AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782283029350
208 pages
Éditeur : Buchet-Chastel (14/01/2016)
4/5   1 notes
Résumé :
La vie sur Terre est aujourd'hui entrée dans une sixième extinction de masse.
Si la crise contemporaine de la biodiversité soulève de nombreux défis scientifiques et techniques, ceux-ci ne doivent pas masquer des enjeux plus fondamentaux concernant la place des humains dans la nature et leurs responsabilités à son endroit.
Car les réponses des écologues, des ingénieurs et des économistes ne servent à rien si nous n'avons pas au préalable posé les bonne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Haulle
  06 avril 2021
Biodiversité, un mot relativement récent (1986) et aujourd'hui très présent dans notre vocabulaire pour essayer d'appréhender le vivant qui nous entoure, ces êtres non-humains qui constituent cette nature avec laquelle nous entretenons un rapport si complexe et désormais déviant, sans laquelle nous ne pourrions être et rappelons-le quand même, dont nous sommes membres à part entière et issus.
Mais alors qu'est-ce exactement que la biodiversité, comment la décrire, comment l'évaluer, la comprendre, comment la respecter et la protéger, mais aussi et surtout pourquoi ?
Au pied levé, dans l'époque qui est la nôtre, ces questions ne semblent plus induire de doutes, chacun(e) s'emploierait répondre que oui, il faut protéger la biodiversité, c'est notre patrimoine, notre environnement.
Mais après avoir dit cela, en s'y attardant de plus près, les véritables raisons qui nous animent, s'avèrent des plus subtiles. Souhaite-t-on protéger la rareté, les paysages, les ressources, ce que nous aimons, ce dont nous avons besoin ? Devons-nous être juste bienveillant, gestionnaire, humble, exploitant raisonné ? Sommes-nous à part ou inclus dans cette biodiversité ?
Ce livre tente d'explorer toutes ces dimensions et les réponses sont surprenantes, ou tout du moins, naturellement plus philosophiques et donc diverses que blanches ou noires.
A noter que l'auteure fait un constat plutôt rare dans le domaine, la philosophie environnementale doit être proche du terrain et accepter d'évoluer avec l'expérience et cela m'a beaucoup plu car un des aspects qui tend à rendre rébarbatif la philosophie est cette dimension conceptuelle et éloignée de nos quotidiens. Or, une philosophie ne devrait rien faire d'autre que de répondre à nos questions et de les rendre les plus accessibles et proches de nos réalités. C'est en cela que j'aime la philosophie, mais cela demande un travail de défrichage conséquent.
Dans ce livre, des réponses intéressantes sont proposées et on découvre une auteure humble, qui accepte d'appréhender les limites de l'exercice, nous partage toute la richesse des réflexions existante en la matière, nous ouvre les yeux sur un large spectre de questions en lien avec la biodiversité et nous rappelant que celle-ci est le fruit d'une très longue évolution et qu'il convient d'admettre que notre conception du vivant évolue aussi. Nous progressons donc mais l'urgence reste bien réelle.
A lire en ce détachant de la dimension académique de certains propos, ce n'est pas grave de devoir relire parfois trois fois certains paragraphes, c'est justement le propre d'un livre qui n'est pas un objet de consommation, on peut y revenir, faire une pause, s'attarder sur quelques lignes, avancer, et même abandonner, ce n'est pas grave, un livre avance avec nos ressentis, à notre rythme.
Merci à Virginie Maris pour ce beau travail de compilation des savoirs sur un sujet si fondamental qui n'est ni plus ni moins que celui de notre avenir sur Terre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
HaulleHaulle   02 décembre 2019
Penser la biodiversité comme un patrimoine culturel que nous aurions la responsabilité de léguer à nos descendants peut être un bon moyen de sensibiliser le public. Il faut cependant nous garder de ne considérer la diversité du vivant que sous l'angle des plaisirs esthétiques qu'elle procure, au risque de reléguer les véritables défis environnementaux de notre époque à quelques esthètes, et de laisser aux historiens de l'art le soin de compter les extinctions. p 125
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HaulleHaulle   26 mars 2021
Tous les éléments de la biodiversité ne contribuent peut-être pas directement au bien être humain, mais il est impossible de prévoir au delà de quel niveau de dégradation des pertes supplémentaires pourraient faire basculer le système actuel dans un état extrêmement dégradé incompatible avec l'idée que l'on peut se faire d'une vie décente.
Pour reprendrez la célèbre métaphore d'Ann et Paul Ehrlich, les espèces sont comme les rivets d'un avion dont nous serions les passagers : bien qu'il soit possible de poursuivre notre voyage avec quelques rivets en moins, à tout moment, le perte d'un rivet supplémentaire peut provoquer l'écrasement de l'engin. p107
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HaulleHaulle   05 avril 2021
Les valeurs n'étant plus considérées comme des objets fixes et indépendants de l'expérience, il faut s'attendre à ce qu'elles évoluent, et les intuitions comme les valeurs des différents agents moraux, le philosophe y compris, sont susceptibles de changer au cours du processus. p215
Commenter  J’apprécie          40
HaulleHaulle   05 avril 2021
La gestion des ressources naturelles et la protection de la biodiversité, bien que toutes deux relatives à la façon dont nous interagissons avec l'environnement, ont des portées très différentes. Alors que la première se contente d'établir quels sont les meilleurs moyens d'obtenir ce que l'on désire déjà, la seconde nous invite à réévaluer nos préférences et à repenser les valeurs que nous attribuons à la nature, aux êtres vivants et à nous mêmes. p213
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
HaulleHaulle   31 mars 2021
Et si la plus grande valeur de la biodiversité était cette occasion qu'elle donne aux êtres humains de sortir du repli sur eux-mêmes, de prendre conscience de la communauté qu'ils forment avec les non-humains, de repousser les frontières de la moralité au de-là de l'espèce ? Et si la valeur de la biodiversité pour les êtres humains c'était justement de leur montrer ce qu'elle vaut pour elle-même ? p130
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Video de Virginie Maris (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Maris
Du 4 au 6 juin se dérouleront au Centre Pompidou une série d'échanges et de conversations accueillant 53 scientifiques, philosophes, économistes, juristes, anthropologues, médecins, écrivains, dont Abdennour Bidar et Corine Pelluchon, mais aussi Yannick Haenel, Delphine Horvilleur, Alain Damasio, Maylis de Kerangal, Etienne Klein ou Vinciane Despret.
À l'initiative d'Henri Trubert et de Sophie Marinopoulos, cofondateurs des éditions Les liens qui libèrent, paraîtra parallèlement une "Constitution des liens" (Les liens qui libèrent, 2021) à laquelle nos deux invités ont participé. Elle rassemble des réflexions et des propositions dans des domaines aussi divers que l'économie, l'éducation, l'écologie ou l'architecture.
Corine Pelluchon est philosophe, professeure à l'université Gustave-Eiffel, spécialiste de philosophie politique et d'éthique normative et appliquée. Elle s'intéresse ainsi aux questions de bioéthique, en particulier celles du handicap et de la fin de vie, et d'écologie. Elle est l'auteure, dernièrement, de "Les Lumières à l'âge du vivant" (Seuil) et d'une "Éthique de la considération" (Seuil). Dans "La Constitution des liens", elle propose, avec Virginie Maris et Pablo Servigne, une pratique de l'écologie qui appelle à percevoir les êtres vivants non plus comme des atomes, mais comme des noeuds dans un réseau complexe d'interactions et d'interdépendances.
Abdennour Bidar est docteur en philosophie et haut-fonctionnaire, spécialiste de l'islam. Il est l'auteur, entre autres, de "Comment sortir de la religion" (La Découverte, 2012) et de "Un Islam pour notre temps" (Seuil, 2017). Il est le co-auteur, avec Philippe Meirieu et Delphine Horvilleur, de deux chapitres de "La Constitution des liens", le premier sur l'éducation et le second sur la religion. Il appelle à permettre une éducation promouvant l'association et la coopération, et à redécouvrir la force démocratique de la laïcité.
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
359 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre