AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782277111177
J'ai lu (01/01/1961)
3.82/5   86 notes
Résumé :
Toute paysanne indienne le sait : la pluie, c'est la vie.
C'est le riz qui pousse, les enfants bien nourris qui rient et jouent dans la cour, quelques roupies qu'on peut mettre de côté en prévision d'un mariage, le spectre de la peur qu'on chasse pour un temps de sa cabane. Une année sans pluie, c'est la terre qui se fissure, les plants de riz qui s'étiolent, les enfants aux ventres ballonnés qui n'ont même plus la force de pleurer, la peur qui revient s'inst... >Voir plus
Que lire après Le Riz et la moussonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 86 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
De retour d'un 2ème voyage en Inde, j'ai eu envie de relire ce livre que j'avais étudié en classe de 4ème.
Bien que l'histoire se déroule dans les années 1950, la réalité d'aujourd'hui n'est pas loin. La pauvreté est toujours présente, surtout dans les campagnes.
"Le riz et la mousson" c'est l'histoire de Rukmani qui vit en Inde du Sud. A 15 ans, elle se marie, et quitte sa famille pour vivre avec son mari dans une hutte . Elle apprend à cultiver la terre, le riz, les potirons, les épices, récupérer de la bouse de vache pour se chauffer...
Elle aime cette vie , cette quiétude. Elle aime la terre, elle la sent, la respire.
A travers ce livre, on partage la vie d'une paysanne qui se bat avec son mari pour faire vivre sa famille au rythme des cultures et des moussons.
Même si l'essor économique va créer un grand décalage avec les traditions et susciter la peur du changement, et une véritable angoisse, l'amour du village et de la terre demeure.
Un intéressant témoignage livré par cette auteure qui nous fait voyager au coeur de l'Inde traditionnelle, un livre plein de saveurs, d'humanité, écrit avec douceur, et poésie.
Commenter  J’apprécie          261
Découvert en lecture suivie, en 5e, il y a.... j'ignore comment l'idée était venue à ma prof de nous faire lire ce livre, mais c'était la vie, la vie d'adulte sans détour ou cache-misère qu'elle nous offrait avec cette lecture.
Kamala Markandaya parle de l'Inde comme Pearl Buck parle de la Chine dans la Mère. On lit le désespoir des paysans qui ne peuvent vivre de leur terre, le désespoir des familles sans le fils qui les portera lorsqu'ils seront vieux, et le chemin qu'on prend, lorsque tout est perdu, même les amis, vers la ville, ou plutôt les bidonvilles.
Son héroïne est héroïque au sens fort et propre du terme, inutile d'ajouter qu'on ne s'imagine même pas aller aussi loin dans le sacrifice... pourtant, il n'y a là rien de trop, rien d'exagéré ou de romantiquement exacerbé dans ce récit : c'est la vie. Dure.
Commenter  J’apprécie          162
Voici un récit poignant sur le destin d'une paysanne indienne. Que dire à part que son existence n'est qu'une lutte pour la survie avec ici et là quelques brefs rayons de soleil?
Mariée très jeune à un paysan, elle va partager avec lui le dur travail des champs. Leur vie est rythmée par les saisons et les aléas climatiques: une pluie qui arrive trop tard rime avec récolte détruite, famine et toutes les misères qui l'accompagnent (maladie, endettement etc…). En plus, ces paysans ne sont pas propriétaires donc doivent encore verser une sorte de loyer quel que soit l'issue de leur récolte.
Leur vie de famille est compliquée par la pauvreté et la misère : la famille unie et aimante se désagrège au fur et à mesure que les vicissitudes de la vie les frappent coup par coup, chaque coup plus violent que le précédent. Ces fils quittent le domicile familial sans plus donner de nouvelles, sa fille par nécessité se prostitue, certains de ces enfants décèdent sous ses yeux etc.
L'auteur évoque aussi certaines traditions qui tournent autour des conditions des femmes: les mariages des filles à un très jeune âge, le versement de la dot lors d'un mariage d'une fille qui entame le patrimoine familial, le sort qui attend une femme si elle est stérile, l'importance d'avoir des fils chez une femme indienne etc.
On peut dire que Rukmani est chanceuse car elle a un mari qui la respecte. Mais est-ce le cas pour tous ces milliers de femmes indiennes, mariées par le biais d'entremetteurs à des hommes qu'elles ne connaissent même pas et qu'elles n'aiment pas ? Certaines peuvent tomber hélas sous la coupe d'un homme violent ou alcoolique!
Le style d'écriture est agréable, doux et plein de sensibilité. Je suis sortie de ce livre admirative pour le courage de ce couple. Même quand ils ne restent plus rien, ils ont cette furieuse envie de vivre, de se battre et de continuer malgré tout.
Ce livre, très réaliste, est le quotidien de milliers de personnes, pas seulement en Inde mais dans tous ces pays où règnent la pauvreté et la misère. A mettre entre toutes les mains pour apprécier notre chance de pouvoir croquer la vie à pleines dents !

Lien : https://leslecturesdehanta.c..
Commenter  J’apprécie          95
La vie d'une paysanne indienne Rukmani dans l'Inde du Sud. Une belle histoire qui montre la lutte pour la vie, dans ce pays où tout dépend de la culture du riz.
Commenter  J’apprécie          140
Rukmani vit dans un état du Sud de l'Inde après la seconde guerre mondiale. La vie est très difficile pour les petits paysans de la région suspendue aux caprices de la mousson et aux risques de famine. pourtant, malgré la pauvreté, cette vie est remplie d'amour pour ses enfants, pour son mari. Une jolie chronique sociale sans prétention, pleine d'humanité.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
- Il ne faut pas pleurer, mon amour. Il faut se résigner à l'inévitable.
- Chut, dis-je. Repose-toi, tu vas aller mieux.
- Il suffit que j'étende la main, dit-il, pour sentir le froid de la mort. Veux-tu me prendre dans tes bras quand le moment sera venu ? Je suis en paix. Ne pleure pas.
- Si je pleure, dis-je, ce n'est pas sur toi, c'est sur moi, mon bien-aimé, comment pourrai-je supporter l'existence sans toi qui est mon amour et ma vie?
- Tu n'es pas seule, dit-il. Je vis dans mes enfants.
Il se tut. Puis je l'entendis murmurer mon nom et je me penchai vers lui.
- Nous avons été heureux ensemble, n'est-ce pas ?
- Toujours, mon amour, toujours.
- Tout se précipite, dit-il. Etends-toi un peu à côté de moi.
Je mis mon visage contre le sien : son souffle caressait ma joue, doux et léger comme un pétale de rose ; puis il soupira, comme de fatigue, et tourna vers moi son visage ; et c'est ainsi que s'enfuit son âme si tendre et que la lumière s'éteignit dans ses yeux.

561 - [J'ai Lu n°117, p. 243]
Commenter  J’apprécie          120
La nature est comme un animal sauvage que vous avez dressé à travailler pour vous. Aussi longtemps que vous êtes sur vos gardes et que vous avancez avec prudence et réflexion, elle vous accorde son aide; mais détournez les yeux un instant, soyez distrait ou insouciant, elle vous prendra à la gorge.
Commenter  J’apprécie          220
Oubliez ce qu'on dit et ce que vous avez appris.
Il n'y a pas de grandeur dans le besoin, ni dans la résignation.
Il gisait sans bouger, comme un oisillon blessé ; épuisé, les lèvres desséchées et parcheminées, le corps incapable de continuer la lutte.

Je regardais la campagne autour de moi, et ce spectacle rendit la vie à mon âme épuisée.
Commenter  J’apprécie          100
Je profitai des loisirs que j'avais maintenant pour me remettre à écrire. C'était mon père qui m'avait appris à lire et à écrire. Les gens prétendaient qu'il l'avait fait parce qu'il voulait que ses enfants soient supérieurs aux autres ; c'est possible, mais je suis certaine aussi qu'il savait qu'il m'assurait ainsi une consolation dans l'affliction et une joie dans la tranquilité. Il avait mis à instruire ses six enfants - j'étais la plus jeune d'une dizaine d'années - la patience qu'il apportait à toutes choses. " Travaille bien" me disait-il en me regardant m'occuper avec l'ardoise et le crayon. " Qui sait quelle dote tu auras quand le moment sera venu ! "
Ma mère disait : " Une fille n'a pas besoin d'être savante. A quoi tout cela servira-t-il quand elle aura à s'occuper de son mari et de bons gros garçons."

562 - [J'ai Lu n°117, p. 18]
Commenter  J’apprécie          30
La nature est comme un animal sauvage que vous avez dressé à travailler pour vous. Aussi longtemps que vous êtes sur vos gardes et que vous avancez avec prudence et réflexion, elle vous accorde son aide ; mais détournez les yeux un instant, soyez distrait ou insouciant, elle vous prendra à la gorge.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Kamala Markandaya (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kamala Markandaya
Payot - Marque Page - Christine Raguet - Le grand barrage
autres livres classés : littérature indienneVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (246) Voir plus



Quiz Voir plus

Le textile en s'amusant

Savez-vous quelle est la plus ancienne fibre textile dérivée du pétrole ? Indice : cette matière a rapidement pris sa place dans l'histoire du vêtement féminin.

le nylon
le feutre
le ramie

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Thèmes : textile , Textiles et tissus , industrie , plantations de coton , culture générale , vêtements , habillement , détente , maillot de bain , laine , humour , Chanvre , confection , Fibres textiles , laine , grande-bretagne , histoire , indeCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..