AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226396462
Éditeur : Albin Michel (28/03/2018)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Cinquième étage de la faculté de droit d'Athènes, section de criminologie. Anghélos Kondylis, doctorant en criminologie, découvre le corps sans vie de la professeure Irini Siomou... avant d'être tué à son tour. Chargé d'enquêter sur ce double meurtre, Christophoros Markou, jeune capitaine fraîchement diplômé, entre dans l'univers secret de l'Université : un effrayant dédale où s'entrelacent ambitions professionnelles, compromissions, lâchetés et vanités. Markou trou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  05 septembre 2018
C'est la curiosité qui m'a fait commencer ce livre , un roman policier grec … je crois que c'est mon premier !
Anghélos Kondylis ( étudiant doctorant brillant ) , avait tout pour lui , mais pas de bol, il est arrivé au mauvais moment au mauvais endroit et ...Pffff, il est passé de vie à trépas après avoir buté sur un cadavre , celui d'une professeure qui était détestée par tous ses collègues . Le capitaine Markou (de son prénom , Christophoros) est chargé de trouver le meurtrier de la fac de droit.
Ne prenez pas ce roman pour être dépaysés et voyager, toute l'action se passe quasiment dans les bâtiments de la fac , avec une petite incursion dans un café , un minuscule trajet de nuit dans les rues d'Athènes , et peut-être une vision panoramique et en plan large du bureau couvert de papiers du capitaine Markou . Ce roman pourrait être une pièce de théâtre . Le décorateur aurait carte blanche puisqu'il n'y a pas de "vue" sur la ville, les descriptions de lieux sont inexistantes et hormis les noms et prénoms des personnages , je n'ai en aucune façon , eu l'impression d'être en Grèce…
Il est fait référence une fois, à la crise financière que traverse ce pays, grâce au gardien de l'école qui précise qu'il bosse de 7h du matin à 23h , mais qu'il ne se plaint pas , il pourrait être plus mal loti, au moins , il n'est pas au chômage lui...
Tout est centré sur les dialogues et nul besoin d'avoir lu toute l'oeuvre d' Agatha Christie pour voir qu'un hommage est fait à Hercule Poirot.
Interrogatoires et réquisitoire final, à la mode belge , avec tous les suspects réunis dans la même pièce, la rate au cour bouillon en train de se faire éliminer un par un de la liste des suspects.
C'est un roman policier plein de bonne volonté mais qui n'a pas la "carrure internationale", si je puis le formuler ainsi . Pour moi, il y a un cruel manque de descriptions.
C'est un roman qui ne donne pas envie d'étudier ou d'être prof à la fac de droit car au cinquième étage on s'écarte beaucoup du droit chemin !
PS: et petit clin d'oeil …
A la fin du roman , l'auteur remercie Stéphane Bern et Michel …. De Grèce (ça ne s'invente pas !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
La_Bibliotheque_de_Juju
  23 avril 2019
Athènes. Ses temples. Son acropole. Son tzatziki. Et sa faculté de droit.
Christos Markogiannakis nous propose de pénétrer dans l'enceinte de la faculté et de suivre le capitaine Markou dans une enquête plutôt académique sur les traces d'un double meurtre, au cinquième étage de l'illustre université.
L'auteur, lui-même diplômé de criminologie dans la fameuse faculté, sait de quoi il parle et nous entraîne dans ses couloirs où se cachent bien des secrets. Il ouvre les portes en grand et nous dévoile les petits secrets et les rivalités qui gangrènent cet univers.
Il faut s'habituer aux divers noms à rallonge des protagonistes aux sonorités grecques mais une fois plongé dans l'enquête, on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
On suit donc l'enquêteur, Markou, lui-même ancien élève de la faculté maudite qui va s'attacher à résoudre le sac de noeud ! L'enquête se fait à l'ancienne, avec de longs interrogatoires qui m'ont rappelé une certaine Agatha Christie. Markou, comme son homologue belge, fait travailler ses cellules grises mais à la grecque ! Jusqu'au dénouement final qui réunit tous les suspects pour un exposé des faits.
Nous avons donc là une trame de facture classique pour un roman policier qui se lit sans déplaisir mais ne révolutionne pas non plus le genre. le fait qu'il se passe à Athènes est finalement peu marqué, l'intérêt résidant surtout dans les coulisses du microcosme du petit monde universitaire, principale originalité du sujet.
Pour les amateurs de romans policiers à l'ancienne, les autres risquent de moins apprécier le voyage.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
musemania
  22 avril 2019
Au titre évocateur d'une faculté de droit, je me devais de m'y plonger. C'était en quelque sorte un petit retour aux sources pour moi qui aie fréquenté les bancs de l'université et plus particulièrement, ceux de la faculté de droit de Louvain-la-Neuve pendant plus de 5 ans. Voilà déjà 9 ans que j'en suis sortie diplômée d'un master de droit et les années filent décidément à tout allure.
Tout commence par le meurtre d'une professeur, détestée tant par ses collègues que par ses étudiants, et d'un doctorat charismatique dans les couloirs sombres du département de criminologie de la faculté de droit d'Athènes tard dans la nuit. le capitaine Markou est dépêché le lendemain sur les lieux et commence alors une enquête qui risque de dévoiler tous les sombres secrets des membres de ce petit microcosme qu'est le monde universitaire avec ses rivalités, ses jalousies et ses coups tordus.
Une des choses que j'ai vraiment apprécié dans ce livre a été de pouvoir voyager jusqu'en Grèce et plus particulièrement, jusqu'à Athènes car c'est dans les couloirs de la faculté de droit de cette ville qu'on atterrit grâce à ce roman policier. Je l'ai trouvé entouré d'une atmosphère tout à fait particulière et savoureuse. Je pense que c'était mon baptême du feu en matière de littérature grecque et il a été tout à fait réussi.
Le jeune auteur Christos Markogiannakis est lui-même diplômé de cette faculté et a utilisé sa propre expérience pour en planter son décorum. J'ai trouvé qu'il misait beaucoup sur son capitaine et sur l'enquête au sens traditionnel du terme, sans que les technologies (malgré leur aide inépuisable apportée de nos jours aux enquêtes policières) n'interviennent à tout moment, ce qui est particulièrement appréciable pour parfois être dépaysant.
Alors que je suis en pleine période en ce moment de nombreuses lectures de polars et de thrillers en tout genre, je l'ai trouvé un peu plus original que d'autres par une atmosphère assez rétro, notamment par la personnalité tout à fait atypique de son protagoniste principal, le capitaine de police Markou. J'ai parfois eu l'impression de me retrouver en plein roman d'Agatha Christie et de son infatigable détective Hercule Poirot. Il ne manquait plus que la pipe, le chapeau et la moustache à ce cher Markou pour combler l'illusion. le final en la scène de la révélation de l'auteur des crimes a de nombreux points communs avec la littérature de cette très chère et talentueuse auteure anglaise qu'était Agatha Christie.
J'espère que cet auteur n'en restera pas là et nous comblera, nous lecteurs, d'autres aussi bonnes lectures.
Lien : https://musemaniasbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
sl972
  06 mai 2018
Tout commence au cinquième étage de la faculté de droit d'Athènes, où se situe la section de criminologie. Un doctorant en criminologie, Anghélos Kondylis, découvre le corps sans vie d'une des professeurs, Irini Siomou, avant d'être lui-même assassiné. Christophoros Markou, capitaine venant tout juste d'être diplômé de la même faculté et de la même section, est chargé d'enquêter sur le double meurtre.
Le professeur Siomou était détestée par tous ses collègues, le doctorant n'avait pas que des amis et la section de criminologie cache beaucoup de secrets. Autant dire que les suspects sont nombreux… Et il ne faut pas non plus oublier une hiérarchie qui veut une résolution rapide de l'enquête.
Le capitaine Markou, que nous découvrons dans ce premier roman, est un personnage intègre, qui ne sans laisse pas compter que ce soit par sa hiérarchie ou ses suspects, qui sont aussi ses anciens professeurs. On retrouve un détective à la Hercule Poirot, qui n'hésite pas à réunir tous ses suspects pour leur révéler les moindres détails de l'enquête et annoncer solennellement le nom du coupable. Cela change des romans policiers actuels, qui ont des intrigues plus complexes et sont moins dramatiques dans la révélation du mystère.
En résumé, un premier roman très prometteur, qui captive facilement, qui ne lasse pas et qui est écrit dans un style fluide qui nous pousse à lire jusqu'au dernier mot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RomansNoirsEtPlus
  24 avril 2019
Dans cette Faculté de Droit d'Athènes et plus particulièrement dans le Département de Criminologie on a plutôt l'habitude de parler de crimes, d' en faire des thèses que d'en voir en vrai . C'est donc avec la plus grande stupeur que l'on découvre ce jour-là , au cinquième étage de l'immeuble , les deux corps sans vie d'une professeure et d'un élève doctorant fraichement débarqué de Paris. Difficile pour le capitaine Markou , ancien élève du cru et chargé de mener l'enquête , de comprendre les réelles motivations qui se cachent derrière ces crimes . Certes la professeure Irini Siomou n'était guère appréciée par ses collègues mais de là à l'assassiner ! Quant à Anghélos Kondylis, le jeune bellâtre, né avec une cuillère d'argent dans la bouche , que tout réussissait et que ses professeurs portait aux nues . C'est encore plus incompréhensible.
Mais Markou sait pertinemment que le diable se cache souvent dans les détails et que la technique d'interrogatoire personnalisé est souvent la meilleure pour tenter de les découvrir . Des détails ou des motifs qui peuvent paraitre anodins voire insignifiants mais qui peuvent avoir été suffisants pour pousser à l'acte criminel l'un des protagonistes. Et les motifs, le policier va vite le découvrir, ne manquent pas parmi la faune qui peuple le Département quel que soit leur rang ou leur position sociale : jalousie , vengeance , appât du gain , ambitions gâchées , secrets compromettants , rancoeurs ou déloyauté . Un beau bestiaire prêt à tout pour garder sa place au soleil coûte que coûte quitte à commettre l'irréparable.
Un premier roman plutôt réussi où l'on tente, comme le capitaine Markou, de débusquer le vrai du faux derrière les témoignages des différents personnages qui n'ont rien d'autre à cacher que la vérité, aussi dure soit-elle. L'écriture est parfaitement fluide, sans faux rythme, le scénario sans fausse note. Quant à ce final à la Agatha Christie il est totalement réjouissant , transformant momentanément le capitaine en Hercule Poirot laissant habilement , voire cruellement, mariner son auditoire comme ses lecteurs afin que la surprise de la découverte du coupable soit la plus totale et la plus implacable .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   03 septembre 2018
Respirer un bon coup. Décider d'arrêter de gamberger, sinon ça va être comme dans les dessins animés, boum, avec la tête qui éclate comme une pastèque. Exactement ce qui est arrivé, à l'autre. Boum. Le crâne en morceaux, les cheveux , le sang et la cervelle qui giclent à trois mètres. Partout.
Commenter  J’apprécie          222
iris29iris29   04 septembre 2018
Tu comprends bien que lorsqu'on tient le mobile, on tient le chemin vers le coupable. Que ce soit un boulevard bien éclairé ou un sentier dans la jungle à ouvrir à la machette.
Commenter  J’apprécie          130
iris29iris29   03 septembre 2018
Je suis perdue. Tu me diras , c'est normal, ce n'est pas mon job, je ne suis pas flic, mais putain, j'ai lu des dizaines de livres sur la nature humaine et le crime, j'ai dévoré des bibliothèques entières de polars, ça devrait bien servir à quelque chose, non ?
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Qui avait pu assassiner, avec la même arme, en plein cœur de la fac de droit, deux individus qui selon toute apparence n’avaient rien d’autre en commun que leur domaine de recherche et leurs collègues du saint des saints de la criminologie ? C’était d’ailleurs peut-être par là qu’il fallait commencer, sinon, comment expliquer que les deux meurtres avaient été perpétrés dans ce couloir, comment expliquer le choix des victimes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   04 avril 2018
Ses yeux s’attardèrent sur le cinquième étage, où il avait suivi la formation destinée aux « professionnels » du crime.
Avec quatre collègues, policiers comme lui, et une petite quinzaine d’avocats, psychologues, juges et sociologues, il avait choisi ce programme afin de « plonger au cœur de la criminalité contemporaine. Formes, évolution, solutions ». Ajouté à la notoriété de la faculté et de ses enseignants, considérés comme parmi les plus compétents d’Europe sur le sujet, cette formation avait éveillé en lui de grandes espérances – démesurées, comme la suite l’avait montré.
Une fois dans le bain, les choses s’étaient révélées bien différentes, du moins pour l’homme d’action qu’il était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christos Markogiannakis (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Markogiannakis
Christos Markogiannakis - Scènes de crime à Orsay
autres livres classés : Athènes (Grèce)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1727 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..