AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2814501801
Éditeur : publie.net (01/01/1900)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
André Markowicz a fasciné des centaines et des centaines d’auditeurs : il est là devant vous, un texte sur les genoux qu’il ne regarde même pas, parce qu’il le sait par coeur. Et il vous embarque pendant une heure, deux heures, dans le fond d’un vers, et tout ce qui lui il y entend. Les rythmes, prosodies, l’héritage, les allusions, et puis qui était celui qui écrit, quelles conditions biographiques. Alors, tout au bout, qu’importe le texte français, qui n’aura duré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
brigetoun
  11 avril 2010
un lyrisme profond, un chant grave, un flux par lequel se laisser emporter.
Et en quelques pages, à la fin, André Markowicz dit à partir de quelle lecture, de quel événement, en quel lieu il a écrit chaque poème et ces quelques lignes sont en elles-mêmes de mini-poèmes
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   11 avril 2010
Ah, lentement
dans l’eau
dormante s’enfoncer,
mais sans
l’ouvrir,
sans briser le rasoir de sa
surface, la treizième par
nature, pour
juste être,
un fragment de seconde
étale,
au-dessus, juste
être moins lourd de soi.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   11 avril 2010
Les lèvres veulent dire
et les mots sont déjà
moulés
par leur adresse. Et la distance
est blanche entre les bords.
Il frappe dans la glace
et de son sang
se couvre le visage
où il n’est plus.
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   11 avril 2010
les ravins de
l’écorce feuilletée
sous le soleil d’après
l’averse tiède —
on en boit la vapeur
sur les aiguilles, les
buissons de baies
halées d'un gris cendré,
ainsi sur le miroir
le souffle, les airelles des marais
bleu mauve sur
les dents
et les filaments bruns sur les chapeaux
gluants, quasiment pas rongés, de ce
que vous n’appelez pas russules.
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   11 avril 2010
Même le vieux qui me
tournait le dos
quand je rentrais, il est
aux quatre vents. Plus même
un arbre pour
singer le Juif. Tu peux garder
les mots,
par un effort
de ratiocination
au jour le jour
sans garde-fou, la voix,
tu l’entends sans oreilles, c’est
dans sa distance que tu seras vieux.
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   11 avril 2010
toute durée,
s’est concentré sur le
rien de corps morne qui le pousse
encore, advient
l’heure d’un non-regard, et la
douleur physique fait
effet de couverture sur
ce qu’il aurait pensé s’il avait pu.
Commenter  J’apprécie          00
Video de André Markowicz (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Markowicz
Émission UNE VIE UNE ŒUVRE consacrée à Catulle, diffusée sur France Culture le 28 Janvier 1988. Avec la participation d'André MARKOWICZ, au côté de Pierre GRIMAL, historien, Claude RIMBAUX, Catherine PELLEGRINI, écrivain et Gabriel MATZNEFF, écrivain.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
750 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre