AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782847423563
206 pages
PASSAGE (20/04/2017)
4.24/5   21 notes
Résumé :
Bienvenue au Louvre, un univers où, sur toile, dans le marbre ou l'argile, le meurtre est présent dans chaque recoin du musée...
En appliquant les principes de la criminologie et de l'histoire de l'art pour une analyse " criminartistique ", Scènes de crime au Louvre se propose d'étudier et d'interpréter un choix d'une trentaine d'œuvres d'art. Toutes sont d'époques et de styles très différents, mais toutes, des amphores de la Grèce ancienne aux peintures fran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 21 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

missmolko1
  14 mai 2021
Un seul mot : Passionnant !
Christos Markogiannakis me surprend à nouveau avec cet essai très bien écrit sur les meurtres à travers diverses oeuvres d'art du musée du Louvre. J'avais aimé son roman Au 5e étage de la faculté de droit et j'ai été heureuse de le découvrir dans un autre style.
Scènes de crime au Louvre, c'est un peu comme une visite guidée au Louvre mais sans quitter votre salon. L'auteur nous présente en effet, plusieurs oeuvres et nous raconte leur histoire, nous plonge dans des scènes de crime, dans l'Histoire avec un grand H. Plusieurs domaines se rencontrent : l'art, l'histoire de l'art, l'histoire, la criminologie et bien d'autres.
L'écriture est simple et cet essai se veut abordable pour tous les lecteurs. Il n'en reste pas moins incroyablement bien documenté. Je suis peu familière avec ce type d'écrit, je me dirige presque toujours vers la fiction mais j'ai adoré me plonger dans ce livre et je renouvèlerai très prochainement l'expérience.

Lien : https://missmolko1.blogspot...
Commenter  J’apprécie          281
beatriceferon
  06 février 2020
J'ai lu avec grand intérêt « Scènes de crime à Orsay », qu'on m'avait offert. Il s'agissait du deuxième ouvrage de Christos Markogiannakis. J'ai donc noté son premier opus sur ma liste d'envies.
Ici, en couverture, une toile que je connais bien : « Marat assassiné » de David. Mais... ? Attendez... NON ! Cette toile n'est pas au Louvre ! Je l'ai vue de mes propres yeux au Musée royal des Beaux-Arts de Bruxelles, ville où le peintre a passé la fin de sa vie.
Ah ah ! Voici l'occasion d'apprendre quelque chose qui m'avait échappé : «  cette oeuvre [exposée au Louvre] [est] une copie contemporaine de la peinture originale exécutée par l'atelier de l'artiste ». Christos Markogiannakis situe le tableau dans son époque. Présente la victime, Marat, un ami personnel du peintre (qui, à mon avis, avait des goûts bizarres en matière d'amitié!) Il attire l'attention sur l'absence de la meurtrière. Ce qui me fait penser à une lecture qui m'a beaucoup plu, « Le dernier bain » de Gwenaëlle Robert.
Les femmes dans la Révolution française sont un sujet qui m'intéresse beaucoup et j'ai lu plusieurs ouvrages à leur propos (entre autres « Olympe de Gouges » bande dessinée de Catel et Bocquet). Un beau film d'Henri Helman donne à Charlotte Corday les traits de ma compatriote Émilie Dequenne. « David croyait que cette femme n'était pas digne d'être reconnue, qu'elle serait vite oubliée et que personne ne se souviendrait [de son] nom. » On peut être un grand artiste et se tromper du tout au tout !
Dans ce recueil, Christos Markogiannakis a préféré procéder par ordre chronologique. Il « se propose d'interpréter et d'étudier un choix d'une trentaine d'oeuvres d'art (…) d'époques et de styles très différents (…) des amphores de la Grèce antique aux peintures françaises du XIXe siècle, des toiles de Rubens à celles de Delacroix, David ou Ingres. »
Je ne vais pas répéter ce que j'ai dit dans ma chronique à propos de « Scènes de crime à Orsay ». J'ai découvert ici des oeuvres très curieuses, telle cette châsse du XIIe siècle représentant le « Massacre des Innocents », devant laquelle je serais certainement passée sans la remarquer ou ce « David et Goliath » de Daniele da Volterra, « unique en son genre dans les collections du musée. C'est une "peinture à deux faces" qui nous permet de voir la lutte des deux personnages de face (d'un côté) et de dos (de l'autre). » C'est très surprenant ! Et que dire du « panneau inférieur d'une armoire » représentant le meurtre d'Abel par son frère. Il est fort abîmé et, sans les commentaires éclairés de Christos Markogiannakis, je n'y aurais rien discerné. Je ne parle pas de ce plat en émail sur cuivre consacré au « Massacre des Niobides ». J'ai traversé au pas de charge maintes salles exposant des pièces de vaisselle, en ne leur accordant qu'un vague regard distrait !
Le chapitre expliquant le meurtre d'Agamemnon par Clytemnestre m'a interpellée. L'auteur y donne la parole à la meurtrière, qu'on a coutume d'accuser sans appel, une femme adultère, poussée par son amant à assassiner un héros. Ce n'est pas du tout la vision que nous en donne Christos Markogiannakis. Il m'a rappelé le roman de Marie-Bernadette Mars, « Kilissa » qui m'avait semblé très original , où elle exposait le point de vue des femmes (Clytemnestre, Hélène) vendues contre leur gré à des brutes assoiffées de gloire et de sang (Agamemnon, Ménélas). Clytemnestre y apparaît comme une mère éplorée à laquelle son époux a pris sa fille Iphigénie, en lui faisant croire à un beau mariage, mais, en réalité, pour la sacrifier à des coutumes barbares.
J'ai encore appris énormément de choses dont je n'avais pas idée, ou découvert des aspects méconnus d'événements célèbres (Judith et Holopherne, la Saint Barthélémy, par exemple). C'est donc un ouvrage qui m'a beaucoup intéressée et qui fait preuve d'une grande originalité, d'une qualité exceptionnelle sans parler d'une érudition et d'un travail de recherche qui coupent le souffle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Fred_meer
  15 septembre 2020
Dans ce livre nous partons à la découverte du Louvre afin d'entreprendre une analyse criminartistique de plusieurs oeuvres, tableaux ou sculptures. En voilà une idée originale! Christos Markogiannakis traite alors chaque oeuvre d'art comme une scène de crime en expliquant le contexte de celle-ci, en exposant les protagonistes et en livrant les coupables!
.
.
L'auteur applique différents concepts des enquêtes judiciaires et médicolégales aux différentes toiles analysées. J'avoue que j'ai fortement apprécié ce genre « d'anachronisme », allant jusqu'à nous livrer les définitions des différents types de meurtre du FBI. L'analyse est tellement bien faite que nous imaginons même sur quelques « scènes de crime » les rubans jaunes de la police.
.
.
Ayant fait des études classiques de latin-grec en secondaires, j'ai particulièrement aimé les chapitres se rapportant à des oeuvres mythologiques 😍. Nous découvrons ainsi que la tragédie d'Oedipe est en fait la première énigme policière de l'histoire et que Thesée pourrait en effet être qualifié de tueur en série. Dans un registre plus historique, je n'aurais également pas imaginé qualifier les crimes d'Herode de tuerie de masse à Bethleem.
Jamais je n'aurais pensé utiliser de tels termes en parlant de ces événements!
.
.
Cette lecture est donc super originale et super enrichissante! Je lirai sans hésiter le deuxième tome de cette série « Scènes de crime à Orsay » en attendant la suite des aventures du capitaine Markou!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Coryne1966
  19 mai 2019
Christos Markogiannakis est né à Héraklion en Crète. Il a fait des études de droit et de criminologie à Athènes ainsi qu'à Paris et il exercera, un certain temps, le métier d'avocat pénaliste. Il écrit en 2017, son premier livre "Scènes de Crime au Louvre".
Nous découvrons, à travers cette lecture, 27 tableaux exposés au Louvre représentant des meurtres, tueries,... qui sont décryptés et expliqués comme une enquête policière. Cela nous permet de nous rafraîchir la mémoire sur les légendes, l'Histoire, la mythologie et la religion.
On apprend toute une terminologie macabre telle que :
- démocide : meurtre par un gouvernement d'un ou plusieurs individus désarmés,
- régicide : meurtre d'un roi ou d'une reine.
Je vous laisse le soin de découvrir les autres.
Dans ce livre, l'Art et les histoires sanglantes se mêlent pour nous faire passer un bon moment et accroître notre culture générale.
Seule question : je me demande si cette lecture où la représentation des tableaux est une partie intégrante du livre est sensationnelle sur une liseuse. A tester...
J'ai rencontré Christos Markogiannakis au Second Salon du Polar de Saint Laurent du Var et c'est une personne très sympathique et abordable. Il nous a fait une visite guidée de son second livre sur Orsay qui fut mémorable. Dernier point : ses dédicaces commencent toujours par quelques mots en grec !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zernette
  28 août 2021
Ce musée fait partie du Top 50 des musées mondiaux. S'il est autant connu c'est en partie qu'il se trouve dans "La Ville Lumière" mais de surcroit par sa collection unique d'oeuvres picturales, sculpturales et mobilières.
Asseyez vous un instant devant "Oedipe explique l'énigme du Sphinx" d'Ingres.
Un professeur d'art vous expliquera l'utilisation des couleurs, de la technique utilisée et de la présence ou l'absence du nombre d'or dans cette oeuvre. Mais vous parlera t'il que ce tableau narre l'histoire d'un parricide doublé d'un régicide ?
C'est ce que nous apprendra Christos dans son ouvrage. Il nous décrypte de nombreuses toiles.
Avec son approche très particulière, il nous invite à "devenir le témoin privilégié" de la scène de crime qui se déroule sous nos yeux.
Changeons de salle pour admirer cette amphore représentant " La Mort d'Orphée" qui nous apprends que les femmes peuvent commettre des meurtres violents et qu'elles ne se contentent pas que des poisons.
Hélas, l'heure de la fermeture arrive trop vite. Mais heureusement cela n'arrive jamais car à ce passionnant ouvrage, nous pouvons consulter à tout moment pour notre plus grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Lexpress   02 juillet 2017
Clair, érudit et bien illustré, l'ouvrage est un passionnant traité de criminologie appliqué. Vive l'analyse "criminartistique"!
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeMonde   22 mai 2017
Malgré son sujet scabreux, Scènes de crime au Louvre est un livre rafraîchissant. Entendez par là qu’il renouvelle le regard qu’on porte sur les tableaux.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaLibreBelgique   03 mai 2017
Un livre, parcours passionnant à travers les salles du Louvre pour y enquêter sur les « Scènes de crime ».
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   13 mai 2021
Les meurtres commis par des femmes ont toujours exercé sur nous une certaine fascination. La question qu’ils posent est devenue un objet de débat pour les religions, les arts et les sciences. Jusqu’à une date récente, le fait qu’une femme puisse prendre la vie d’une autre personne était presque considéré comme contre nature, puisque, selon la nature, la femme est celle qui donne la vie. Une femme qui tue était donc considérée comme un monstre, du point de vue de la morale comme de la nature, une figure barbare de sorcière maniant des poisons, dont la vamp et la femme fatale sont aujourd’hui les lointaines héritières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   18 décembre 2017
Dans les arts narratifs, neufs œuvre sur dix, drame, roman ou comédie, contiennent un ou plusieurs crime; dans les arts visuels la proportion est inverse: une peinture sur dix - et moins encore pour les sculptures _ représentent un crime, à titre de sujet principal et secondaire.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   18 décembre 2017
Le crime, lorsque l'art le représente, n'est il rien d'autre qu'une expérience esthétique sublimée. Visiteurs du Louvre, vous êtes témoin oculaire d'une scène de crime, vous y présent, mais sans attaches avec l'auteur ou la victime, à la fois vulnérable et à l'abri.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   18 décembre 2017
L'amour et le crime occupent une large place dans la mythologie grecque. Le désir, la jalousie et les fortes passions s'y mêlent parfois, qui sont, non seulement les puissants moteurs des histoires qu'elles nous raconte, mais les mobiles les plus communs du meurtre.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   18 décembre 2017
comme l'écrit Emile Durkjeim, l'un des fondateurs de la sociologie au XIXème siècle: "le crime est normal parce qu'une société qui en serait exempte est tout à fait impossible".
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christos Markogiannakis (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christos Markogiannakis
Un été torride sur les bords de la Riviera athénienne. Tandis que des hauts parleurs déversent des mélodies pop, une foule électrisée danse pieds nus sur le sable devant une chanteuse propulsée jusqu'à la scène par un monte-charge pneumatique, telle Aphrodite jaillie des eaux. Cinquante mille fans de tous âges assistent aux adieux de leur idole lors d'un concert retransmis en direct par la seule chaîne musicale ayant survécu à la crise grecque. le capitaine de la police Christophoros Markou, numéro deux du département des homicides de l'Attique, n'est pas là pour s'amuser mais pour assurer le service d'ordre de la star avec ses équipes. Lorsque, tout à coup, la fête tourne au cauchemar : la scène prend feu avant d'exploser. Accident ou attentat ? Après Au 5e étage de la faculté de droit, Christos Markogiannakis nous plonge dans les eaux troubles des milieux du show biz grec et des médias…
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/mourir-en-scene-9782226396457
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature grecqueVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2386 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre