AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782737344817
Editions Ouest-France (04/03/2008)
3.68/5   37 notes
Résumé :
La tradition populaire orale est une richesse essentielle du patrimoine de l'humanité. Longtemps méprisés ou méconnus, les contes et récits légendaires colportés par voie orale au cours des siècles nous ont conservé la mémoire de nos ancêtres. Collectés depuis le XIXe siècle et aujourd'hui heureusement réhabilités, ces contes et récits, par leur authenticité, leur marginalité et leur actualité jamais démentie, nous font mieux comprendre notre civilisation et comment... >Voir plus
Que lire après Contes et légendes des pays celtesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique

Jean Markale nous propose un panorama des contes et légendes de la Bretagne armoricaine, d'Irlande, d'Ecosse et du pays de Galles.
Longtemps méprisés ou méconnus, les contes et récits légendaires colportés par voie orale au cours des siècles nous ont conservé la mémoire de nos ancêtres. Collectés depuis le XIXe siècle et aujourd'hui heureusement réhabilités, ces contes et récits, par leur authenticité, leur marginalité et leur actualité jamais démentie, nous font mieux comprendre notre civilisation.
Les pays celtes sont à cet égard d'une importance exceptionnelle par la synthèse que leur tradition opère entre le rêve et la réalité, le réalisme et le fantastique le plus échevelé. Et il convenait d'ajouter aux pays qui parlent encore une langue celtique, l'Irlande, l'Ecosse, le pays de Galles et la Bretagne armoricaine, d'autres terres marquées par les celtes, en particulier la Cornouailles britannique, la Galice espagnole et la Wallonie des Ardennes belges.
Par ces contes et récits, c'est l'esprit des Celtes qui renaît dans une Europe qui ne peut se réaliser qu'en fonction de ses racines culturelles.
Commenter  J’apprécie          00
L'un des plus beau que j'ai lu. Il réuni les traditions de plusieurs régions dont on ne soupçonnait même pas qu'elles étaient d'origines celtes.
La taille peut rebuter mais il va très vite à lire car les histoires sont très courtes et plaisantes.
J'avais peur d'un essai sur le monde celte quand je me suis enfin décidé. Ça m'apprendra à juger avant de lire.
Commenter  J’apprécie          22
Dans ce livre, Jean Markale nous fait voyager. Il nous fait part de nombreuses histoires venant du Pays de Galles, d'Irlande, de Bretagne ... Entre nous, je n'en connaissais aucun et j'ai vraiment apprécié certains d'entre eux, à part ceux qui font référence au Roi Arthur et Merlin. Ces contes, ces récits légendaires peuvent être une grande source d'inspiration et permettre de développer des histoires assez similaires pour toutes personnes qui aiment aborder le genre de récit fantastique, fantasy ou légendaire. C'est vraiment un livre agréable à parcourir.
Commenter  J’apprécie          00
Bien qu'un peu "léger" en terme d'analyse ou de profondeur des textes proposés, on retrouve ici la volonté de Markale de nous en donner pour notre argent : un catalogue très dense de légendes et contes celtiques ... un bon livre qui manque un peu de profondeur donc !
Commenter  J’apprécie          10
Dans ce recueil, Jean Markale réunit plus de cinquante contes provenant des quatre coins du monde celtique. Chaque histoire est suivie d'une note de l'auteur expliquant un peu le contexte et les origines du conte. C'est souvent intéressant bien que très succinct.

J'ai apprécié ce livre pour son côté documentaire. On découvre notamment que dans le monde celte continental (Bretagne, Wallonie, Galice) les légendes ont évolué au contact du Christianisme alors qu'en Grande-Bretagne, elles ont conservé un aspect plus païen, plus proche de leurs racines.

D'un point de vue purement littéraire, par contre, je suis resté sur ma faim. Les contes sont très courts (quatre pages en moyenne) ce qui, bien souvent, ne m'a pas permis d'entrer dans l'histoire
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Le patrimoine culturel de l'humanité est ce qui rattache celle-ci à ses origines et à son destin, mais son extrême diversité est le témoi­gnage le plus probant que l'être humain est à la charnière de la créa­tion universelle. Dans quelle mesure ? Nous n'en savons rien : tout ce que l'on peut dire, c'est que chaque respiration, chaque geste, chaque pensée sont autant de degrés parcourus sur la mystérieuse échelle qui va de la terre au ciel et du fini à l'infini. Ce patrimoine, qu'on pourrait aussi bien appeler «matrimoine» pour rendre hommage à la Terre-Mère, c'est la Mémoire de l'humanité, parcellisée et dispersée, mais qui, par cela même, en a acquis plus de richesse et de puissance. Car le paradoxe veut que plus une chose est complexe, plus elle est capable d'engendrer du nouveau, «enfer ou ciel, qu'importe !» comme avait dit superbement Baudelaire en une sorte de délire prophétique.
Or, cette Mémoire de l'humanité n'est qu'une accumulation de données, d'informations recueillies au cours des millénaires, et qu'il convient donc d'activer, d'actualiser, d'incarner en quelque sorte à chaque génération. Et si la connaissance officielle, largement répan­due dans les écoles et les universités, est une base essentielle pour toute recherche ultérieure, il n'en reste pas moins vrai que le savoir populaire, sous-jacent et marginal parce que bien souvent diffusé par voie orale, fait partie intégrante de ce patrimoine culturel. Il en est même l'âme : il réunit en lu ? tout ce que l'expérience et la réflexion ont apporté à l'esprit humain depuis que celui-ci a pris conscience de son existence.
Commenter  J’apprécie          20
À l'aube du troisième millénaire, voué à d'intenses bouleverse­ments de tous ordres, il devient urgent d'entreprendre cette quête d'identité. Quelle que soit notre origine, nous avons tous une filiation, et celle-ci non seulement nous explique, mais elle nous justifie : si, dans ce qu'on appelle le «concert des nations», chaque participant n'apporte pas sa propre spécificité, toute tentative d'unification risque de demeurer une construction vide et sans âme. C'est d'une subtile synthèse de différences que naît une authentique civilisation.
Il n'est question, aujourd'hui, que de «faire l'Europe». Or, l'Eu­rope n'est plus à faire puisqu'elle existe depuis plus de deux millé­naires. Il s'agit seulement d'en faire surgir les composantes, les­quelles avaient été longtemps ignorées, pour ne pas dire méprisées. On a trop mis l'accent sur le rôle exclusif de la source gréco-latine de la civilisation occidentale, en effet, et cela au détriment de toutes les autres sources, pourtant bien réelles, qui ont contribué à nourrir d'innombrables générations en quête de savoir. Et parmi celles-ci, la source celtique n'est pas des moindres, puisque, vers le Ve siècle avant notre ère, les peuples qu'on appelle les Celtes occupaient une grande partie de l'Europe et y ont laissé des traces durables, tant sur le terrain que dans les esprits.
Commenter  J’apprécie          20
Longtemps méprisé parce que d'apparence naïve et échappant à tout contrôle d'une rationalité qui finit par tourner à vide, ce savoir populaire est pourtant l'authentique mémoire d'une humanité qui se cherche à travers ses épreuves, ses doutes, ses espoirs et ses angoisses. Ce qu'on a appelé le folklore, et qu'il est préférable de nommer «savoir populaire», est peut-être à l'heure présente la seule façon qu'ont les femmes et les hommes de retrouver leur identité à travers une civilisation technologique qui les méprise et les rabaisse au rang d'exécutants passifs.
Commenter  J’apprécie          40
Il faut reconnaître que cette occultation de l'apport celtique est due en grande partie au fait que les Celtes, pour diverses raisons, n'ont pas laissé de documents écrits, du moins avant l'âge d'or du monachisme irlandais, donc à une époque relativement tardive. Mais la principale caractéristique de la civilisation celtique était d'être orale. Et c'est une tradition orale qui a traversé les siècles, transmise de génération en génération, et qui se retrouve encore actuellement dans l'immense domaine des contes populaires, cela dans toute l'Europe, et plus particulièrement dans les régions où l'implantation celtique a été la plus forte.
Commenter  J’apprécie          20
Le cœur empli de joie, Kenneth se précipita. Les lueurs de l'aube étincelaient maintenant sur toute la terre. Kenneth dévora du regard la jeune fille qui lui tendait les bras. Mais il s'arrêta net, figé par la stupeur : Riona avait les cheveux blancs comme une neige dans la prairie, un matin d'hiver.
– Enfin ! s'écria Riona, enfin te voici mon bien-aimé ! Après trente années d'attente dans les pires angoisses !
À ces paroles, Kenneth faillit s'évanouir. Tout à coup il se sentit faible et misérable, tel un vieillard qui peut à peine marcher. Il tendit les bras et murmura :
– Riona ! Riona ! comment est-ce possible ?
Ils pleurèrent longtemps dans les bras l'un de l'autre. S'ils avaient vieilli, leur amour était toujours ardent.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Markale (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Markale
POÉSIE MÉDIÉVALE – Qu’est-ce que BROCÉLIANDE ? (France Culture, 1993) L’émission « La matinée des autres », par Jacqueline Kelen, diffusée le jour de noël 1993 sur France Culture. Invités : Jean Markale, Claudine Glot, Philippe Le Guillou, Pierre Dubois, Patrik Ewen et Jean Thos.
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (132) Voir plus



Quiz Voir plus

Monstres de la mythologie grecque

Je suis une créature hybride, mi-homme mi-cheval.

Le Minotaure
Le Centaure
La Cavale
La Manticore

12 questions
3443 lecteurs ont répondu
Thèmes : monstre , mythologie grecque , créatures mythologiques , mythologie , mythesCréer un quiz sur ce livre

{* *}