AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371020036
Éditeur : Lumen (03/04/2014)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse – la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle est désormais considérée comme l’une des voleuses les plus intrépides... Mais ses ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Emyline
  24 avril 2014

Ce roman de dark fantasy m'a tenté dès que j'ai lu le résumé, et j'ai été vraiment ravie du coup de le recevoir en partenariat. Je remercie donc les éditions Lumen pour cet envoi, et pour ce super roman. C'est un récit qui m'a semblé assez flou au départ, mais qui m'a vite emporté et je suis vraiment satisfaite de cette découverte.
Le récit s'ouvre sur un prologue se déroulant 2 ans plus tôt. On assiste à une scène macabre, les résultats d'un sanglant massacre, et on fait connaissance avec Adrienne Satti, jeune femme qui a échappé à cela en se cachant sur des poutres. Ainsi débute son histoire qui nous est contée, une histoire qui est mystérieuse, sombre et sanglante. On est conscients de ça dès le prologue, et c'est une chose qui me plait. le récit est sanglant et sombre, il y a de nombreuses pertes, vous êtes prévenus, dont certaines de personnages auxquels on s'était attaché, ce qui nous serre le coeur.
J'ai eu un peu de mal à comprendre le but de l'histoire, je m'attendais à une intrigue bien plus... Présente et complexe. Elle n'arrive vraiment qu'à la moitié du roman. Là, il s'agit surtout de l'intrépidité de Widdershins et de tous ceux qui veulent l'empêcher de nuire, pour diverses raisons. Mais, il y a aussi dans l'ombre une sombre histoire de complot, de lutte interne et de religion. Dans ce premier tome, on apprend à connaitre les personnages, leur passé et leur caractère. En sommes, ce tome installe le fil du récit, les personnages et le contexte, mais aussi une intrigue complexe qui pourrait bien refaire surface par la suite.
Une chose qui m'a semblé très floue pendant un moment, jusqu'à ce que ça nous soit expliqué tardivement (j'aurais préféré que ce soit au début), c'est pourquoi et comment un dieu habite dans l'esprit de Widdershins. Nous n'avons aucune informations pendant un certain temps, et du coup on ne comprend pas bien. Ce dieu, Olgun, s'adresse à Widdershins et intervient même par moment autour d'elle ou sur elle, dans la mesure de ses moyens.
C'est un univers complexe, très bien construit et détaillé qui nous est présenté là, même si les informations, les explications viennent doucement. C'est assez compliqué à comprendre par moments, mais on se laisse tout de même entrainer.
La cité de Davillon, où se déroule ce tome, est constituée de diverses classes sociales, pauvres et riches, de diverses Maisons aristocratiques et de plusieurs dieux vénérés. Ce sont au total 147 dieux qui font partis du Pacte Sacré et sont reconnus par la Grande Eglise que l'auteur a créé. Chaque cité, guilde, Maison, etc., revendique comme protecteur un des dieux de ce pacte. Mais Olgun, la divinité s'adressant à Adrienne, ne fait pas parti de ce Pacte. C'est un dieu païen dont personne ne se souvient.
L'action est très vite présente, menée par une plume fluide et agréable bien qu'étant un poil ardue. Les choses se mettent doucement en place, mais on est happés de suite, on a envie de savoir ce qu'il va se passer, comment va s'en sortir Adrienne.
Adrienne Satti, se cachant maintenant sous l'identité de Widdershins, est un personnage peu commun. Forte de caractère, elle semble parler souvent toute seule, mais elle s'adresse en fait à Olgun, une divinité qui, en guise de paroles, lui transmet des émotions. C'est une forte tête qui ne mâche pas ses mots, et qui s'attirent souvent des ennuis, sans même le faire exprès. Pauvre gamine orpheline des rues, elle est finalement devenue noble, pour ensuite se lancer dans la "carrière" de voleuse dans laquelle elle excelle.
Widdershins fait partie de la Guilde des Dénicheurs mais est un peu une tête brulée, volant de son côté et gardant une partie du butin pour elle.
Elle a une seule amie "normale", Geneviève, une gérante de taverne rejetée par son père car elle boite. Celle-ci tient beaucoup à Widdershins et s'inquiète pour elle car elle prend trop de risques.
Les voleurs de la Guilde obéissent au Seigneur voilé, qui, malgré le comportement de Widdershins, semble la protéger tout de même.
Lisette, une capitaine de la Guilde, veut se débarrasser de la jeune femme à cause d'une rancune passée, et envoie Brock, un gros bras de la guilde qui n'apprécie pas Widdershins, et d'autres hommes à ses trousses, sans avoir l'accord de qui que ce soit.
Renard, un ami de Widdershins faisant partie de la guilde, est un voleur très doué, mais je trouve dommage de le voir si peu. Il ne revient qu'à partir de la page 260. C'est un dandy un peu extravagant qui n'est pas insensible à Widdershins. Il garde ça secret, mais Geneviève le comprend bien vite. La révélation finale le concernant est surprenante mais logique en y réfléchissant, car ça explique plusieurs choses.
Julien Bouniard, le majoir de la Garde de Davillon, a une dent contre Widdershins, qu'il veut à tout prix faire arrêter pour la jeter en prison. Il est très dévoué à son travail et n'apprécie pas que les luttes entre voleurs s'immiscent dans son domaine. Il est persuadé que Widdershins est responsable de tous les morts qui surviennent à l'arrivée de l'archevêque.
William de Laurent, l'archevêque, est un personnage atypique, assez éloigné de l'homme d'église que j'imaginais. C'est un vieillard drôle et intelligent qui ne saute pas aux conclusions. Il réfléchit vraiment, c'est un sage.
Alexandre Delacroix, un vieil aristocrate qui l'a pris sous son aile, refait son apparition dans le présent. Elle ne l'a pas revu depuis qu'elle s'est enfuie après les événements sanglants du prologue, deux ans plus tôt. Si cet homme a l'air d'être profondément bon, son serviteur, Claude, m'a paru très louche lui.
Dans le récit, plusieurs chapitres se déroulent plusieurs années plus tôt (le nombre d'années nous est indiqué et n'est pas toujours le même). le récit parait du coup assez décousu, mélangeant passé et présent. Toutefois, l'histoire est agréable à lire et on comprend facilement, d'autant que le passé est celui d'Adrienne à différents moments de sa vie, ce qui nous permet d'apprendre à la connaitre. de plus, chaque passage se suit à peu près, nous faisant connaitre l'enfance pauvre d'Adrienne, son entrée dans l'aristocratie puis comment elle est devenue voleuse.
C'est un procédé peu commun qui créé un certain suspense dans l'histoire. En général les personnages nous racontent brièvement leur passé, ce qui fait que l'on sait quasiment tout, mais là, nous avons droit à des pans entiers de son histoire, simplement ils nous sont donnés au compte-goutte, ce qui entretient de manière subtile le mystère. On découvre ainsi peu à peu son existence, dont comment elle en est venue à rencontrer Alexandre Delacroix, qui a fait basculer sa vie.
Dans le présent, l'arrivée à Davillon d'un archevêque de la Grande Eglise force les voleurs de la guilde à se faire discrets pour ne pas s'attirer d'ennuis.
Mais, les membres de la Guilde ainsi que le major de la Garde sont persuadés que Widdershins va faire quelque chose de mauvais. Alors qu'elle n'envisageait pas de faire quoi que ce soit, elle décide de détrousser cette éminence pour montrer qu'elle peut agir sans être démasquée (et cette décision semble beaucoup plaire à Olgun). C'est ainsi que l'intrigue se met enfin en place, avec un mystérieux homme se faisant appeler l'Apôtre, qui souhaite la mort de l'archevêque, mais aussi se débarrasser d'Adrienne, pour une raison inconnue. Et cette dernière se retrouve malgré elle mêlée à tout cela.
Au fil des pages, et surtout vers la fin, tout prend son sens, même les évènements sanglants du prologue. On sait qui est responsable, qui cherche à tuer Widdershins.
Les dernières pages sont pleines d'actions et de rebondissements, mais aussi de réponses et de quelques révélations, et cela nous donne très envie de découvrir la suite des aventures d'Adrienne, alias Widdershins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Allisonline
  30 novembre 2014
Après un début plutôt laborieux, je ressors finalement plutôt satisfaite, voire même enthousiaste, de ma lecture de Widdershins et je tiens à remercier - une nouvelle fois - les éditions Lumen ainsi que le forum Au Coeur de l'Imaginarium pour ce partenariat.

J'ai tout d'abord été interpellée par le mot widdershins, le titre du roman qui est aussi le surnom de la jeune voleuse que l'on suit. Widdershins est un terme signifiant « dans le sens contraire des aiguilles d'une montre » , autant vous dire tout de suite que ça a bien plus de classe en anglais. de plus, c'est un surnom original est approprié pour l'héroïne éponyme qui va se retrouver plus d'une fois à devoir lutter seule contre tous...

...Enfin, pas tout à fait seule ! Car en effet, la particularité d'Adrienne Satti, ou Widdershins, vient principalement du fait qu'elle « cohabite » avec son Dieu personnel, Olgun, dont elle est la seule fidèle. Cette situation date d'une tragédie survenue quelques années plus tôt, tragédie durant laquelle l'intégralité des fidèles d'Olgun, et donc des proches de notre héroïne, sont morts assassinés d'une horrible façon. Ce jour là, Adrienne Satti est elle aussi un peu morte pour laisser place à Widdershins, voleuse expérimentée, aidée dans sa tâche par Olgun lui-même. Mais je ne vous en dirai pas plus, pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, même si celle-ci surviendra bien tard.

Aussi, même si j'ai fini par vraiment beaucoup apprécier le roman, j'ai eu beaucoup de mal à m'y plonger. En effet, l'auteur a choisi de construire son récit sur deux périodes, alternant les chapitres entre présent et passé, ce dernier se rapprochant chaque fois un peu plus du premier et ce jusqu'à ce qu'ils se rejoignent, à la toute fin. Si je dois reconnaître que c'est plutôt bien fait, que chaque flash-back est placé au bon moment pour nous apporter l'exact degré d'information nécessaire, j'ai tout de même trouvé que le rythme en pâtissait beaucoup. Ce qui fait que j'ai mis beaucoup plus de temps que prévu à lire ce roman jeunesse de 400 pages, n'hésitant pas à reposer le livre après seulement un chapitre. Si la construction sert l'intrigue avec brio, elle ne tease pas assez le lecteur pour lui donner envie de dévorer le livre. Et ce jusqu'au 100 dernières pages, au moins.

Car en effet, j'ai lu les dernières pages en très peu de temps, elles seules me faisant oublier tout ce que j'avais pu reprocher au roman. Les flash-back sont toujours présents, mais offrent enfin les réponses tant attendues qui donne clairement envie de revenir au présent à chaque fin de chapitre. En deux mots, c'est dynamique et passionnant. C'est vraiment dommage, car j'ai presque dû me forcer à lire jusque là avant de ne finalement plus pouvoir reposer le livre. Ça me donne à la fois très envie de me jeter sur le second tome, tout en me faisant un peu peur : Et si l'auteur choisissait la même construction ?

À part ce défaut qui m'a vraiment embêtée, le reste n'est finalement rien de bien méchant : Il y a bien la multitude de personnages un peu trop manichéens, qui a fait que j'ai tout de suite classé les « bons » et les « méchants » dans des cases sans plus les en sortir, ainsi que leurs noms, qui ne m'ont pas semblé crédibles. Pour le coup, j'aimerais beaucoup savoir si c'est une lubie de traducteur qui a absolument tout voulu franciser ou si Ari Marmell a une passion pour les prénoms et noms français, mais dans tous les cas, j'ai trouvé ça un peu too much.

J'ai cependant beaucoup apprécié l'univers créé par l'auteur, et la place accordée à la religion et aux très nombreux dieux dans celui-ci. L'intrigue tourne autour d'eux, de leurs fidèles et d'un complot auquel Widdershins sera intimement liée bien contre son gré. Elle ne peut alors compter que sur elle-même, quelques rares amis, ses talents et son avantage principal : Olgun lui-même. J'ai beaucoup apprécié le caractère de l'héroïne, bien qu'elle n'ait pas assez de défauts à mon goût, défauts qui auraient pu la rendre plus humaine et plus attachante. Je n'ai vraiment ressenti d'affection pour elle qu'à la fin. Olgun, en revanche, est un personnage très bien travaillé. Alors qu'il ne prononce pas un seul mot et qu'on ne le connaît finalement qu'à travers les ressentis de Widdershins, on découvre un dieu susceptible et taquin, mais aussi compatissant et attentionné.

Je ressors donc finalement contente et j'ai même plutôt hâte de recevoir le second tome de Widdershins, avec lequel je serai plus tolérante. En effet, je pars du principe que si l'auteur a choisi la même construction et le même rythme, il m'offrira un final tout aussi bon que celui de ce premier tome, et je serai donc motivée à y arriver plus rapidement. Aussi, vous remarquerez que je n'ai pas fait mon éloge habituelle aux éditions Lumen. Sachez que ce n'est pas du tout négatif, c'est juste qu'une fois encore, je suis plus que satisfaite de la qualité du livre, et que cela deviendrait vraiment répétitif si cela apparaissait dans chacune de mes chroniques... Une petite chose pour terminer : Quelques passages peuvent être sanglants, et la mort est clairement présente au cours de l'histoire. Widdershins est certes un roman adressé à la jeunesse, mais à un public tout de même assez mature. Je finirai donc par remercier une dernière fois les Éditions Lumen et le forum Au Coeur de l'Imaginarium, et j'ai hâte de me replonger dans l'univers créé par Ari Marmell !
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Aelynah
  25 novembre 2014
Mon avis:
Les premiers chapitres lus nous mettent déjà dans le suspens et l'ambiance. Sang, meurtres et trahison sont déjà au goût du jour.
De plus le peu d'informations qui filtre sur l'héroïne est surprenant et nous avons hâte d'avoir de vraies explications.
Comment en est-elle arrivée où elle en est aujourd'hui de là où elle est partie?
C'est donc sur deux Flash back qui nous donnent déjà du mystère que débutent le roman.
Car, comment la jeune Adrienne est passée de gosse de la rue 8 ans plus tôt à faire partie des VIP lors d'une soirée qui tourne au massacre 6 ans plus tard.
Quoique ce ne soit pas vraiment stipulé autre chose que sa présence. du coup ce fait mystère et son ami invisible nous donne déjà envie d'en découvrir plus. Si la suite est comme ça je vais adorer.
Adrienne Sati a disparu lorsque le massacre le plus sanglant qui soit a eu lieu il y a 2 ans, tuant par la même occasion de grands noms des plus riches famille de Davillon.
Depuis, Adrienne, alias Madeleine Valois, alias Widdershins a changé de voie et de vie.
Son Dieu, Olgun, ne la quitte pas, toujours à ses côtés, mais parfois cela pourrait surprendre de la voir se parler seule et le lecteur pourrait bien se dire qu'une héroïne schizophrène ça change un peu.
Mais dans ce monde il existe de nombreux dieux, parfois choisi par une famille, parfois par de simples gens ils les accompagnent dans leur évolution et les distinguent les uns des autres. Seulement au fil de la lecture nous nous apercevons que peu semble partager une telle affinité avec leur dieu. Que cela veut-il dire? Encore une interrogation qui attise notre curiosité.
Régulièrement de nombreux flash back reviennent entre deux chapitres se passant à la période actuelle de l'histoire. Ce que j'ai trouvé dommage c'est que plutôt que de stipuler "deux ans avant" l'auteure aurait pu y ajouter une année pour que le lecteur se repère un peu plus facilement. J'ai donc dû me faire un petit récapitulatif personnel pour ne pas perdre le fil. A part ce détail la lecture s'est faite facilement et notre attention soutenue tout du long sur les aventures de Widdeshins.
Autour d'elle gravitent plusieurs autres personnages plus ou moins honnêtes, plus ou moins gentils mais dont certains vous attirent comme un papillon vers la lumière.
Genevieve , une jeune beauté bien née mais ayant hélas une difformité à la jambe qui la fait boiter. Cela la fait se sentir rejeter de sa famille car elle ne peut ainsi être "offerte" en mariage pour augmenter le patrimoine et la renommée familiale. On ne propose pas de cadeau cassé à l'aristocratie, ça fait mauvais genre. Cela nous montre ainsi une superbe image de l'amour paternel et du rejet de la différence. Mais cela n'a pas empêché Gen d'ouvrir une taverne simple et accueillante qui fonctionne plutôt bien et à tarif raisonnable. Et c'est son caractère serein, doux et compatissant mais parfois aussi sévère qui en a fait la meilleure amie de Widdeshins pour son bonheur ou son malheur en fonction de l'état dans laquelle celle-ci revient de ses missions.
Du côté moins honnête nous avons Renard. Beau gosse de la Guilde des voleurs et amis de Shins, il est aussi du genre oiseau de paradis. Habillé de façon voyante genre dandy il arrive tout de même à se fondre dans la masse et semble avoir tout de même quelques principes. Je l'ai trouvé plutôt sympa au premier abord et son amitié envers Shins, si tant est que l'on puisse être amis entre voleurs semble sincère. de plus au fil des pages je me suis rendue compte de plusieurs autres points importants le concernant qui ne peuvent que rajouter du piment dans l'aventure.
Du côté des méchants nous avons toute la panoplie, les grosses frappes à la sale gueule, les hommes de main sans cervelle, ou encore le secret et mystérieux Oracle, plus haut placé dans la hiérarchie du mal et qui possède aussi plus de moyens de faire faire le boulot aux autres sans en être inquiété. Les pouvoirs plutôt machiavéliques que lui fournissent sa charge envers son dieu vont être l'occasion de belles frayeurs et de bagarres plutôt pointues.
Alors avec la venue d'un grand ponte dans la cité on se doute déjà de larcins en série, de tentatives d'assassinats, de trahison et de complots en tous genres.

Et c'est ainsi qu'entre les flash back et les problèmes actuels de Widdeshins nous devenons impatients de connaitre ce qui va relier tout cela.
Certains la veulent morte depuis le massacre d'il y a 2 ans. D'autres la veulent soumise aux règles. Elle ne souhaite que la liberté et profiter de la vie en détroussant à l'occasion quelques besaces trop bien remplies pour être honnêtes.
Mais la venue à Davillon de l'archevêque va encore compliquer les choses. Car là où Shins n'envisageait que de faire un coup d'éclat sans que l'on puisse prouver son rôle dans l'affaire, va apparaître une autre voie plus noble mais aussi plus périlleuse pour la jeune femme.
Les personnages de l'archevêque et de son second mais surtout leurs dialogues et l'humour de l'ecclésiastique n'ont fait que renforcer mon opinion sur l'auteur et sa propension à faire ressortir du lot des personnages clés et tout sauf insignifiant.
Peut être un reproche cependant. Beaucoup de personnages moins importants qui passent et repassent mais qui ne marquent pas assez pour être remis de suite à chaque apparition. J'ai donc parfois eu du mal à repérer le bon grain de l'ivraie et le soldat du malandrin.
De plus la traîtrise étant un métier plutôt lucratif dans la cité cela n'aide pas toujours à suivre les motivations de tous.
Pourtant l'histoire est bien menée malgré ses retours en arrière qui, telle une pensée parasite nous coupe de l'action présente mais tout en nous permettant ensuite de comprendre les tenants et aboutissants de l'aventure.
L'action qu'elle soit passée ou actuelle est quasi omniprésente et nous suivons avec attention et un peu d'inquiétude les vies parallèles de tous ces personnages.
C'est donc au final un très bon moment d'aventure que je m'empresse de poursuivre avec le tome 2, le pacte du mensonge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tsukibou
  21 mai 2014
Merci aux éditions Lumen pour cette agréable lecture !
Adrienne a tout d'abord grandit dans la pauvreté, par le plus grand des hasard (ou peut-être pas) elle s'est retrouvée au milieu de l'aristocratie Davillonaise mais, le destin n'est pas toujours celui que l'on aimerait, les complots, la soif de pouvoir, le fanatisme et la politique ne font que rarement bon ménage... c'est ainsi que suite à un drame sanglant la jeune femme se retrouve de nouveau dans son rôle de voleuse, à la rue, au sein de la guilde des Dénicheurs, avec pour seul amis Geneviève, une tavernière, Renard Lambert, un dandy voleur et Olgun, son Dieu personnel. Poursuivit par la garde et quelques membres de la guilde qui ne l'acceptent pas, Widdershins passe son temps à fuir et se cacher... Mais de nombreux événements vont arriver, elle va comprendre beaucoup de choses, vivre un tas de drames et de souffrances, son destin n'est vraiment pas de tout repos... Réussirat-elle à vaincre le Démon qui la poursuit ainsi que son créateur ?! Un combat qui ne sera pas dénué de pertes malheureuses qui changeront une fois encore la voie de cette jeune femme pleine de ressources !
Je dois bien avouer que j'ai beaucoup aimé cette lecture ! Même si pour un livre destiné à un publique jeune, je l'ai quand même trouvé sombre et très dur, il faut dire que lorsqu'un roman débute par la découverte d'un charnier dans une salle secrète, c'est assez peu engageant non ?! L'histoire de Widdersins m'a vraiment transporté au milieu de Davillon, on côtoie les milieux pauvres, mais également aisés de part la nature et la vie de Widdershins qui maintenant se trouve être une voleuse dont la réputation n'est plus à faire !
J'ai apprécié suivre ses pérégrinations et ses échanges avec Olgun, ses actions la mènent à découvrir un complot contre l'Église et le Pacte Sacré, qui soupçonnent l'émergence d'une force dévastatrice au sein de Davillon, elle se retrouvera alors au milieu de tout cela sans le vouloir et sans rien avoir demander quoique se soit... sans compter que la capitaine de la guilde des Dénicheurs lui en veut personnellement et cherche par tout les moyens à la rayer de la surface de la Terre... le moins que l'on puisse dire c'est que l'on ne manque pas d'action et de rebondissements à travers les pages, heureusement que l'auteur nous offre quelques moments de répit pour que nous ayons la possibilité de souffler, mais cela ne dure généralement pas plus d'une poignet de secondes...
J'ai donc aimé la complexité de l'intrigue et la façon dont elle est mis en forme dans ce livre, en effet les chapitres alternent « aujourd'hui » et le passé de Widdershins de façon croissante, je ne sais pas si c'est très clair... Les chapitres qui abordent le passé, nous expliquent la vie de Widdershins de la façon dont elle est devenue orpheline, à celle dont elle a intégré la haute société pour finalement venir rejoindre le prologue puis progressivement les deux « époques » se recoupent pour ne faire plus qu'une. J'ai trouvé ce moyen de faire très intelligent et subtile, car au début on ne comprend pas vraiment pourquoi faire ces sauts dans le passé, sauf pour nous raconter la vie de la jeune Adrienne, le reste n'ayant pas grand rapport avec l'histoire contée « actuelle » mais, petit à petit les choses se dessinent plus clairement et j'ai sourit devant l'intelligence du procédé. J'ai également salué le fait que l'auteur nous donne la possibilité de suivre chaque protagoniste qu'il soit voleur, membre de la garde, évêque, Dieu, Seigneur, Aristocrate... ça nous permet de suivre le mode de penser de chacun et de nous attacher ou bien avoir envie d'étrangler les personnages évoqués =D
Autre point appréciable, l'univers mis en place, car ce n'est pas qu'une histoire de complot, de vole et de pouvoir, il y a tout un univers et je dois dire que j'ai un faible pour les « monde » polythéiste, chaque grande maison, chaque métier, chaque classe possède un Dieu propre, j'aurais aimé voir ce point encore plus développé même s'il est abordé et expliqué lors d'un passage particulièrement prenant et intéressant mais, j'aurais souhaité en apprendre encore plus ! Il faut dire qu'il y a vraiment beaucoup de Dieu dans cet univers, je n'ai pas retenu le nombre exacte mais ils sont plusieurs centaines, pour ceux qui font parti du Pacte Sacré, c'est donc sans compter sur les Dieux païens... c'est tellement fascinant, ne trouvez vous pas ?! Non, c'est juste moi ?! Bon tant pis, j'assume ma fascination pour les mythes polythéistes sous toutes les formes !!
Les personnages sont assez nombreux mais comme l'on se concentre davantage sur Widdershins et son entourage proche, ce n'est pas encore trop difficile à suivre. J'ai trouvé la jeune femme vraiment attachante, elle fait face à tout ce qui peut lui arriver d'atroce, et il faut dire que sa vie est une succession de drames sanglants... Elle possède une force de caractère hors du commun, c'est peut-être due à Olgun, mais pour comprendre cela je vous laisse découvrir le récit. Elle peut-être également fragile et quand elle laisse ses barrières s'effondrer on ressent toute sa souffrance, son envie d'avoir une vie plus normal et moins dramatique et c'est dans ces moments là que mon coeur s'est fendillé, j'avais envie d'entrer dans l'histoire et de la serrer dans mes bras, elle n'a que 17 ans mais a vécu les pires horreurs...
Je ne vais pas vraiment m'étendre sur les autres personnages, j'ai juste plutôt hâte de retrouver le major Julien Bouniard et Renard Lambert car il semble que les deux hommes ont un point commun alors qu'ils sont particulièrement différents...
En conclusion, une histoire vraiment bien pensée, intéressante, fascinante même, un univers polythéiste que j'ai adoré, une intrigue pleine d'action, de rebondissements, de complot mais aussi d'intelligence, de finesse, de drame et de souffrance... L'humour a pourtant sa place par note parcimonieuse mais, vraiment appréciable face au côté sombre de cette histoire... La plume de l'auteur est fluide, très rythme, intelligente et efficace. J'ai aimé me plonger dans cet univers que j'ai hâte de retrouver dans un second tome... Après tout ce qu'a traversé Widdershins dans ce premier volet, elle a bien droit à un second opus où un peu de bonheur frappera à sa porte...
Lien : http://www.tsuki-books.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Freelfe
  17 juin 2014
Widdershins n'a pas été épargnée par la vie. Orpheline très jeune, elle survit comme elle peut dans la rue, jusqu'au jour où elle est recueillie par un aristocrate. Mais la vie ne lui fait pas cadeau et elle se retrouve accusée de meurtre. Devenue voleuse, Widdershins se retrouver mêlée, malgré elle, à une sombre conspiration…
Le pacte de la voleuse est le premier tome de la série Widdershins, écrite par Ari Marmell et publiée par les Editions Lumen. C'est le premier livre que je lis de cette nouvelle maison d'Editions, même si deux autres de leurs livres sont dans ma PAL. 413 pages qui se tournent vite et une superbe couverture, vous pourrez acquérir ce sympathique roman d'aventure et de fantasy médiévale pour 15,00€.
Notre héroïne s'appelle Adrienne, alias Widdershins. Née pauvre, elle devient orpheline jeune. Mais c'est à la suite d'une accusation de meurtre, alors qu'elle est rentrée dans l'aristocratie, qu'elle change de nom et devient Widdershins, voleuse dans la Guilde des Dénicheurs. Partout où elle va, elle est accompagnée d'un Dieu, Olgun, présence discrète durant tout le roman, qui l'aide à se sortir des situations les plus compliquées, mais qui n'est pas un véritable personnage, dans le sens où on ne le voit que via Widdershins, un peu comme un ami imaginaire. Au départ, j'ai eu un peu de mal avec notre héroïne mais j'ai fini par m'y attacher. Elle a vraiment un sale caractère, bornée, têtue et parfois un peu stupide, mais elle est aussi courageuse, fidèle et forte. Certes, elle m'a parfois un peu agacé, mais j'ai finalement bien accroché à son tempérament bien trempé et j'ai été émue devant les nouvelles épreuves qu'elle va subir.
Au niveau des personnages secondaires, il y en a une multitude et je me suis parfois emmêlée les pinceaux, notamment chez les méchants. Néanmoins, tous sont bien construits, plus au moins approfondis mais on s'attache assez rapidement à eux, tel que Geneviève, Renard…
La construction du roman est surprenante et intéressante. Nous alternons des passages de son passé avec « Aujourd'hui ». Pas de date, seulement des approximations du genre « deux ans plutôt, six ans plutôt… ». C'est une construction qui permet d'animer son passé, sans faire de longue phase de narration pour le raconter. Cela permet aussi de comprendre comment elle est arrivée jusque-là, ce qui fait qu'elle réagit comme ça etc… J'ai beaucoup apprécié cette alternance et je n'ai pas eu de mal à jongler entre les deux périodes. J'étais intriguée de voir comment le passé et le présent allait se rencontrer…
L'alternance des points de vue peut aussi décontenancer mais je m'y suis rapidement fait. J'ai apprécié d'apprendre à connaître les méchants et autres protagonistes.
Au niveau de l'histoire en elle-même, elle est ponctuée d'actions et de rebondissements, avec une petite pincée de magie. Bien qu'elle soit captivante, j'ai trouvé les plus gros rebondissements assez prévisibles. Mais le rythme du récit m'a vraiment entraînée. L'intrigue est bien ficelée malgré tout, et peut paraître un peu floue, voire désordonnée à un moment. Cependant la fin apporte les éclaircissements nécessaires.
Ce roman d'aventure n'est pas qu'un monde d'intrigues, de complots et de scènes de combat épiques… L'auteur nous présente aussi un univers bien construit et très prenant. J'ai beaucoup apprécié ce monde créé autour des Dieux, l'histoire des maisons qui honorent un Dieu précis…
Bien que ce livre soit destiné à un public de Young Adult, l'auteur ne fait pas dans la simplicité ni dans la gentillesse. le monde de Widdershins est assez sombre, l'histoire débutant tout de même par un charnier. de plus, l'auteur ne fait pas dans le happy end, ce qui rend le livre émouvant mais d'autant plus prenant.
Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup apprécié ma lecture, et j'ai vraiment hâte de lire la suite !
Conclusion
Avec Widdershins, l'auteur nous dresse des décors magnifiques, avec un univers bien approfondit et une intrigue, malgré quelques détails plutôt prévisibles, rythmée et captivante. Notre héroïne a fort caractère mais est attachante. Les personnages secondaires sont bien construits et sont plus au moins approfondis. Une petite pincée de magie et d'humour, et le tout vous donne un premier tome très sympathique, captivant, agréable et qui se lit très rapidement !
Une aventure dans un univers de fantasy médiéval que je ne peux que recommander, pour un excellent moment de lecture !
Lien : http://freelfe.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
HistoiresSansFin   30 septembre 2014
L'écriture souffre parfois de quelques longueurs par moments, mais l'histoire est tellement passionnante que cela ne gêne en rien la lecture. Lire Widdershins c'est entrer dans un univers complexe avec de nombreux rebondissements.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Elbakin.net   10 avril 2014
On l’a déjà dit, Marmell a su concevoir une intrigue facile à suivre (même si son style reste au mieux passable), mais qui malheureusement donne l’impression de réellement s’emballer alors que le roman touche à sa fin.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
meygisanmeygisan   03 avril 2017
Laissez moi deviner, major: vous vous apprétiez à me dire, de la façon la plus respectueuse qui soit, que je suis un vieil imbécile à la mémoire courte, qui ne sait pas distinguer un poignard d'assassin d'un couteau à beurre, et qui ne saurait détecter une menace même si celle ci lui mordait un attribut dont, en ma qualité de dignitaire de l'Église, je ne peux reconnaître l'existence sur ma propre personne?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
meygisanmeygisan   03 avril 2017
Dans un léger bourdonnement, un taon fit le tour de la pièce, puis il se posa sur le sol, où il cracha une petite forme non identifiable et sanguinolente. l'insecte fut pris de convulsions, comme s'il souffrait, et éclata: ses fluides internes s'ajoutèrent au petit tas visqueux.
Un deuxièmre taon apparut. Lui aussi vomit une substance infâme sur la petite masse en expansion, avant d'éclater à son tour. Il fut aussitôt suivi d'un troisième, puis d'un quatrième et d'un cinquième taon, jusqu'à ce que la salle se mette à vrombir d'un millier d'insectes. Alors, même le moins vif des assassins comprit que quelque chose ne tournait vraiment pas rond.
Les bestioles affluaient de tous les interstices imaginables. par les coins de la pièce, l'embrasure des portes, les plis et drapés de chaque morceau d'étoffe, et même par les oreilles, les narines et la bouche des assassins frappés d'horreur, ils sortaient et bourdonnaient furieusement, venant grossir sans fin la chose qui enflait sur le sol. La salle s'emplit d'une odeur âcre et nauséabonde, d'un miasme de pourriture et de décrépitude. l'air vibrait littéralement sous l'effet de la lourde puanteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
orbeorbe   12 avril 2014
Voilà des semaines qu'ils tentaient sans succès de mettre la main sur Madeleine Valois. On eût dit que l'élégante n'existait tout bonnement pas en dehors des réceptions huppées - et pour cause.
Pendant tout ce temps, ils avaient cherché une femme de la noblesse, quand ils auraient dû traquer une voleuse.
Commenter  J’apprécie          60
MizutamaMizutama   19 mai 2014
Heureusement pour elle, et à l'inverse de bon nombre de ses pairs, Widdershins ne travaillait jamais seule. Olgun l'avertirait si quelqu'un approchait, ou si le baron donnait des signes d'agitation. De plus, son "sac de pillage", tissé dans une toile épaisse, étoufferait un peu l'inévitable tintement des pièces. Toutefois, manipuler le coffre se révéla un processus lent et ardu, ravageur pour les nerfs. Sa besogne achevée, la cambrioleuse se retrouva couverte d'un voile de sueur. Le ciel s'était suffisamment éclairci pour qu'elle distingue les premières lueurs de l'aube par la fenêtre pourtant orientée à l'ouest. Il était temps pour elle, plus que temps même, de tirer sa révérence.
Elle releva la tête, jeta un dernier coup d’œil en direction du lit pour s'assurer que tout allait bien... et se figea. Le baron d'Orreille dormait toujours à poings fermés mais sa bonne amies, elle, se tenait assise dans le lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maylibelmaylibel   13 mai 2014
-Qu’est-ce que tu fais à fouiner par ici ?
Renard rétorqua, hautain :
-Je ne fouine pas, madâme. Je me coule. Je rôde. Il m’arrive même, de temps à autre et au besoin, de me tapir. Mais je n’ai jamais, au grand jamais…
-Réussi à tenir ta langue plus de deux minutes consécutives !
(p. 102)
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : voleusesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1165 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre