AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2354885474
Éditeur : Gulf Stream Editeur (12/04/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Ancienne joueuse très populaire, Moon veut revenir sur le devant de la scène des jeux virtuels après 2 ans d'absence en raison de réactions négatives de certains followers suite à la découverte de son identité qu'elle dissimule ainsi qu'au refus de sa candidature dans la société IRLtm. Et quel meilleur moyen de retrouver sa gloire passée, voire d'obtenir davantage, que de participer avec Orion et Loop au tout nouveau tournoi du Beasties World 2099 qui se joue sur un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  09 juin 2018
Je fais partie de ceux qui avaient aimé « I.R.L. ». Certes, cet ouvrage avait comporté des défauts cependant, j'avais été conquise par les idées soulevées et j'avais passé un très bon moment de lecture. Alors, lorsque j'ai vu aux Imaginales que l'auteure venait de sortir un nouveau roman dans la même veine que son prédécesseur, je n'ai pas hésité à l'acheter… D'autant plus que j'ai été immédiatement charmée par le design du livre objet : les pages sont violettes tandis que la couverture a des effets en surbrillance. « Erreur 404 » a été une chouette découverte, à la fois atypique, dynamique, surprenante et avec de bonnes idées… Mais je ne vous cacherais pas le fait que c'est un véritable ovni qui ne plaira pas à tout le monde ! Honnêtement, à deux ou trois reprises, je me suis vu interrompre ma lecture en me disant « Hein ?! Mais que suis-je en train de lire ?… ». Je n'avais encore jamais lu un scénario de ce genre. C'est très novateur et original ! Néanmoins, c'est également déstabilisant. Je devine aisément que cet ouvrage peut aussi bien rebuter les lecteurs que leur plaire…
L'histoire se concentre autour d'un tandem de joueurs en ligne du nom de Moon et Orion. Leur vie est quasiment concentrée uniquement sur le jeu auquel ils s'adonnent quotidiennement. En tant que joueuse aguerrie avec mon conjoint, je peux parfaitement comprendre cette addiction toutefois, j'ignore s'il en sera de même pour les lecteurs non-joueurs… En effet, l'ouvrage est truffé des références à d'autres jeux (Beyond : Two Souls, Assassin's Creed, etc.) et comporte énormément de scènes dans le jeu avec un tournoi, un escape game virtuel, du tower defense en équipe et des duels 1VS1, … Ça y est ? J'ai déjà perdu la moitié des internautes avec plusieurs termes ?… La plupart de ces éléments sont assez bien expliqués néanmoins, je pense que les lecteurs qui ne jouent pas à des MMORPG ou sur une console seront peut-être perdus ou lassés par l'ambiance de la première partie qui se concentre uniquement sur le grand tournoi devant servir de tremplin pour la carrière de Moon… Pour ma part, j'ai beaucoup aimé l'atmosphère, car cela m'a rappelé plusieurs jeux sur lesquels j'ai passé quelques heures/mois/années. D'ailleurs, je me suis pas mal identifiée à l'idée de duo, car Moon et Orion sont complémentaires et à la fois très différents… Ce que nous sommes avec mon chéri dans nos sessions gaming…
Même si j'ai adhéré au couple, je ne me suis pas beaucoup attachée aux héros. Moon, dont j'ai vite compris le secret (Dommage… Cela m'a sauté aux yeux dès les premiers chapitres…) est un personnage m'a vite exaspéré. Je comprends son combat néanmoins, je n'ai pas été touchée par son comportement souvent vulgaire, grossier et impulsif. Bien que ce soit un joueur vif, meneur et intelligent, ses propos ou ses crises à répétitions m'ont fait serrer les dents… Moon a été blessé par le passé : suite à un événement sur le jeu et à des réflexions liées à son physique, il est tombé dans une profonde dépression… L'idée de « haters » est d'ailleurs assez bien développée… Sous l'anonymat, beaucoup déversent leur rage au quotidien sans penser aux conséquences… C'est finalement Orion, mon personnage favori en raison de son caractère réfléchi et posé, qui a pris le temps de remettre son compagnon en confiance et qui lui a redonné peu à peu le sourire. Reboosté, Moon fait donc son grand retour, bien déterminé à prouver aux autres qu'il est capable de devenir pro-gamer et l'égérie de plusieurs firmes dédiées au jeu ou à la technologie.
Homosexualité, place de la Femme, âge, physique différent… La thématique de la tolérance dans le jeu est bien abordée grâce à Moon. Cela sonne juste… En tant que joueuse, j'ai souvent eu affaire à des personnes idiotes faisant soit du rentre-dedans pour se faire remarquer, soit me rabaissant en tant que Femme. En outre, même si on joue avec son aimé, cela ne change pas forcément le comportement des autres… Bien sûr, la plupart des joueurs sont matures et se fichent de savoir s'ils ont affaire à une demoiselle ou à un confrère cependant, l'identité de la personne derrière est parfois un frein, c'est clair ! Il faut dire que dans les jeux, la Femme est souvent réduite à un avatar suave, désirable, avec des rondeurs où il faut et une tenue affriolante… D'ailleurs, même les armures de guerrières/tank, censées protéger contre les coups, sont sexy ! le problème, ce ne sont pas uniquement les joueurs qui considèrent les femmes comme une paire de seins ou un accessoire devant uniquement rester en cuisine ou auprès des enfants (Ne levez pas les yeux aux ciels, j'ai eu le droit à ces propos !), c'est le système et plus globalement la société qui prône parfois cela… Heureusement, il existe des personnes engagées qui se battent pour que les mentalités changent et pour que les disparités s'amenuisent. Heureusement, il existe également des oeuvres comme celle-ci pour pointer du doigt des injustices liées au sexe. Dans une période où les combats féministes sont de plus en plus nombreux, « Erreur 404 » prouve qu'il s'intègre parfaitement à l'actualité.
Les personnages secondaires ne m'ont pas spécialement marquée. Hormis Orion et Moon, les autres ne vont être que de passage et ne seront pas développés… Il faut dire qu'il y a déjà bien à faire avec le couple et avec un troisième personnage dont je n'avais pas soupçonné l'importance ! Les deux héros possèdent Loop, un Beasties. Pour les joueurs, cela s'apparente à un pet/un familier dont les capacités sont variées. Pour les non-joueurs, voyez cela comme un pokemon qui combat contre d'autres joueurs et qui évolue selon les propriétaires. Loop est une créature virtuelle à poils oranges capable de changer de forme et de prendre l'apparence de n'importe quoi, que ce soit vivant (animal), fictif (Disney, « Ça » de Stephen King, Pirates des Caraïbes) ou utilitaire (casserole, boîte de TNT). Autant dire que les possibilités sont infinies et qu'Agnès Marot a fait énormément de clins d'oeil à notre culture ! Au départ, Loop m'a donné l'impression d'être un Smourbiff (saga « Noob ») évolutif. Ses petits cris incessants et ses danses du popotin ont vite fait par me lasser… Personnellement, un truc qui fait « Pouic » toutes les deux pages, cela finit par me taper sur le système… Alors, lorsque j'ai vu l'importance qu'avait cette bestiole dans l'intrigue, j'ai commencé par maugréer toute seule devant mon livre… Puis, au fil des révélations, j'ai peu à peu revu mon jugement. Grâce à Loop, le récit a pris une tournure complètement diverse ! On a l'impression de lire deux histoires différentes ! L'idée du réel et du virtuel abordée par l'auteure en seconde partie est vraiment très intéressante. Comme Moon, j'ai commencé à me perdre : je me demandais si ce qu'elle vivait était vrai ou non. La frontière était si fine que c'était difficile à suivre ! C'est dans le dernier tiers que je me suis demandée à plusieurs reprises ce que je lisais… Honnêtement, c'était très « WTF !? »… Durant cette seconde partie, Agnès Marot a vraiment réussi son coup en perdant le lecteur et son héroïne. L'idée est vraiment bonne et m'a agréablement étonnée à bien des reprises, toutefois je comprends que cette idée de démence, d'addiction qui prend le dessus sur la raison et de perte de contrôle puisse déplaire…
L'auteure n'a pas proposé qu'une seconde partie surprenante ! Il y a également l'utilisation d'un narrateur inconnu qui va intervenir plusieurs fois. Il utilise la seconde personne en décrivant ses actions et en commentant celles de Moon, comme s'il s'adressait directement au lecteur ou cherchais à le faire s'identifier. On devine que c'est une personne qui suit les lives du couple, mais il faudra attendre la fin de la moitié du livre pour connaître son identité. J'ai mis un temps à me faire à cette étrange narration… Sur ce point, j'avoue être assez mitigée… En revanche, j'ai adoré la conclusion ! L'idée est géniale et atypique…
Des thématiques importantes, des personnages plus ou moins attachant, un univers complexe, une ambiance gaming, un monde mélangeant fiction et réalité, plusieurs clins d'oeil à « I.R.L. » (Je recommande d'ailleurs cette lecture AVANT celle-ci…), « Erreur 404 » a le mérite d'être original et d'entrer dans la catégorie « Ovni littéraire ». À vous de voir si vous souhaitez vous y frotter ou non. Dans tous les cas, vous ne serez pas indifférent ! Pour ma part, je ne regrette pas le voyage.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
Les_lectures_de_Sophie
  08 janvier 2019
Cette lecture a été compliquée pour plusieurs raisons, la première étant que l'univers dans lequel se déroule l'intrigue a déjà fait l'objet d'un premier roman de l'autrice, IRL, et les nombreuses références à ce titre que je n'ai pas lu ont un peu gâché ma lecture. On peut tout à fait suivre l'intrigue sans avoir lu l'autre roman, la preuve, je l'ai fait. Mais j'ai vraiment l'impression d'avoir manqué de certaines clés concernant l'univers et les personnages, en particulier Orion et Link. J'espérais fort que ça ne serait pas le cas, étant donné qu'Erreur 404 fait partie des 21 sélectionnés du PLIB2019, et que seuls les premiers tomes et tomes uniques en font partie. Stricto sensu, Erreur 404 est un tome unique, mais il est tellement inscrit dans l'univers créé par Agnès Marot que je crains d'avoir gâché ma découverte en n'ayant pas lu IRL avant.
La deuxième raison, qui rejoint un peu la première, est que je ne suis pas particulièrement familière de l'univers des jeux vidéo. Ou du moins, je ne le suis plus. du coup, un paquet de références me passent sous le nez… à l'exception des plus anciens jeux, que j'ai connus plus jeune. Ce jeu, basé sur des interactions dans le monde réel, avec de la réalité augmentée, et des puces implantées dans les cerveaux, était un point de départ intéressant pour une réflexion sur les dérives des entreprises numériques au sujet de l'ingérence dans nos vies privées, mais je n'ai pas trouvé ce côté assez exploité.
De plus, l'identité de genre de Moon est au centre du roman (on ne la connait de façon certaine que très tard, passé la moitié du livre). Et l'autrice insiste vraiment sur les désagréments de cette identité par rapport aux ambitions professionnelles de son héroïne. A tel point que ça a fini par devenir trop, d'autant plus que cette identité, grande révélation de la mi-roman, était pour moi une évidence dès le début. Ceci dit, j'ai apprécié le tour de force d'Agnès Marot d'avoir crée un personnage asexué pendant si longtemps. Aucune conjugaison, aucun accord, rien ne révèle la réponse à l'interrogation de départ.
Concernant le caractère de Moon, j'ai trouvé le personnage assez exaspérant. Une sale gosse un peu trop égoïste à mon goût, comme trop d'adolescents de nos jours d'ailleurs. J'ai par contre adoré sa relation avec Loop, son personnage qui fait pouic. Il est adorable, et Moon se comporte comme un parent avec, c'est très touchant. Ça renforce d'autant plus son manque de maturité dans la vie courante, que ce soit avec Orion, qui a bien du courage, ou avec les autres joueurs et ses followers.
Je ne saurais pas trop quoi dire concernant Orion. Il est apparemment un personnage d'IRL, et je trouve que l'autrice présuppose trop qu'on a lu le premier roman pour bien pourvoir le comprendre. On reste trop en surface à mon goût.
Autant j'avais envie de découvrir le résultat du tournoi et j'attendais avec impatience le moment où Moon révélerai son identité de genre, de voir comment iel allait le faire, autant la deuxième moitié du livre m'a un peu perdue. On revient au décalage culturel dû à l'écart de génération…
Tout n'est pas négatif pour autant dans ma lecture. J'ai passé un agréable moment, notamment grâce au style de l'autrice, qui se laisse lire avec plaisir, mais aussi avec les références « vintage » à des jeux que j'ai appréciés étant plus jeune. Par curiosité, j'irai à l'occasion jeter un oeil à IRL, pour voir si mes intuitions se confirment...
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maeli-chan
  22 avril 2018
Après une énorme déception qui l'a éloigné des jeux vidéo et des réseaux sociaux, Moon est prêt à faire son grand retour. Quoi de mieux que le concours sur le jeu Beasties pour revenir sur le devant de la scène ? Beasties est un jeu de réalité virtuelle où les joueurs se battent à travers leur beastie, des créatures toutes plus différentes les unes que les autres.
Aidé d'Orion, son compagnon, Moon est bien décidé à prendre sa revanche et à délivrer son message.

Globalement, j'ai bien aimé cette lecture, même s'il m'a fallu deux semaines pour le lire en entier. Il faut savoir que j'ai commencé un nouveau boulot récemment et qu'il me prend pas mal de temps et d'énergie. C'était très frustrant de ne pouvoir lire que quelques minutes ce roman alors que j'étais bien prise dans l'histoire et c'est pour cela que, dans la seconde partie du roman, j'étais un poil perdue dans l'univers où voulait nous emmener l'autrice. Si je l'avais lu d'une traite, je pense que je me serais posé moins de questions.
Bref, le roman est divisé en deux parties : une partie qui englobe le tournoi et les épreuves, et une seconde partie qui raconte ce qui s'est passé ensuite. Personnellement, je le vois comme ça car j'ai vraiment eu l'impression de lire deux histoires différentes : les enjeux ne sont pas les mêmes et j'ai trouvé la seconde partie plus pointue que la première.
J'ai aimé voir toutes les petites références des jeux vidéo, des séries ou des films de notre époque, qui sont considérés comme rétro à l'époque de Moon. C'était vraiment sympa ces petits clins d'oeil. de plus, pour ceux et celles qui auraient lu I.R.L, bien que ce ne soit pas une suite, on y fait référence, et les événements d'Erreur 404 se déroulent quelques années après I.R.L. L'autrice évoque dans son livre une problématique encore d'actualité dans le monde du jeu qui me tient à coeur et je me suis sentie proche de Moon pour cela.

En parlant de Moon, bien que je me sois sentie proche de ce personnage, je n'arrive pas à savoir si je l'ai aimé ou non. C'est un sentiment que j'ai rarement avec les personnages de roman, je comprends son combat et ce qu'a vécu le personnage, mais son comportement ne m'a pas plu à certains moment. Paradoxe, quand tu nous tiens...
Orion est le personnage que j'ai le plus aimé, bien qu'il se fasse discret à certains moments, c'est lui qui pousse Moon à se dépasser et à se prendre en main. C'est un idéaliste qui garde les pieds sur terre tout de même, et, dans ce couple, il est la bouffée de fraîcheur et d'optimisme qui nous faut.
Loop, le beastie de Moon et d'Orion, est une boule de poil vraiment attachante dans la première partie. Il change de forme et, selon les envies scénaristiques de Moon, il se transforme pour le plus grand plaisir des followers de la chaîne.

En bref, un roman qui fait réfléchir sur les problématiques des jeux vidéo. Même si, parfois, j'ai été perdue, j'ai beaucoup aimé la fin où le lecteur est mis à contribution. Merci encore Gulf Stream Éditeur pour cet envoi, et merci Agnès de nous faire voyager dans l'univers geek du jeu vidéo.
Lien : https://le-coin-lecture-emil..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cranberries
  11 avril 2018
Toujours partante pour découvrir les romans d'Agnès Marot, il était clair que j'allais me jeter sur Erreur 404 dès sa sortie.
Le fait est que je n'ai même pas dû attendre jusque là, puisque je l'ai récemment reçu en service presse.
Aussitôt reçu, aussitôt lu !
Le gros point fort de ce roman, c'est qu'il nous immerge dès les premières pages. A peine le temps de dire "ouf" qu'on est déjà plongé dans l'histoire en compagnie de Moon, Orion et Loop.
Trois personnages extrêmement attachants, même s'ils sont très différents les uns des autres (Loop est quand même une bestiole virtuelle à poils oranges... Je dis ça, je dis rien).
Le couple formé par Orion et Moon va donc se retrouver à participer à un concours aux règles un peu spéciales, puisque celui-ci se déroule en réalité augmentée et voit s'affronter des groupes de joueurs accompagnés de leurs Beasties (sortes de créatures virtuelles).
Un concours que Moon voit comme un tremplin pour pouvoir enfin réaliser son rêve: devenir Pro Gamer pour la société IRL.
Cependant, la partie est loin d'être gagnée et nos deux amis devront affronter des épreuves qui les obligeront à sortir de leur zone de confort, autant dans le jeu que dans la vraie vie.
Loop quant à lui ne va pas toujours leur faciliter la tâche. La petite bestiole orange a plus d'un tour dans son sac, et l'obéissance n'est clairement pas sa qualité première.
Comme toujours, Agnès Marot parvient à créer un univers riche et complexe qui parle au lecteur, mais ici la barre est placée encore plus haut.
Les références geek foisonnent et nous emportent, pour notre plus grand plaisir.
Mais si j'ai été totalement conquise par la plus grande partie du roman, je dois avouer que les quelques derniers chapitres m'ont laissée perplexe.
J'avoue avoir été parfois un peu perdue au milieu de tous les événements qui survenait et je ne savais plus vraiment à quel saint me vouer.
Pareil pour la fin du roman qui aura eu le mérite de totalement me déstabiliser et qui a tout remis en question en quelques pages !
En conclusion, aujourd'hui je suis encore assez déstabilisée par ce roman. J'ai dû laisser décanter le tout pendant plus d'une semaine avant de réussir à mettre des mots sur ce que je ressentais après ma lecture, et encore maintenant j'ai du mal à savoir si cette fin me convient ou pas.
Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ce roman ne m'aura pas du tout laissée indifférente.
Et c'est un peu pour cela qu'on lit non ?

Lien : http://www.cranberriesaddict..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
  10 avril 2018
Je suis toujours partante quand il s'agit de me plonger dans un roman qui nous immergent dans le merveilleux monde des Geeks. Ici, l'immersion est réussie.
Après un temps de réclusion Moon, décide de faire son come-back dans le monde de la réalité augmentée. C'est grâce au soutien de son acolyte Orion que notre personnage aura assez de courage pour se lancer dans un tournoi qui pourrait lui permettre de réaliser son plus grand rêve: être pro-gamer pour IRL.
Pendant un bon nombre de chapitres, on ne sait pas qui est vraiment Moon. Garçon, fille ou encore personnage de jeu vidéo, toutes les suppositions sont possibles car cet élément n'est pas révélé par Agnès Marot et elle joue même avec. Les lecteurs les plus attentifs et plus encore les Geeks, pourront deviner qui il/elle est vraiment car à travers lui/elle, l'auteure traite d'une problématique qui me touche particulièrement, mais je ne vous en dit pas plus. de ce fait, j'ai adoré suivre Moon, jusqu'à ce moment fatidique où le lecteur découvre enfin son identité.
J'ai adoré ce roman car Agnès Marot a su construire une histoire baignant dans un univers riche, à la fois culturellement avec toutes les références qu'on y trouve et visuellement, car il offre une excellente expérience immersive qui convoque tous nos sens. Mon seul regret, est de n'avoir pas lu IRL (qui se trouve dans ma pile à lire). Erreur 404 n'est pas un tome 2 mais il se passe dans le même univers qu'IRL et on y trouve quelques références à son histoire, quelques petits spoils. Toutefois, cela ne va pas m'empêcher de le lire.
Réel et virtuel se mêlent dans Erreur 404. Il n'y a pas de limites et l'imagination d'Agnès Marot m'a impressionnée et fait rêver car elle m'a donné envie de de vivre dans son monde. le roman met en scène l'imagination très fertile d'une auteure, Geek jusqu'au bout de sa plume. Elle ne nous offre pas juste de la poudre aux yeux mais porte fièrement l'étendard de la culture Geek et nourrit son plus grand fantasme: la réalité augmentée. Erreur 404 est un texte fortement immersive, une histoire addictive et des personnages hauts en couleurs et très attachants. J'ai adoré.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   07 juin 2018
« Il y a lieu de s’interroger sur les dangers des jeux vidéo pour les jeunes générations, ânonne leur soi-disant spécialiste. On a déjà longuement parlé du côté malsain de les habituer à manipuler d’autres personnages ; mais je veux avant tout évoquer aujourd’hui la violence qu’ils vivent au quotidien, et désormais dans leurs propres rues, à travers ces jeux. »
- Va te faire foutre, connard.
- Qu’est-ce qui se passe ? lance sa voix depuis la cuisine.
Je soupire.
- Encore un imbécile qui croit qu’on va faire la guerre en vrai à cause des jeux vidéo.
Sa tête apparaît dans l’entrebâillement de la porte, ornée d’un sourire doux qu’il me réserve toujours.
- Tu sais que tu peux zapper ?
- Ça m’énerve qu’on nous prenne pour des cons. On sera bientôt en 2100, putain, il serait temps que les choses évoluent ! Comme si nous affronter avec des sorts qui sont dans notre tête nous rendait plus dangereux que ceux qui déversent leur haine sur les réseaux à longueur de journée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   26 mai 2018
Salut !
Moi, c'est Moon.
Enfin, pas vraiment.
J'ai un prénom, comme tout le monde, mais on ne se connaît pas assez pour que je te le donne. C'est précieux, un prénom. C'est comme un mot de pouvoir qui permet de distinguer le réel du virtuel.
Commenter  J’apprécie          73
SaiwhisperSaiwhisper   07 juin 2018
Peut-être que c’est ça, la vie, finalement. Ces petits instants de bonheur.
Peut-être que ce n’est pas si grave d’échouer, peut-être qu’il faut juste se relever, ne jamais abandonner.
Peut-être qu’il suffit d’avancer main dans la main pour que tout devienne possible.
Commenter  J’apprécie          50
SaiwhisperSaiwhisper   07 juin 2018
Dans les jeux, on a toujours un objectif clair, une mission définie. On avance une étape après l’autre, inlassablement, jusqu’à obtenir ce qu’on veut. Mais la vraie vie est beaucoup plus compliquée. Dans la vraie vie, il n’y a personne pour nous dire ce qu’on doit faire. Et trop de gens qui essaient de nous rentrer dans des cases. C’est à nous de choisir notre mission sans savoir si c’est la bonne, ni même si elle va nous mener quelque part. […] Ça ne te fait pas peur, à toi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   07 juin 2018
- Détruire Play Your Life c’était du gâteau par rapport à ma nouvelle mission. T’apprendre à sourire, ça, c’est un vrai défi !
Je lève les yeux au ciel.
- D’où te vient cet attrait pour les causes perdues ?
- Pas si perdues que ça, apparemment, rétorque-t-il en voyant l’ombre de sourire passer sur mon visage.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Agnès Marot (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Marot
Conférence Mythologies nord-américaines... En quoi nous parlent-elles ? enregistrée aux Imaginales 2018 Avec Agnès Marot, Sylvie Miller, Xavier Mauméjean et Fabien Fernandez
Retrouvez l'audio de la table ronde en intégralité sur : http://www.actusf.com/spip/Imaginales-2018-Conference,26773.html
autres livres classés : jeux vidéoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1011 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre