleurs à prendre la mesure de la force qu'il a créé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
Auracan   28 décembre 2015
Ce deuxième album installe un peu plus l'histoire et prépare, à n'en point douter, un final des plus flamboyants.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   13 novembre 2015
Dense, bien écrit et visuellement impactant, ce second tome séduit et se termine sur une promesse de tension alléchante.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   29 octobre 2015
Les maîtres sont comme toute chose, ils s’émoussent avec le temps.
Commenter  J’apprécie          100
AlfaricAlfaric   26 octobre 2015
Les négociations sont les remparts des faibles.
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   28 octobre 2015
Rien de grand ne s’accomplit sans folie.
Commenter  J’apprécie          120
robert7robert7   20 novembre 2015
Tu peu t'emprisonner dans le bonheur, renoncer à ta liberté pour une geisha ou une souillon déflorée par tes soins.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Mathieu Mariolle (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Mariolle
(BD) La chronique de Jean-Edgar Casel - Blue Note
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr