AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Renaud (Traducteur)Catherine Renaud Buscall (Traducteur)
EAN : 9782253172574
411 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (06/11/2002)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Stockholm.
Une semaine avant Noël.

Une explosion réveille la capitale. En proie aux flammes, le nouveau stade olympique s'effondre. Quelqu'un s'est forcément introduit dans l'enceinte pour piéger l'édifice. Pourtant, aucune alarme ne s'est déclenchée, aucune porte n'a été forcée.

Annika Bengtzon se rend sur les lieux, accueillie par le vent glacé et les sirènes de secours. Et par un cadavre, impossible à identifier, pulvérisé par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
kielosa
  01 octobre 2017
Je me demande sérieusement comment les Scandinaves font pour avoir tant d'auteurs de thriller de valeur ? À croire qu'au programme de l'enseignement secondaire en Suède, en Norvège, au Danemark et en Islande figure la matière "Thrillerologie" : Comment écrire un livre à suspense ? Qui plus est, ils sont tellement nombreux qu'ils pourraient organiser des compétitions interscandinaves. Si la Suède domine avec ses 9,9 millions d'habitants, le Danemark (5,7 m.) et la Norvège (5,2 m.) ne se laissent pas intimider pour autant. Même la petite Islande, 321 milles habitants, ne se donne pas vaincue, ne fût ce que grâce à 2 de ces citoyens : Arnaldur Indriđason et Yrsa Sigurdardóttir. J'ai par pure curiosité pris ma calculatrice et j'arrive au résultat suivant : la Scandinavie (c'est à dire ces 4 pays) totalise 21,1 millions d'habitants et battent sûrement en pourcentage les États-Unis, 325 millions, mais également l'Allemagne, 83, l'Angleterre, 65, et même la France, avec 67,5 millions d'habitants. Et le nombre d'auteurs de thrillers n'y fait qu'augmenter !
À part la quantité, il y a aussi la qualité, me direz-vous. Mais qui, de chez nous, peut sérieusement se mesurer, dans ce domaine spécifique, à un Henning Mankell, Stieg Larsson, Karin Fossum, Jo Nesbø, Håkan Nesser, Jussi Adler-Olsen, David Lagercrantz, Mons Kallentopf, Karin Alvtegen, Sara Blædel, Arne Dahl, Leif Davidsen, Kjell Eriksson, Carin Gerhardsen, Péter Høeg, Anne Holt, Camilla Läckberg, Jens Lapidus, Unni Lindell, Kristina Ohlsson, Roslund & Hellström, Sjöwall & Wahlöö, Johan Theorin, Jorun Thörring, ....etc..etc.... ?
Et des explications relatives au climat - les longues nuits d'hiver - ne sont pas de nature à me convaincre. Que faites vous alors des Russes avec leurs 147 millions d'habitants et 1 (une) créatrice de thrillers un peu sérieuse, Alexandra Marinina ? En faisant abstraction de Boris Akounine, qui s'est spécialisé dans des aventures d'histoire-fiction. de même pour l'argument des programmes de télé rasoirs, dont ces pays n'ont sûrement pas le monopole. Bref, il n'y a pas d'explications satisfaisantes. Ça reste une énigme !
À moins qu'ils aient tous eu comme consigne que leurs héros doivent être intégrés dans la société où ils vivent. Donc pas de surhommes, qui appartiennent à un autre genre, celui de la science-fiction ou au règne de la fantaisie. Pas de flics playboys aux armes sophistiquées et qui gagnent à tous les coups. Plutôt des commissaires et inspecteurs, pères de famille, inquiets du niveau des taxes et aimant les matches de football à la télé. Des gens comme vous et moi , qui se creusons la cervelle, en cas de crime sur des questions comme : qui, comment et pourquoi !
Liza Marklund (°1962) en est un exemple type. Son héroïne, Annika Bengtzon idem dito. Elle est journaliste pour un grand quotidien, a des démêlés avec collègues et chefs, un mari volage et 2 gosses. Et elle ne peut échapper aux heures supplémentaires et aux problèmes administratifs. Quand enfin, tout est plus ou moins en ordre, voilà que surgisse un crime, qui bouleverse son petit monde. Il y a, certes parfois, des lenteurs dans ses récits : un mari insupportable, des gosses qui veulent l'impossible, la babysitter qui se fait attendre, la maîtresse d'école qui veut lui parler etc... Mais mêmes ces moments morts n'ennuient pas et la rendent plus véridique. Tout comme ses sauts d'humeur, qui font d'elle un personnage authentique, voire même sympathique.
La méthode Marklund est relativement simple : son héroïne, chargée de suivre crimes et justice pour son journal, reçoit un coup de fil et apprend qu'un corps suspect vient d'être découvert et c'est parti. Appel à la police, visite des lieux, interrogation de potentiels témoins... Car Annika mène sa propre enquête le plus souvent au grand mécontentement des enquêteurs officiels. Simple et efficace. La valeur de cette approche est essentiellement basée sur l'analyse de la société dans laquelle elle évolue avec sa curiosité type de journaliste fureteuse et sceptique.
De Liza Marklund j'ai lu 11 thrillers jusqu'à présent et celui que je préfère est son tout premier : "Deadline" de 1998. J'ai gardé une certaine nostalgie de cette oeuvre, probablement parce qu'il s'agissait aussi de la découverte d'un nouveau talent au firmament. Je n'irai pas jusqu'à prétendre que c'était son chef-d'oeuvre. J'ai aussi fort apprécié son "Le loup rouge" de 2003 et son "Le testament de Nobel", paru 10 ans plus tard.
Une boutade de Liza Marklund a fait le tour du monde : "Il n'y aura pas de révolution, l'humanité l'a échangé contre du Coca-Cola et de la télévision par câble."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          468
ladesiderienne
  08 janvier 2014
CHALLENGE ABC 2013/2014 (13/26)
Permettez-moi, de vous confier ici un évènement important de ma vie : moi (enfin ma modeste personne), grande amoureuse du livre papier que j'ai toujours eu grand plaisir à feuilleter, à en corner les pages et à marquer d'annotations en tout genre (lorsqu'il m'appartient bien sûr), et bien je vous avoue mon infidélité. Voilà, c'est dit ! "Deadline" est ma première lecture version numérique. Et malheureusement, une véritable déception.... la nouvelle technologie utilisée, auquel je m'habituerai sûrement, n'y est pour rien mais c'est mon choix qui n'a rien eu de stratégique.
Ce polar suédois m'a terriblement ennuyé, non pas à cause du style d'écriture assez simplissime, ce sont plutôt les noms des différents protagonistes qui m'ont donné du fil à retordre. Évidemment, il n'était pas pensable qu'ils s'appellent Martin ou Dupont mais entre les Jansson, Johansson, Britt, Berit Nilsson ou Danielsson, j'ai failli m'arracher les cheveux. Après tout, nous sommes à Stockolm, j'ai donc fait un effort pour m'intégrer. Un attentat ayant eu lieu dans le futur stade olympique faisant une victime, la charismatique présidente du comité, Christina Furhage, nous allons donc suivre les aventures d'Annika Bengtzon, journaliste, qui va, manu militari, tenter de débusquer le coupable allant jusqu'à se jeter, corps et âme, dans la gueule du loup.
Les sujets évoqués auraient pu me plaire. L'auteure y parle des difficultés pour une femme de gérer de front vie privée et vie professionnelle et soulève aussi l'épineuse question des droits et devoirs des journalistes. Doit-on franchir toutes les limites au nom de la liberté d'information ? Comment protéger l'entourage des personnes dites "publiques" ?
Il m'a été cependant impossible d'accrocher à cette enquête noyée au milieu des querelles intestines, jalousie et mesquinerie diverses entre collègues de bureau et les difficultés d'une mère de deux enfants pour gérer à la fois ses soucis familiaux et ses responsabilités au travail. Entièrement traitée du point de vue journalistique, je n'y ai trouvé aucun rythme. Je ne vous parle pas du tueur, ou plutôt si, je vous révèle quand même qu'il parle aux bâtiments : comprenne qui pourra !
Comme auteurs suédois, entre Stieg Larsson (plus recherché) et Camilla Lackberg (plus originale), on peut trouver mieux, à mon humble avis, bien sûr. 8/20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Joe391211
  24 juin 2013
C'est la première fois que j'ai l'occasion de lire un thriller scandinave et je dois dire que pour cette première expérience, je suis conquise.
Tout d'abord, j'ai adoré la plume de l'auteur qui se laisse lire sans aucun souci. Il n'y a pas du tout de longueurs au niveau descriptions et ça c'est un énorme point positif pour moi.
Ensuite, les personnages sont attachants surtout Annika et son mari. J'aime beaucoup le fait que l'auteur décrive Annika avec ses forces et ses faiblesses. C'est une personne très courageuse et qui en veut mais qui peut aussi en avoir marre et craquer. Je trouve que ça la rend encore plus proche du lecteur. Il est facile de s'identifier à elle. Pour Thomas, j'aime le rôle qu'il joue dans l'aventure en étant là sans être omniprésent. Les voir tous les deux dans leur vie de tous les jours en parallèle avec l'enquête donne une plus grande impression de réalité au livre.
Enfin, en ce qui concerne l'histoire, elle est très bien ficelée. Il n'y pas vraiment de temps mort. le seul petit moment où je me suis demandée où j'allais c'était au début car j'avais un peu de mal à m'y retrouver dans toute cette ambiance journalistique. Mais heureusement, cela ne dure pas et quand les événements commencent à s'enchaîner, je n'ai plus pu lâcher ce thriller qui m'a menée à une fin qui n'est pas exceptionnelle mais qui tient la route.
En résumé, j'ai beaucoup aimé ce thriller que je conseille vivement car même s'il n'est pas parfait, il fait passer un excellent moment entre suspense et émotion.

Lien : http://lecturesmagiquesetfee..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
orbe
  02 juin 2013
Une explosion a lieu au futur Stade Olympique de Stockholm. Un mort est retrouvé déchiqueté. attentat terroriste, règlement de compte au sein de l'organisation des J.O. ou encore piste personnelle? Nous suivons l'enquête menée par Annika Bengtzon, journaliste responsable de la rubrique criminelle pour "La presse du soir". Cette jeune femme récemment promue est tiraillée entre sa passion pour son métier, les conflits que génère sa promotion et sa vie de famille. Mais lorsque Anika se rapproche dangereusement de la vérité, les événements se précipitent...
Un nouveau thriller au pays du froid qui évoque de façon intéressante la place des femmes dans la société d'aujourd'hui et des luttes qui leur faut mener pour être respectées. L'intrigue est bien construite et nous nous attachons à cette nouvelle héroïne.

Lien : http://0z.fr/qfhsx
Commenter  J’apprécie          140
SylvieBelgrandReims
  04 août 2019
" La femme qui allait bientôt mourir franchit prudemment la porte et jeta un rapide coup d'oeil dehors."
Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand un roman commence comme ça, je n'ai qu'une envie : le dévorer.
C'est ainsi que je me suis retrouvée à nouveau embarquée dans une nouvelle aventure palpitante de Annika Bengtzon. Je suis définitivement fan de cette série qui a pour héroïne une journaliste suédoise qui doit mener sa barque dans un milieu professionnel très macho, et une vie de famille pas toujours très simple. Et c'est sans compter tous les dangereux cinglés en activité dans sa ville !
À découvrir absolument si vous ne connaissez pas encore.
#lecture #livres #chroniques #DeadLine #LizaMarklund #NetGalleyFrance #Hachette
Le Quatrième de couverture :
Stockholm, une semaine avant Noël. Une violente explosion détruit une partie du stade olympique en chantier. Parmi les débris, la police retrouve les restes déchiquetés d'une femme, et parvient à identifier Christina Furhage, la charismatique présidente du Comité olympique suédois. Pour sauver les Jeux qui doivent avoir lieu en Suède l'été suivant, il faut parer à un nouvel attentat et mettre très vite la main sur le ou les coupables. Journaliste à La Presse du Soir, le grand quotidien suédois, Annika Bengtzon, chargée des affaires criminelles, première appelée sur les lieux, décide de mener sa propre enquête. Aussi se met-elle à fouiller le passé de la victime, que celle-ci a tout fait pour garder secret derrière des apparences de femme idéale. Les conclusions qu'Annika Bengtzon va tirer de son enquête ne sont pas faites pour lui gagner la sympathie de ses collègues, ni celle du meurtrier qui décide d'enlever la journaliste... L'héroïne de cette série policière, mariée et mère de deux jeunes enfants, tente, comme bien des femmes, de concilier sa vie familiale et son travail, où ses succès lui valent une jalousie croissante de la part de ses collègues masculins. le regard porté sur la réalité sociale et professionnelle fait l'originalité de ce polar nouvelle vague à la suédoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   31 décembre 2013
Le plus bel amour est toujours impossible. Il doit mourir quand il est au plus fort, tout comme la rose a pour seule chance d'être cueillie à l'apogée de sa splendeur. Une fleur séchée peut répandre la joie pendant de nombreuses années. Un amour rapidement brisé est à même d'envouter les gens pendant des siècles.
Son mythe est aussi irréel et irréaliste qu'un orgasme éternel.
Commenter  J’apprécie          100
orbeorbe   02 juin 2013
Un : qui est mort dans la tribune? Le grand article de demain, qui peut être constitué de plusieurs papiers. Deux : l'enquête policière. Trois : le point de vue des J.O. Quatre : comment ça a pu se produire? Cinq : le chauffeur de taxi, que personne ,'a encore interrogé. Il a peut-être vu ou entendu quelque chose?
Elle regarda ses collaborateurs et vit leurs réactions.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2017
Le plus bel amour est toujours impossible. Il doit mourir quand il est au plus fort, tout comme la rose a pour seule chance d’être cueillie à l’apogée de sa splendeur. Une fleur séchée peut répandre la joie pendant de nombreuses années. Un amour rapidement brisé est à même d’envoûter les gens pendant des siècles.
Son mythe est aussi irréel et irréaliste qu’un orgasme éternel.
Il ne faut pas le confondre avec une affection sincère. C’est tout autre chose. Il ne « mûrit » pas, il se fane et il est remplacé, dans le meilleur des cas, par la chaleur et la tolérance, mais le plus souvent par des exigences informulées et des rancœurs. Ceci est valable pour tous les types d’amour, aussi bien entre les sexes, les générations et sur les lieux de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2017
Il m’arrivait de mettre un morceau de sucre sur la fourmilière. Les fourmis raffolaient de ce cadeau, et je riais de les voir se jeter dessus et l’entraîner dans les profondeurs. À l’automne, quand il commençait à faire froid et que leur activité ralentissait, je fourrageais avec un bâton dans la fourmilière pour les activer. Les adultes se mettaient en colère en voyant ce que je faisais : je sabotais le travail des fourmis, je détruisais leur demeure. Aujourd’hui encore, je me rappelle le sentiment d’injustice qui était le mien alors, je ne leur voulais pas de mal, je ne faisais cela que pour m’amuser, je voulais accélérer un peu le rythme de leur petite vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2017
Il y avait bien des façons de se débarrasser de quelqu’un, et il les connaissait pratiquement toutes. Quand la décision était prise, par qui que ce soit, on en informait le reste du personnel. Les réactions internes étaient presque toujours positives. Il était rare que quelqu’un contraint de démissionner parvienne à conserver une certaine popularité. Ensuite on rendait l’information publique, et si la personne en question était quelque peu connue, les médias entraient en jeu. Ou bien ils la soutenaient massivement, ou bien ils savouraient le drame et s’écriaient : « Vous l’avez bien cherché ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : suèdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de FEMMES auteurs de romans policiers

LA grande dame du polar : (Les) Dix petits nègres, Le crime de l'Orient-Express, Mort sur le Nil... Christie...

Julia
Alicia
Anna
Agatha

10 questions
491 lecteurs ont répondu
Thèmes : prénoms , auteurs différents , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre