AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226396462
Éditeur : Albin Michel (28/03/2018)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Cinquième étage de la faculté de droit d'Athènes, section de criminologie. Anghélos Kondylis, doctorant en criminologie, découvre le corps sans vie de la professeure Irini Siomou... avant d'être tué à son tour. Chargé d'enquêter sur ce double meurtre, Christophoros Markou, jeune capitaine fraîchement diplômé, entre dans l'univers secret de l'Université : un effrayant dédale où s'entrelacent ambitions professionnelles, compromissions, lâchetés et vanités. Markou trou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sl972
  06 mai 2018
Tout commence au cinquième étage de la faculté de droit d'Athènes, où se situe la section de criminologie. Un doctorant en criminologie, Anghélos Kondylis, découvre le corps sans vie d'une des professeurs, Irini Siomou, avant d'être lui-même assassiné. Christophoros Markou, capitaine venant tout juste d'être diplômé de la même faculté et de la même section, est chargé d'enquêter sur le double meurtre.
Le professeur Siomou était détestée par tous ses collègues, le doctorant n'avait pas que des amis et la section de criminologie cache beaucoup de secrets. Autant dire que les suspects sont nombreux… Et il ne faut pas non plus oublier une hiérarchie qui veut une résolution rapide de l'enquête.
Le capitaine Markou, que nous découvrons dans ce premier roman, est un personnage intègre, qui ne sans laisse pas compter que ce soit par sa hiérarchie ou ses suspects, qui sont aussi ses anciens professeurs. On retrouve un détective à la Hercule Poirot, qui n'hésite pas à réunir tous ses suspects pour leur révéler les moindres détails de l'enquête et annoncer solennellement le nom du coupable. Cela change des romans policiers actuels, qui ont des intrigues plus complexes et sont moins dramatiques dans la révélation du mystère.
En résumé, un premier roman très prometteur, qui captive facilement, qui ne lasse pas et qui est écrit dans un style fluide qui nous pousse à lire jusqu'au dernier mot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
delphp
  22 mai 2018
J'ai rencontré Christos Markogiannakis, auteur grec, donc, à Quais du polar cette année, et c'est un homme tout à fait charmant.
J'avais entendu le plus grand bien de son premier livre, un essai traitant du meurtre dans l'art (Scènes de crime au Louvre: une enquête criminartistique aux éditions le Passage).
Après réflexion, en tenant compte de mes limites en terme d'art pictural, j'ai préféré choisir son roman, tout juste sorti de presses, et bien mal m'en a pris...
Bon, me direz-vous, le titre aurait dû m'alerter et ma bonne âme me perdra, mais, à ma décharge, la quatrième de couverture n'était pas rebutante:
Faculté de droit d'Athènes, un beau matin de février, deux cadavres sont découverts dans les couloirs du 5ème étage, consacré au département de criminologie: celui d'une professeure, Irina Siomou, à la personnalité controversée, et celui de Anghélos Kondylis, unanimement considéré, lui, comme un bon camarade, et un étudiant prometteur.
Christophoros Markou, jeune capitaine de police, et ancien étudiant (comme de par hasard) du master de criminologie proposé par ladite faculté de droit d'Athènes, est dépêché sur les lieux et se lance dans une enquête haletan... dans une enquête.
A la lecture du résumé, il est certain qu'on ne s'attend pas à un roman révolutionnant le genre, mais plutôt à quelque chose de bien, bien classique.
Sans surprise on retrouve donc la construction agathachristienne par excellence: meurtre/étude des personnages/révélation.
Moi a priori ça ne me gêne pas le moins du monde, à la condition néanmoins que d'une part la psychologie des personnages soit suffisamment étayée et que, d'autre part, l'auteur soit capable de construire son roman de telle sorte qu'il puisse tenir le lecteur dans une heureuse et confiante confusion.
Et c'est là que le bât blesse.
Au delà de la prévisibilité du dénouement (environ dès la page 20 en ce qui me concerne), le récit traîne en longueur et l'absence de profondeur du personnage de l'enquêteur, dont on ne nous dit quasiment rien, lasse assez rapidement.
Comme toujours, le fond aurait pu supporter quelques flottements si la forme avait été la préoccupation principale de l'auteur, mais là encore, aucun miracle ne se profile.
L'écriture est plate, sans envergure et provoque parfois des moments de très grande gêne comme lorsque l'auteur écrit:
"La dernière chose qui lui passa par la tête en cet instant-là ne fut ni une pensée fulgurante, ni un souvenir d'enfance surgi des tréfonds de l'oubli, encore moins les sons ou les images qui composent le film d'une existence: ce fut une balle."
...
Personnellement j'ai failli tourner de l'oeil...
Et malheureusement tout le roman est à l'avenant: on comprend bien ce que l'auteur a voulu faire, mais ça tombe toujours un peu à côté, dommage.


Lien : https://chatpitres.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
arnaudsanchez
  10 mai 2018
Un vrai policier où l'intrigue est sans cesse relancée par les profils des différents protagonistes et par le talent de l'auteur. Hâte de lire les épisodes suivants.
Commenter  J’apprécie          10
cdelorean
  22 avril 2018
Bravo!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Qui avait pu assassiner, avec la même arme, en plein cœur de la fac de droit, deux individus qui selon toute apparence n’avaient rien d’autre en commun que leur domaine de recherche et leurs collègues du saint des saints de la criminologie ? C’était d’ailleurs peut-être par là qu’il fallait commencer, sinon, comment expliquer que les deux meurtres avaient été perpétrés dans ce couloir, comment expliquer le choix des victimes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Ses yeux s’attardèrent sur le cinquième étage, où il avait suivi la formation destinée aux « professionnels » du crime.
Avec quatre collègues, policiers comme lui, et une petite quinzaine d’avocats, psychologues, juges et sociologues, il avait choisi ce programme afin de « plonger au cœur de la criminalité contemporaine. Formes, évolution, solutions ». Ajouté à la notoriété de la faculté et de ses enseignants, considérés comme parmi les plus compétents d’Europe sur le sujet, cette formation avait éveillé en lui de grandes espérances – démesurées, comme la suite l’avait montré.
Une fois dans le bain, les choses s’étaient révélées bien différentes, du moins pour l’homme d’action qu’il était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Sam commença à me soulever et à me baisser alors qu'il avançai ses hanches, tout en me baisant. Il passait désormais à l'action. Son désir de jouir était féroce et il me prit sauvagement, en me pinçant et en tirant sur mes tétons.
Avec sa bouche sur mon cou, Sam gémit, je sentis sa queue durcir et s'enfoncer en moi juste avant qu'il ne jouisse. J'étais juste là avec lui, si chaud, si nécessiteux, si prêt à céder à mon propre plaisir, mais je ne pouvais rien faire. Je ne pouvais pas y arriver, même si j'essayais de déplacer mes hanches. J'étouffai un soupir de plaisir et en même temps de frustration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Vous savez, dans la vie il y a des choses qu’on ne contrôle pas, auxquelles on ne s’attend pas. Même quand on est quelqu’un de rationnel, qui ne laisse absolument rien au hasard, comme moi. À l’époque de notre amitié, Irini avait fait la connaissance d’un jeune homme. Il n’y avait encore rien de très sérieux entre eux, vous comprenez, à l’époque les choses se passaient différemment. Un jour, elle me l’a présenté, elle voulait avoir mon avis. Bon, je ne vais pas entrer dans les détails : un an plus tard, cet homme et moi nous nous sommes mariés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Même si entre eux il n’y avait rien eu de plus qu’un flirt, elle l’a très mal pris. Elle m’a accusée de trahison, je lui avais volé son amour, elle ne me le pardonnerait jamais, ce genre de choses. Et c’est ce qui s’est produit. À partir de ce jour-là elle n’a jamais raté une occasion de me chercher des noises, de créer des tensions, y compris professionnelles depuis une dizaine d’années, quand elle a intégré notre équipe. La situation s’est évidemment aggravée le jour où j’ai pris en charge la direction du département.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christos Markogiannakis (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Markogiannakis
Le 7 mai 2017, Christos Markogiannakis était l'invité de Bernard Thomasson sur "France Info" pour évoquer son ouvrage "Scènes de crime au Louvre".
autres livres classés : Athènes (Grèce)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Christos Markogiannakis (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1389 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre